A / A / A

publications
Guerre et Humanitaire

Comment aider les victimes de guerre sans devenir la proie ou l’auxiliaire de leurs persécuteurs ?

Les acteurs humanitaires entretiennent des relations ambigües avec la violence de guerre. Cherchant à en atténuer la rigueur, ils participent à des degrés divers à sa production, tout en étant susceptible d’être frappés par elle. Les études réunies ici s’interrogent sur la façon dont les humanitaires cherchent à « humaniser » la guerre et à faire face aux risques d’être victimes ou complices des auteurs de violence.

Types
Rwanda Genocide
Article

Rwanda, de la guerre au génocide. Les politiques criminelles au Rwanda (1990-1994) ; Génocide et crimes de masse. L’expérience rwandaise de MSF, 1982-1997

Bien qu’il existe une littérature abondante sur le génocide au Rwanda en 1994, deux récents ouvrages offrent une nouvelle perspective et de nombreuses réflexions. Rwanda, de la guerre au génocide de André Guichaoua guide le lecteur au cœur du drame. Fondé sur des preuves particulièrement détaillées quant aux stratégies et tactiques des acteurs militaires et politiques clés, le livre décrit et analyse les actes des politiciens du génocide. L’ouvrage de Jean-Hervé Bradol et Marc Le Pape, Génocide et crimes de masse, l’expérience rwandaise de MSF, 1982–1997, offre une compréhension unique des conséquences d’un jeu politique meurtrier à la fois du point de vue des travailleurs humanitaires en général et de l’ONG Médecins Sans Frontières en particulier.

Rwanda
Article

Rwanda : Judi Rever et la recherche à tout prix d’un deuxième génocide

L’ouvrage de Judi Rever, In Praise of Blood, récemment paru, a gagné très rapidement une audience internationale. Il consiste en une double mise en accusation : celle du Front patriotique rwandais (FPR) et de son chef, Paul Kagame, mais aussi celle des États et des institutions internationales, qui ont contribué à ce que les crimes commis par le FPR contre des civils hutus depuis 1990 demeurent impunis. L’ouvrage de Judi Rever ne s’en tient pas à la seule investigation, il est conçu comme un réquisitoire au sens juridique du terme : la description des massacres est conduite de façon à établir la qualification de génocide. Et c’est justement cette articulation entre enquêtes et preuves à finalité judiciaire qui, à notre sens pose un problème.

13 avril 1994. Départ du convoi conjoint MSF-CICR de Bujumbura vers Kigali.
Tribune

Les amis démocrates des dictateurs

Cette tribune a été publiée le 27 octobre 2017 dans le journal Marianne. Jean-Hervé Bradol revient sur la polémique autour d'un "Que sais-je?" sur le Rwanda, écrit par le chercheur belge Filip Reyntjens. Au prétexte que Reyntjens y évoque la responsabilité et la face sombre du Front patriotique rwandais (FFR) de Paul Kagamé, les auteurs l'accusent de récrire l'histoire et de banaliser le génocide des Tutsis.

Un tank s'avance sur une route tandis que des personnes s'enfuient en sens inverse.  Kibumba, est du Congo.
Article

Recension du livre "Qu'on nous laisse combattre et la guerre finira. Avec les combattants du Kivu"

Voici une recension du livre de Justine Brabant "Qu'on nous laisse combattre et la guerre finira. Avec les combattants du Kivu" (Editions La Découverte, 2016), rédigée par Marc Le Pape et publiée dans le numéro 228 de la revue Tiers Monde. Nous avions reçu Justine Brabant en juin 2016 à l'occasion d'une conférence du Crash dédiée à son livre. 

A young girl walks in the streets of Bama
Article

Guerre et humanitaire

Dans cet article, Rony Brauman examine l'environnement et les pratiques de l'humanitaire dans la guerre, afin de tenter d'en saisir et d'en analyser les enjeux politiques et éthiques. Partant de la création de la Croix-Rouge à la fin du XIXe siècle, il aborde ensuite directement l'époque contemporaine post-coloniale, en variant les échelles et en restituant des points de vue et enjeux contradictoires.

Couverture du livre Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques
Livre

Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques

Quand Chantal Kaghoma, une infirmière employée par MSF, otage du groupe rebelle Forces démocratiques alliées (ADF) en République démocratique du Congo, recouvre la liberté après plus de treize mois de captivité en août 2014, elle témoigne. 

Une clinique mobile à Kraijc au Kosovo.
Prise de parole publique

MSF et la guerre en ex-Yougoslavie 1991-2003

Le 14 décembre 1995, la signature des accords de paix de Dayton mettait fin à la guerre en ex-Yougoslavie. 20 ans après, MSF révèle dans cette étude de cas comment elle a pris la parole publiquement dans le cadre d'un conflit marqué par l'épuration ethnique, les crimes contre l'humanité, les attaques répétées contre l'action humanitaire.