Biafra https://www.msf-crash.org/index.php/fr fr Du Biafra à la Somalie: l'action humanitaire en question https://www.msf-crash.org/index.php/fr/le-crash-dans-les-medias/du-biafra-la-somalie-laction-humanitaire-en-question <div class="field field--name-field-source-media field--type-string field--label-hidden field__item">France Culture</div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/2" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Agnes</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 04/18/2017 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2017-04-18T12:00:00Z" class="datetime">18/04/2017</time> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/biafra" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/index.php/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Michaël Neuman est l'invité de Cultures Monde, sur France Culture, aux côté de Lucile Grosjean, chargée de plaidoyer chez Action contre la Faim, et Philippe Ryfman, professeur et chercheur associé.</p> <p><strong><a href="https://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/la-faim-du-monde-24-du-biafra-la-somalie-laction-humanitaire-en-question" target="_blank">Ecouter l'émission</a></strong></p> <p>"<em>Face aux problématiques d'accès et de détournement de l'aide humanitaire par les organisations armées sur place, les acteurs humanitaires peuvent-ils ou doivent-ils aider toutes les zones en détresse? Quelles sont ses limites et dans quelle mesure l'aide humanitaire peut-être une fausse solution? (...)</em>"</p> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Du Biafra à la Somalie: l&#039;action humanitaire en question</span> Tue, 18 Apr 2017 00:00:00 +0000 Agnes 4148 at https://www.msf-crash.org Guerre et humanitaire https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/guerre-et-humanitaire/guerre-et-humanitaire <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2016-07-25T12:00:00Z" class="datetime">25/07/2016</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/65" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Jason-04</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2016-07-25T00:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun, 07/25/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/histoire-de-lhumanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">histoire de l&#039;humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/cicr" property="schema:about" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/dih" property="schema:about" hreflang="fr">DIH</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/relations-militaro-humanitaires" property="schema:about" hreflang="fr">relations militaro-humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" property="schema:about" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/indochine" property="schema:about" hreflang="fr">Indochine</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/temoignage" property="schema:about" hreflang="fr">témoignage</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/nations-unies" property="schema:about" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/camp-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">camp humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/principes-humanitaires" property="schema:about" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/darfour" property="schema:about" hreflang="fr">Darfour</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/justice-internationale" property="schema:about" hreflang="fr">justice internationale</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/cour-penale-internationale" property="schema:about" hreflang="fr">cour pénale internationale</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/ex-yougoslavie" property="schema:about" hreflang="fr">Ex-Yougoslavie</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><h2>Guerre et humanitaire</h2> <p>L’aide délivrée à titre humanitaire se définit comme assistance désintéressée apportée à des personnes en graves difficultés, auxquelles nous lie la seule appartenance à l’humanité. Elle se distingue en principe d’autres formes d’aide, motivées par un soutien politique ou des liens de solidarité communautaire. Bien qu’acceptable par tous, cette définition ne rend compte ni de ses variations de sens dans la courte histoire qui est la sienne, ni de la confusion et des contradictions des usages courants du mot. En pratique, l’humanitaire s’entend plus largement comme assistance à des populations civiles éprouvées par une crise grave, sous la réserve implicite que les acteurs soient considérés comme légitimes par l’opinion générale et seulement à cette condition. On peut en juger en examinant dans quelles situations le mot est -ou n’est pas- utilisé : peu d’observateurs ont qualifié d’ « humanitaire » l’aide apportée aux victimes des catastrophes naturelles du Pakistan (séisme de 2005 et inondations de 2010) par des organisations liées aux talibans, ou encore par le Hezbollah au Liban suite à la guerre de 2006. Le terme est largement utilisé, au contraire, pour qualifier l’aide apportée par les forces d’occupation occidentales en Afghanistan. On peut mesurer les variations de significations dans le temps en constatant qu’il aurait été et serait encore incongru d’affubler de cet épithète le plan Marshall (1947) ou le pont aérien vers Berlin à l’époque du blocus soviétique (1948-49), alors que c’est ce qui fut fait lors du siège de Sarajevo (1992-95). Au temps de la guerre du Vietnam, nul ne s’interrogeait sur l’existence d’une « crise humanitaire » ni ne qualifiait d’humanitaire l’assistance aux populations civiles mise en œuvre par l’armée américaine ; quant à l’aide civile (médicaments, vélos, groupes électrogènes) que des organisations « anti-impérialistes » envoyaient dans le pays, elle relevait de la solidarité politique et il aurait été déplacé, voire désobligeant, de la qualifier d’humanitaire. L’Armée rouge en Afghanistan, dans les années 1980, apportait également une aide aux civils, que seuls les soutiens de l’invasion qualifiaient d’humanitaire. Les exemples ne manquent pas qui illustrent le caractère tantôt flottant et incertain, tantôt normatif et assertif du vocable « humanitaire », mais toujours pris dans des rapports de pouvoir que la guerre ne fait qu’intensifier. Pour tenter de saisir et d’analyser les enjeux politiques et éthiques de l’humanitaire dans la guerre, il est indispensable d’avoir à l’esprit la variabilité des usages, publics et experts, du terme. Si incohérents qu’ils puissent parfois être, ils se rassemblent pourtant sous une logique commune en tant qu’ils sont d’abord tributaires du jugement politique général que l’on porte sur les acteurs et le contexte de l’aide, bien avant son contenu et ses modalités de distribution. C’est pourquoi, partant de la création de la Croix-Rouge, nous examinerons ici tant l’environnement que les pratiques de l’humanitaire dans la guerre, sans pour autant prétendre en faire l’histoire. Nous nous intéresserons à leur commencement à la fin du XIXe siècle puis aborderons directement l’époque contemporaine post-coloniale, en variant les échelles et en restituant les points de vue et enjeux contradictoires.</p> <h3>Civiliser la guerre</h3> <p>Secourir les soldats tombés sur le champ de bataille, les soustraire aux hostilités dès lors qu’ils sont hors de combat, protéger ceux qui leur prodiguent leur aide, voilà qui résume le contenu du premier traité diplomatique humanitaire, signé à Genève le 22 août 1864 par douze États. Jusqu’alors, au XIXe siècle, l’épithète humanitaire désignait une disposition d’esprit bienveillante, une confiance dans la capacité de l’humanité à s’améliorer. Apparu pour la première fois en France en 1835 sous la plume du poète et député Lamartine, le mot désignait ce « qui vise au bien de l’humanité ». Son emploi ironique, voire railleur, est cependant attesté par le Dictionnaire de l’Académie de 1884 qui le définit ainsi : « se dit de certaines opinions, de certaines doctrines, qui <em>prétendent </em>avoir pour objet le bien de l’humanité ». Avec la convention de Genève et la création de la Croix-Rouge, il ne renvoyait plus seulement à une anthropologie optimiste, à un universalisme pacifiste, mais aussi et principalement à un dispositif d’assistance et un ensemble de normes. Des sociétés de secours avaient vu le jour auparavant, des interventions popularisées par la presse avaient été conduites par des philanthropes en faveur des blessés et malades sur divers champs de bataille, mais les unes et les autres relevaient d’initiatives privées. Notons ici le rôle de l’information, en cette époque où apparaissent les « nouvelles du jour ». A l’âge des rotatives et du télégraphe, le spectacle de la souffrance changeait d’échelle, la description d’un carnage sur des champs de bataille lointains pouvait être lue dans les foyers européens dès le lendemain. Le tableau effrayant de milliers de soldats britanniques mourant de dysenterie avait été dépeint par le quotidien <em>The Times </em>lors de la guerre de Crimée (1853-1856), suscitant un mouvement de protestation auquel les autorités répondirent par le renforcement du dispositif de soins défaillant. Florence Nightingale, déjà connue en Grande-Bretagne pour son engagement dans l’action sociale, la réforme des <em>Poor Laws </em>et l’amélioration des soins, y joua un rôle primordial avec le soutien des autorités britanniques.</p> <p>C’est dans ce contexte que l’assemblée de seize Etats réunie en août 1864 sur les bords du Léman, intitulée « Conférence internationale pour la neutralisation du Service de santé militaire », affirmait l’engagement permanent des signataires, bientôt rejoints par la plupart des autres puissances, à recueillir et soigner malades et blessés militaires, et cela « à quelque nation qu’ils appartiennent ». Reconnaissables par leur emblème, une croix de Malte rouge sur fond blanc adoptée en hommage au drapeau suisse, les services de santé devaient désormais être respectés, protégés en droit, et non laissés au bon vouloir discrétionnaire des chefs militaires. Là, dans la promesse d’inviolabilité des installations de soins, résidait l’événement originaire. L’ordre politique qui ordonnait le sacrifice et la mise à mort était accepté comme une réalité indépassable, celle-ci étant attestée par l’existence de la violence armée de toute éternité. A défaut de pouvoir supprimer la guerre, il fallait tenter de la civiliser. « <em>Inter Arma Caritas </em>», la guerre n’était pas mise en question, seules l’étaient les souffrances excessives qu’elle suscitait, faisant l’objet d’une première codification internationale. Protestant ardent, admirateur de Napoléon III, le philanthrope suisse Henry Dunant est à l’origine de la Croix-Rouge, dont il décrit le projet dans « Un Souvenir de Solférino », publié en1862, livre écrit en réaction au spectacle des mourants abandonnés sur le champ de bataille de Solférino (1859), où il se trouvait pour tenter de rencontrer l’empereur français. Dans cet ouvrage qui connut un grand succès en Europe, il proposait « […] pendant une époque de paix et de tranquillité, de constituer des sociétés de secours dont le but serait de faire donner des soins aux blessés, en temps de guerre, par des volontaires zélés, dévoués et bien qualifiés pour une telle œuvre. » Ces secouristes, ainsi que les hommes mis hors de combat, écrivait-il, devaient être protégés au nom d’un « principe international, conventionnel et sacré » reconnu par les États. Henry Dunant fut, avec le pacifiste Frédéric Passy, le premier lauréat du prix Nobel de la paix en 1901.</p> <p>La « conduite des hostilités » allait par la suite, au fil des trois conventions ultérieures tenues à Genève (1906, 1929, 1949), être soumise à des obligations croissantes concernant prisonniers, populations civiles, dont celles des territoires occupés, ainsi que combattants et victimes des conflits armés internes dans les protocoles additionnels de 1977. Le champ d’application du droit humanitaire a été peu à peu élargi, bornant le droit de détruire des vies et des biens, obligeant à une assistance matérielle sélective. D’emblée, l’évidente tension entre permis de tuer et incitation à faire vivre apparut comme une contradiction insurmontable à des personnalités pacifistes du XIXe siècle, telles Florence Nightingale ou le futur prix Nobel de la paix Alfred Fried, qui n’y virent en premier lieu qu’une tentative de rendre la guerre aimable. Si cette tension n’est plus au centre des débats, elle conserve une certaine actualité, sous une forme renouvelée, celle de la rhétorique des « guerres humanitaires ». Le tracé de la ligne distinguant protégés et sacrifiés change selon les époques, les « frontières de l’intolérable » (Fassin, Rechtmann, 2004) que se donne toute société varient selon le lieu et le moment. Ainsi certaines munitions, comme les balles explosives, firent-elles l’objet d’une interdiction à l’initiative du tsar Alexandre II : interdites dans les guerres entre « nations civilisées », c’est-à-dire les États signataires, autorisées contre les « sauvages », à savoir les populations à coloniser. La Déclaration de Saint-Pétersbourg (1868) qui proscrit certains projectiles confirme une norme coutumière rejetant l’usage d’armes causant des « souffrances inutiles ». Incorporée dans les règlements de La Haye de 1899 et 1907, elle est la référence évoquée dans le préambule des conventions ultérieures signées à la Haye édictant « les lois et coutumes de la guerre ». Droit de Genève et droit de La Haye constituent les deux branches du droit humanitaire international, adopté comme norme universelle par des États dont la plupart furent à l’origine des déchainements de violence contre les civils lors des guerres de la fin du XIXe et du XXe siècle. Ce rapprochement met en lumière l’affirmation de pouvoir en quoi consiste le geste d’énoncer des interdits, position de domination que s’attribuaient les « nations civilisées » sur le monde.</p> <h3>Des bénéfices politiques</h3> <p>Le cadre normatif des conventions de Genève, garanties et promues par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et par les États eux-mêmes en tant que signataires, justifie que l’on date de la création du CICR et de l’adoption de la convention de 1864 l’institution de l’action humanitaire dans la guerre. Les relations de pouvoir et les rapports de force dans lesquels le Comité prenait place expliquent toutefois que les soins aux blessés prodigués lors des guerres ultérieures sous l’emblème humanitaire ne répondirent pas pour autant à l’exigence de neutralité dont rêvaient les fondateurs de l’institution. Les sociétés nationales de Croix-Rouge créées par les États signataires de la convention furent en pratique mobilisées au service exclusif des soldats de leurs pays respectifs et furent partie prenante aux propagandes de guerre dès 1870 (Hutchinson). Une société appartenant à un pays non engagé dans le conflit pouvait néanmoins fournir de l’aide aux victimes sans considération de nationalité. Ce fut le cas de la Croix-Rouge britannique durant la guerre franco-prussienne de 1870, laquelle réservait ses soins à ses seuls soldats lorsque son pays était engagé. Pendant la guerre des Boers, (1899-1902), ce sont des organismes privés se démarquant de la Croix-Rouge qui tentèrent de fournir une aide aux victimes civiles de la guerre, c’est-à-dire en l’occurrence à des populations considérées comme ennemies. La <em>Society of Friends</em>, organisme quaker, ou encore le <em>Boer War Committee </em>mis en place par des féministes pacifistes, furent de ceux-là. La prise en charge médicale des soldats malades et blessés, les visites et l’assistance aux prisonniers militaires et civils, l’assistance aux populations civiles prises dans la guerre se développèrent, banalisant peu à peu la présence de secouristes civils sur les champs de bataille et dans leur proximité.</p> <p>L’objection opposée à l’humanitaire de guerre par les pacifistes fut <em>de facto </em>surmontée par la prise en considération des vies sauvées, qu’une stratégie d’abstention au nom du refus de la guerre aurait de fait condamnées. Une autre objection, celle-ci en provenance de militaires, fut posée dès les négociations portant sur la conduite des hostilités. Pour certains stratèges, imposer des limitations entraînerait le prolongement de la guerre et donc des souffrances accrues ; selon eux, l’usage intense, non restreint, de la violence était seul à même de permettre une victoire rapide épargnant <em>in fine </em>plus de vies humaines. L’aide aux populations déplacées ou occupées, chapitre important de l’humanitaire dans la guerre, a sans cesse réactivé cette critique, renouvelée dans les années 1990 par les discours sur l’« économie de guerre ». Cette expression désigne la captation des ressources de l’assistance par les belligérants et leur usage à des fins guerrières, processus par lequel les conflits seraient ainsi entretenus au détriment des victimes au nom desquelles il est mis en œuvre. Notons que l’objection opposée par les stratèges militaires s’apparente à celle posée par les pacifistes concernant les combattants, en ce que l’une et l’autre privilégient une vision plus théorique qu’empirique du monde. Les uns pensent la guerre comme un pur rapport de forces militaires tandis que les autres conçoivent des rapports humains et sociaux sans violence.</p> <p>L’assistance apportée aux victimes de la disette et des épidémies consécutives qui sévirent dans le nord de la France et en Belgique pendant la Grande Guerre offre un aperçu des enjeux pratiques et de la difficulté à trancher cette question d’une manière générale. Selon les Britanniques, qui avaient placé la Belgique sous blocus, l’assistance alimentaire protégeait les Allemands des émeutes qui se seraient probablement produites sans elles, facilitant donc l’occupation en la rendant moins cruelle. C’était notamment la position de Churchill. Pour les Allemands, qui réquisitionnaient une grande part des ressources alimentaires du pays pour nourrir leurs troupes, elle légitimait le blocus et la présence d’étrangers en zone occupée. Le ravitaillement fut pour l’essentiel collecté et acheminé par la <em>Commission for Relief in Belgium </em>(CRB), organisation américaine dirigée par l’industriel Herbert Hoover. Propriété des États-Unis, alors neutres, les denrées étaient distribuées par un comité belge sous supervision de représentants de la CRB. L’intervention qui dura près de trois ans a certes dispensé les occupants de cette obligation mais nul ne saurait dire s’ils s’en seraient acquittés en son absence. En tout état de cause, son existence était utile aux divers belligérants, les raisons avancées par chacun d’entre eux pour s’y opposer décrivant l’intérêt effectif que son ennemi en retirait. Sans doute est- ce paradoxalement la raison pour laquelle elle put avoir lieu, l’utilisation politique de l’aide - son « instrumentalisation »- en situation de guerre étant une condition constante de son existence avant d’en être une critique. En d’autres termes, il est raisonnable de penser que c’est parce que le coût politique de son refus était plus élevé que celui de son acceptation que les belligérants ont laissé apporter une aide essentielle, parfois vitale, à des centaines de milliers de civils en territoires occupés. Hier comme aujourd’hui, au-delà des droits et obligations théoriques contenus dans le DIH, c’est généralement dans une telle configuration d’intérêts changeants et croisés que peuvent se déployer les organisations de secours sur les terrains de conflits.</p> <h3>Du Biafra à l’Indochine</h3> <p>La première génération de l’action humanitaire de guerre est née dans l’Europe impériale à l’âge du télégraphe et du chemin de fer. La deuxième génération est apparue au milieu de la guerre froide, à l’époque de la décolonisation, des transports aériens et de la télévision. Les observateurs s’accordent pour en situer l’émergence pendant la guerre du Biafra (1967-70) déclenchée par la sécession de la province orientale du Nigéria. Dans le territoire contrôlé par les forces sécessionnistes et encerclé par l’armée gouvernementale fut mis en place un dispositif de secours regroupant diverses sociétés de Croix-Rouge, notamment française et scandinaves, sous l’égide du CICR ainsi que des organisations d’aide liées aux églises protestantes et catholique. Un pont aérien organisé depuis l’île de Sao Tome, alors portugaise, ravitaillait les équipes internationales en médicaments et en vivres, et les combattants en armes et munitions. L’ampleur de l’aide apportée aux Biafrais tout autant que la diversité des acteurs de secours -Croix-Rouge, Églises, ONG- suffiraient à faire de cette intervention l’événement inaugural de cette nouvelle époque de l’aide humanitaire. Une dimension supplémentaire s’y ajoute cependant, lui donnant un relief particulier : la dénonciation d’un génocide comme axe dominant de la communication sur les victimes biafraises. Le contraste des registres de mobilisation de l’opinion publique est frappant entre la guerre du Vietnam (1965-75), lieu d’un combat « héroïque » contre l’impérialisme américain, et celle du Biafra, lieu du « massacre des innocents. » On parlait de trois mille enfants succombant chaque jour. Le sort effroyable des civils captifs dans le réduit biafrais se montrait dans les images d’enfants décharnés agonisant sous l’objectif de caméras de télévision. L’indépendance du Biafra, qui supposait le tracé d’une nouvelle frontière, étant politiquement irrecevable, ce fut la souffrance des victimes innocentes de cette guerre, les enfants en premier lieu, symboles de l’extermination en cours, qui fut mise en avant pour en justifier la poursuite. Financée par les services spéciaux français, cette guerre psychologique fut mise en œuvre par une agence de communication politique et relayée par les églises, de nombreux médias et une partie des organisations humanitaires. L’amnistie générale prononcée par les autorités nigérianes dès la reddition des forces indépendantistes, de même que la protection accordée auparavant aux millions de Biafrais vivant en dehors de la zone de guerre, montrent que l’accusation de génocide était infondée. En dépit de ses liens troubles avec la guerre psychologique, autre nom de la propagande, le « témoignage » allait devenir une composante de l’action humanitaire. L’aide alimentaire et médicale acheminée et dispensée pendant plus de deux ans dans des conditions souvent très dangereuses a sauvé de la mort un grand nombre de Biafrais, civils et combattants. A-t-elle contribué à prolonger le conflit ? On ne peut l’exclure mais il faut, en toute rigueur, relativiser la portée de cette critique en rapportant cette aide à la survie aux autres formes de soutien extérieur. L’assistance diplomatique et militaire de la France intervenue à l’automne 1968, alors que commençaient des négociations, a en effet joué un rôle majeur en favorisant les courants les plus jusqu’au-boutistes de la sécession, opposés à tout compromis. La poursuite de la guerre jusqu’à l’extrême limite de la résistance doit d’abord être imputée au soutien politique apporté par le général de Gaulle aux indépendantistes, sous la pression des voisins francophones du Nigéria cherchant à affaiblir le géant anglophone de la région et dans le contexte de la rivalité franco-britannique en Afrique, Londres soutenant le gouvernement nigérian.</p> <p>La pratique de l’envoi d’équipes d’humanitaires en zone rebelle, indépendamment de toute autorisation gouvernementale, est antérieure à la guerre du Biafra mais c’est dans ce contexte, par son ampleur et sa visibilité, qu’elle a acquis un statut de modèle. Elle demeura toutefois plusieurs années sans équivalent, alors que l’on aurait pu l’attendre dans les conflits du Mozambique, d’Angola, du Vietnam, de Bolivie ou de Colombie, pour n’évoquer que les plus intenses de ces années 1970. Seuls le CICR, et parfois des ONG religieuses, y étaient présents. On peut expliquer cette exception biafraise de plusieurs manières. La dimension religieuse de cette guerre était primordiale au regard de la mobilisation européenne, la future nation biafraise se définissant comme chrétienne et en lutte contre des forces musulmanes. Les autres conflits étaient au contraire appréhendés d’une manière idéologique, en tant qu’enjeux de solidarité anti- impérialiste et anticolonialiste. A ces considérations d’ordre politique, il faut sans doute ajouter que l’engagement solidaire dans le tiers-monde empruntait essentiellement au lexique du « développement ». C’est à partir de la seconde moitié des années 1970, avec les afflux de réfugiés du Vietnam et du Cambodge puis avec la multiplication de foyers de guerre que l’humanitaire gagna en notoriété et en soutien public pour connaître un essor continu jusqu’à ce jour.