A / A / A
Article de blog

Mortalité : révisons les seuils d’alerte

Le taux brut de mortalité (TBR) est l’un des indicateurs les plus couramment utilisés à MSF et dans le milieu humanitaire pour évaluer le degré de gravité d’une crise sanitaire au sein d’une population donnée. Il est communément admis qu’un taux supérieur ou égal à un mort pour dix mille personnes et par jour caractérise une situation d’urgence nécessitant une réponse immédiate. Or l’usage du « seuil d’urgence standard de 1/10 000/jour » est très discutable : il contrevient aux recommandations que se sont données les organisations humanitaires et ne tient pas compte de la baisse de la mortalité observée dans l’ensemble du monde au cours des 30 dernières années.

RT @BenParker140: Have humanitarians been calculating mortality data all wrong? @FabWeissman has thrown down the gauntlet. I try to summari…
RT @ALNAP: Read our new blog by @MSF_Crash Research Director @FabWeissman, in which he calls for a revision of the emergency mortality thre…
Voici une #recension du livre de Jean-Hervé Bradol et @LePapemarc - Génocide et crimes de masse. L'expérience rwandaise de MSF 1982-1997 (CNRS éditions, 2017), rédigée par Clara Egger dans la Revue française de science politique. https://t.co/pHLdJFkd8Z
Philippe Lançon @philancon works as a journalist. His book, Le lambeau was published in April. As the author and subject of his narrative, he relates his experience as a hospital patient after surviving the terrorist attack against Charlie Hebdo. https://t.co/ahW8Ormyze
Bourbon Argos: Search and Rescue Operations October 2016
Tribune

La raison humanitaire n’est pas la raison politique

Les associations humanitaires venant au secours des migrants en Méditerranée sont priées de les regarder se noyer, ou bien de les remettre à des trafiquants et tortionnaires. On ne compte plus les déclarations politiques, sondages, éditoriaux manifestant le durcissement général vis-à-vis des migrants africains et faisant des ONG de secours les complices objectifs des « passeurs». Ceux-ci organiseraient, a-t-on entendu, le départ des candidats à la migration en fonction de la présence des navires de secours, faisant des humanitaires les relais plus ou moins conscients d’une entreprise criminelle.

Lifejackets are distributed to 129 people in a rubber boat by an MSF rib in international waters off the north coast of Libya, on June 8, 2017.
Tribune

Les ONG ne sont pas les complices des passeurs

Des organisations humanitaires de secours en mer se retrouvent qualifiées de complice des trafiquants. Une accusation aussi absurde qu’inacceptable. Non seulement les opérations de secours en mer sauvent des personnes de la noyade, mais elles œuvrent à leur évacuation en situation de danger immédiat en Libye, rappelle MSF.

Rony Brauman
Article de blog

Rony Brauman: « Les interventions militaires françaises créent des rentes sécuritaires en Afrique »

Rony Brauman porte un regard critique sur « les guerres humanitaires » et plaide pour des solutions politiques pouvant inclure les islamistes. Il a récemment publié « Guerres humanitaires ? Mensonges et intox » (Textuel, 2018). Interview publiée le 03 juillet 2018 dans l'Opinion. 

Devastation in Aden - July 2015
Article de blog

Demain la guerre ? Avec Bertrand Badie

Demain la guerre ? Bertrand Badie se dit pessimiste tant nous sommes dans une situation de tension extrême. La conflictualité moderne se définit par son caractère incertain, composite et hétéroclite, permanent, car sans vainqueur, ni vaincu. Elle peut être comprise de manière verticale comme « empilement de logiques conflictuelles » et de manière horizontale comme « agrégat de logiques de coalition ». Bertrand Badie explique qu’un conflit est vraiment dangereux lorsqu’il superpose plusieurs types de logiques conflictuelles et plusieurs logiques d’alliances, rendant ainsi quasiment impossible la réalisation d’un compromis. Nous pouvons distinguer actuellement cinq strates de conflictualités, un niveau jamais atteint pour ce spécialiste des relations internationales.

Philippe Lançon,  Le lambeau
Article de blog

Récit du patient Philippe Lançon, après l’attentat contre Charlie Hebdo

Philippe Lançon est journaliste à Charlie Hebdo et Libération. Son livre Le lambeau est paru en avril dernier. Auteur et sujet de son récit, il relate son expérience hospitalière après avoir survécu à l’attentat du 7 janvier 2015 contre la conférence de rédaction de Charlie Hebdo. C’est un « profane » des hôpitaux et des blocs, c’est un journaliste aguerri : il écrit actuellement dans la rubrique Culture de Libération, il a été autrefois reporter dans des situations de conflit armé (Irak, Somalie). Il n’est donc pas profane en matière de victimes de guerre. En 2015, il devient reporter de lui-même et de la chirurgie hospitalière. 

RENCONTRES
& DÉBATS

Michel Feher et Rony Brauman pendant une conférence du Crash
Débat

« Guerres humanitaires ? Mensonges et Intox » - Débat avec Rony Brauman

Rony Brauman
Michel Feher

Dans son livre  « Guerres humanitaires ? Mensonges et Intox » (ed. Textuel), Rony Brauman analyse les guerres contemporaines menées au nom de l’humanitaire, les guerres dites « justes ». C’est donc l’occasion de revenir sur les mensonges ayant permis de justifier certaines interventions internationales, notamment en Somalie, au Kosovo et en Libye, toutes trois qualifiées d'humanitaires. Rony Brauman soumet également au lecteur une approche critique du droit international humanitaire et de ses usages.

Voir tous les rencontres et débats

Publications

Bourbon Argos: Search and Rescue Operations October 2016
Tribune

La raison humanitaire n’est pas la raison politique

Les associations humanitaires venant au secours des migrants en Méditerranée sont priées de les regarder se noyer, ou bien de les remettre à des trafiquants et tortionnaires. On ne compte plus les déclarations politiques, sondages, éditoriaux manifestant le durcissement général vis-à-vis des migrants africains et faisant des ONG de secours les complices objectifs des « passeurs». Ceux-ci organiseraient, a-t-on entendu, le départ des candidats à la migration en fonction de la présence des navires de secours, faisant des humanitaires les relais plus ou moins conscients d’une entreprise criminelle.

Lifejackets are distributed to 129 people in a rubber boat by an MSF rib in international waters off the north coast of Libya, on June 8, 2017.
Tribune

Les ONG ne sont pas les complices des passeurs

Des organisations humanitaires de secours en mer se retrouvent qualifiées de complice des trafiquants. Une accusation aussi absurde qu’inacceptable. Non seulement les opérations de secours en mer sauvent des personnes de la noyade, mais elles œuvrent à leur évacuation en situation de danger immédiat en Libye, rappelle MSF.

Rwanda
Article

Rwanda : Judi Rever et la recherche à tout prix d’un deuxième génocide

L’ouvrage de Judi Rever, In Praise of Blood, récemment paru, a gagné très rapidement une audience internationale. Il consiste en une double mise en accusation : celle du Front patriotique rwandais (FPR) et de son chef, Paul Kagame, mais aussi celle des États et des institutions internationales, qui ont contribué à ce que les crimes commis par le FPR contre des civils hutus depuis 1990 demeurent impunis. L’ouvrage de Judi Rever ne s’en tient pas à la seule investigation, il est conçu comme un réquisitoire au sens juridique du terme : la description des massacres est conduite de façon à établir la qualification de génocide. Et c’est justement cette articulation entre enquêtes et preuves à finalité judiciaire qui, à notre sens pose un problème.