A / A / A

L’asile et l’exil. Une histoire de la distinction migrants / réfugiés

Karen
Akoka

Karen Akoka est politiste-sociologue. Ses travaux portent, entre autres, sur la sociologie de l’immigration, de l’exil et des politiques d’asile et d’hospitalité.

Le 12 avril, nous avons eu le très grand plaisir d’accueillir lors d’une conférence virtuelle du CRASH, la politiste – sociologue Karen Akoka, qui a publié en novembre 2020, « L’Asile et l’exil. Une histoire de la distinction réfugiés / migrants » (La découverte, 2020). L’autrice décrit et analyse la trajectoire de l’OFPRA, l’institution française fondée en 1952 chargée de la reconnaissance du statut de réfugié ; elle donne ainsi à voir comment s’est établi, dans le cas français, l’histoire de la distinction migrants / réfugiés.

Pourquoi ce livre est-il important ? Depuis 2015, le débat public sur les mouvements migratoires observés aux frontières de l’Europe s’ancre sur la question de  la meilleure façon de qualifier les personnes migrantes :  sont-elles des réfugiés éligibles à la protection assurée par les conventions internationales et les lois européennes, ou bien des migrants économiques qui n’auraient pas vocation à rester en Europe ?

Alors que nous sommes nombreux à voir ces catégories comme venant de soi, Karen Akoka montre, par sa plongée au cœur de l’OFPRA, à quel point ces définitions sont des constructions relatives à des rapports de force politiques et diplomatiques. Ainsi, pour l’autrice, la baisse actuelle du taux de reconnaissance du statut de réfugié est moins liée à la transformation du profil des migrants qu’aux politiques d’asile dans un contexte où la migration est perçue comme un problème. 

Karen Akoka s’intéresse également au rôle des individus qui compose l’OFPRA, de ses premiers employés, eux-mêmes ressortissants des pays d’origine des personnes sur lesquelles ils leur revenaient de statuer, jusqu’aux générations suivantes de fonctionnaires et contractuels, plus ou moins militants, diplômés et bureaucrates soucieux des indicateurs. Au-delà de son propos central, « L’asile et l’exil » permet de comprendre comment les politiques publiques, notamment avec l’émergence du "new public management" ont contribué à façonner le « réfugié » tel que nous le connaissons, en France, aujourd’hui. 

Sommaire

  • Présentation 
  • Partie 1 - Migrants / réfugiés : une enquête socio-historique et ethnographique sur l’OFPRA
  • Partie 2 - Des définitions très politiques qui changent dans le temps
  • Partie 3 - Des années 50 à la fin des années 80 : une forme contrôlée de non contrôle
  • Partie 4 - Le tournant des années 90 : la construction de l’immigration comme un problème
  • Partie 5 - Aujourd’hui : management néolibérale et glorification de l’asile
  • Partie 6 - Comment expliquer la chute du taux de reconnaissance du statut de réfugié ?

Questions 

  • Question 1 : Présentation du livre à OFPRA. Les politiques migratoires ouvertes
  • Question 2 : L’apparition de la catégorie de demandeurs d'asile
  • Question 3 : La Convention de Genève. Le contrôle sur la démographie
  • Question 4 : Le coût financier de l’acceptation. L’influence du HCR. L’indépendance de l'OFPRA
  • Question 5 : Quelle solution. La place de l’OFPRA au sein de l’appareil d’Etat. Le terme « exilé ». La CNDA
  • Question 6 : Les violences économiques comme cause migratoire
  • Question 7 : Le statut de réfugié selon les pays. Le point de vue du pays de départ. La proportion d’OQTF.
  • Question 8 : L’assimilation. Le contexte social
  • Question 9 : ONG et pouvoirs publics dans la gestion des exilés. Preuves, argumentation et mise en récit
  • Conclusion

 

 

Pour citer ce contenu :
Karen Akoka , L’asile et l’exil. Une histoire de la distinction migrants / réfugiés, 12 avril 2021, URL : https://www.msf-crash.org/index.php/fr/rencontres-debats/lasile-et-lexil-une-histoire-de-la-distinction-migrants-refugies

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site.

Contribuer