</p> <h3>Secourir dans la guerre</h3> <p>Du point de vue de l’organisation des secours, les conflits armés se caractérisent par trois ordres principaux de conséquences : d’importants mouvements de populations à l’intérieur du pays concerné et dans les pays voisins, la désorganisation des structures médico-sanitaires, et l’affaiblissement voire l’effondrement de l’économie. Les acteurs humanitaires s’efforcent de répondre aux besoins vitaux induits par cette situation. Soins médicaux curatifs et préventifs, aide alimentaire, approvisionnement en eau, fourniture d’abris constituent l’essentiel des secours que mettent en œuvre Croix-Rouge et ONG aux côtés d’équipes locales dont le rôle, essentiel, est souvent méconnu.</p> <p>L’assistance aux personnes déplacées à l’intérieur du pays et aux réfugiés, c’est-à-dire à celles qui ont cherché un asile dans un pays voisin, mobilise une part substantielle des secours. Centrale dans le développement de l’aide humanitaire contemporaine, cette question était principalement européenne à l’issue des deux guerres mondiales, lorsqu’il s’agissait de prendre en charge et réinstaller les réfugiés et apatrides en Europe. Le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations unies (HCR) qui fut institué en 1951 est chargé, depuis les années 1970, de leur apporter une protection juridique par l’octroi d’un statut, ainsi que d’organiser l’assistance matérielle. Le HCR relevait à l’origine d’une autre logique puisqu’il fut mis en place afin d’accueillir les opposants aux régimes communistes d’Europe de l’Est, avant que son mandat ne fût élargi aux réfugiés dans leur ensemble, au fil de conventions internationales ultérieures. Au cours des années 1970, après un premier moment lié aux conflits de décolonisation, le déracinement par la guerre et les violences politiques reprit de l’ampleur dans les pays du Sud, déplaçant durablement la question des réfugiés vers ce que l’on nommait encore le tiers-monde.</p> <p>La fin des guerres d’Indochine (1975) fut en effet marquée par l’exode de centaines de milliers de personnes fuyant la répression au Vietnam et au Cambodge, puis la guerre khméro-vietnamienne (1979). Les conflits de la corne de l’Afrique, à la même période, entrainèrent la formation de vastes camps de réfugiés au Soudan et en Somalie. Au tournant des années 1970-80, la reprise de conflits en Afrique australe (Mozambique, Angola) et en Amérique centrale (Nicaragua, Salvador, Guatemala) eut le même effet. Toutes ces guerres prenaient place dans le contexte polarisé de la rivalité Est-Ouest, conférant aux réfugiés une valeur politique : fuyant la violence de pouvoirs dictatoriaux prosoviétiques dans leur majorité, chassés par les guerres révolutionnaires, ils bénéficiaient de la sollicitude du camp occidental qui voyait en eux le signe de l’échec des régimes communistes. Le HCR fut conduit par les États membres de son comité exécutif, où ne figuraient pas les pays de l’Est, à adapter ses statuts à cette nouvelle situation. L’assistance matérielle fournie essentiellement par les occidentaux, était ainsi une dimension du <em>soft power </em>par lequel le camp libéral manifestait sa supériorité. Le droit d’asile était entendu dans ces circonstances non plus comme un statut juridique permettant la réinstallation définitive dans un pays d’accueil mais comme un droit au refuge temporaire et à une assistance matérielle collective délivrée dans des camps.</p> <h3>Réfugiés</h3> <p>Les camps de réfugiés furent l’espace humanitaire primordial de cette période, dans lequel ONG et agences d’aide de l’Onu élaborèrent des savoir-faire pratiques nouveaux, distincts de ceux de l’aide au développement. La décision du lieu de leur implantation doit prendre en compte la salubrité de l’endroit, les facilités de transports, l’accès à l’eau, et bien sûr l’espace disponible en fonction de la taille de la population concernée. Elle appartient aux autorités du pays d’accueil mais fait l’objet de discussions avec le HCR. Si les aspects techniques et pratiques de ce choix sont primordiaux, les questions politiques n’en sont pas absentes, du fait des liens toujours existants entre réfugiés et mouvements rebelles. Les facilités consenties à ces derniers par les autorités du pays d’accueil sont autant de points de tension avec le gouvernement du pays d’origine. C’est pourquoi la distance séparant les camps de la frontière et des zones de guerre est un paramètre politique sensible pour le pays d’accueil, comme le montre, parmi bien d’autres exemples possibles, la controverse sur les camps de Salvadoriens au Honduras au cours des années 1980. La relocalisation de ces camps, voulue par les autorités honduriennes afin d’éloigner les réfugiés de la frontière, devait démontrer que celles-ci ne soutenaient pas la guérilla salvadorienne. Ce projet de déplacement donna lieu à une forte mobilisation internationale contre ce qui fut alors décrit par des mouvements de soutien comme une « déportation ». Il ne fut jamais mis en œuvre. On peut supposer que le recul du gouvernement du Honduras était dû à sa préoccupation de ne pas apparaître hostile envers des paysans fuyant une violente répression militaire. Il est probable également que les facilités offertes à la guérilla salvadorienne par les camps qu’elle contrôlait au Honduras, à proximité immédiate de la frontière, contribuaient à fixer l’armée salvadorienne sur son territoire. Le nationalisme ardent et les vives tensions territoriales marquant les relations entre ces deux gouvernements, par ailleurs fondamentalement anticommunistes, faisaient des camps le moyen pour les militaires honduriens de poursuivre à bas bruit leur conflit avec leurs homologues salvadoriens. Lieux voués à l’assistance et à la protection des civils, les camps de réfugiés n’échappent ni aux rapports de forces politiques à l’œuvre dans les sociétés dont ils sont issus, ni aux rapports de puissance entre États concernés. Les camps de réfugiés cambodgiens, afghans, érythréens, nicaraguayens, mozambicains de ces mêmes années, pour n’évoquer que les plus saillants des conflits des années 1980, furent le théâtre de semblables scénarios politiques. Pour autant, l’assistance financière et juridique fournie par les Nations unies (financements d’infrastructures d’accueil, dédommagements des services sociaux du pays d’accueil, octroi d’un statut de réfugié, alimentation) comme l’aide matérielle fournie par les ONG (soins de santé, eau, nutrition, sanitation, parfois scolarisation) y furent déployées et y rendirent de grands services.</p> <p>Avoir conscience des tensions et dynamiques politiques présentes bien qu’invisibles aux yeux d’acteurs extérieurs n’est pas, pour les humanitaires, simple exercice de connaissance gratuite mais peut devenir un enjeu éthique primordial comme le montre notamment l’exode consécutif à la guerre et au génocide du Rwanda (avril-juillet 1994). Plus d’un million de Rwandais franchirent en juin 1994 la frontière du Zaïre tandis que près de cinq cent mille passaient en Tanzanie. Il devint rapidement clair que ces camps abritaient des milliers de combattants et que le pouvoir du « Gouvernement intérimaire », autrement dit les responsables politiques du génocide, s’y reconstituait rapidement, utilisant à son service les ressources financières et matérielles mises en circulation par les ONG et les Nations unies. La gestion des stocks de nourriture, des tentes et des divers biens fournis par le système de l’aide, de même que le recrutement parmi les réfugiés de personnel travaillant pour les humanitaires sont des leviers de pouvoir et de financement significatifs pour qui s’en assure le contrôle. C’est pourquoi certaines ONG s’interrogèrent dès les premières semaines sur leur présence dans ces camps où se préparaient vraisemblablement, avec leur concours involontaire, la reconquête du Rwanda et le massacre final des Rwandais tutsis. La situation d’urgence extrême, provoquée par une foudroyante épidémie de choléra qui tua plus de 30.000 réfugiés en quelques semaines, relégua à l’arrière-plan ces interrogations de fond, lesquelles resurgirent deux mois plus tard, une fois l’épidémie terminée. Selon ces ONG, minoritaires, à défaut de pouvoir s’opposer au détournement de l’aide et aux fins criminelles qui lui étaient assignées, il fallait refuser d’y contribuer, une fois l’urgence vitale passée. L’auteur de ces lignes se reconnaissait pleinement dans cette analyse. D’autres estimaient au contraire qu’il n’était pas de leur ressort de se prononcer sur la nature politique de l’encadrement des camps et que leur unique devoir était de fournir l’assistance à la population de ces camps. Il est difficile de trancher <em>a priori </em>entre ces deux conceptions de la responsabilité humanitaire, qui relèvent l’une comme l’autre d’une éthique de la solidarité. Au-delà de l’appréciation que l’on porte sur les jugements des unes et des autres dans ce cas particulier, notons que la neutralité et l’impartialité, principes généraux de l’assistance humanitaire, ne permettent pas de départager ces positions contradictoires, l’une et l’autre pouvant à bon droit s’en réclamer. La suite de l’histoire conforte cependant la position des partisans du retrait, puisque les camps devinrent effectivement une plateforme d’attaque contre le Rwanda puis la cible de représailles et d’une contre-offensive de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR). La guerre du Zaïre, devenu République démocratique du Congo, n’a connu que peu de répit depuis ce moment, marquée dès son début par des massacres de masse commis par l’APR et des groupes armés sous son contrôle. L’Est du pays, le Kivu en particulier, reste le lieu d’une intervention internationale de maintien et d’imposition de la paix mobilisant 26.000 personnes, dont 22.000 sous uniforme.</p> <h3>Déplacés</h3> <p>Le terme de « personnes déplacées de l’intérieur » (<em>Internally Displaced Personnes</em>, ou <em>IDP’s </em>dans le jargon de l’aide) concerne les personnes chassées de leurs lieux de résidence par la guerre mais n’ayant pas franchi une frontière internationale. C’est au cours des années 1990 que le phénomène des <em>IDP’s </em>est devenu un enjeu de l’aide humanitaire, pour trois raisons principales qu’un regard rétrospectif permet de discerner : en premier lieu parce que plusieurs conflits liés à la guerre froide trouvèrent à cette époque une issue politique, permettant le rapatriement des réfugiés, comme au Mozambique, en Angola, au Salvador ou au Cambodge au début de cette décennie ; ensuite en raison de l’ouverture de pays jusqu’alors fermés à la présence d’organismes internationaux d’aide, permettant le déploiement massif de celle-ci dans les situations de crise ; enfin parce que la fin de la paralysie du Conseil de sécurité s’est traduite par le déploiement de contingents de casques bleus dans des pays en proie à des troubles graves. Les camps ne disparurent pas pour autant, mais leur géographie en fut modifiée du fait de la politique d’endiguement volontariste des Nations unies dont les conflits du Soudan (Sud-Soudan puis Darfour), de Bosnie, de République Démocratique du Congo fournissent l’illustration.</p> <p>L’assistance aux <em>IDP’s</em>, au moment où se constituent les camps, ne diffère guère de celle apportée aux réfugiés, les uns et les autres se caractérisant par le déracinement et le regroupement en masse dans des espaces relativement restreints. Soins, abris, nourriture, eau potable et sanitation en sont les composantes essentielles. Des dilemmes semblables peuvent s’y présenter, comme en Bosnie (1991-1995) où des responsables d’ONG et d’agences des Nations unies accusèrent les dirigeants européens d’utiliser le spectacle de l’aide humanitaire pour dissimuler leur impuissance à mettre un terme à la guerre déclenchée par les nationalistes serbes et s’interrogèrent publiquement sur leur rôle d’ « auxiliaires de la purification ethnique ». Les déplacements de populations étaient en effet, non la conséquence involontaire mais l’enjeu essentiel de cette guerre face auquel l’Europe se contenta d’un « service minimum » dénoncé comme « alibi humanitaire ». De fait, la France défendait le maintien de la Fédération yougoslave tandis que l’Allemagne avait décidé de reconnaître sans tarder la Croatie, précipitant le démantèlement du pays. Si l’Europe échoua à enrayer l’escalade de la violence et des déplacements forcés, on peut observer rétrospectivement qu’elle parvint néanmoins à contenir le conflit dans ses frontières.</p> <h3>Dunantistes et wilsoniens</h3> <p>Les années 1990 furent marquées par la multiplication des déploiements militaires de l’Onu, un « wilsonisme botté », selon l’expression de Pierre Hassner qui désignait par là l’essor d’un interventionnisme multilatéral sous conduite américaine. Entre 1990 et 1995, près de 50.000 casques bleus furent déployés dans le monde, soit autant que durant les quarante-cinq années d’existence de l’Onu. La doctrine de ce nouvel interventionnisme à visée stabilisatrice fut énoncée dans l’ « Agenda pour la Paix, diplomatie préventive, maintien de la paix, rétablissement de la paix », document présenté en 1992 par le secrétaire Général des Nations unies Boutros Boutros- Ghali. Le projet de créer une force armée mobilisable en tout temps au service de l’Onu n’a pas vu le jour mais les contingents internationaux se sont multipliés sur les terrains de crise tandis que s’accroissait et se professionnalisait l’action des ONG et des agences des Nations unies, Haut- Commissariat aux Réfugiés et Programme alimentaire mondial (PAM) en premier lieu. La guerre de Somalie (1990-…) fut le laboratoire de ce néo-interventionnisme militarisé, inauguré par le spectaculaire débarquement des troupes américaines, filmées en direct, dans le port de Mogadiscio le 8 décembre 1992. L’échec de cette opération, dû notamment à l’incompréhension des dynamiques politiques à l’œuvre ainsi qu’à l’engagement direct et sanglant des forces américaines dans le conflit, a fait l’objet d’une abondante littérature. Les derniers <em>US Rangers </em>quittèrent discrètement la Somalie en mars 1994. Le refus américain d’intervenir de quelconque façon lors du génocide du Rwanda, qui commença le mois suivant, en fut la première conséquence.</p> <p>Les interventions dites militaro-humanitaires n’en furent pas condamnées dans leur principe pour autant et leur existence induisit une situation nouvelle pour les ONG humanitaires. L’Onu les invitait en effet à intégrer leur action à la sienne, à se placer désormais au service de la construction de la paix, ce qui n’allait pas sans soulever de difficiles questions. Si la paix est en elle-même un objectif humanitaire, il n’en va pas de même des modalités concrètes de son « imposition », autrement dit de l’ordre politique mis en place pour la réaliser, qui peut impliquer la désignation d’un ennemi. Pour assister les populations sous contrôle de groupes armés refusant l’accord de paix que défendent les Nations unies, souvent celles qui se trouvent dans la situation la plus difficile, il est nécessaire de ne pas être confondu avec ceux qui combattent ces groupes. On appelle parfois « dunantistes » les ONG qui en tiennent pour une conception restrictive de leur action et voient les contingents internationaux comme l’une des parties au conflit. Elles se distinguent par là des « wilsoniennes », qui considèrent l’Onu comme un acteur neutre puisque multilatéral et se reconnaissent dans ses finalités politiques. Les dunantistes, tels le CICR ou MSF, se présentent volontiers comme les tenants des principes d’indépendance, de neutralité et d’impartialité (« <em>principled organisations </em>»), suggérant par défaut que les wilsoniens leur tournent le dos. De fait, en situation de conflit, l’implication exclusive dans le soutien aux structures et initiatives sociales de l’État -santé, formation, réhabilitation d’écoles- peut aisément être confondue avec une stratégie de contre-insurrection. A ce point se superposent « conquête des cœurs et des esprits » et assistance humanitaire. C’est ce que refusent les humanitaires dunantistes qui entendent se tenir à équidistance de tous les belligérants quels qu’ils soient. Il s’agit avant tout pour elles d’atteindre les populations isolées par la guerre, au nom de l’exigence d’impartialité qui commande à une organisation humanitaire de régler son action sur les besoins essentiels. On peut soutenir pleinement cette position, c’est le cas de l’auteur de ces lignes, tout en estimant que la définition desdits besoins essentiels, et donc des réponses prioritaires, relève davantage de préférences subjectives et variables que d’un constat objectif et permanent.</p> <p>L’impartialité peut en effet se définir tantôt comme fourniture du plus grand bien possible au plus grand nombre, tantôt comme réponse aux besoins les plus urgents, ces deux conceptions étant dans certains cas mutuellement exclusives. Aucune des deux ne peut en droit se poser comme plus conforme aux <em>requisits </em>humanitaires que l’autre. Notons également que la « conquête des cœurs et des esprits » n’appartient pas seulement au registre des stratégies contre- insurrectionnelles mais tout autant à celui des insurrections. Les organisations humanitaires travaillant dans les zones contrôlées par un mouvement d’opposition n’échappent donc pas plus à l’instrumentalisation politique que celles œuvrant en zone gouvernementale, leur acceptation par les groupes armés rebelles étant précisément tributaire de leur utilité politique pour ceux-ci. Contrairement à une idée répandue, et comme il a été souligné plus haut, l’instrumentalisation n’est pas un effet pervers de l’aide humanitaire mais une caractéristique constante de sa mise en œuvre.</p> <h3>Darfour, une guerre génocidaire ?</h3> <p>L’assistance aux victimes de la guerre du Darfour (2003-…) illustre cet aspect de l’action humanitaire et met en évidence deux de ses évolutions majeures évoquées plus haut, la croissance opérationnelle et la professionnalisation. La violente riposte gouvernementale à l’insurrection armée qui éclata en 2003 dans cette province occidentale du Soudan eut pour effet, sinon pour objectif, de chasser des centaines de milliers de villageois vers les villes du Darfour à proximité desquelles ils se regroupèrent. La guerre et les opérations de terreur menées par des milices progouvernementales faisaient rage en 2004, alors que les Nations unies s’apprêtaient à commémorer le dixième anniversaire du génocide au Rwanda. Sous la pression internationale, notamment d’ONG et du délégué humanitaire des Nations unies au Soudan mettant en avant le risque d’un nouveau génocide, le régime ouvrit le Darfour en guerre aux acteurs de l’aide. Plus de dix mille travailleurs humanitaires, dont environ un millier d’expatriés s’y retrouvèrent à pied d’œuvre, faisant de cette région, entre 2005 et 2009, le théâtre de la plus grande opération humanitaire de ces soixante dernières années. Sans doute le régime de Khartoum comptait-il sur cette ouverture pour améliorer son image extérieure et probablement entendait-il tirer parti de cette mobilisation pour fixer les populations déplacées sur leurs nouveaux lieux de regroupement et renforcer ainsi son contrôle politique. Si tel est le cas, le calcul ne fut que partiellement payant. Le général Omar el Béchir fut en effet inculpé de génocide en 2009 par la Cour pénale internationale (CPI) tandis que les camps, regroupant au total plus de deux millions de personnes déplacées, passèrent peu à peu sous le contrôle partiel des mouvements d’opposition armée. L’assistance internationale permit le sauvetage de dizaines de milliers de personnes, non seulement par la protection physique qu’offraient les camps mais également par la prévention de la mortalité par dénutrition et maladies associées que l’on observe dans de telles circonstances.</p> <p>Lieu de la démonstration des capacités opérationnelles des organisations humanitaires, le Darfour fut également la toile de fond d’une intense controverse portant sur une intervention internationale armée destinée à mettre un terme aux violences que les partisans de celle-ci qualifiaient de génocidaires. D’inspiration néoconservatrice, cette mobilisation monta en puissance entre 2004 et 2009, au point de devenir un enjeu des campagnes présidentielles aux États-Unis en 2004 et en France en 2007. Des ONG, notamment de défense des droits de l’homme, firent campagne sur ce thème tandis que d’autres, principalement d’action humanitaire, s’y opposèrent publiquement ou se contentèrent de ne pas s’associer aux appels. A l’instar de la controverse sur la guerre du Biafra, la polémique portait en premier lieu sur la requalification d’une guerre civile en génocide, le programme supposé d’extermination des Darfouriens réduisant l’aide au mieux à un faux- semblant, au pire à une complicité. Les bombardements aériens de villages, les violences terroristes des milices, les massacres de civils ne furent que trop réels, notamment pendant les quinze premiers mois du conflit. C’est sur ces bases que la chambre préliminaire de la Cour pénale internationale a délivré un mandat d’arrêt pour génocide à l’encontre du général Béchir et de plusieurs hauts responsables gouvernementaux, parmi lesquels le commissaire soudanais à l’aide humanitaire. Il reviendra à la CPI, si ces dirigeants lui sont un jour livrés, de faire le départ entre guerre contre-insurrectionnelle et guerre génocidaire, l’une et l’autre ne se distinguant en l’occurrence que par les intentions prêtées à leurs auteurs. Selon l’acte d’inculpation, le génocide s’est toutefois déroulé en deux phases : par la violence dans un premier temps, par épuisement ensuite, les camps de déplacés étant décrits comme des camps de concentration dans lesquels la famine et les épidémies parachevaient la tâche des bombardements et des milices. L’efficacité de l’aide évoquée plus haut se traduisait pourtant dans les camps du Darfour par des indicateurs de morbidité, de mortalité infantile et d’accès à l’éducation bien meilleurs que dans le reste du pays, autant de démentis factuels opposés à cette lecture mais ignorés par le procureur. L’annonce de l’émission d’un mandat d’arrêt fut suivie de l’expulsion de nombreuses ONG. L’attention se porta alors sur les effets à prévoir d’une réduction brutale de l’assistance et sur les réactions et condamnations politiques, ce qui rejeta dans l’ombre les questions éthiques et politiques que soulevait l’accusation de génocide par attrition. Si elle était retenue, en effet, cette incrimination ferait des Nations unies, des gouvernements qui les financent et des ONG les « idiots utiles », par incompétence ou par aveuglement, d’un régime génocidaire.</p> <h3>Une justice équivoque</h3> <p>Au-delà de ce cas extrême, les relations entre organisations humanitaires et CPI sont marquées par une double équivoque. Regroupées au sein d’une « Coalition pour la CPI », elles ont fait campagne pour l’adoption du statut de Rome (1998), au nom de la lutte contre l’impunité et de l’intérêt général, la justice étant vue comme le préalable à la paix. D’emblée s’est posée, du moins pour celles d’entre elles particulièrement actives dans les conflits armés, telles le CICR et MSF, la question de leur éventuel témoignage devant la CPI. Être perçu comme un témoin potentiel de l’accusation complique en effet les négociations toujours nécessaires pour accéder à des zones de guerre, donc d’exactions. C’est pourquoi le CICR, acteur humanitaire mandaté par les États, s’est vu reconnaître un statut spécial l’exemptant de toute obligation de coopération avec la Cour. Accordé au CICR de façon permanente, ce privilège peut être revendiqué par d’autres acteurs humanitaires au cas par cas et dans l’esprit de la règle. Si l’équivoque d’un soutien sans participation était prévue et tenable, il n’en va pas de même des rapports entre justice internationale et politique. Il n’est certes pas utopique d’attendre d’une menace pénale un effet dissuasif mais il est vain d’imaginer une guerre sans crimes de guerre. Dès lors, inévitablement, se distinguent ceux qui risquent de tomber sous le coup d’une inculpation et les autres. Seuls des Africains ont fait l’objet de poursuites à ce jour, non en raison d’un biais raciste comme cela est dit parfois mais parce que seuls les États et forces politiques ne disposant pas de protecteur au Conseil de sécurité sont en réalité menacés, ce qui est le cas de la plupart des États de ce continent. Une justice internationale plus juste est-elle possible dans un monde dominé par les rapports de puissance ? Est-elle concevable, dès lors que les crimes politiques mettent en œuvre des pans des sociétés concernées, dispersant dans des processus et interactions complexes la notion de responsabilité individuelle, fondement de la justice moderne ? Certains en doutent, d’autres y voient l’ouverture possible d’espaces politiques nouveaux permettant d’ébranler des rapports de force au profit des opprimés. A chacun de répondre à ces questions. En tout état de cause, c’est la fausse évidence d’une réponse d’emblée positive de la part des organisations humanitaires, tenant pour secondaire l’enjeu des rapports de forces politiques, qui est posée ici comme une équivoque.