A / A / A

Le CRASH dans les médias

Retrouvez les interventions et publications des membres du Crash dans les médias.

Les membres du CRASH interviennent régulièrement dans les médias sur des sujets liés aux interventions de Médecins Sans Frontières ou à l'actualité internationale et humanitaire.

Intervention de Rony Brauman sur France Inter

Y-a-t-il des guerres "justes" ?

France Inter

A l'occasion de la sortie de son livre « Guerres humanitaires? Mensonges et intox » (ed. Textuel), Rony Brauman est l'invité de Laurence Luret dans son émission Pensez-donc sur France Inter. Il revient sur cet ouvrage et sur la notion de guerres « justes », notamment celle de Libye dans laquelle la France s'est engagée en 2011. 

Rony Brauman est invité chez Mediapart à l'occasion de la sortie de son livre "guerres humanitaires: mensonges et intox"

Rony Brauman: les mensonges des guerres humanitaires

Mediapart

Rony Brauman publie aux éditions Textuel un essai intitulé « Guerres humanitaires? Mensonges et intox ». A cette occasion, il s'entretient avec Mediapart sur son dernier ouvrage, et notamment sur la notion de guerre «juste». Il revient sur celles qui ont éclaté en Somalie, au Kosovo, mais aussi en Afghanistan, en Irak, et en Libye.

Des réfugiés hutus rwandais attendent dans le camp de transit de Mukungwa.

Des humanitaires face au génocide : l’expérience rwandaise

The Conversation

Cet entretien, réalisé par le site The Conversation, est publié dans le cadre des activités de la Plateforme Violence et sortie de la violence (FMSH). Marc Le Pape et Jean‑Hervé Bradol sont intervenus dans le séminaire dirigé par Michel Wieviorka, Jean‑Pierre Dozon, Yvon Le Bot et Farhad Khosrokhavar le 11 janvier 2018 à la FMSH. Dans cet entretien, ils reviennent sur leur dernier livre, Génocide et crimes de masse: l'expérience rwandaise de MSF

Un groupe de 150 Syriens traverse la frontière entre la Grèce et la Macédoine.
Tribune

Consultation sur le projet de loi sur l'asile et l'immigration : MSF dénonce «un jeu de dupes»

Volontairement absente de la réunion qui a lieu ce jeudi après-midi, l'organisation juge que « les représentants de l’Etat n’ont offert au mieux qu’une écoute polie, au pire leur condescendance et leur mépris » aux assos et masquent mal « la volonté d'amplifier des logiques de répression ».