A / A / A

Publications

 

Guerre et humanitaire, médecine et santé publique, droits et justice... Découvrez les publications du CRASH classées par thématiques.

Les publications du Crash sont rédigées d'un point de vue de praticiens de l'aide et non de chercheurs, ce qui ne nous dispense pas d'exigences de rigueur et de méthode. Nous nous y efforçons avec le concours de chercheurs professionnels (bénévoles). Elles ne sont pas la ligne du parti MSF mais des outils pour la réflexion élaborés à partir des cadres et de l'expérience de MSF. Elles n'ont qu'une raison d'être : mieux comprendre ce que nous faisons. Les critiques, remarques et suggestions sont plus que bienvenues, elles sont attendues.

Types
Bourbon Argos: Search and Rescue Operations October 2016
Tribune

La raison humanitaire n’est pas la raison politique

Les associations humanitaires venant au secours des migrants en Méditerranée sont priées de les regarder se noyer, ou bien de les remettre à des trafiquants et tortionnaires. On ne compte plus les déclarations politiques, sondages, éditoriaux manifestant le durcissement général vis-à-vis des migrants africains et faisant des ONG de secours les complices objectifs des « passeurs». Ceux-ci organiseraient, a-t-on entendu, le départ des candidats à la migration en fonction de la présence des navires de secours, faisant des humanitaires les relais plus ou moins conscients d’une entreprise criminelle.

Lifejackets are distributed to 129 people in a rubber boat by an MSF rib in international waters off the north coast of Libya, on June 8, 2017.
Tribune

Les ONG ne sont pas les complices des passeurs

Des organisations humanitaires de secours en mer se retrouvent qualifiées de complice des trafiquants. Une accusation aussi absurde qu’inacceptable. Non seulement les opérations de secours en mer sauvent des personnes de la noyade, mais elles œuvrent à leur évacuation en situation de danger immédiat en Libye, rappelle MSF.

Rwanda
Article

Rwanda : Judi Rever et la recherche à tout prix d’un deuxième génocide

L’ouvrage de Judi Rever, In Praise of Blood, récemment paru, a gagné très rapidement une audience internationale. Il consiste en une double mise en accusation : celle du Front patriotique rwandais (FPR) et de son chef, Paul Kagame, mais aussi celle des États et des institutions internationales, qui ont contribué à ce que les crimes commis par le FPR contre des civils hutus depuis 1990 demeurent impunis. L’ouvrage de Judi Rever ne s’en tient pas à la seule investigation, il est conçu comme un réquisitoire au sens juridique du terme : la description des massacres est conduite de façon à établir la qualification de génocide. Et c’est justement cette articulation entre enquêtes et preuves à finalité judiciaire qui, à notre sens pose un problème.

Un groupe de 150 Syriens traverse la frontière entre la Grèce et la Macédoine.
Tribune

Consultation sur le projet de loi sur l'asile et l'immigration : MSF dénonce «un jeu de dupes»

Volontairement absente de la réunion qui a lieu ce jeudi après-midi, l'organisation juge que « les représentants de l’Etat n’ont offert au mieux qu’une écoute polie, au pire leur condescendance et leur mépris » aux assos et masquent mal « la volonté d'amplifier des logiques de répression ».

13 avril 1994. Départ du convoi conjoint MSF-CICR de Bujumbura vers Kigali.
Tribune

Les amis démocrates des dictateurs

Cette tribune a été publiée le 27 octobre 2017 dans le journal Marianne. Jean-Hervé Bradol revient sur la polémique autour d'un "Que sais-je?" sur le Rwanda, écrit par le chercheur belge Filip Reyntjens. Au prétexte que Reyntjens y évoque la responsabilité et la face sombre du Front patriotique rwandais (FFR) de Paul Kagamé, les auteurs l'accusent de récrire l'histoire et de banaliser le génocide des Tutsis.

Un tank s'avance sur une route tandis que des personnes s'enfuient en sens inverse.  Kibumba, est du Congo.
Article

Recension du livre "Qu'on nous laisse combattre et la guerre finira. Avec les combattants du Kivu"

Voici une recension du livre de Justine Brabant "Qu'on nous laisse combattre et la guerre finira. Avec les combattants du Kivu" (Editions La Découverte, 2016), rédigée par Marc Le Pape et publiée dans le numéro 228 de la revue Tiers Monde. Nous avions reçu Justine Brabant en juin 2016 à l'occasion d'une conférence du Crash dédiée à son livre. 

Le camp de La Linière, à Grande Synthe, en Juillet 2016
Article

Mise à l’abri, hospitalité ou accueil des réfugiés : les ambiguïtés irrésolues du camp de La Linière

Suite au démantèlement du camp du Basroch, à Grande-Synthe, et à l’installation des réfugiés sur le nouveau camp de La Linière, au printemps 2016, Michaël Neuman et Franck Esnée ont souhaité revenir sur l'expérience de La Linière et sur l’objet « camp », sa nature et sa gestion. Cet article a été publié dans Alternatives Humanitaires, numéro 5 (juillet 2017).