</p> <p>La guerre en ex-Yougoslavie et le génocide au Rwanda furent les déclencheurs des premières juridictions internationales depuis celles de Nuremberg et de Tokyo, les tribunaux pénaux respectivement d’Arusha et de la Haye suivis de la Cour pénale internationale. Le génocide du Rwanda est directement à l’origine de l’adoption par les Nations unies, en 2005, de la résolution sur la « Responsabilité de protéger » connue sous le nom de R2P. Répondant à « la nécessité d’une réponse décisive en temps opportun », visant à « protéger les populations contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l’humanité », la R2P divisa les acteurs humanitaires. Certains, dont l’auteur de ces lignes, y ont vu une dangereuse réhabilitation de la notion de « guerre juste », d’autres insistèrent sur son aspect dissuasif, l’usage de la force en dernier recours pouvant être un moindre mal. Quoi qu’il en soit, il s’agit non d’une obligation mais d’une possibilité offerte aux membres du Conseil de sécurité de recourir à l’emploi de la force en activant le chapitre VII de la charte, face à des violences de masse. La « responsabilité de protéger » fut invoquée pour la première fois au sujet de la Libye, en mars 2011, débouchant sur la mise à mort du colonel Khadafi. La résolution 1973, qui n’autorisait que la mise en place d’une zone d’interdiction de vol (<em>no fly zone</em>) au-dessus de Benghazi, a conduit au renversement du régime, non sans une certaine logique puisque celui-ci constituait la menace pesant sur la population insurgée. Cette interprétation très extensive est le fait des nations qui invoquèrent des considérations humanitaires lors des débats au Conseil de sécurité, afin de hâter et de légaliser l’emploi préventif de la force. Nul ne peut dire ce qui se serait passé en l’absence de l’opération « <em>Unified Protector </em>» de l’Otan mais la suite des événements en Libye, marquée par la prolifération de groupes armés de toutes sortes, semble avoir relégué la R2P au rang d’accessoire encombrant. Ainsi ne fut-elle pas évoquée dans la résolution 2127 du Conseil de sécurité donnant à la France un mandat de sécurisation des populations civiles et désarmement des milices en République centrafricaine. Les violences de masse y étaient bien réelles, pourtant. Quelles que soient les raisons de sa mise à l’écart, il ressort que la R2P n’apportait en pratique aucun moyen nouveau au Conseil de sécurité, lequel dispose depuis sa création des instruments juridiques permettant l’emploi de la force, sous condition d’un accord de ses membres.</p> <h3>Des risques accrus ?</h3> <p>L’essor continu qu’a connu l’action humanitaire depuis les années 1970 s’est traduit par une multiplication des acteurs: nouvelles ONG, nouveaux donateurs institutionnels, mandat élargi pour certaines agences des Nations unies telles le HCR ou l’Unicef, création d’un bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), expéditions militaires à visée humanitaire. Quasi-absente des médias jusqu’alors, la thématique humanitaire y occupe une place significative, parfois centrale dans les conflits ; des gouvernements lui ont réservé un portefeuille, des enseignements, des colloques et des thèses universitaires lui sont consacrés, d’innombrables témoignages et réflexions d’acteurs publiés. Parallèlement à la croissance des moyens, de la reconnaissance et des budgets, en marge d’actions de terrain toujours plus nombreuses et amples, s’est développé dans le milieu de l’aide un discours mettant l’accent sur l’augmentation des menaces et des attaques visant les acteurs humanitaires. Les populations civiles, et à leurs côtés les équipes humanitaires, seraient devenues l’enjeu et la cible des combattants. La fin de la bipolarité et de ses supposées vertus régulatrices en serait la cause première, qui aurait entraîné une transformation des conflits, désormais intra-nationaux et mettant aux prises des factions hors de tout contrôle extérieur. La fragmentation des groupes armés, guidés par l’appât du gain ou le sectarisme et non plus par une cause politique, l’effacement de la distinction civils-combattants, le non-respect des principes humanitaires en seraient les conséquences. Ce discours s’appuie sur l’existence d’ « incidents de sécurité » réels, c’est-à-dire d’agressions et d’attentats survenus au cours de ces vingt dernières années : l’assassinat d’un délégué du CICR lors de l’attaque d’un convoi humanitaire à Sarajevo (1992) puis celui de six membres du CICR en Tchétchénie (1996), l’attentat meurtrier contre le siège des Nations unies à Bagdad (2003), l’assassinat de 17 employés d’Action contre la faim au Sri-Lanka (2006) parmi d’autres.</p> <p>Les tendances inquiétantes que ce discours présente, comme les analyses d’ensemble dans lesquelles il les inscrit, sont toutefois discutables. On peut arguer que la période a été au contraire marquée par une présence croissante des humanitaires au plus près des zones de conflits et par une augmentation spectaculaire de leurs effectifs sur des territoires autrefois largement inaccessibles. Rapporté à cette évolution, le risque encouru par les humanitaires œuvrant en situation de conflits est en réalité resté stable. Il est exact que les conflits se sont en majorité internalisés, même si tous ont une dimension régionale, mais il est contestable que les civils en soient davantage la cible qu’avant la guerre froide. Bombardements indiscriminés, stratégies de terreur, exécutions d’otages, milices, massacres de civils, viols ont été au cœur de la plupart des conflits auxquels l’humanitaire moderne a été confronté tout au long du XXe siècle et la mortalité liée à la guerre n’a cessé de diminuer depuis la fin de la guerre froide. Les atrocités frappent-elles plus les consciences d’aujourd’hui, ce discours marque-t-il une évolution des sensibilités, une moindre tolérance aux violences de masse ? Le recul et les études manquent pour répondre avec assurance à cette question. Il faut toutefois relever qu’en faisant de l’après-guerre froide l’époque du massacre des civils, elle relègue distraitement dans l’oubli les innombrables victimes et cibles civiles de l’ « âge des extrêmes ».</p> <h3>Questions sur les principes</h3> <p>L’augmentation des dangers auxquels s’exposent les humanitaires concerne en réalité un petit nombre de pays, qui sont tous le siège d’interventions internationales. Il s’agit pour l’essentiel de prises d’otages visant non les humanitaires en tant que tels mais des catégories de personnes présentant une valeur d’échange ou de protection, destinées à être monnayées ou utilisées comme boucliers humains. Confrontées à de telles situations, les organisations humanitaires tendent à confier à des sociétés spécialisées la négociation avec les preneurs d’otages, comme le font dans d’autres circonstances les entreprises. La recherche et les tractations sont alors menées, dans la plus grande discrétion, par d’anciens policiers ou membres des services de renseignement. Ce <em>modus operandi </em>silencieux est sans doute justifié lorsqu’il s’agit de négocier la libération d’employés de compagnies commerciales. Dans le cas d’otages humanitaires, le bien- fondé du secret et l’efficacité de la pure logique financière restent cependant à démontrer, si l’on en juge par la pratique. Les forces politiques se disputant le contrôle de territoires sont généralement soucieuses de ne pas s’aliéner le soutien de la population, la présence d’humanitaires étant l’une des manifestations de cette nécessité, comme cela a été dit plus haut. Aveu de faiblesse pour les dirigeants politiques, source de griefs pour la population, le kidnapping d’humanitaires en zone de conflit armé n’est pas seulement une tragédie pour ceux qui le vivent mais aussi un défi pour des forces politiques dont l’autorité, atteinte, doit être restaurée. Réduire ces enjeux à la recherche d’une transaction commerciale, c’est ignorer la réalité de ces rapports de forces et se priver de la possibilité de les utiliser pour la libération des otages. Les humanitaires disposent d’un espace de négociation spécifique, ce qui explique qu’un nombre significatif d’entre eux aient été libérés sans rançon au terme de campagnes, locales et internationales, de dénonciation publique et de pressions politiques par les acteurs locaux.</p> <p>Qu’il s’agisse de sécurité des acteurs ou de la conduite des opérations d’assistance elles-mêmes, la référence aux principes humanitaires fondamentaux -neutralité, impartialité, indépendance- tient une place limitée dans notre analyse des situations et des positions d’acteurs. Ces principes ont leur importance en tant qu’ils signalent l’engagement de n’avoir d’autre but que de se rendre utile aux victimes, de n’être guidé que par le souci d’en soulager le sort. Ils sont notamment exprimés dans le droit international humanitaire, sous formes de droits et d’obligations des divers acteurs des conflits et sont des éléments importants de négociation entre acteurs de secours et autorités politiques. Ils n’ont cependant guère de valeur analytique, chacun d’entre eux pouvant être interprété dans des sens différents comme nous l’avons vu. L’assistance humanitaire aux réfugiés et déplacés, si neutre et impartiale qu’elle puisse être dans ses intentions, ne saurait l’être aux yeux de tous les acteurs politiques locaux. Le travail clandestin en zone rebelle, pratiqué par de rares ONG, est marqué par la même ambivalence. La détermination des besoins prioritaires par une organisation humanitaire doit moins aux principes généraux dont elle se réclame qu’à ses orientations opérationnelles, ses choix d’allocations de ressources, ses intérêts institutionnels. Leur mise en œuvre passe par des négociations et la recherche de compromis acceptables avec les autorités politiques, au croisement des objectifs et des contraintes des uns et des autres. L’éthique de l’action humanitaire dans la guerre comme dans la paix repose, non pas sur une illusoire mise à distance de la politique, mais sur la volonté de savoir quelle politique poursuivre et quelles limites s’imposer.</p> <p>&nbsp;</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Guerre et humanitaire, 25 juillet 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/guerre-et-humanitaire/guerre-et-humanitaire">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/guerre-et-humanitaire/guerre-et-humanitaire</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3989" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3989&amp;2=reading_list" token="RvVIIJlG9n8SagA7HW8yhrBl2itlF_ZqKqJtl3lidSA"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Guerre et humanitaire</span> Mon, 25 Jul 2016 00:00:00 +0000 Jason-04 3989 at https://www.msf-crash.org Du Biafra à Boko Haram : Quelle aide humanitaire au Nigeria ? https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/guerre-et-humanitaire/du-biafra-boko-haram-quelle-aide-humanitaire-au-nigeria <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2014-10-22T12:00:00Z" class="datetime">22/10/2014</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mer, 10/22/2014 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/boko-haram" hreflang="fr">Boko Haram</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/borno" hreflang="fr">Borno</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Voici en intégralité le dernier "5 à 7 du CICR" enregistré à Paris le 16 octobre dernier. Il s'intitulait : « Du Biafra à Boko Haram : Quelle aide humanitaire au Nigeria ? ».</p> <p>Il réunissait, autour du journaliste Christian Troubé, Rony Brauman, médecin, professeur associé IEP, Directeur du HCRI et ancien président de MSF, Zoran Jovanovic, Chef de la Délégation du CICR au Nigéria, Priscilla Sadatchy, chercheure associée, Groupe de Recherche et d'Information sur la Paix et la Sécurité, Bruxelles et Laurent Viguié, Sous-directeur d'Afrique occidentale à la Direction d'Afrique et de l'océan Indien, ministère des Affaires étrangères ainsi que le chercheur Marc-Antoine Pérouse de Montclos.</p> <p>&nbsp; <div class="videodetector"><iframe frameborder="0" src="https://www.youtube.com/embed/hRlXhrko7Sc?autohide=1&amp;controls=1&amp;showinfo=0"></iframe><input class="remove-videodetector" type="button" value="Remove video" /></div> </p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3735&amp;2=comment&amp;3=comment" token="OQgXHjvUTzEu0paz65ZgzlEvv5OCcKcpByRsPLmuWP8"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3735&amp;2=reading_list" token="Pe3fsJGPU1B-d2IZCu2av7dzVTe0Enle4cRcuFiuom8"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Du Biafra à Boko Haram : Quelle aide humanitaire au Nigeria ?, 22 octobre 2014, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/guerre-et-humanitaire/du-biafra-boko-haram-quelle-aide-humanitaire-au-nigeria">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/guerre-et-humanitaire/du-biafra-boko-haram-quelle-aide-humanitaire-au-nigeria</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3735" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Du Biafra à Boko Haram : Quelle aide humanitaire au Nigeria ?</span> Wed, 22 Oct 2014 00:00:00 +0000 babayaga 3735 at https://www.msf-crash.org MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-systeme-de-laide-le-choix-du-non-choix <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2014-07-03T12:00:00Z" class="datetime">03/07/2014</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/63" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Kesaven-02</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2014-07-03T00:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu, 07/03/2014 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/crisis-management" property="schema:about" hreflang="fr">crisis management</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/histoire-de-lhumanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">histoire de l&#039;humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/cicr" property="schema:about" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" property="schema:about" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/nations-unies" property="schema:about" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/principes-humanitaires" property="schema:about" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/standards-sphere" property="schema:about" hreflang="fr">standards Sphere</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/tsunami" property="schema:about" hreflang="fr">tsunami</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/coordination-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">coordination de l&#039;aide</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman &amp; Michaël Neuman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/index.php/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>On entend souvent au sein de MSF que le système de l’aide, c'est-à-dire l'ensemble des acteurs institutionnels impliqués dans l'aide humanitaire internationale, serait incapable de fournir des secours efficaces, voire que sa capacité à le faire déclinerait. Cette affirmation, qui laisse supposer que MSF serait extérieur au « système », se fonde sur le nombre bien réel et trop élevé de ceux qui auraient besoin d'aide et n'en reçoivent pas, ou pas assez, dans le cadre d'une opération de secours. Or une telle appréciation négative, outre qu'elle pourrait sans peine être appliquée à des opérations dont les membres de MSF sont les plus fiers, laisse de côté les évolutions et transformations, qualitatives et quantitatives, techniques et politiques, qui déterminent les territoires et les savoir-faire de l'aide et donc les enjeux d'aujourd'hui. Pour avoir une portée pratique donc, notre critique ne doit pas être située dans l'absolu d'un monde idéal dans lequel les catastrophes ne produiraient plus de victimes, mais dans une évolution historique et des situations concrètes. Nous souhaitons ici explorer les relations de MSF avec le système de l’aide, tout en montrant l’évolution des ambitions de ce dernier.</p> <h3><br /> Médecins sans Frontières, une organisation hors système ?</h3> <p>Commençons par constater que, loin d'être extérieure au système, MSF compte parmi les cinq plus importantes organisations ou fédérations du milieu – qui engagent à elles seules 38% des dépenses engagées par les ONG internationales<span class="annotation">“The State of the humanitarian system - 2012”, ALNAP.</span>. Qui plus est, elle est, au sein de ce groupe, la seule organisation revendiquant d’agir spécifiquement dans le domaine de la santé.</p> <p>L’histoire de MSF est marquée dès sa fondation par des relations continues, parfois conflictuelles, avec certains acteurs de l'aide et par la volonté affichée de ne pas être confondue avec eux (agences onusiennes, armées, Croix-Rouge, ONG). L'attitude de l’organisation a varié selon les époques, les contextes et les sections nationales. C'est pourquoi il est nécessaire de saisir cette relation ambivalente dans le cours de son histoire, en se gardant de la confondre avec le récit institutionnel qui en est fait. Mener cet exercice nécessiterait en principe de revenir sur les controverses internes à l’organisation. Nous n’abordons pourtant pas en profondeur ces polémiques dont certaines ont fait l’objet de revues détaillées<span class="annotation">See MSF Speaking out case studies (www.speakingout.msf.org).</span>.</p> <p>L’idée que MSF se fait de sa relation avec les acteurs de l’aide est sous l'influence plus ou moins explicite du mythe des origines de l'association, celui d'une rupture de ses fondateurs avec la Croix-Rouge lors de la guerre du Biafra (1967-1970), conséquence d'une dénonciation du « génocide » perpétré selon eux par l'armée nigériane. Bien qu'elle ne corresponde que lointainement à la réalité historique<span class="annotation">Rony Brauman, « Les liaisons dangereuses du témoignage humanitaire et des propagandes politiques. Biafra, Cambodge, les mythes fondateurs de Médecins Sans Frontières », in M. Le Pape, C. Vidal, J. Siméant (dir.) Crises extrêmes, Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Ed. La Découverte, 2006.</span>, cette version de l'événement est restée dominante, fournissant aux MSF une toile de fond sur laquelle inscrire leurs premières prises de position publiques et dessiner un profil spécifique dans le milieu de l'aide internationale.</p> <p>Factuellement, c'est la polémique sur le détournement de l’assistance au Cambodge après l'éviction du régime Khmer rouge et la mise en place par le Vietnam d'un gouvernement à Phnom Penh, qui fut le premier clivage entre MSF et la majorité des acteurs de l'aide, en 1979-80. MSF, qui entretenait des rapports étroits avec le Fonds d'aide d'urgence de la Commission européenne (dont est issu Echo)<span class="annotation">Le fonds d'aide d'urgence finançait une grande part de nos opérations à la frontière khméro-thaïlandaise et à la frontière somalo-éthiopienne, les deux grandes interventions en camps de réfugiés menées par MSF à cette époque.</span>, estimait que l'assistance étrangère tombait entre les mains de l'armée vietnamienne d'occupation, alors que d'autres ONG contestaient ce fait et appelaient au contraire à renforcer l'aide au Cambodge dans un contexte de famine supposée. La 'Marche pour la Survie du Cambodge', protestation symbolique organisée à la frontière khméro-thaïlandaise avec IRC (International Rescue Committee) en février 1980 suscita une intense controverse dans les milieux de l'aide et dans la presse<span class="annotation">Rony Brauman op.cit.</span>.</p> <p>Ces conflits politiques et éthiques, où se retrouvait la ligne de partage de la Guerre froide, demeuraient cependant sans conséquence sur les relations de MSF avec les acteurs de l'aide dans d'autres domaines, notamment avec le HCR (United Nations High&nbsp;Commissionner for refugees)<span class="annotation">Le HCR finançait à l'époque des ONG spécialisées, dont MSF, travaillant dans les camps de réfugiés. Plus qu'un bailleur de fonds, il était un partenaire opérationnel.</span>. MSF recevait des fonds de cette agence des Nations unies avec laquelle elle coopérait dans tous les camps et continuait de travailler avec le Fonds d'aide d'urgence européen, participant aux instances de coordination de l'assistance. Sur les différents terrains où elle œuvrait, MSF participait aux instances de coordination sous l'égide d'autorités locales ou des Nations unies, estimant indispensables ces échanges orientés vers l'action. Elle ne jugeait pas utile, en revanche, de rejoindre les plate-formes d'ONG en Europe, tel le SCHR (Steering Committee for Humanitarian Response (1972)) ou Voice (1982) car elle n'y retrouvait pas l'écho de ses préoccupations.</p> <p>Au cours des années 1980, plusieurs sections nationales de MSF furent créées (Belgique, Suisse, Hollande, Espagne), renforçant sa position dans le système de l'aide. Les relations avec celui-ci se poursuivirent, la coopération coexistant avec la critique. Elles reproduisaient les clivages politiques du moment, tels qu’ils parcouraient également l’organisation, alors en pleine croissance : la section française puis par la suite la section hollandaise travaillaient en priorité – mais pas exclusivement – dans les situations de conflits armés, de déplacements de populations et de catastrophes naturelles, tandis que les sections belge, suisse et espagnole s'orientaient davantage vers la coopération médicale visant à développer et renforcer les structures locales de santé publique, là aussi de façon non exclusive, notamment pour la section belge. Les désaccords n'étaient pas rares entre sections, qui se divisaient sur les prises de position publiques comme sur les orientations opérationnelles, chacune cédant à la tentation de se présenter comme le « véritable » MSF.</p> <p>Le mouvement a été parfois proche de la rupture, comme en témoigne l'exclusion de la section grecque en 2000 suite à la guerre du Kosovo. Les dirigeants du mouvement estimaient alors que MSF-Grèce avait été trop proche des nationalistes serbes pendant la guerre. À cette exception près, la volonté de maintenir les liens l'a toujours emporté in fine, mais de telles tensions rendaient plus difficile encore une représentation commune dans les instances de l'aide. Sur le terrain, chaque section avait sa propre représentation et son propre siège dans les instances de coordination locale. C'est encore le cas dans la plupart des pays, bien que la pression interne pour plus de mutualisation soit forte.</p> <p>Des positions partagées furent cependant défendues : ainsi MSF adopta-t-elle et promut- elle la liste des médicaments essentiels de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), qu'elle contribua à faire évoluer, tout en se prononçant contre le rôle confié par cette organisation aux « agents de santé communautaire » dans la stratégie des soins de santé primaire. De même MSF soutint activement le PEV (Programme élargi de vaccination) promu par l'OMS et l'Unicef tout en critiquant les « journées de mobilisation vaccinale » soutenues par l'Unicef.<span class="annotation">See Jean-Hervé Bradol, « Soigner la Santé », in Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l’expérience de MSF, La Découverte, Paris, 2011. (Version anglaise disponible en ligne: http://www.msfcrash.org/livres/en/caring-for-health.)</span></p> <p>La famine qui survint en Éthiopie en 1984 et l'opération internationale de secours qui la suivit fut le premier moment dans l'histoire de MSF (le seul avec le Tsunami dans l’océan Indien en 2004 – 2005), de rupture nette avec l'ensemble du dispositif de l'aide, ONG et Nations unies confondues. La section française de MSF accusa le gouvernement éthiopien d'utiliser les secours pour mettre en œuvre sa stratégie de transferts forcés de populations et se confronta à l'ensemble des acteurs présents sur le terrain, UNDP (United Nations Development Program) en premier lieu.</p> <p>Trois registres d'arguments toujours actuels furent opposés à MSF : rupture du principe de neutralité humanitaire, incompréhension des urgentistes face aux enjeux du développement, sabotage de la collecte des fonds en cours. À des degrés et dans des circonstances diverses, ces arguments se retrouveront plus tard au cœur d'autres polémiques publiques (notamment à la suite du tsunami de 2004). Celles-ci ne rompirent pas les liens de coopération entre MSF et ses interlocuteurs habituels, mais elles illustrent la singularité de certaines positions de MSF dans le milieu des ONG. Les principes humanitaires se prêtant à des interprétations très variables, les désaccords évoqués plus haut n'ont jamais cessé d'exister et ne peuvent que persister.</p> <p>C'est dans le but de les réguler que MSF s'est engagée à la fin des années 1980 dans la mise en place d'une structure internationale avec un triple objectif : gérer la marque et le logo, se doter d'une instance de concertation, aider au règlement des différends entre sections – avec en mémoire le procès intenté par MSF-France à MSF-Belgique en 1985 – et enfin assurer sa propre représentation collective auprès des organismes internationaux. Un Conseil international fut créé (1990), composé de deux dirigeants de chaque section et un secrétariat international fut installé à Bruxelles (il sera déplacé à Genève en 2004). S'affirmaient ici, outre le besoin impérieux d'un rapprochement de sections nationales créées au cours des années précédentes, la nécessité assumée d'entretenir des relations suivies avec les grands acteurs de l'aide et la volonté partagée de faire entendre une voix spécifique dans le milieu. Ces réformes facilitèrent la collaboration de MSF avec les autres organisations. Au cours des années 1990, MSF soutint la campagne contre les mines (en tant que simple adhérent à la coalition), participa activement à la coalition des ONG pour la Cour Pénale Internationale ainsi qu’aux débuts du Projet Sphère<span class="annotation">Voir infra</span>.</p> <h3><br /> L'aide comme outil de « Crisis Management »</h3> <p>Le déploiement d’assistance dans des territoires en proie à des conflits est devenu, avec la fin de la Guerre froide, un élément d'importance croissante dans l’agenda des Nations unies, manifestant l’avènement d’importantes opérations de secours militarisées pensées comme un outil de gestion des crises, ce que traduisit une série de décisions institutionnelles dans les années 1990.</p> <p>En décembre 1991, au lendemain de l’opération ‘Provide Comfort’ (rapatriement sous protection alliée de la population kurde du nord de l’Irak, suite à la première guerre d'Irak), la résolution de l’Assemblée générale 46/182 réaffirma le rôle des Nations unies dans le leadership et la coordination de la réponse humanitaire. Un Département des Affaires humanitaires fut institué en remplacement de l’Organisation des Nations unies pour les secours en cas de catastrophe (UNDRO), organe qui n’a jamais su convaincre de son utilité ; le IASC (<em>Inter Agency Standing Committee</em>) fut mis en place sous la présidence du Coordinateur des secours d’urgence des Nations unies ; l’Union européenne établit ECHO, une direction générale de l’aide humanitaire de la Commission européenne, destinée à organiser ses financements humanitaires. L’ « Agenda pour la Paix » du Secrétaire général des Nations unies Boutros Boutros Ghali constitua en juillet 1992 la boîte à outil de l’intégration des différentes missions de l’organisation des Nations unies au service de sa mission première : « le maintien de la paix et de la sécurité internationales ne pouvaient être dissociées de sa tâche de résoudre les problèmes internationaux de nature économique, sociale, culturelle ou humanitaire »<span class="annotation">Jeff Crisp, “Humanitarian action and coordination”, in The Oxford Handbook on the United Nations, 2008. Traduction des auteurs.</span>.</p> <p>La Somalie privée de gouvernement et en proie à la guerre et à la famine fournit au Secrétaire général de l'ONU le laboratoire de cette nouvelle forme d'intervention associant aide d'urgence, maintien de l'ordre et state building. Un an plus tard, constatant pour la première fois de son existence, que l'on tuait au nom de l’humanitaire, la section française de MSF se retira de Somalie en 1993 et le fit savoir bruyamment afin de se dissocier de cette politique<span class="annotation">Voir Rony Brauman, Le crime humanitaire - Somalie, 1993, Arléa. Disponible en ligne: http://www.msfcrash.org/drive/e8e1-rb-1993-somalie-le-crime-humanitaire-_fr-p.10_.pdf)</span>&nbsp;<span>tout en se maintenant dans le système.</span></p> <p>Au cours de cette décennie 1990 en effet, MSF renforça ses liens avec les autres agences de l’aide, cherchant à susciter au sein même des arènes humanitaires des débats sur la relation du secteur de l’aide à la politique, sur la protection des populations et sur la qualité de l’assistance. Déjà membre d’ICVA depuis 1991, MSF devint membre du SCHR en juillet 1997, à la demande du CICR qui en était membre et s’y trouvait isolé. L’organisation devint de fait signataire du « Code de conduite pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et pour les organisations non-gouvernementales (ONG) lors des opérations de secours en cas de catastrophe » établi en 1994.</p> <p>Le partage d’informations et la production d’un langage commun apparaissaient comme une nécessité, pour MSF comme pour de nombreuses organisations d’aide dans le contexte des grandes opérations d'assistance des années 1990 dont l'ampleur et les ambitions (protection des civils, rendu de compte, rapidité et étendue de la couverture) étaient sans commune mesure avec celles des années 1980.</p> <p>La préoccupation que l’aide humanitaire se réduisait à une performance technique fut particulièrement illustrée à l’occasion du déploiement massif des secours internationaux&nbsp;dans les camps de réfugiés rwandais autour de Goma. Après une première phase d'urgence due à des épidémies de choléra et de shigellose qui firent plus de 50 000 morts en quelques semaines<span class="annotation">“Public health impact of Rwandan refugee crisis: what happened in Goma, Zaire, in July, 1994?”, Goma Epidemiology Group. Lancet. 1995 Feb 11;345(8946):339-44.;</span>, l'aide s’organisa. Techniquement correcte mais aveugle aux réalités politiques du territoire dans lequel elle prenait place, elle devint un instrument qui put être utilisé par les dirigeants militaires et administratifs du génocide qui avaient pris le contrôle des camps.</p> <p>Pour la plupart des acteurs, l'échec résidait dans les insuffisances qualitatives, au demeurant bien réelles, des opérations de secours. La réponse à l'épidémie de choléra avait été très faible, en effet, au moins à ses débuts. Néanmoins, selon MSF, il importait avant tout de faire le constat des limites de l'action humanitaire et de mener une réflexion critique concernant le détournement de l’action des organismes d'aide – ONG et OIG – par des politiques criminelles<span class="annotation">Rony Brauman, La responsabilité humanitaire, article issu du dossier des Etats généraux de l’action et de droit humanitaire, Colloque organisé par le CICR, Paris, 27 et 28 novembre 2001.</span>.</p> <p>MSF voyait sa participation au projet Sphère, lancé en 1997 à l’initiative du SCHR dans le but de définir « un ensemble de principes communs et de standards universels minimaux garantissant la qualité de l’intervention humanitaire » et d’établir une « Charte humanitaire » comme un moyen de se mettre d’accord avec les autres participants sur les principes de bases de l’action humanitaire et de partager et diffuser des techniques. Elle prit part à l’initiative tout en estimant que ces standards se situaient en dessous de ceux qu’elle avait déjà définis dans le cadre de sa politique de secours. Finalement, MSF se retira du projet Sphère en 2003. La décision fut justifiée d’une part par l’argument que « l’action humanitaire [était] trop complexe pour être réduite à une performance technique » et d’autre part par celui selon lequel les normes établies par Sphère étaient devenues trop rigides.<span class="annotation">Lettre envoyée aux missions par Rafa Villa Sanjuan, Secrétaire international de MSF, 25 mars 2003.</span></p> <h3><br /> L’illusion de crises sans victimes</h3> <p>Les crises du début et du milieu des années 1990 accélérèrent la course vers la définition de normes et de standards, étape considérée comme indispensable pour améliorer la qualité d'ensemble de l'assistance. Certaines des carences des dispositifs de secours avaient été rendus explicites par l’ « Evaluation conjointe de l’Assistance d’urgence au Rwanda », conduite sous les auspices de l’OCDE. Bien qu’il puisse être argumenté que Goma, du fait d’un terrain difficile et de la magnitude particulière de la crise n’était pas le terrain le plus adapté pour se livrer à cet exercice d’évaluation, il n’en reste pas moins qu’il a conduit à un certain nombre de progrès bienvenus.</p> <p>Les initiatives se succédèrent dans un mouvement rapide et ininterrompu jusqu’à aujourd’hui : People in Aid (1995) destinée à ‘promote better management and support of staff and volunteers, ALNAP (Active Learning Network for Accountability and Performance - 1997) dédiée à ‘improving the quality and accountability of humanitarian action’, le projet avorté de Humanitarian Ombudsman project (1999) remplacé plus tard par le HAP (Humanitarian Accountability Partnership - 2003), ou encore le Good Humanitarian Donorship (2003), « une tentative », pas moins, « de corriger une partie du système humanitaire », The Humanitarian Accountability and Quality Management Standard (2007), ELRHA (enhancing Learning and Research for Humanitarian assistance - 2009), qui examine actuellement des manières de certifier et d’accréditer le personnel humanitaire, la IASC Needs Assessment Task Force (2009), etc.</p> <p>Le « Rapport sur l’Etat de l’humanitaire »<span class="annotation">“The State of the humanitarian system - 2012”, ALNAP</span> <span>estimait en 2012 à 4400 le nombre d’ONG&nbsp;</span>« mettant en œuvre une action humanitaire de manière régulière », et le nombre de travailleurs humanitaires (2010) à 274 000. «Entre 1988 et 2008, le budget consacré à l’aide humanitaire fut multiplié par dix, pour atteindre 11.2 milliards de dollars. »<span class="annotation">Don Hubert, Cynthia Brassard Boudreau, “Shrinking humanitarian space? Trends and prospects on security and access”, the Journal of Humanitarian assistance, 24 novembre 2010. http://sites.tufts.edu/jha/archives/863</span> Dans le même temps, les ambitions du système se sont largement accrues. ALNAP convenait ainsi qu’un « autre aspect de la définition du ‘système humanitaire’ implique, non pas ce qu’est le système, mais qu’elles sont les attentes qu’on place en lui. L’éventail des actions considérées comme ‘humanitaires’ varie et semble s’étendre. »<span class="annotation">“The State of the humanitarian system - 2012”, op.cit.</span></p> <p>Une enquête spécifique serait nécessaire pour tenter de déterminer l'impact direct des initiatives mentionnées plus haut sur les pratiques ultérieures des acteurs humanitaires. En son absence, on peut néanmoins constater que, dans plusieurs situations de crise majeure comme du Darfour/Tchad (2003-...) ainsi que plus récemment encore lors du tremblement de terre en Haïti en janvier 2010, la professionnalisation de l'aide et la préoccupation de sa qualité ont produit des résultats, dont certains sont mesurables.</p> <p>L’ « évaluation nutritionnelle et de la sécurité alimentaire de la population affectée par le conflit au Darfour» (2007) signalait une diminution importante de la mortalité au sein de la population de déplacés et de résidents dans les régions affectées par le conflit : de 0,72 en 2004, elle passa successivement à 0,46 en 2005, 0,35 en 2006 puis 0,29 en 2007, soit largement sous le seuil d’urgence de 1/10000/jour. La malnutrition diminua également, certes dans des proportions moins importantes : de 21,8% en 2004, elle passa à 16,1% en 2007. En dépit de problèmes persistants signalés par MSF dans les camps, au sein de la population des enfants les plus jeunes, on ne peut que constater une amélioration de la situation sanitaire globale d’une population affectée par un conflit violent et des déplacements massifs dont le statut sanitaire semblait largement dépendant de l’aide humanitaire internationale.</p> <p>Ces aspects encourageants ne sont que rarement notés, y compris au sein de MSF. Ils le sont moins encore dans le domaine des catastrophes naturelles si l'on en juge par le discours dominant : au sein du système de l’aide, on conserve de l’intervention humanitaire consécutive au tremblement de terre à Haïti de janvier 2010, le souvenir d’une grande pagaille, d’une faillite de la coordination tant du point de vue du gouvernement que de celui des Nations unies ainsi que de « well documented failings of the international community ».<span class="annotation">Voir IASC Transformative Agenda Information note for NGOs April 2012 from SCHR, InterAction and ICVA.</span> Pourtant, ce chaos n'a pas empêché que les opérations de secours – soins médicaux d’urgence en particulier – démarrent dans les premières heures de la catastrophe, et montent en puissance pendant 15 jours pour atteindre un niveau sans précédent, dans des conditions d’accès difficiles (aéroport détruit, voies d’accès encombrées et endommagées, administrations publiques sinistrées)<span class="annotation">Rony Brauman et Fabrice Weissman, Aide internationale : ce qui se passe en Haïti, 12 janvier 2011. http://www.msf-crash.org/sur-le-vif/2011/01/14/409/aide-internationale-ce-qui-se-passe-en-haiti/</span><span>. L’approvisionnement en eau potable a été assuré, de même que la fourniture et la distribution de vivres […], menées de manière acceptable vu l’ampleur et la soudaineté du</span>&nbsp;désastre.</p> <p>Il faut noter que ce tremblement de terre a peu d'équivalents dans l'histoire : quel autre événement -hors guerre- a produit plusieurs dizaines de milliers de morts et autant de blessés en quelques minutes ? Les deux catastrophes naturelles récentes et comparables, séisme du Cachemire (2005) et tsunami d'Asie du Sud-Est (2004) viennent à l'esprit, mais un examen rapide montre des différences majeures : au Cachemire, l'armée pakistanaise a pris efficacement la direction des secours, assistée par de puissantes ONG locales, y compris activistes<span class="annotation">Marion Pechayre, Humanitarian action in Pakistan 2005 – 2010, Feinstein International Centers, Tufts University, 2011.</span>. L'aide internationale, notamment les Croix-Rouge et MSF, est venue en complément. C'est le contraire qui s'est passé à Haïti, où les quelques quinze mille blessés soignés le furent sous l'égide de l'aide internationale en dépit des carences de coordination. Quant au tsunami, il a détruit des vies beaucoup plus qu'il n'a blessé et c'est à tort que l'on a décrit la crise majeure de ce moment comme une urgence vitale. Contrairement à Haïti, les équipes et structures médicales envoyées dans la province d'Aceh étaient inutiles, l'aide d' « urgence » fut un immense gaspillage<span class="annotation">Rony Brauman, “Catastrophes naturelles. Do Something », in Agir à tout prix? Négociations humanitaires : L’expérience de MSF , La Découverte, Paris, 2011. (Disponible en ligne : http://msf-crash.org/livres/agir-a-toutprix/catastrophes-naturelles-do-something)</span>. Mais contrairement à Haïti, encore, la reconstruction d'Aceh est une réussite, dont le crédit revient à la politique volontariste du gouvernement de Djakarta et à une bonne coopération des donateurs. Il est frappant de constater qu'un tel succès, pourtant rare dans ce domaine, est largement ignoré alors qu'il devrait largement étudié.</p> <p>La carence des abris d'urgence et de la reconstruction, en quantité comme en qualité, demeure jusqu'à ce jour la faille principale de l'assistance, carence dont la responsabilité se partage entre l'État haïtien et les bailleurs de fonds. Les annonces initiales faites par l'ONU et certaines ONG prétendant s'attaquer à la reconstruction (« Build Back Better »), n'ont-elles pas créé des attentes impossibles à satisfaire parce que relevant en premier lieu de la capacité et de la volonté des autorités politiques du pays ? Environ 200,000 Haïtiens vivent aujourd'hui encore sous des abris de fortune trois ans après la destruction de leur maison. Comment le « système de l'aide » en viendrait-il à bout alors que bien plus encore vivent depuis des décennies dans des bidonvilles<span class="annotation">http://www.amnesty.org/fr/for-media/press-releases/haiti-three-years-earthquake-housing-situation-catastrophic-2013-01-11</span> <span>? C'est le discours illusoire de</span>&nbsp;toute-puissance du « système de l'aide » qui doit être mis ici en cause, et non son supposé échec.</p> <p>S'il est important de prendre acte de l'amélioration globale des performances de l'aide, il n'est pas moins essentiel de constater ses insuffisances sectorielles ou géographiques. La question des abris pour les populations déplacées en est un exemple, de même que la faiblesse voire l'inexistence de la réponse internationale à la multiplication des crises sanitaires et politiques centrafricaines dont le coût humain s'alourdit chaque jour. On pense également à l'Angola en 2002, lorsque l'aide fut mise par l'ONU au service du&nbsp;« règlement » politique du conflit au prix d'un blocus provoquant une famine meurtrière dans les zones contrôlées par l'Unita<span class="annotation">Christine Messiant, “Angola : Malheur aux vaincus”, in Fabrice Weissman (dir.), A l’ombre des guerres justes. L’ordre international cannibal, Flammarion, Paris, 2003.</span>.</p> <p>Pour ces raisons, Médecins sans Frontières est restée méfiante vis-à-vis des tentatives de coordination et de normalisation tous azimuts qui ont continué de voir le jour ces dernières années sous l’impulsion des Nations unies et d’ONG. Cette méfiance n'a pu que se renforcer à la suite des invasions de l’Afghanistan (2001) et de l’Irak (2003) et du mouvement d’alignement de la plupart des acteurs de l’aide sur les objectifs politiques des coalitions. Entre 2003 et 2007, MSF a donc quitté InterAction et le SCHR et elle s’est maintenue à distance des clusters issus de la réforme humanitaire des Nations unies (2005). MSF considérait que son intégration avec les coalitions globales du milieu de l’aide tournées vers l’édification de l’Etat revenait à s’aligner politiquement avec des parties belligérantes. A ces différentes occasions, la référence aux principes de neutralité et d’impartialité a souvent servi de marqueur à MSF pour se distinguer des autres acteurs de l’aide et justifier un positionnement isolationniste.</p> <p>Nous avons souligné le changement de registre de l'aide internationale après la fin de la guerre froide. L'intégration de l'aide humanitaire dans la boîte à outils du « Crisis Management » a entraîné un changement d'échelle des opérations mais également des ambitions : l'aide circonscrite pour l'essentiel à la périphérie des zones de crises se satisfaisait d'alléger une partie des conséquences humaines des crises. Dans la nouvelle configuration marquée par la volonté de contenir les conflits et les déplacements de&nbsp;populations à l’intérieur des frontières et celle d’une gestion internationale des crises traversées par les pays concernés telle qu'elle apparut lors de l'opération Restore Hope en Somalie, elle ambitionne désormais de traiter les problèmes à la racine, jusqu'à devenir parfois un instrument de « state » ou de « nation building ». Ce mouvement ascendant, porté par une professionnalisation et des ressources accrues, a permis de produire des secours de meilleure qualité et de portée plus vaste que lors de la période précédente. Il est cependant menacé par la tentation de l'hubris : analyser le génocide au Rwanda ou le grand nombre de victimes du séisme de Haïti comme des « échecs de l'humanitaire », c'est attribuer implicitement à l'aide un pouvoir hors de mesure avec ce qu'elle est. C'est donc lui assigner des objectifs et susciter des attentes inatteignables, par conséquent la condamner à l'échec permanent et à perdre de vue les problèmes, carences et erreurs qu'elle peut réellement corriger.</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Michaël Neuman, MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix, 3 juillet 2014, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-systeme-de-laide-le-choix-du-non-choix">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-systeme-de-laide-le-choix-du-non-choix</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3983" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3983&amp;2=reading_list" token="HX3Pj4KX6LZ1_eRWbUts_QEfSA3Dykn-P4HZ8VJeX08"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix</span> Thu, 03 Jul 2014 00:00:00 +0000 Kesaven-02 3983 at https://www.msf-crash.org MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-systeme-de-laide-le-choix-du-non-choix <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2014-07-03T12:00:00Z" class="datetime">03/07/2014</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu, 07/03/2014 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/crisis-management" hreflang="fr">crisis management</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/histoire-de-lhumanitaire" hreflang="fr">histoire de l&#039;humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/cicr" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/nations-unies" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/principes-humanitaires" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/standards-sphere" hreflang="fr">standards Sphere</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/tsunami" hreflang="fr">tsunami</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/coordination-de-laide" hreflang="fr">coordination de l&#039;aide</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman &amp; Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/index.php/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>On entend souvent au sein de MSF que le système de l'aide, c'est-à-dire l'ensemble des acteurs institutionnels impliqués dans l'aide humanitaire internationale, serait incapable de fournir des secours efficaces, voire que sa capacité à le faire déclinerait.</p> <p>Cette affirmation, qui laisse supposer que MSF serait extérieur au « système », se fonde sur le nombre bien réel et trop élevé de ceux qui auraient besoin d'aide et n'en reçoivent pas, ou pas assez, dans le cadre d'une opération de secours.</p> <p>Or une telle appréciation négative, outre qu'elle pourrait sans peine être appliquée à des opérations dont les membres de MSF sont les plus fiers, laisse de côté les évolutions et transformations, qualitatives et quantitatives, techniques et politiques, qui déterminent les territoires et les savoir-faire de l'aide et donc les enjeux d'aujourd'hui. Pour avoir une portée pratique donc, notre critique ne doit pas être située dans l'absolu d'un monde idéal dans lequel les catastrophes ne produiraient plus de victimes, mais dans une évolution historique et des situations concrètes. Nous souhaitons ici explorer les relations de MSF avec le système de l'aide, tout en montrant l'évolution des ambitions de ce dernier.</p> <p><strong>Médecins sans Frontières, une organisation hors système ?</strong></p> <p>Commençons par constater que, loin d'être extérieure au système, MSF compte parmi les cinq plus importantes organisations ou fédérations du milieu - qui engagent à elles seules 38% des dépenses engagées par les ONG internationales (1). Qui plus est, elle est, au sein de ce groupe, la seule organisation revendiquant d'agir spécifiquement dans le domaine de la santé.</p> <p>L'histoire de MSF est marquée dès sa fondation par des relations continues, parfois conflictuelles, avec certains acteurs de l'aide et par la volonté affichée de ne pas être confondue avec eux (agences onusiennes, armées, Croix-Rouge, ONG). L'attitude de l'organisation a varié selon les époques, les contextes et les sections nationales. C'est pourquoi il est nécessaire de saisir cette relation ambivalente dans le cours de son histoire, en se gardant de la confondre avec le récit institutionnel qui en est fait. Mener cet exercice nécessiterait en principe de revenir sur les controverses internes à l'organisation. Nous n'abordons pourtant pas en profondeur ces polémiques dont certaines ont fait l'objet de revues détaillées(2).