Doctors carry a patient infected by ebola
Cahier

Médecins Sans Frontières et la qualité médicale

La question de la qualité médicale à Médecins Sans Frontières s'est posée dès la création de MSF et tout au long de son histoire. D'une part, les pratiques médicales évoluent et leur mise en question fait partie de l'activité professionnelle ordinaire ; d'autre part, la pratique de MSF, sur des terrains lointains dans un environnement particulier, exige une adaptation du travail médical. 

A young girl walks in the streets of Bama
Article

Guerre et humanitaire

Dans cet article, Rony Brauman examine l'environnement et les pratiques de l'humanitaire dans la guerre, afin de tenter d'en saisir et d'en analyser les enjeux politiques et éthiques. Partant de la création de la Croix-Rouge à la fin du XIXe siècle, il aborde ensuite directement l'époque contemporaine post-coloniale, en variant les échelles et en restituant des points de vue et enjeux contradictoires.

Une clinique mobile à Kraijc au Kosovo.
Prise de parole publique

MSF et la guerre en ex-Yougoslavie 1991-2003

Le 14 décembre 1995, la signature des accords de paix de Dayton mettait fin à la guerre en ex-Yougoslavie. 20 ans après, MSF révèle dans cette étude de cas comment elle a pris la parole publiquement dans le cadre d'un conflit marqué par l'épuration ethnique, les crimes contre l'humanité, les attaques répétées contre l'action humanitaire.

Démantèlement de la Jungle de Calais
Tribune

La «jungle» de Calais, une véritable honte pour l’État français

Voilà deux mois que MSF intervient dans la «jungle» de Calais, à Grande-Synthe, à Norrent-Fontes. L'idée selon laquelle les problèmes médicaux y étaient peu importants, que l'État y assurait une prise en charge minimale, et qu'il n'était pas de notre ressort de nous mêler de politiques migratoires, a longtemps eu raison de l'attention que nous aurions pu porter à ces camps.

La ville de Sagaing en Birmanie après le cyclone Nargis
Article

L’ingérence humanitaire ou le droit du plus fort

Le texte ci-dessous est la transcription d'une intervention donnée dans le cadre du colloque « L'Ingérence », organisé par la Fondation Res Publica le 19 janvier 2015. 

Cette conférence porte exclusivement sur des interventions armées menées contre la volonté de l'Etat du pays concerné, qu'elles aient été seulement promues sans voir le jour (Birmanie, Darfour) ou qu'elles aient eu lieu (Kosovo, Irak, Libye).

 

Ruines d'un hôpital à Alep en Syrie
Article

Comment les humanitaires travaillent face à Al-Qaïda et l’Etat islamique

Comment intervenir auprès des populations civiles au cœur de la guerre en Syrie ? Jean-Hervé Bradol, directeur d'études au Crash et ancien coordinateur de projet au nord de la Syrie en 2013, témoigne des négociations menées en Syrie dans les villes prises par des groupes affiliés à Al-Qaïda ou à l'organisation de l'État islamique. Cet article a paru sur le site Médiapart, le 1er février 2015.

Logo du Crash
Article

Le Crash - MSF

Issu de la volonté des dirigeants de MSF de se doter d’une structure d’appui à la réflexion critique sur ses propres opérations, le Crash, en contraste avec la plupart des organes de réflexions et de recherches qui se consacrent à l’étude de l’aide humanitaire fait partie intégrante d’une organisation de secours.

 Les réfugiés kosovars se joignent à une distribution alimentaire dans un camp de réfugiés à Kukes, une ville frontalière albanaise.
Prise de parole publique

Violence contre les Kosovars albanais, intervention de l’OTAN 1998-1999

Cette étude de cas présente les contraintes, questionnements et dilemmes rencontrés par les équipes MSF témoins du processus de terreur et d'expulsion, mené par les forces serbes à l'encontre des Kosovars albanais en 1998-1999 que l'organisation qualifia de ‘déportation'. 

 Les Casques bleus se préparent à patrouiller dans le district de Rutshuru au nord de Goma, en RDC.
Prise de parole publique

Traque et massacres des réfugiés Rwandais au Zaïre-Congo: 1996-1997

L'étude de cas ‘Traque et massacres des réfugiés rwandais au Zaire-Congo 1996-1997' examine les contraintes et les dilemmes rencontrés par les équipes de Médecins Sans Frontières en 1996 et 1997 alors qu'elles s'efforçaient de porter secours aux réfugiés rwandais dans l'Est du Zaire.

Avril 1994. Départ vers l’aéroport de Kigali de la première équipe évacuée après trois semaines de mission sur place.
Prise de parole publique

Violences du nouveau régime Rwandais 1994-1995

L'étude de cas ‘Violence du nouveau régime rwandais 1994-1995' s'intéresse aux contraintes et aux dilemmes rencontrés par Médecins Sans Frontières lorsqu'en 1994 et 1995 ses équipes ont été confrontées aux exactions et aux crimes commis par le régime qui avait mis fin au génocide et pris le pouvoir au Rwanda en juillet 1994.

Un homme enfile des gants avant une campagne de vaccination
Article

Le dernier mile

L'éradication totale de la poliomyélite est-elle un but raisonnable ? Dans un article paru sur La vie des idées, Claire Magone décompte les effets pervers d'une campagne qui n'a plus d'autre fin qu'elle-même et risque de porter préjudice à d'autres enjeux de santé mondiale.