</p> <p>L'idée que MSF se fait de sa relation avec les acteurs de l'aide est sous l'influence plus ou moins explicite du mythe des origines de l'association, celui d'une rupture de ses fondateurs avec la Croix-Rouge lors de la guerre du Biafra (1967-1970), conséquence d'une dénonciation du « génocide » perpétré selon eux par l'armée nigériane. Bien qu'elle ne corresponde que lointainement à la réalité historique (3), cette version de l'événement est restée dominante, fournissant aux MSF une toile de fond sur laquelle inscrire leurs premières prises de position publiques et dessiner un profil spécifique dans le milieu de l'aide internationale.</p> <p>Factuellement, c'est la polémique sur le détournement de l'assistance au Cambodge après l'éviction du régime Khmer rouge et la mise en place par le Vietnam d'un gouvernement à Phnom Penh, qui fut le premier clivage entre MSF et la majorité des acteurs de l'aide, en 1979-80. MSF, qui entretenait des rapports étroits avec le Fonds d'aide d'urgence de la Commission européenne (dont est issu Echo)(4), estimait que l'assistance étrangère tombait entre les mains de l'armée vietnamienne d'occupation, alors que d'autres ONG contestaient ce fait et appelaient au contraire à renforcer l'aide au Cambodge dans un contexte de famine supposée. La ‘Marche pour la Survie du Cambodge', protestation symbolique organisée à la frontière khméro-thaïlandaise avec IRC (International Rescue Committee) en février 1980 suscita une intense controverse dans les milieux de l'aide et dans la presse (5).</p> <p>Ces conflits politiques et éthiques, où se retrouvait la ligne de partage de la Guerre froide, demeuraient cependant sans conséquence sur les relations de MSF avec les acteurs de l'aide dans d'autres domaines, notamment avec le HCR (United Nations High Commissionner for refugees)(6). MSF recevait des fonds de cette agence des Nations unies avec laquelle elle coopérait dans tous les camps et continuait de travailler avec le Fonds d'aide d'urgence européen, participant aux instances de coordination de l'assistance. Sur les différents terrains où elle œuvrait, MSF participait aux instances de coordination sous l'égide d'autorités locales ou des Nations unies, estimant indispensables ces échanges orientés vers l'action. Elle ne jugeait pas utile, en revanche, de rejoindre les plate-formes d'ONG en Europe, tel le SCHR (Steering Committee for Humanitarian Response (1972) ou Voice (1982) car elle n'y retrouvait pas l'écho de ses préoccupations.</p> <p>Au cours des années 1980, plusieurs sections nationales de MSF furent créées (Belgique, Suisse, Hollande, Espagne), renforçant sa position dans le système de l'aide. Les relations avec celui-ci se poursuivirent, la coopération coexistant avec la critique. Elles reproduisaient les clivages politiques du moment, tels qu'ils parcouraient également l'organisation, alors en pleine croissance : la section française, puis par la suite la section hollandaise travaillaient en priorité - mais pas exclusivement - dans les situations de conflits armés, de déplacements de populations et de catastrophes naturelles, tandis que les sections belge, suisse et espagnole s'orientaient davantage vers la coopération médicale visant à développer et renforcer les structures locales de santé publique, là aussi de façon non exclusive, notamment pour la section belge. Les désaccords n'étaient pas rares entre sections, qui se divisaient sur les prises de position publiques comme sur les orientations opérationnelles, chacune cédant à la tentation de se présenter comme le « véritable » MSF.</p> <p>Le mouvement a été parfois proche de la rupture, comme en témoigne l'exclusion de la section grecque en 2000 suite à la guerre du Kosovo. Les dirigeants du mouvement estimaient alors que MSF-Grèce avait été trop proche des nationalistes serbes pendant la guerre. À cette exception près, la volonté de maintenir les liens l'a toujours emporté in fine, mais de telles tensions rendaient plus difficile encore une représentation commune dans les instances de l'aide. Sur le terrain, chaque section avait sa propre représentation et son propre siège dans les instances de coordination locale. C'est encore le cas dans la plupart des pays, bien que la pression interne pour plus de mutualisation soit forte.</p> <p>Des positions partagées furent cependant défendues : ainsi MSF adopta-t-elle et promut-elle la liste des médicaments essentiels de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), qu'elle contribua à faire évoluer, tout en se prononçant contre le rôle confié par cette organisation aux « agents de santé communautaire » dans la stratégie des soins de santé primaire. De même MSF soutint activement le PEV (Programme élargi de vaccination) promu par l'OMS et l'Unicef, tout en critiquant les « journées de mobilisation vaccinale » soutenues par l'Unicef.(7)</p> <p>La famine qui survint en Éthiopie en 1984 et l'opération internationale de secours qui la suivirent fut le premier moment dans l'histoire de MSF (le seul avec le Tsunami dans l'océan Indien en 2004 - 2005), de rupture nette avec l'ensemble du dispositif de l'aide, ONG et Nations unies confondues. La section française de MSF accusa le gouvernement éthiopien d'utiliser les secours pour mettre en œuvre sa stratégie de transferts forcés de populations et se confronta à l'ensemble des acteurs présents sur le terrain, UNDP (United Nations Development Program) en premier lieu.</p> <p>Trois registres d'arguments toujours actuels furent opposés à MSF : rupture du principe de neutralité humanitaire, incompréhension des urgentistes face aux enjeux du développement, sabotage de la collecte des fonds en cours. À des degrés et dans des circonstances diverses, ces arguments se retrouveront plus tard au cœur d'autres polémiques publiques (notamment à la suite du tsunami de 2004). Celles-ci ne rompirent pas les liens de coopération entre MSF et ses interlocuteurs habituels, mais elles illustrent la singularité de certaines positions de MSF dans le milieu des ONG. Les principes humanitaires se prêtant à des interprétations très variables, les désaccords évoqués plus haut n'ont jamais cessé d'exister et ne peuvent que persister.</p> <p>C'est dans le but de les réguler que MSF s'est engagée à la fin des années 1980 dans la mise en place d'une structure internationale avec un triple objectif : gérer la marque et le logo, se doter d'une instance de concertation, aider au règlement des différends entre sections - avec en mémoire le procès intenté par MSF-France à MSF-Belgique en 1985 - et enfin assurer sa propre représentation collective auprès des organismes internationaux. Un Conseil international fut créé (1990), composé de deux dirigeants de chaque section et un secrétariat international fut installé à Bruxelles (il sera déplacé à Genève en 2004).</p> <p>S'affirmaient ici, outre le besoin impérieux d'un rapprochement de sections nationales créées au cours des années précédentes, la nécessité assumée d'entretenir des relations suivies avec les grands acteurs de l'aide et la volonté partagée de faire entendre une voix spécifique dans le milieu. Ces réformes facilitèrent la collaboration de MSF avec les autres organisations. Au cours des années 1990, MSF soutint la campagne contre les mines (en tant que simple adhérent à la coalition), participa activement à la coalition des ONG pour la Cour Pénale Internationale ainsi qu'aux débuts du Projet Sphère(8)...</p> <p><strong><a href="http://www.grotius.fr/msf-systeme-laide-choix-du-choix/" target="_blank"><span>Lire la suite sur Grotius.fr</span></a></strong></p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3728&amp;2=comment&amp;3=comment" token="52pTnLJhXVbwM1y-nJrhMfROCJEd2J9k2Uj4wOLIGno"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3728&amp;2=reading_list" token="b37XH_FtZiVG_zf1W96tBJVEP8mGMt42uTT-LJn966E"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Michaël Neuman, Rony Brauman, MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix, 3 juillet 2014, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-systeme-de-laide-le-choix-du-non-choix">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-systeme-de-laide-le-choix-du-non-choix</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3728" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">MSF et le système de l’aide: Le choix du non-choix</span> Thu, 03 Jul 2014 00:00:00 +0000 babayaga 3728 at https://www.msf-crash.org MSF et le CICR : questions de principes https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-cicr-questions-de-principes <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2013-05-01T12:00:00Z" class="datetime">01/05/2013</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mer, 05/01/2013 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/cicr" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/principes-humanitaires" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/temoignage" hreflang="fr">témoignage</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Qu'est-ce qui distingue, qu'est-ce qui rapproche Médecins Sans Frontières (MSF) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ? La question est venue du rédacteur en chef de cette revue, c'est-à-dire de la Croix-Rouge, mais elle est régulièrement discutée à MSF, qui aurait pu tout aussi bien interroger un membre du CICR sur le même sujet.</p> <p>Elle l'est d'autant plus que, depuis le début des années 1990, les deux organisations se retrouvent fréquemment en situation de coopération étroite,en particulier dans des villes en guerre ; leur états-majors se rencontrent régulièrement, leurs membres parlent aujourd'hui le même langage et partagent les mêmes rejets, notamment dans le domaine des relations entre humanitaires civils et intervenants militaires. En somme, leur vocation «dunantiste», innée pour l'une, acquise pour l'autre, les rapprocherait au point qu'il deviendrait difficile, voire superflu, decaractériser leur(s) différence(s),&nbsp; l'essentiel résidant en ce qui les rassemble.</p> <p>C'est ce dont je vais discuter dans les lignes qui suivent, après avoir précisé que je n'entrerai pas ici dans le concret des secours, qui se borne pour l'essentiel aux soins médicaux pour MSF tandis qu'il revêt bien d'autres aspects au CICR, ce qui rendrait très délicate toute tentative d'évaluation croisée de l'action d'ensemble de ces organisations. Je me concentrerai sur leurs choix opérationnels en situation de conflits, les principes qui les sous-tendent et l'expression publique de ceux-ci, indiquant au passage que, contrairement au CICR, le travail dans un contexte de guerre ne représente pas plus d'un tiers de l'ensemble des opérations de MSF. Cette délimitation du champ de la comparaison permet de réfléchir aux discours et pratiques des deux organisations en situations analogues. Elle laisse entière une difficulté majeure pour le raisonnement, tenant à leurs structures très différentes. Le CICR se caractérise en effet par une parole publique univoque. Ses appels et déclarations sont clairement signés « Comité International Genève », selon la formule figurant sur les emblèmes, alors qu'il n'en va pas de même pour MSF, composée de cinq sections nationales dites « centres opérationnels » , auxquelles sont reliées des « sections partenaires ». Chacune a son histoire et sa forme organisationnelle, sa culture en somme, et les désaccords entre elles - et en leur sein - ne manquent pas, ce qui complique et fragilise, sans toutefois l'interdire, le traitement de MSF comme une entité homogène. Cet article n'est donc pas l'expression d'une doctrine partagée mais celle de réflexions parcourant l'ensemble du mouvement MSF sans prétendre le représenter.</p> <p><strong>Le mythe du Biafra</strong></p> <p>Il est communément admis que MSF fut créée en réaction à l'obligation de silence que s'engageaient à respecter les personnels de la Croix-Rouge française travaillant sous l'égide du CICR pendant la guerre du Biafra (1967-1970), au refus d'une neutralité de principe que les médecins français tenaient pour une complicité passive avec le gouvernement nigérian accusé par ses adversaires de commettre un génocide. Le silence de tous, et notamment du CICR, face à l'extermination des juifs sous le IIIème Reich, constituait la toile de fond de cette accusation. « J'avais signé, je fus parjure. Dès mon retour [du Biafra] en France, écrit Bernard Kouchner , je créai un " Comité contre le génocide au Biafra ". Mon raisonnement était simple. Je n'acceptais pas de reproduire la faute du CICR qui, pendant la guerre de 1939-1945, n'avait pas dénoncé les camps d'extermination nazis. On trouve là la genèse de Médecins sans Frontières et de Médecins du Monde. » B. Kouchner décrit dans ces lignes la raison d'être du « témoignage humanitaire », enjeu moral, parole agissante, appel à la mobilisation. Il fallait s'émanciper d'une organisation qui, ligotée par ses contraintes diplomatiques, reproduisait « la faute » commise pendant la seconde guerre mondiale . Parler, dénoncer, prendre le parti des victimes contre leurs assassins, telle allait être la ligne de ce nouvel engagement humanitaire incarné par MSF, créée en 1971 en rupture, donc, avec la « culture du silence » imposée par la Croix-Rouge.</p> <p>L'historienne Marie-Luce Desgrandschamps a montré ce que doit ce récit à la reconstruction rétrospective, soulignant notamment que les articles publiés par les médecins français avaient été fort bien reçus à Genève, le CICR demandant même au journal Le Monde l'autorisation de reproduire de larges extraits de l'un d'eux dans la Revue de la Croix-Rouge, ce qui fut fait en janvier 1969 . Il est vrai que Bernard Kouchner et Max Récamier y décrivaient avec éloquence les horreurs de cette guerre et le rude travail des volontaires humanitaires, sans porter d'accusation contre le gouvernement nigérian. Certains d'entre eux estimaient nécessaire d'aller plus loin et de dénoncer les atrocités commises par les troupes fédérales, tandis que d'autres en tenaient pour un rappel plus diplomatique aux engagements du gouvernement. En réalité, indique Marie-Luce Desgrandschamps, la ligne les séparant ne passait « apparemment pas seulement entre les quelques médecins français et le CICR, mais plutôt entre personnel au Biafra et personnel responsable de la gestion d'ensemble de l'opération, au sein-même du CICR. » La publication par celui-ci de l'article du Monde, comme le retour ultérieur de ses signataires au Biafra, toujours avec la Croix-Rouge, atteste que les tensions étaient loin du point de rupture décrit des années plus tard.</p> <p>Il n'empêche, le mythe d'une dénonciation conduisant à une rupture avec la Croix-Rouge, du refus de consentir par le silence au supposé génocide des Biafrais, s'est imposé comme récit des origines. Non pas sur le moment, d'ailleurs, mais à la fin des années 1970, lorsque l'action humanitaire et ses porte-parole commencèrent à intéresser les médias, voire à en faire parfois les gros titres. Ce n'est qu'alors qu'il devint la marque distinctive de MSF , aux yeux de ses membres comme à ceux de la presse : « Aller [au secours des victimes] est une démarche humanitaire ; dénoncer leurs bourreaux reste une démarche militante. Ce cocktail fait toute la valeur de MSF » éditorialisait Le Monde le jour de l'annonce du prix Nobel de la paix attribué à MSF en 1999 . Contrairement à ce qui fut abondamment dit et écrit à l'occasion de ce prix Nobel, relevons que la notion d' « ingérence humanitaire » ne fut jamais évoquée au sujet du Biafra, la formule (signée de Bernard Kouchner) datant des années 1980 pour désigner le « droit » de passage clandestin de frontières que s'accordaient des médecins humanitaires pour pénétrer dans certaines zones de guerre interdites d'accès ; quant à l'accusation de génocide, compréhensible à la lumière des atrocités commises par l'armée fédérale, on sait qu'elle fut avant tout un instrument politique, un levier de mobilisation en faveur de l'indépendance du Biafra. Ce que l'on a alors appelé « témoignage humanitaire » appartient donc au registre de l' « action psychologique » soit, en termes plus prosaïques, à la propagande de guerre.</p> <p>Est-ce à dire que, cet épisode n'étant au mieux qu'un malentendu, au pire une manipulation politique, une fois le mythe déconstruit, MSF se rendrait finalement aux raisons de la Croix-Rouge et se définirait comme son rejeton médical ? Non, mais la question ne cesse de se poser comme l'atteste la suite de l'histoire de MSF, la prise de parole publique et la dénonciation le cas échéant étant à la fois une affirmation constante de MSF et une pierre d'achoppement interne tout au long de l'existence de l'association. Ainsi, la charte adoptée par MSF lors de sa création indiquait dans son deuxième paragraphe : « Œuvrant dans la plus stricte neutralité et une complète indépendance, s'interdisant toute immixtion dans les affaires intérieures des Etats, des gouvernements et des partis sur le territoire desquels ils sont appelés à servir,... » et, comme pour lever toute incertitude, réaffirmait dans son quatrième paragraphe que les MSF « s'abstiennent de porter un jugement ou d'exprimer publiquement une opinion - favorable ou hostile - à l'égard des événements, des forces et des dirigeants qui ont accepté leur concours. » On ne saurait trouver formulation plus appuyée condamnant les positions prises par certains des fondateurs, dont seule une courte majorité avait travaillé au Biafra. Sans doute s'agissait-il de donner par avance des gages de confiance aux gouvernements des pays dans lesquels la toute jeune association se proposait d'agir. N'étant pas fondateur de MSF et n'ayant pas retrouvé traces des débats entre ceux-ci, nous ne sommes pas en mesure de rendre compte avec certitude des raisons ayant conduit à l'adoption de ces dispositions. Reste qu'avec une telle charte, MSF s'inscrivait dans la tradition d'un humanitaire silencieux, entièrement tourné vers l'assistance médicale, que n'aurait pas renié le CICR. Lequel restait au demeurant la référence primordiale des membres de MSF. On verra que c'est dans une tension incessante, et qui n'a pas disparu à ce jour, entre une aspiration à une parole publique forte et une discrétion plus propice à de bonnes relations avec les pouvoirs politiques, que MSF a écrit son histoire.</p> <p><strong>De quoi parlons-nous ?</strong></p> <p>Dans un article intitulé « Speaking out or remaining silent », l'ex-président du CICR Jacob Kellenberger rappelle en substance que, pour accomplir son objectif exclusif de protéger et assister les victimes des conflits armés, le CICR doit s'assurer que sa présence est acceptée par toutes les parties, condition indispensable pour mettre en œuvre son mandat partout dans le monde. Il ajoute que le CICR ne s'interdit pas de commenter publiquement certaines situations mais doit éviter toute condamnation unilatérale ou trop explicite envers l'une des parties ; prenant en compte le fait que le CICR peut alors être accusé de contribuer au maintien d'une image acceptable des oppresseurs, il indique que l'action des nombreuses organisations de plaidoyer rend cet argument caduque et dispense le CICR de revoir ses priorités. Force est de reconnaître que dans nombre de situations, MSF n'agit pas autrement, allant même parfois jusqu'à renoncer par écrit à toute expression publique non explicitement approuvée au préalable par les autorités gouvernementales, comme ce fut le cas au Sri Lanka, lors de lors de l'attaque gouvernementale contre la guérilla du LTTE (Liberation Tigers of Tamil Eelam) de janvier-avril 2009 qui se conclut par l'écrasement des séparatistes et la mort sous les bombes de dizaines de milliers de civils. Décidé à mener à huis-clos son offensive terminale, le gouvernement avait interdit les zones de combats à toutes les organisations humanitaires à l'exception du CICR, seul autorisé à y accéder pour en évacuer des blessés par voie maritime. Dans cette configuration extrême, MSF a accepté, selon les termes de la présidente de sa section française, d' « accumuler les renoncements [à s'exprimer sur les massacres et les camps], en attendant qu'à l'ordre de la guerre totale en succède un autre où l'humanitaire aurait sa place . »</p> <p>Il n'est pas dans l'objet de ce texte de restituer le trajet sinueux des diverses positions et controverses publiques ainsi que des tensions qu'elles ont suscitées . Ayant rappelé que la revendication d'une parole critique, voire dénonciatrice, constitue, avec la pratique médicale en situation de crise, la « signature » de MSF, ce qui l'éloigne de facto du CICR, on s'interrogera plutôt sur l'interprétation des principes communs des deux organisations, le « dunantisme » dont MSF se réclame également, et qui les rapproche . La raison pour laquelle plusieurs des fondateurs de MSF s'interrogèrent sur le bien-fondé de la neutralité du CICR tient in fine, comme le montre Marie-Luce Desgrandschamps à leur soutien politique à la cause indépendantiste biafraise, position dans laquelle leurs successeurs ne se reconnaissent assurément pas. Ceux-ci n'en rejettent pas moins, comme leurs prédécesseurs, un « apolitisme » humanitaire qui trouverait refuge dans une stricte neutralité de principe leur interdisant toute parole publique pouvant être interprétée comme partisane. Le parti-pris de confidentialité du CICR n'est naturellement pas un vœu de silence : le CICR s'exprime publiquement mais pour l'essentiel sous forme d'appels lancés aux parties belligérantes à respecter leurs obligations conventionnelles. Il lui arrive également, comme ce fut le cas à la suite du massacre de Douéké, Côte d'Ivoire (mars 2011), de mettre en lumière des atrocités, désignant indirectement les coupables sans toutefois les nommer . De manière exceptionnelle, lors de la guerre du Darfour en 2004 par exemple, le CICR est allé jusqu'à pointer la responsabilité spécifique d'un gouvernement dans la commission d'exactions de masse . On conçoit sans difficultés que, gardien et promoteur du droit humanitaire international, acteur diplomatique donc, le CICR se tienne à l'intérieur des limites que lui assigne ce droit, fort par ailleurs des capacités d'action qu'il lui confère de manière spécifique. On constate également que sa présence publique s'est intensifiée au cours de ces deux dernières décennies.</p> <p>Refusant de son côté une quelconque obligation statutaire de réserve, MSF a modifié sa charte en 1991, en supprimant les lignes concernant l' « immixtion dans les affaires intérieures des États » et interdisant l'expression publique d'un jugement, pour les remplacer par des références aux principes de neutralité, d'impartialité et d'indépendance. Cet ajustement de son texte fondateur aux pratiques ultérieures le contredisant ne rend pas pour autant MSF libre de sa parole à l'instar des organisations de défense des droits de l'homme. Comme le CICR, MSF accorde la priorité à l'aide concrète de terrain à laquelle elle subordonne d'autres éventuels objectifs. Elle se donne cependant le « droit » de s'exprimer publiquement contre des exactions répétées dont ses membres seraient les témoins exclusifs, revendiquant de mettre en balance sa présence sur le terrain lorsque celle-ci lui semble entrer dans le cycle-même de l'oppression. C'est ce qu'a fait par exemple la section belge de l'organisation, dénonçant la torture pratiquée par les nouvelles autorités libyennes à Misrata en janvier 2012, lesquelles n'attendaient des médecins qu'une remise en état des victimes permettant la reprise des interrogatoires . Plus que la torture elle-même, pratiquée dans bien d'autres pays d'intervention de MSF, c'est le rôle de complices actifs en tant qu'agents de l'optimisation de ses résultats, qu'a refusé ici MSF. Cette décision suscita en retour une réaction du CICR sous la forme d'un web update dans lequel était soulignée la présence de ses délégués dans les centres de détention, critique indirecte de la position de MSF . Éviter de devenir les auxiliaires médicaux d'une oppression, qu'il s'agisse de torture, de déplacements forcés de populations, de famine, tel est le motif principal de prises de position publiques pouvant le cas échéant déboucher sur un retrait ou une expulsion des équipes de MSF : à défaut de pouvoir empêcher l'exécution d'un crime, il est toujours possible, pour un acteur extérieur, d'éviter d'y participer. L'histoire de l'association est rythmée par de telles positions relevant de l'analyse de ses responsabilités politiques plus que du témoignage humanitaire à proprement parler : Cambodge (1980), Éthiopie (1985), Bosnie (1994), camps de réfugiés rwandais à Goma en RDC (1994), guerre en RDC (1996-1997), Corée du Nord (1999), Darfour (2005), Libye (2012) comptent parmi les principaux moments de cette histoire, pour ne retenir que les situations de conflits, lesquelles n'épuisent pas ce registre puisque MSF travaille dans bien d'autres contextes que les guerres .</p> <p><strong>Des principes à interprétation variable</strong></p> <p>Aucune de ces positions n'est indemne de critiques et toutes ont fait l'objet de discussions internes et parfois de controverses publiques. En cause, leur bien-fondé parfois mais surtout la rupture du principe de neutralité. Remarquons en premier lieu pour y répondre que la question du seuil au-delà duquel le compromis, toujours nécessaire à l'action, se fait compromission ne pouvant être tranchée de manière générale, le risque est grand qu'elle demeure à l'état d'invocation rituelle, et force est de constater que « first do no harm » est devenu un mot d'ordre largement repris dans les forums humanitaires. Reste que garder à l'esprit le risque de voir son action retournée contre ceux à qui elle est destinée, c'est se préparer à s'en protéger ; accepter par exemple que, dans des cas extrêmes, l'abstention puisse être préférable à l'action, traduction du principe hippocratique du « primum non nocere », c'est se donner le premier des moyens nécessaires pour négocier avec les forces belligérantes, ou simplement faire pression sur elles, en recourant le cas échéant à une mise en cause publique. Ajoutons en second lieu que, la notion de neutralité étant plus vague et interprétable que le simple refus de prendre part à des controverses politiques, ces positions publiques ne sont pas nécessairement en elles-mêmes une atteinte au principe de neutralité. L'historienne Irène Hermann nous rappelle en effet qu' « en temps de guerre ou de conflictualité, la neutralité peut désigner la garantie de ne pas subir la violence ambiante et s'apparente alors à de l'inviolabilité. De manière moins traumatique, elle prend couramment un deuxième sens dérivé et caractérise alors ceux qui n'appartiennent à aucun camp, comme le fait aussi le mot d'impartialité. Enfin, le concept présente de nombreuses analogies avec la notion d'indépendance et se rapporte ainsi à la possibilité de prendre des décisions sans avoir à en référer à une instance supérieure. » Si toute critique adressée publiquement à un pouvoir politique peut être qualifiée, généralement par celui-ci et ses partisans, de rupture de la neutralité « politique », on peut objecter en toute rigueur que c'est l'assentiment au pouvoir politique qui peut, au contraire, être constitutif de cette rupture.</p> <p>Ces lignes sont écrites alors que la guerre fait rage en Syrie. Étant parvenu à mettre en place trois unités chirurgicales en zone rebelle, sans obtenir l'autorisation gouvernementale pour y travailler officiellement, MSF poursuit ses tentatives, par une autre de ses sections (sud-africaine) non présente dans les « zones libérées », de s'y implanter légalement. En février 2012, se fondant sur des témoignages recueillis auprès de blessés syriens qu'elle soignait en Jordanie, l'association avait dénoncé l'usage des installations médicales par les autorités officielles pour capturer des opposants présumés . On peut arguer qu'une telle position publique revient à accuser l'un des belligérants et représente donc une atteinte au principe de neutralité - une de plus ! -, comme on peut faire valoir au contraire qu'elle signale une rupture du principe d'inviolabilité des lieux de soins et que rendre publique la rupture d'un principe essentiel ne peut être tenu pour une rupture de ce principe. De son côté, le CICR mène dans ce pays une opération d'assistance de grande ampleur aux côtés du Croissant rouge arabe syrien (CRAS), distribuant notamment des vivres et de l'eau à plus d'un million de personnes. Agir par le truchement d'une société nationale de Croix-Rouge ou Croissant-Rouge peut être source d'une remarquable efficacité, comme ce fut le cas aux plus durs moments de la guerre en Somalie, mais ne va pas sans soulever de questions en d'autres circonstances, telles le conflit armé syrien. S'il ne fait aucun doute que des membres des branches locales Croissant-Rouge arabe syrien s'efforcent d'agir au mieux des intérêts des victimes quelles qu'elles soient, il n'en reste pas moins que cet organisme, comme ses homologues, se définit comme un « auxiliaire des pouvoirs publics » et donc des forces armées. Cela explique pour partie l'hostilité dont il est l'objet de la part de groupes armés syriens (sans justifier, bien entendu, les attaques meurtrières que certains de ceux-ci ont menées contre des employés du CRAS) et amène à s'interroger, comme on peut le faire au sujet de MSF en zone rebelle, sur l'impartialité des opérations de la Croix-Rouge internationale dans ce pays. Les observations concernant les visites aux prisonniers de guerre et internés civils conduites par le CICR étant confidentielles, c'est-à-dire réservées aux autorités, dans ce pays comme ailleurs, nous ne sommes pas en mesure de les intégrer dans notre analyse.</p> <p>Tout en reconnaissant que les biens distribués sont très utiles, et même indispensables, à ceux qui les reçoivent, on peut s'interroger sur l'adéquation des priorités de distribution au principe d'impartialité, puisque celles-ci, sous de telles contraintes, ne peuvent correspondre à l'échelle des besoins vitaux. Pourtant, là encore, il nous faut d'abord avoir à l'esprit les variations de sens de cette notion apparemment limpide et univoque. Réfléchissant sur les principes d'engagement des organisations humanitaires internationales, la philosophe Jennifer Rubinstein met justement en évidence la tension entre deux objectifs également humanitaires: d'une part la priorité accordée aux besoins les plus urgents, d'autre part la maximisation de la réduction de la souffrance (« prioritizing the worst off and maximizing harm reduction »), deux manières distinctes de répondre aux besoins induits par une crise, deux façons d'opérer qui ne s'excluent pas systématiquement, certes, mais peuvent en certains cas se contredire et se traduisent par des dispositifs opérationnels différents . MSF-Hollande met ainsi clairement en avant sa priorité d'atteindre « en toute situation ceux qui ont subi les plus grands torts ou se trouvent dans le plus grand besoin, plutôt que de rechercher le plus grand impact pour le plus grand nombre ». Autrement dit, lorsque les deux objectifs ne sont pas simultanément possibles, le premier l'emporte sur le second. Un ordre semblable de priorités se retrouve en Irak, MSF se concentrant sur les cas chirurgicaux complexes tandis que l'action du CICR s'étend, au-delà de ses actions conventionnelles (prisonniers, disparus) à la réhabilitation d'infrastructures (eau, électricité) et au renforcement de capacités de production agricole.</p> <p><strong>Le sens politique de l'action</strong></p> <p>On retrouve là les choix respectifs de priorités de MSF et du CICR en Syrie, qu'il faut se garder toutefois de généraliser comme représentatifs d'orientations exclusives. Comme leurs homologues, toutes deux configurent leurs divers programmes selon l'une ou l'autre de ces priorités. Il ne s'agit pas ici de les juger moralement mais de souligner que, comme nous l'avons vu sous d'autres aspects pour la neutralité, l'impartialité se prête à des interprétations pratiques très différentes, voire opposées, mais aussi fondées l'une que l'autre au regard des objectifs généraux de l'action humanitaire. Les organisations humanitaires étant conduites, en toutes situations, soit à arbitrer entre ces stratégies opérationnelles, soit à les combiner, elles gagneraient à les rendre explicites, pour elles-mêmes en premier lieu, faute de quoi elles se contentent de mettre en avant des principes abstraits, de vaines normes juridico-morales que leur action peine à illustrer. S'agissant de la Syrie, le choix du CICR de bâtir sa communication publique sur un «dialogue constructif » avec le gouvernement, choix que traduit la satisfaction, certes prudente et conditionnelle, exprimée par son président à l'issue de rencontres avec les plus hautes autorités de Damas, ne peut qu'accentuer le questionnement concernant son impartialité. Il revient certes aux États de respecter l'impartialité du CICR et des acteurs humanitaires mais ce sont in fine ceux-ci qui doivent répondre de leurs décisions. De fait, les contacts avec la rébellion ne furent que fugitivement évoqués dans les communiqués et déclarations de presse suivant la dernière visite du président de l'organisation à Damas en septembre 2012. L'échec, pour raisons de sécurité, de plusieurs tentatives de convois cross-border à destination des populations sous contrôle de la rébellion, ainsi que la difficulté d'identifier des interlocuteurs considérés comme crédibles au sein de celle-ci sont les principales raisons de l'absence du CICR des « zones libérées » syriennes , celui-ci affirmant sa volonté tenace d'atteindre les victimes du conflit dans leur ensemble à partir de Damas .</p> <p>Les missions illégales (selon le droit du pays concerné et le droit international humanitaire) sont rares à MSF, car d'une part elles sont étroitement tributaires de configurations politiques singulières, d'autre part l'association entend entretenir des relations correctes avec les gouvernements, condition généralement nécessaire pour maximiser les services rendus. Du simple fait, cependant, que diverses organisations d'aide sont parvenues à s'implanter dans des régions syriennes sous l'égide de groupes d'opposants, l'observateur est amené à comprendre que, selon le CICR, de louables efforts humanitaires sont accomplis par Damas, tandis que l'opposition reste, elle, justiciable au contraire d'appels au respect du droit international humanitaire. Mettant cette asymétrie en évidence, ce n'est pas l'action du CICR que nous discutons mais son discours sur celle-ci et donc le sens politique qu'il lui donne. C'est sans doute là, dans le sens politique attribué à l'action, que réside la différence essentielle entre les deux organismes. Pour MSF, dès lors qu'il devenait pensable, car possible, d'installer une mission médicale auprès d'une partie de la rébellion, il fallait le faire, seules des considérations pratiques (accès autorisé par un pays voisin, existence d'une zone libérée, identification de partenaires crédibles) étant prises en compte pour mettre en place, si elle est jugée utile, une mission médicale illégale. Décider au contraire de privilégier le dialogue avec les autorités légales pour agir à partir des zones gouvernementales relève donc, du point de vue de MSF, d'un légitimisme auquel elle se refuse, ou encore d'un choix politique par défaut, et non d'une simple option pragmatique. Les contraintes institutionnelles, comme les problèmes de sécurité et les modalités opérationnelles, sont spécifiques et doivent être présentes à l'esprit pour comprendre cette différence de positionnement mais elles n'en rendent pas entièrement compte. Il faut y ajouter les cultures particulières des deux organisations, autrement dit la manière dont elles (se) représentent leurs histoires respectives et dont elles débattent ou non, en leur sein et en public, de leurs rapports aux pouvoirs et aux forces politiques.</p> <p>Pendant la guerre de Libye, le CICR s'est installé sans tarder dans les « zones libérées », décision remarquable parce que rare. Bien que ce soit sous l'égide de la Croix-Rouge au Biafra, elle-même s'engageant dans cette voie à la suite des organisations chrétiennes, que s'est instituée cette façon de faire, elle est devenue une marque d'identité pour MSF et une exception pour le CICR. Symboliquement significatif pour MSF, parce qu'en prise directe avec son récit des origines, ce modus operandi exprime la façon dont l'association se pense la plus utile dans certaines situations de guerre, ce qui justifie l'importance des moyens qui lui sont consacrés. Au-delà cependant du contexte syrien, en situation de guerre comme en temps de paix, MSF alloue ses ressources selon des critères sujets à la même interprétation élastique des principes, se prêtant à la même mise en discussion éthique, que le CICR. Affirmer son impartialité, c'est énoncer une intention qui a toute sa valeur, mais n'informe en rien sur le contenu de l'action.</p> <p><strong>Agir, dénoncer.</strong></p> <p>La question des dénonciations publiques d'atrocités commises par des belligérants se pose différemment en revanche, comme on l'a vu au sujet de la torture et des attaques contre des lieux de soins. On est loin pourtant d'une opposition franche. Plus encline que le CICR à s'engager dans cette voie pour les raisons exposées au début de cet article et parce qu'elle n'est pas tenue par un devoir de confidentialité, MSF s'y risque moins, en effet, que dans la première période de son existence, notamment en raison du fait que l'activisme antitotalitaire, qui sous-tendait ses dénonciations publiques au cours des années 1970-1980, a perdu de sa pertinence avec la fin de la guerre froide ; mais aussi parce que l'accent a été mis davantage sur l'analyse critique des formes d'instrumentalisation stratégique de l'aide dans le contexte du néo-interventionnisme libéral des années 1990-2000. Dans ces nouvelles situations de conflits, la critique de la rhétorique humanitaire et des secours utilisés à des fins contre-insurrectionnelles l'emportait sur la dénonciation des crimes dont l'existence était dévoilée par la presse et les ONG de droits de l'homme, Human Rights Watch en particulier, infiniment plus actives dans les conflits armés qu'elles ne l'étaient auparavant. Rompant avec son « wilsonisme » des origines, MSF s'est donc peu à peu rapprochée du « dunantisme ». Jusqu'à se confondre avec lui ? C'est ce que l'on peut parfois penser, au regret d'une partie significative des MSF, et qui rend en tout cas impossible toute différenciation tranchée entre les deux organismes sur ce point. Pourtant, s'il est un épisode récent de l'histoire qui donna lieu à critiques au sein de MSF, ce fut le silence du CICR sur les sévices d'Abu Ghraib : nombre de membres de MSF, y compris l'auteur de ces lignes, pensaient que le CICR lui-même était à l'origine de la « fuite » de son rapport sur les prisons irakiennes. La déception fut grande lorsqu'il apparut que l'information provenait d'un employé de l'administration américaine, puisque ce que nous voyions comme la construction d'un rapport de forces politique s'avéra finalement n'être qu'un accident de parcours. «Nous sommes actifs dans plus de 70 pays et visitons plus de 460 000 détenus. C'est notre mission. Si nous commentions publiquement chacune de nos visites, nous n'aurions plus accès aux prisonniers», précisait alors la porte-parole du CICR . Sans aucun doute, mais on peut supposer que la diffusion des photos et la révélation du contenu du rapport, par des voies détournées qu'aurait pu discrètement prendre le CICR, auraient fortement incité les dirigeants américains à prendre des mesures rapides, bénéfice non négligeable pour les victimes. Quant au risque d'entraves ultérieures à l'accès qu'entraîneraient de telles pratiques, il est à mettre en regard du regain de crédit public et donc de force de négociations ultérieures qu'il pourrait susciter. Tel est du moins le calcul de risque politique, défendable dans le contexte évoqué, qui avait notre préférence.</p> <p>On se gardera là encore de donner à cette critique une portée générale, les marges de manœuvre des opérateurs humanitaires en matière de dénonciations publiques étant, comme on l'a dit, très limitées. En Syrie, toujours, travaillant sous l'égide d'organisations liées à l'opposition, MSF n'est pas significativement plus libre de ses mouvements ni de ses paroles que le CICR ne l'est de son côté. L'une et l'autre peuvent soutenir à bon droit que le travail d'information réalisé par les organisations de défense des droits de l'homme et par la presse lève pour l'essentiel toute hypothèque morale pesant sur leur présence - selon la parabole du CICR à Auschwitz rappelée plus haut -, dans la mesure où ils ne sont pas partie prenante à une entreprise de dissimulation, la réalité des exactions et des massacres étant connue de tous. On voit néanmoins par là que la « stricte indépendance », dont se réclament les « dunantistes » doit être comprise, non comme une illusoire position de souveraineté sur sa propre action mais comme la recherche d'un espace de négociations, la quête de compromis acceptables .</p> <p><strong>Des principes, et après ?</strong></p> <p>MSF et le CICR d'aujourd'hui sont proches par leurs origines, leur culture de l'action en situation de conflits armés, leur budget, leur souci affiché de se tenir à distance des visées politiques des différentes forces à l'œuvre sur les terrains où ils opèrent. Asymétriques et ambivalentes au cours des vingt premières années d'existence de MSF, leurs relations se sont renforcées depuis les années 1990, tout particulièrement depuis la guerre de 1994 au Rwanda, lorsque l'une et l'autre, MSF travaillant sous le drapeau et l'autorité du CICR à Kigali, dénoncèrent le génocide en cours. Chacune accorde désormais à l'autre, dans un geste de valorisation mutuelle, le statut de mètre-étalon à l'aune duquel sont mesurées d'autres actions humanitaires. Si certaines de leurs activités démentent ce statut, il n'en reste pas moins que leurs efforts soutenus d'amélioration de la qualité et de l'efficacité de leurs opérations leur confèrent des titres bien réels à revendiquer une telle position de leaders. Cela, ajouterons-nous, au risque d'un aveuglement technocratique à leurs erreurs ou aux effets pervers de leur action.</p> <p>Partant d'une démarche fondée sur des principes juridico-éthiques communs, la neutralité, l'impartialité et l'indépendance, les deux organisations déploient leur action selon des modalités tantôt voisines, tantôt éloignées, montrant dans ces variations l'étendue des possibles que recèle leur « morale minimum », selon l'expression du philosophe Michael Walzer . La mission de comparaison qui nous a été confiée n'est pas accomplie, celle-ci requérant à notre sens un examen détaillé de programmes comparables mis en œuvre dans un même contexte, laquelle réduirait la portée de l'analyse à une évaluation opérationnelle singulière. Si intéressant qu'il puisse être, cet exercice a été laissé de côté au profit d'une réflexion sur les principes communs destinée à mieux mettre en lumière des choix de positionnement différents bien que découlant d'une référence identique. La « justice distributive du temps de guerre », raison d'être et fondement de légitimité des deux organisations ne leur fournit que l'illusion d'un idiome commun, celui des principes partagés qu'elles se plaisent inlassablement à mettre en avant. Loin de prôner l'abandon pur et simple de ceux-ci, leur fonction de boussole étant précieuse, nous soutenons que bien d'autres considérations, relevant de cultures politiques et opérationnelles différentes, interviennent dans les processus de décisions. La boussole n'indiquant pas le relief, elle ne saurait tracer un quelconque et improbable « bon chemin humanitaire ». Ni l'action ni l'image de MSF et du CICR ne gagneraient à se confondre l'une avec l'autre, qu'il s'agisse des modalités de leurs prises de parole publiques ou de leurs positionnements de terrain. Loin de chercher à se rapprocher dans la quête d'une image de l'autre en miroir, c'est à une exigence de cohérence interne et d'utilité pratique que l'une et l'autre, comme leurs homologues, doivent travailler. Enfin, si la valorisation de la réflexion critique et du débat interne est une particularité de MSF, présente dans ses différentes sections, elle n'est guère audible du côté du CICR. C'est un contraste marqué entre les deux organisations.</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3711&amp;2=comment&amp;3=comment" token="B5F2hIh3LvaHHaEr0579IbM6psvt_-T5CVhKvOMDAOc"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3711&amp;2=reading_list" token="zJn8a-YAaqf2bIt-6p43UQo3BsmVQ6SA5CR-qXl_E0E"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, MSF et le CICR : questions de principes, 1 mai 2013, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-cicr-questions-de-principes">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/msf-et-le-cicr-questions-de-principes</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3711" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">MSF et le CICR : questions de principes</span> Wed, 01 May 2013 00:00:00 +0000 babayaga 3711 at https://www.msf-crash.org Sans frontières mais pas sans passeports https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/sans-frontieres-mais-pas-sans-passeports <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2010-07-20T12:00:00Z" class="datetime">20/07/2010</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/64" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Corinne-03</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2010-07-20T00:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 07/20/2010 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/histoire-de-lhumanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">histoire de l&#039;humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" property="schema:about" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/cicr" property="schema:about" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/medias" property="schema:about" hreflang="fr">médias</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/arche-de-zoe" property="schema:about" hreflang="fr">Arche de Zoé</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><h4>Régis Debray. D'où vient le nom de Médecins Sans Frontières ? En protestation contre quoi ? Mû par quelle ambition ?</h4> <p><strong>Rony Brauman.</strong> <span>Le nom de MSF ne provient pas d'une protestation mais d'une affirmation. On peut s'en convaincre au vu du nom précédent donné par Bernard Kouchner et ses amis à l'association qu'ils avaient fondée à la suite de leur expérience au Biafra : Groupe d'Intervention Médico-Chirurgicale d'Urgence (GIMCU). L'espace d'intervention de ce groupe n'est pas précisé dans l'intitulé mais il s'agit bien entendu du monde. Le corps souffrant à apaiser, le corps blessé à réparer sont déclarés comme valeur et comme programme, dans une affirmation d'universalité de la blessure et de la maladie. Ils sont passés de GIMCU à Médecins Sans Frontières, d'une description à une allégorie, ce qui sonnait beaucoup mieux. “Jeunes Sans Frontières”, une association de voyages pour étudiants, existait déjà, l'idée d'un monde rendu accessible par les charters aériens était nouvelle et cette capacité nouvelle de mobilité intercontinentale était au coeur du projet. De même que la médecine d'urgence, qui s'organisait sous la forme du SAMU dont la raison d'être était - et demeure - d'amener l'hopital vers le patient, avant d'amener le patient à l'hopital. L'ambition initiale des fondateurs de MSF, telle qu'elle est décrite à l'époque, était la création de ce corps international d'urgentistes mais elle a varié par la suite..</span></p> <p>Comme toute bonne idée, elle semble une évidence après-coup mais elle n'allait pas de soi à une époque où, pour le dire vite, le collectif disqualifiait l'individuel. Le médecin n'avait pas sa place dans les conceptions de l'aide alors dominantes. On y privilégiait les objectifs économiques et sociaux, la modernisation accélérée, les relations interétatiques. La maladie était avant tout le signal d'un échec, un symptôme politique dont il fallait traiter les causes mais pas un problème en soi. Soigner, c'était le fait des missionnaires, tandis que les gens sérieux oeuvraient au progrès, dans ses deux versions universelles de l'époque, libérale et socialiste. C'est sans doute pourquoi, au-delà de l'affirmation générale dont je parlais à l'instant, les ambitions des premières années ont été fluctuantes, contradictoires, tâtonnantes. Ne parvenant pas, faute de soutiens, à devenir un SAMU international, MSF se redéfinissait comme un réservoir de médecins pour d'autres organismes, ou rêvait de devenir le département médical du CICR (le Comité international de la Croix-Rouge Internationale), ou encore l'auxiliaire des pouvoirs publics nationaux et des agences des Nations Unies. Je n'étais pas à MSF au cours de ces premières années mais les articles et compte-rendus de l'époque attestent prosaïquement le brouillard des ambitions plutôt qu'un quelconque prophétisme.</p> <p>Reste un point, qui n'est pas un détail, si j'ose dire, celui de l'épisode biafrais. Bernard Kouchner et la plupart des médecins, de même que des journalistes et des pilotes ayant participé à la grande opération de secours lancée par la Croix-Rouge en 1968, ont participé à la dénonciation du “génocide” des Biafrais par le régime nigérian. Ce moment est souvent décrit comme la naissance d'un “droit d'ingérence humanitaire”, porté par la nouvelle génération des humanitaires, qui aurait ainsi déjoué le piège de la complicité par le silence dont s'était rendue coupable la Croix-Rouge pendant la secondue guerre mondiale. On y voit le moment annonciateur d'un nouvel âge des relations internationales dans lequel les frontières ne seraient plus les boucliers des despotes. Je ne m'attarderai pas sur le fait que ce génocide était une invention des services spéciaux français, relevant de la propagande de guerre<span class="annotation">Pour plus de détails sur ce point, voir « <em>Les liaisons dangereuses du témoignage humanitaire et de la propagande politique </em>», in Crises extrêmes, Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Marc Le pape, Johanna Siméant, Claudine Vidal (dir.), La Découverte, 2006.</span><span>. Je me contente de souligner que la question du génocide, du silence face à la Shoah, se retrouve tout au long de l'histoire contemporaine de l'humanitaire,&nbsp;</span>l'Irak et le Darfour en étant les plus récentes manifestations et qu'elle était dans l'esprit des fondateurs de MSF, du moins du groupe dit des “Biafrais”. Mais la formule “sans frontières” ne leur revient pas. C'est un journaliste, Philippe Bernier, par ailleurs militant tiers-mondiste très à cheval sur le principe de souveraineté, qui en est l'auteur. Il est également le rédacteur de la charte de MSF, dont la première version précise que MSF “s'interdit toute ingérence et toute immixion dans les affaires intérieures des États” et qui a été dûment signée par tous les fondateurs.</p> <h4><br /> RD. Les frontières dans le photojournalisme n'ont pas d'existence sensible ni sur le petit écran, ni sur le net. Elles sont sans pertinence dans le monde de l'image, et à peu prés dans les télécoms. Cela a-t-il pu influer, inconsciemment, sur la volonté de n'en pas tenir compte ?</h4> <p><strong>RB.</strong> <span>Sans doute le sentiment de proximité universelle est-il pour quelque chose dans la conscience humanitaire moderne. Le premier président de la Croix-Rouge, Gustave Moynier, écrivait il y a 120 ans : “on sait maintenant chaque jour ce qui se passe sur la terre entière [...]. Les descriptions que donnent les journaux quotidiens placent pour ainsi dire les agonisants des champs de bataille sous les yeux du lecteur et font retentir à ses oreilles [...] les gémissements&nbsp;</span>des pauvres mutilés qui remplissent les ambulances<span class="annotation">Gustave Moynier, “Les Causes du succès de la Croix-Rouge”, Académie des Sciences morales et politiques, Paris, 1888.</span>.” Le télégraphe, les rotatives et la machine à vapeur ont leur part dans cette histoire des sensibilités. L'humanité est une et indivisible, tout homme en est d'abord un spécimen avant d'être ressortissant d'une nation, tel est le credo que nous ont légué les notables genevois fondateurs la Croix-Rouge et que reprennent à leur compte les humanitaires contemporains. On peut rapporter cette profession de foi à votre constat d'invisibilité des frontières, mais ce serait ignorer les usages pratiques de ce discours. Par&nbsp;exemple, le patriotisme de Croix-Rouge, qu'a décrit l'historienne Annette Becker<span class="annotation">Annette Becker, “Oubliés de la Grande guerre, Humantaire et culture de guerre”, Noésis, 1998.</span>, ou la relégation par des humanitaires des “peuples non civilisés” hors de l'humanité. Ainsi pour le même Gustave Moynier, les principes humanitaires étaient inaccessibles aux “tribus sauvages, qui pratiquent le cannibalisme [...], font la guerre à outrance et cèdent sans arrière-pensées à leurs instincts brutaux, tandis que les nations civilisées, cherchant à l'humaniser, confessent par là-même que&nbsp;tout ce qui s'y passe n'est pas licite”<span class="annotation">Gustave Moynier, Op. Cit.</span>. Les balles “Dum Dum”, munitions qui explosent dans l'organisme, ont été bannies par la convention internationale de Saint-Pétersbourg en 1878 pour des raisons humanitaires. Mais leur emploi demeura autorisé pour la chasse aux grands fauves et les guerres coloniales... On trouve sans peine des attitudes et discours analogues en examinant les pratiques humanitaires au cours du XXe siècle, par exemple lors de la guerre d'Espagne ou de&nbsp;la révolte des Mau Mau<span class="annotation">V. notamment Nicolas Lanza, “Le CICR et le soulèvement des Mau Mau”, Relations internationales n°133, Genève, 2008/1.</span>. Bref, les représentations dominantes pèsent lourdement sur celles des humanitaires, plus me semble-t-il que les techniques de communication. Les maximes de l'impérialisme libéral - répandre des biens réputés universels, éclairer des peuples restés dans l'obscurité - sont aujourd'hui reconfigurées dans le lexique des droits de l'homme qu'affectionnent les ONG. Mais si cet habitus juridico-moral se soutient des moyens de communication et de l'imagerie qu'ils véhiculent, il ne me semble pas qu'il en procède.</p> <h4><br /> RD. Quelle a été, comme médecin humanitaire, votre première expérience de la frontière comme problème ? Comme le petit x inattendu, qui dérange ou déjoue un plan d'intervention (au delà de cette ligne, on ne peut pas faire comme on veut).</h4> <p><strong>RB.</strong> C'était en octobre 1979, à la lisière du Cambodge. On savait que les Khmers Rouges et les dizaines de milliers de civils qu'ils poussaient avec eux dans leur déroute face à l'invasion vietnamienne se massaient de l'autre côté de la frontière. Il y avait tout lieu de penser qu'ils étaient dans un état effroyable, après des mois d'errance en forêt mais ils restaient hors d'atteinte. C'est le roi de Thaïlande, a-t-on dit, qui a ordonné l'ouverture du pays pour des raisons humanitaires. Même si la suite a montré que d'autres raisons, d'ordre géopolitique, avaient sans doute prévalu, la frontière est apparue à ce moment comme l'obstacle au sauvetage d'urgence. Quelques mois plus tard, convaincus qu'une famine dévastait le pays, nous organisions une “Marche pour la Survie du Cambodge” dont l'enjeu était de mettre en scène la frontière fermée, gardée par les Bodoï, que venaient symboliquement défier trois cents manifestants pacifiques apportant vivres et médicaments à un peuple agonisant. Nous sommes restés quelques heures à proximité et sommes repartis, démontration faite de l'intransigeance criminelle de ce régime communiste. J'ajoute, pour faire bonne mesure, que j'ai appris trois ans plus tard qu'il n'y avait pas eu de famine au Cambodge<span class="annotation">Voir “Les Liaisons dangereuses...”&nbsp;<span>Op. Cit.</span></span><span>.</span></p> <h4><br /> RD. Estimez vous possible aujourd'hui, fort de trente ans d'expérience, de combien d'interventions humanitaires internationales et respect des singularités nationales ? Et si oui, comment une affaire comme Zoé est-elle possible ?</h4> <p><strong>RB.</strong> <span>Je fais plus que le croire, je le constate. Les poses avantageuses et autres récits prophétiques des héraults de l'ingérence font sans doute illusion. La réalité, plus prosaïque et plus intéressante, est celle des négociations, des compromis, des collaborations dans lesquelles les ONG sont engagées avec les pouvoirs politiques des pays concernés. Nous revendiquons et nous obtenons des espaces de liberté d'action, nous voulons être et nous sommes parfois acteurs de débats publics, mais nous signons des accords avec les gouvernements et nous les respectons. C'est toujours par délégation des pouvoirs publics que nous agissons. L'affaire de l'Arche de Zoé en est une preuve par l'absurde. Ces Zorros ont terminé piteusement entre les mains de la police tchadienne, ce qui rappelle à ceux qui l'auraient oublié que les fantasmes de toute-puissance butent vite sur le réel. Reste ce que dévoile cette affaire en amont, à savoir l'indigence de l'ingérence. D'un faux génocide l'autre, de propagande en propagande, du Biafra au Darfour, un courant humanitaire que j'appelle prophétique s'est constitué, héritier du fardeau de l'homme blanc, adossé au “paradigme Auschwitz” et aujourd'hui reconverti dans l'interventionnisme à visée humanitaire. Dénoncer le “premier génocide du XXIe siècle” en cours au Soudan, vitupérer les “tergiversations de la communauté internationale” et les ”renoncements munichois”, c'est d'abord inepte. Dans l'espace médiatique, le signifiant génocide réduit le monde à deux parties, d'un côté les victimes et leurs défenseurs, de l'autre les bourreaux et leurs complices. C'est bête, c'est faux, mais médiatiquement payant et il ne faut pas s'étonner que le martèlement de ces bobards propagandistes finisse par éperonner des vocations de justiciers. Si la plupart des autorités politiques et intellectuelles de notre pays les ont repris à leur compte, Éric Breteau et ses équipiers étaient fondés à les croire également et à en tirer les conséquences à leur niveau : eux allaient faire quelque chose. En ce sens, ce ne sont pas des zozos irresponsables mais des héros pacifiques, des éveilleurs de conscience, victimes collatérales du génocide en cours.&nbsp;</span>D'autres “Arches de Zoé” vogueront sur les flots humanitaires, sous la bannière des droits de l'enfant. La dernière en date est américaine, elle a accosté à Haïti récemment. Rien n'autorise en tout cas à affirmer, comme l'ont fait trop de mes collègues, que “ça, ça n'est pas de l'humanitaire”. Ce serait éjecter arbitrairement de l'histoire de l'humanitaire le courant “prophétique” dont je parlais. Il en fait généalogiquement partie. On n'en est pas prisonnier pour autant, à condition de le considérer comme une pulsion interne dont il faut se déprendre et non comme une maladie infantile. Par ailleurs, si l'Arche de Zoé a été possible, c'est aussi parce que la pratique de l'arrachement d'enfants à des familles jugées “défaillantes” est largement répandue. Rappelons-nous ces quelque mille cinq cents jeunes Réunionnais amenés dans l'hexagone par la DASS au cours des années 1970 pour y être confiées à des familles d'accueil censées leur assurer un avenir meilleur. Le résultat fut dans l'ensemble désastreux pour les enfants, et il y a dans notre pays bien d'autres exemples semblables d'orthopédie sociale. L'action des ONG puise dans des répertoires familiers, ancrés dans l'histoire, où se côtoient le “pauvre” et le “sous-développé”, mais leur pratique ne se réduit pas au récit édifiant des “gens de bien” oeuvrant pour des “gens de peu”. Le problème dont nous parlons ici relève d'abord de l'”hubris de la bonté”, pour le dire dans les termes d'Hannah Arendt qui voyait là le lien entre pitié et violence. La Terreur et le stalinisme n'en sont pas les seules figures. Les avocats du droit d'ingérence, qui regrettent que les droits de l'homme n'aient pas été défendus à la pointe du fusil au Darfour se situent dans ce registre. Reste que l'impérialisme libéral n'est pas l'horizon indépassable de l'humanitaire, pour qui les frontières, la souveraineté, l'État ne sont pas nécessairement des scandales à dénoncer ou des archaïsmes à dépasser mais d'abord des réalités politiques tangibles et légitimes.</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Sans frontières mais pas sans passeports, 20 juillet 2010, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/sans-frontieres-mais-pas-sans-passeports">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/sans-frontieres-mais-pas-sans-passeports</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3963" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3963&amp;2=reading_list" token="LLoNNdpTyWfGikD7nK_6UbtLY5yO8ye7sq0P9gH3o2g"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Sans frontières mais pas sans passeports</span> Tue, 20 Jul 2010 00:00:00 +0000 Corinne-03 3963 at https://www.msf-crash.org Blessés, réfugiés, déplacés. Médecine et conflits armés https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/camps-refugies-deplaces/blesses-refugies-deplaces-medecine-et-conflits-armes <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2007-05-12T12:00:00Z" class="datetime">12/05/2007</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/65" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Jason-04</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2007-05-12T00:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">sam, 05/12/2007 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/histoire-de-lhumanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">histoire de l&#039;humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/medecine-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">médecine humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" property="schema:about" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/nations-unies" property="schema:about" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/standardisation" property="schema:about" hreflang="fr">standardisation</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/maintien-de-la-paix" property="schema:about" hreflang="fr">maintien de la paix</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/relations-militaro-humanitaires" property="schema:about" hreflang="fr">relations militaro-humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/coordination-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">coordination de l&#039;aide</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Mon intervention porte sur les pratiques de Médecins sans frontières en situation de conflit armé. Pour en comprendre les modalités, au-delà des exigences propres de la pratique médicale dans un environnement pauvre, il est nécessaire de les saisir dans leur mouvement et leur contexte. Pour cela, je distinguerai trois périodes : années 1970, années 1980 et enfin les années 1990 jusqu’à nos jours. Au cours des années 1970, qui sont celles des débuts (MSF a été créée en décembre 1971), l’action humanitaire dans la guerre restait marginale. L’accent était mis sur l’aide au développement, tant du côté des associations d’entraide que de celui des institutions internationales. La décennie 1980 fut, par contraste, celle de l’essor de l’action humanitaire directement liée aux situations de conflits. Dans le contexte de la guerre froide, l’aide humanitaire et la défense des droits de l’homme bénéficièrent alors d’un intérêt et d’un soutien publics croissants. Depuis le début des années 1990, et sans véritable coupure jusqu’à nos jours, des interventions dites militaro-humanitaires généralement mandatées par l’ONU prennent place sur les terrains de conflit où elles deviennent parfois de nouveaux belligérants et modifient en profondeur le paysage de l’aide humanitaire. Les attentats du 11 septembre 2001 ont radicalisé cette tendance.</p> <p>De nombreuses organisations humanitaires font de la guerre du Biafra (1967-1970) un moment fondateur ou un tournant majeur de l’aide d’urgence. Non sans raison, puisque ce conflit a entraîné le premier grand déploiement d’ONG et de Croix-Rouge de nombreux pays européens. D’un point de vue purement factuel, c’est au Congo-Kinshasa, pendant la guerre du Katanga, que l’on pourrait situer l’origine du renouvellement de l’aide humanitaire sous la forme d’une intervention lointaine et à grande échelle. Si c’est à la guerre du Biafra qu’est attaché ce rôle originel (comme l’est la bataille de Solférino pour la création de la Croix-Rouge et du droit humanitaire), c’est en raison du lien établi entre aide d’urgence et dénonciation publique, la mise en oeuvre de celle-ci étant largement portée par les acteurs de celle-là. Ce « mythe des origines » repose sur des faits avérés mais il masque la véritable innovation intervenue dans le domaine de l’assistance internationale, à savoir l’idée de créer un organisme médical spécialisé dans l’aide d’urgence et particulièrement dans les guerres et catastrophes naturelles, selon l’expérience qu’en avaient eue les équipes médicales de la Croix-Rouge française dans le réduit biafrais. Le Gimcu (Groupe d’intervention médico-chirurgical d’urgence), devenu MSF en décembre 1971, énonce par son intitulé l’intention de ses fondateurs : créer une organisation de type Samu fonctionnant selon des principes humanitaires à l’échelle internationale. La médecine de guerre et de catastrophes pratiquée par des civils et en dehors des institutions alors légitimes, telle était la nouveauté introduite par la création de MSF.</p> <p>Pour évidente qu’elle paraisse désormais, cette idée ne s’imposait pas alors comme telle. Il fallut près d’une dizaine d’années pour qu’elle prenne corps et commence à devenir une modalité de réponse aux crises. Entre temps, durant les premières années de son existence, MSF fut contrainte de se redéfinir en filière de recrutement médical pour des organismes d’aide au développement, de coopération et la Croix-Rouge. Ce n’est pas la guerre mais le sous- développement, qui formait le cadre du travail des médecins de l’association. Énoncé dans les termes de l’époque, le progrès médico-sanitaire des populations du tiers-monde devenait la raison d’être de MSF. Cette définition coexistait cependant avec une autre vocation, portée par une partie des animateurs de MSF : exercer une fonction d’alerte en direction de l’opinion publique et des institutions d’aide existantes afin de les pousser à intervenir.</p> <p>L’armée avait, de son côté, créé l’Emmir (Elément médical militaire d’interventon rapide), branche médicale de la Force d’assistance humanitaire militaire d’intervention rapide (Fahmir) formée en 1964. L’Emmir fut mobilisé lors de plusieurs catastrophes naturelles puis à l’occasion de conflits armés à partir des années 1970 mais, à une exception près<span class="annotation">Celle de la guerre de N’Djamena (1980) où de nombreux blessés furent opérés dans cette lourde unité médico- chirurgicale aérotransportable.</span>,ne put jamais être déployé.</p> <p>La première intervention médicale conduite par MSF en situation de guerre eut lieu au Liban, en 1976, après quelques tentatives restées sans lendemain, notamment au Kurdistan d’Irak (1974), en Angola (1975) et au Vietnam (1975). Les équipes chirurgicales de MSF, seuls médecins étrangers sur place, utilisèrent les installations improvisées par les groupes qui les avaient invitées à venir (Comité des déshérités, organisme chiite, Croissant-Rouge palestinien). Elles y opérèrent plusieurs mois jusqu’à la chute de l’enclave chiite de Nabaa conquise par les phalangistes chrétiens.</p> <p>Cette même année, des membres de MSF commencèrent à travailler dans des camps de réfugiés - indochinois en Thaïlande, puis angolais au Zaïre, et éthiopiens à Djibouti - sous l’égide d’autres organismes qui en avaient les moyens matériels mais ne disposaient pas de médecins.</p> <p>La recrudescence de conflits armés dans le tiers-monde au cours de ces années entraîna d’importants mouvements de populations auxquels la majorité des gouvernements des pays frontaliers réagirent par la création de camps de réfugiés (le nombre de réfugiés enregistrés est passé de 3 millions en 1976 à 11 millions en 1982 et a continué de croître au cours des dix années suivantes)<span class="annotation">Jusqu’alors, les réfugiés se trouvaient principalement en Europe, en provenance des pays communistes. C’est la raison pour laquelle l’URSS n’était pas membre du HCR, créé à l’origine pour assister les réfugiés fuyant le bloc de l’Est, pour lesquels fut adoptée la convention de Genève de 1951.</span>. Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), chargé de fournir un statut juridique et une aide matérielle aux réfugiés, commença en 1976 à faire appel aux organisations humanitaires privées pour y assurer la mise en oeuvre de l’assistance. Jusqu’alors, pour l’essentiel, celle-ci était le fait des autorités étatiques des pays d’accueil.</p> <p>C’est dans ce contexte que MSF scissionna en 1979 au terme d’un conflit interne qui se conclut par le départ de la plupart des fondateurs. La nouvelle équipe dirigeante, composée de médecins ayant fait leurs premières expériences au sein de MSF dans des camps de réfugiés et ayant constaté l’inexistence de structures médicales dans ces nouveaux territoires de l’aide internationale, fit le choix d’y intervenir systématiquement. Les liens de ces camps avec les mouvements de guérilla opérant de l’autre côté de la frontière, autant que la proximité géographique des uns et des autres, favorisèrent le passage d’équipes de MSF dans les zones de guerre elles-mêmes.</p> <p>Dès le début des années 1980, la médecine de guerre pratiquée par MSF prit deux formes distinctes: d’une part, l’installation généralement clandestine d’équipes médicales dans des régions contrôlées par les guérillas, d’autre part et plus fréquemment, les soins médicaux et la santé publique dans les camps de réfugiés en zone rurale. Ces camps étant généralement situés dans des régions reculées, la logistique prit rapidement une grande importance dans les opérations. Dans ces territoires administrés par le HCR, et qui rassemblaient de plusieurs dizaines à, parfois, plusieurs centaines de milliers de personnes (Malawi, Pakistan, Thaïlande), MSF a développé au fil des années une méthodologie d’intervention empruntant des savoir-faire existants qui furent adaptés et assemblés pour en faire un dispositif opérationnel : dispensaires et unités d’hospitalisation le cas échéant, vaccination, surveillance épidémiologique des principales maladies transmissibles et de la malnutrition, réponses aux épidémies aiguës telles que le choléra et la rougeole, contrôle (et parfois approvisionnement) de l’eau, transports, construction, télécommunications. Des listes standardisées de médicaments et de matériel furent constituées, l’ensemble étant conditionné dans des « kits » et accompagné de manuels d’utilisation, ce qui imposait l’homogénéisation voulue des pratiques médicales. Infections respiratoires et digestives, paludisme, dermatoses, malnutrition constituent la masse des pathologies rencontrées. Modulé en fonction des circonstances (autres intervenants, profils géographiques et/ou sanitaires différents), ce dispositif a également été mis en place dans des camps de personnes déplacées. Ces kits sont régulièrement revus, réajustés en fonction des besoins de terrain, ce qui a nécessité la création d’une base logistique pour la préparation et le stockage du matériel.</p> <p>Le travail effectué clandestinement dans les maquis rebelles (Afghanistan, Erythrée, Tchad, Angola) était beaucoup plus limité sur le plan médical en raison des difficultés logistiques : dans de telles conditions, il était impossible d’aller au-delà des soins de base dispensés dans des postes de santé ruraux improvisés et/ou dans des hôpitaux de brousse. Ce type de mission a fortement contribué à la notoriété des associations humanitaires médicales françaises, dont il a façonné l’image publique et c’est pourquoi il a eu une grande importance symbolique. Il n’a plus cours depuis la fin de la guerre froide, les conditions qui les justifiaient ayant disparu.</p> <p>Pour l’essentiel, cette médecine de guerre fut donc une médecine civile pratiquée dans un contexte de conflit armé. Ce constat vaut en général, mais il connaît de notables exceptions qui imposent alors la présence d’une équipe chirurgicale, éventuellement mobile, ou alors un système de transferts des blessés vers un hôpital.</p> <p>Au cours des années 90, le nombre de personnes déplacées a crû considérablement tandis que diminuait celui des réfugiés, phénomène auquel a participé le transfert de l’assistance depuis l’extérieur vers l’intérieur de pays en guerre (Somalie, Bosnie etc, jusqu’au Darfour) en particulier ceux où étaient déployées des forces de l’ONU. Mais, dans un environnement rural où les combats sont fluctuants, mobiles, dispersés, de sorte que peu de blessés arrivent aux structures médicales, la chirurgie était reléguée à l’arrière-plan. Au cours de cette période, le travail de MSF dans les pays en guerre différait peu de celui effectué dans des camps de réfugiés, dont il était une transposition. Notons que chaque fois que c’est possible, MSF se place dans des structures médicales et chirurgicales existantes, en complétant les équipes locales avec lesquelles elle collabore en fournissant des équipements manquants, en réhabilitant et en agrandissant les locaux le cas échéant. La communication de Marc Le Pape décrivant avec précision les conditions et le contexte de telles interventions en RD Congo et en Côte d’Ivoire, je me contenterai d’évoquer la question des relations avec les missions de paix de l’ONU et leurs contingents de casques bleus. Selon l’ONU, les acteurs humanitaires doivent être l’un des leviers de l’action pour la paix et, par exemple, respecter un embargo destiné à faire céder un groupe armé hostile. On voit dans ce cas que les alliances politiques, et donc les exclusions, qui structurent inévitablement les plans de retour à la paix de l’ONU sont incompatibles avec le principe, essentiel d’un point de vue humanitaire, de l’impartialité des secours. C’est pourquoi MSF ne participe pas aux coordinations onusiennes et plus généralement ne se considère pas comme entrepreneur de paix. Cette position, autrefois source de tensions avec les représentants de l’ONU, est désormais connue et acceptée. Il est à noter que nombre d’ONG travaillant dans ces situations sont entrées au contraire dans les dispositifs nationaux de coordination sous autorité de l’ONU, en raison des pressions en ce sens venant des bailleurs de fonds.</p> <p>Je reviens maintenant vers une forme emblématique de la pratique médicale de guerre, la chirurgie. Sa place est centrale dans l’imaginaire médical de la guerre, minoritaire dans la pratique et fortement valorisée à MSF. Sauf exception, la traumatologie d’urgence n’est pratiquée qu’en milieu urbain, là où les blessés sont à une courte distance des centres de soins. Au cours des années 1980 et 1990, N’Djamena, Mogadiscio, Kigali et Monrovia en furent les principaux théâtres tandis que la médecine des populations déplacées par la guerre restait un terrain prédominant du point de vue du volume d’action. Ces missions chirurgicales posent de difficiles problèmes médicaux, organisationnels et politiques.</p> <p>Sur le plan médical, les techniques opératoires sont tributaires de l’équipement et du personnel formé disponibles et ne sont donc pas dictées seulement par la clinique. Ces techniques varient par ailleurs d’une école chirurgicale à l’autre et les séjours généralement courts des chirurgiens rendent plus difficile encore la nécessaire continuité des soins. La chirurgie exigeant, au-delà du matériel spécialisé, un minimum d’installations (locaux appropriés, oxygène, eau, électricité), les problèmes logistiques de mise en place, d’entretien et d’approvisionnement doivent être abordés d’emblée, sous peine de graves conséquences pour les patients. De plus, la spécialisation des jeunes chirurgiens, formés à travailler avec un plateau technique très sophistiqué (imagerie et biologie notamment), par conséquent peu enclins à s’en remettre à la clinique et à déborder de leur domaine de compétence, accroît encore ces difficultés. Plus généralistes et plus cliniciens, les chirurgiens âgés sont généralement mieux adaptés à l’exercice de leur métier en situation précaire.</p> <p>Sur le plan politique, la localisation du centre chirurgical doit faire l’objet d’une attention rigoureuse. L’intérêt pour les groupes combattants de disposer d’installations chirurgicales confère une grande importance à l’emplacement de celles-ci. La facilité d’accès pour les blessés, critère de choix important, n’est pas seulement affaire de topographie mais aussi d’agrément de la part des responsables militaires, ce qui impose des contacts immédiats, réguliers et transparents avec eux. Le respect des équipes médicales, des convois et des lieux de soins doit être un engagement de la part des chefs des différentes parties belligérantes mais ne peut être garanti dans un contexte où opèrent des groupes armés hors contrôle. C’est pourquoi il est parfois nécessaire de recourir à une protection armée à vocation dissuasive contre les pillards, l’alternative étant l’abstention. Les acteurs humanitaires sont partagés sur cette façon de faire qui, en dépit des objections de principe et des difficultés pratiques qu’elle soulève, a été employée à plusieurs reprises, en Somalie notamment par MSF, le CICR et ACF. En Irak, où les assassinats et enlèvements rendent bien trop périlleuse une présence humanitaire indépendante dans le pays, MSF a fait le choix de se tenir à la périphérie en installant des centres chirurgicaux en Jordanie, puis au Kurdistan et en Iran, ainsi que de soutenir matériellement des équipes médicales irakiennes à Bagdad. Celles-ci adressent aux centres MSF des blessés qu’elles ont opérés elles- mêmes et qui nécessitent une reprise chirurgicale secondaire impossible à effectuer sur place.</p> <p>J’ai évoqué l’importance des outils épidémiologiques pour le suivi de l’assistance médicale dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées. L’un d’entre eux, l’enquête de mortalité rétrospective (EMR), mérite une mention particulière en raison de l’usage de ses résultats à des fins d’évaluation générale et de communication. Les deux premières qui furent réalisées par MSF illustrent cette volonté de quantifier pour dénoncer, quoique avec des objectifs très différents. En 1989, MSF commandita auprès d’un épidémiologiste indépendant une évaluation de la mortalité de la guerre d’Afghanistan. L’enquête fut réalisée au Pakistan, où se trouvaient alors trois millions de réfugiés afghans, elle établit le chiffre des pertes à un million. Je ne suis pas en mesure de garantir la rigueur scientifique de ce travail ni d’affirmer qu’il s’agissait de la première tentative de ce type en rapport avec cette guerre. Il est certain, en revanche, que ce chiffre fait foi depuis cette époque et il est difficile de ne pas le rapprocher du bilan de la guerre du Vietnam, qui est curieusement le même. Quoiqu’il en soit, l’objectif pour MSF était de mettre en lumière l’extrême violence de ce conflit en insistant sur la stratégie de terreur employée par l’Armée rouge. Il s’inscrivait dans la suite de prises de position analogues répétées, fondées sur le travail de l’association dans la plupart des camps de réfugiés du monde et le constat que 90% de ceux-ci fuyaient des régimes communistes ou des guerres provoquées par les alliés de l’URSS. Constat à rapprocher du fait que les dirigeants de MSF (dont l’auteur de ces lignes), pendant la guerre froide, se référaient plus volontiers à Raymond Aron qu’à Frantz Fanon et concevaient l’action humanitaire comme essentiellement antitotalitaire.</p> <p>La deuxième EMR réalisée par MSF se situe en Somalie, où la guerre avait éclaté à Mogadiscio en janvier 1991 après avoir été pendant des années contenue dans le nord du pays. Conduite cette fois-ci par des membres de MSF, cette enquête devait donner une assise objective, c’est à- dire quantifiée, au constat de famine fait par les équipes présentes sur le terrain. Elle montra que, au sein de la population déplacée par la guerre, un quart des enfants de moins cinq ans étaient morts au cours des six mois précédant l’enquête. Un tel « coup de hache » démographique attestait l’urgence et le caractère impérieux d’une opération massive d’aide alimentaire, que MSF (ainsi d’ailleurs que le CICR et World Vision) appelait de ses vœux et que les Nations unies différaient pour des raisons de sécurité. Les conclusions furent présentées au cours de conférences de presse et d’auditions parlementaires (Parlement européen et Commission, Congrès américain), le rapport fut largement distribué mais les choses en restèrent là. Notons que, six mois plus tard, lorsque le Secrétaire général des Nations unies Boutros Boutros-Ghali entreprit de mobiliser le Conseil de sécurité pour une intervention militaire en Somalie, il reprit les chiffres de MSF - parmi d’autres - en les étendant à l’ensemble de la population du pays, alors qu’ils ne concernaient que les déplacés et montraient au contraire que les populations dites résidentes n’étaient que marginalement affectées. Cette dramatisation, destinée à accroître la pression sur les Etats-Unis pour les amener à envoyer leurs troupes - et ensuite les vivres - atteint son but avec le déclenchement de l’opération « Restore Hope » en décembre 1992.</p> <p>Les EMR restent pratique courante, pour MSF comme pour de nombreux organismes oeuvrant dans le domaine de la santé. Leur fonction mobilisatrice de l’opinion est parfois centrale, comme l’attestent les exemples précédents ainsi que les enquêtes effectuées ces dernières années sur les guerre du Congo, d’Irak et du Soudan. Mais elles sont aussi et surtout réalisées en routine dans le but d’évaluer le niveau de gravité et l’évolution de la mortalité dans les régions où intervient MSF, lorsque la situation est particulièrement critique ou présente des risques de détérioration. Si la charge symbolique qu’elles véhiculent les place parfois, en dehors de toute intention de départ, au cœur de controverses virulentes, les EMR servent d’abord à déterminer si un « seuil d’urgence » est franchi et à oeuvrer pour améliorer (en l’amplifiant, en la réajustant) l’assistance fournie par MSF et d’autres acteurs de secours. La diffusion des résultats d’EMR donne fréquemment lieu, de ce fait, à des tensions entre les différents intervenants de l’aide mais aussi à l’intérieur des organismes concernés.</p> <p>Dans les conflits qui durent et s’étendent, les armes ne sont à l’origine que d’un tiers –voire un quart- de la surmortalité. Les causes primordiales de la mort sont la malnutrition et les maladies infectieuses, ce qui explique la nature du dispositif médical exposé plus haut. L’expérience accumulée dans ces domaines en situations de guerre a conduit MSF à étendre son action au champ des épidémies aiguës en général, hors contexte immédiat de conflit : soins aux malades, contrôle et intervention épidémiologiques, et le cas échéant campagnes de vaccination sont les bases communes de ce type d’opérations dans des situations dites « stables ». Des techniques d’intervention médicales élaborées pour répondre aux conséquences de la guerre ont ainsi été reconverties et adaptées au temps de paix. Cette exportation vers des situations autres que celles de violences armées s’est produite avec d’autant plus de facilité qu’il n’y a pas, dans la majorité des cas, de solution de continuité entre les deux, la guerre (affrontements urbains mis à part) ne faisant qu’amplifier l’incidence de pathologies qui lui préexistent.</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Blessés, réfugiés, déplacés. Médecine et conflits armés, 12 mai 2007, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/camps-refugies-deplaces/blesses-refugies-deplaces-medecine-et-conflits-armes">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/camps-refugies-deplaces/blesses-refugies-deplaces-medecine-et-conflits-armes</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3836" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3836&amp;2=reading_list" token="bDJV2R3K2ip7FY5H2ZxL5J2tKJa3_X5e7BZu8CgvxwE"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Blessés, réfugiés, déplacés. Médecine et conflits armés</span> Sat, 12 May 2007 00:00:00 +0000 Jason-04 3836 at https://www.msf-crash.org Les mythes humanitaires https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/les-mythes-humanitaires <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2007-03-01T12:00:00Z" class="datetime">01/03/2007</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/65" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Jason-04</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2007-03-01T01:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu, 03/01/2007 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" property="schema:about" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/messianisme" property="schema:about" hreflang="fr">messianisme</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p class="text-align-center"><em>Propos recueillis par Sandrine Hubaut</em></p> <p><strong>L’humanitaire épouse l’air du temps. Plus qu’une mode, il est devenu un mode d’accès au monde. A travers sa mise en scène médiatique, il réverbère les attentes, les espoirs, les préoccupations souterraines d’une société en quête d’image et d’engagement éthiques. Avec la rhétorique des droits de l’homme qui est la marque du désenchantement politique, un messianisme <em>light </em>s’est emparé des esprits, qui entend s’opposer à la résurgence du mal et faire advenir un monde meilleur, avec pour maximes : « plus jamais ça », « non à l’indifférence ».</strong></p> <p>Si la fonction du mythe consiste à interpréter le réel, à le conformer à un ordre plus grand que lui, alors nous (les humanitaires) sommes des condensateurs de significations. Les deux grands événements fondateurs de l’humanitaire contemporain – le <em>génocide </em>au Biafra (1967-70) et la <em>famine </em>au Cambodge (1979-80) – permettent de prendre conscience de l’écart entre nos représentations et la réalité. En effet, il n’y avait pas de génocide au Biafra et pas de famine au Cambodge ; on imposa à la complexité du réel une grille de lecture simple, fabriquée par une vision victimaire exclusive, dévorante, du monde. Quelque chose n’allait pas dans l’ordre de la perception, et nul ne s’en aperçut sur le terrain ! « J’y étais, donc je sais » : l’illusion de l’accès à la vérité par la proximité faussait radicalement le témoignage. S’imaginant croire (et dire) ce qu’ils voyaient, ils voyaient (et disaient) ce qu’ils croyaient. Loin d’être une restitution du réel, l’imagerie humanitaire est en fait tributaire de schémas mentaux structurés autour de grandes oppositions simplificatrices, telles humanité/barbarie, progrès/archaïsme, victimes/bourreaux. « L’ogre philanthropique » - expression que j’emprunte à Octavio Paz – a besoin de faire le Bien, il lui faut son contingent de victimes à sauver…J’ai pour ma part appris qu’il n’y avait pas eu de famine au Cambodge cinq ans après avoir quitté les lieux, en lisant « Le poids de la pitié » de William Shawcross. Le mythe comme mode de signification, comme pure forme qui absorbe la réalité pour en faire un objet idéologique avait joué à plein.</p> <p>Bien entendu, comme on le constate tous les jours, les populations en détresse ne sont pas toutes logées à la même enseigne sur l’échelle victimaire. C’est que les victimes sont aussi un marché, avec ses règles, ses entrepreneurs, ses préférences. Que les ONG rejettent de toutes leurs forces ces hiérarchies du malheur n’empêche pas nombre d’entre elles de (re)produire une vision manichéenne du Bien et du Mal. Lecture certes commode mais qui porte en germe une violence symbolique, celle de la guerre des valeurs, qui transforme vite la bonne conscience en croisade humanitaire. C’est l’<em>hubris </em>grecque, la démesure du Bien. De la Somalie à l’Irak, en passant par la guerre du Kosovo, l’ère des guerres humanitaires est ouverte depuis le chute du Mur de Berlin. Face aux tumultes de sociétés en proie à la violence, le spectacle du tandem victime-secouriste fournit, comme dirait Roland Barthes, des « significations pures, pleines et rondes, à la façon d’une nature ». C’est sans doute la raison pour laquelle il s’est imposé avec une telle force dans l’espace public au moment ou la télévision devenait le média hégémonique.</p> <p>Mais la rhétorique n’est pas tout. Si l’ambition de soulager des souffrances humaines est le fondement irrécusable de l’action humanitaire, celle-ci passe nécessairement par la mise en place d’un dispositif à la fois matériel et symbolique qui est celui d’un biopouvoir. Ce « gouvernement de la vie » se laisse particulièrement bien voir dans les camp de réfugiés, là où des populations sont placées de fait sous l’autorité d’institutions internationales qui structurent la vie sociale en fonction de leurs impératifs organisationnels. Elles y reconstituent à leur insu une forme de collectivisme obligatoire sous couvert de rationalité technique. La santé publique, dans sa version hygiéniste&nbsp;dominante, joue un rôle de choix dans cette situation. Le crédo normalisateur de l’hygiénisme contemporain fait disparaître les personnes singulières dans une construction abstraite, « la maladie », elle-même reliée à une autre entité abstraite, « le groupe à risques ». L’action technique planifiée supplante alors la relation soignante médecin-patient, le premier devant se faire gestionnaire d’une procédure et le second étant réduit à une physiologie défaillante. C’est bien de cette utopie technocratique que la médecine humanitaire tend à faire son programme dans ces espaces de quarantaine que sont les camps de réfugiés et personnes déplacées..</p> <p>Il va de soi que cette ambition ne se borne pas au soin médical, dont elle n’est que l’un des points d’application. Organisation de l’habitat, gestion des déchets, surveillance nutritionnelle, approvisionnement, dépistage des épidémies, tout est pensé du point de vue des pourvoyeurs ; les victimes ne sont plus que des « bénéficiaires » et les secouristes y deviennent gestionnaires d’un programme d’assistance. En ce sens, l’humanitaire met en œuvre, de façon certes fragmentaire, le mythe positiviste hérité du XIXe siècle qui voyait dans la création d’une « physique sociale » la condition de l’accès des hommes au bonheur. L’astronome français Pierre Simon Laplace appelait ainsi la médecine à venir se ranger parmi les sciences conjecturales peu de temps avant que l’hygiène publique ne fasse son apparition avec Pasteur : la vie humaine devenait une instance calculable et c’est cette mathématique appliquée à la gestion des flux de populations que l’on voit à l’œuvre dans les grandes opérations de secours.</p> <p>Il serait pourtant trompeur d’opposer l’idéal philanthropique à l’esprit de l’ingénieur. L’un et l’autre se mêlent inextricablement dans le processus d’expansion et de professionnalisation de l’aide en cours depuis 25 ans. Face à la sollicitation incessante, infinie, de la douleur du monde, l’humanitaire est tenté de répondre par un activisme tous azimuts, qui à son tour amplifie cette taylorisation de l’aide. Le mythe de l’efficience industrielle irrigue ses modes d’action Relevons à ce stade que l’obsession de la performance et de l’évaluation techniques a une fonction très utile, celle de protéger contre la difficulté d’affronter la complexité du réel et la souffrance des hommes. Les pratiques humanitaires nous renvoient donc à notre propre culture du corps et de la maladie, tout autant qu’à la manière dont nous l’exportons chez les autres.</p> <p>Reste que la spécialisation des tâches, les contraintes de gestion, la standardisation des pratiques visent à l’optimisation des secours. Du bricolage improvisé des commencements aux savoir-faire techniques d’aujourd’hui, c’est au bénéfice des destinataires de l’aide que s’est faite l’évolution des organismes spécialisés, ce qui n’est pas un détail de l’histoire. Si fragmentaires qu’ils soient, les résultats sont là pour en témoigner. Prenons garde, en effet, à ne pas opposer un mythe à un autre, celui du pionnier brouillon et généreux à celui de l’expert méthodique et froid, la sincérité de l’engagement d’hier à l’opportunisme désenchanté qui lui aurait succédé, l’authenticité d’avant aux artifices du moment, bref, l’âge d’or de l’aventure morale à la décadence du <em>charity business</em>. Hier comme aujourd’hui, que l’on avance sac au dos ou en 4X4, les risques sont les mêmes : ceux de prendre ses intentions pour les résultats, de se draper dans une fausse conscience satisfaite, de sermonner la planète, bref de se laisser prendre à son propre jeu de miroirs.</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Les mythes humanitaires, 1 mars 2007, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/les-mythes-humanitaires">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/les-mythes-humanitaires</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3838" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3838&amp;2=reading_list" token="A-aOg5aFNWZGazUwytrBmO5zq5uc1zp8sO5j1jPNJRU"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Les mythes humanitaires</span> Thu, 01 Mar 2007 01:00:00 +0000 Jason-04 3838 at https://www.msf-crash.org Les liaisons dangereuses du témoignage humanitaire et des propagandes politiques https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/les-liaisons-dangereuses-du-temoignage-humanitaire <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2006-10-01T12:00:00Z" class="datetime">01/10/2006</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/63" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Kesaven-02</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2006-10-01T00:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">dim, 10/01/2006 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/biafra" property="schema:about" hreflang="fr">Biafra</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/temoignage" property="schema:about" hreflang="fr">témoignage</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>S’il est un point sur lequel tous les observateurs s’accordent, c’est le fait que la guerre du Biafra (1967-70) est l’événement fondateur de l’action humanitaire moderne. Cette guerre l’est en effet à plusieurs titres. D’une part, elle fut le théâtre de la première opération de grande envergure d’organismes d’aide privés et du mouvement de la Croix-Rouge <span class="annotation"><span>Entre avril 1968 et janvier 1970, le pont aérien mis en œuvre par le consortium d’organismes religieux à partir de Sao Tome permit d’acheminer 60.324 tonnes de secours divers au Biafra. 5314 vols eurent lieu, soit une moyenne de 8,4 vols pour 95 tonnes par jour. Plus de la moitié de cette aide fut fournie et transportée par les seules églises scandinaves (source : The NordChurchAid Airlift to Biafra 1968-1970, an opération report, Hugh G. Lloyd, Mona L. Mollerup &amp; Carl A. Bratved, Copenhague, 1972). La Croix-Rouge internationale, moins libre de ses mouvements, ne parvint à emporter que 21.000 tonnes.</span></span>dans le monde post-colonial. D’autre part, elle fut, pendant des mois d’activité très intense, menée illégalement et ouvertement, avec le soutien des opinions publiques européennes et une forte médiatisation. Enfin, c’est dans ce contexte que, pour la première fois, certains de ces organismes d’aide ainsi que des acteurs humanitaires dénoncèrent publiquement les massacres dont ils étaient témoins. En France, cette rupture avec une tradition de silence est généralement présentée comme l’innovation fondatrice d’un nouveau mouvement humanitaire désormais libre de ses gestes et de ses mots, refusant la compromission dont s’était rendu coupable le CICR resté silencieux face aux camps de la mort du IIIème Reich.</p> <p>Le rapprochement avec le génocide des juifs était en effet, et est demeuré, omniprésent en France, alors qu’il n’apparut que fugitivement dans les autres pays concernés. Ainsi, lorsque Médecins Sans Frontières reçut, en 1999, le prix Nobel de la paix, plusieurs fondateurs de l’association, qui avaient travaillé au Biafra pour la Croix-Rouge française pendant la guerre, revinrent sur ce thème : « L’action humanitaire moderne est née à l’été 1968 de la guerre du Biafra [<span>…</span>]. Devant l’horreur de la situation, [des médecins de la Croix-Rouge] décidèrent de rompre le serment de silence prêté lors de leur recrutement par le CICR, ne voulant pas de cette neutralité coupable qui fut celle d’autres médecins et d’autres délégués lors d’une visite à Auschwitz en plein génocide nazi<span class="annotation">Patrick Aeberhard et Alain Deloche (cofondateurs de MSF et anciens présidents de MDM), « Le nouvel horizon humanitaire », tribune parue dans Libération le 10/12/1999.</span>. » Bien que l’argument du « secret » qui aurait permis l’accomplissement du génocide des juifs ait été depuis longtemps discuté <span class="annotation">Walter Laqueur, Le Terrifiant secret, la ‘solution finale’ et l’information étouffée , 1981, Gallimard, Paris.</span>, c’est également cette doxa que reprennent d’autres personnalités du monde humanitaire français et nombre de journalistes : « Nous [les médecins français au Biafra] savions qu’à la suite d’une décision du comité directeur [de la Croix-Rouge internationale], le 14 octobre 1942, il avait été décidé à Genève, pendant la dernière guerre, de ne pas révéler l’existence des camps d’extermination et de considérer les juifs à qui l’on appliquait la solution finale comme des prisonniers semblables aux autres. Nous refusâmes cette complicité. Nous n’acceptions ni la sélection des malades, ni la connivence avec les bourreaux. Lors de diverses crises, bien plus tard, nous avons constaté que la parole protégeait des meurtres, que les médias étaient nos alliés [<span>…</span>]<span class="annotation">Bernard Kouchner, « Vive la vie », tribune parue dans Le Monde, 11 déc. 1999.</span>. »</p> <p>En Grande-Bretagne, en Scandinavie et en Suisse, pays d’où partirent la plupart des secours pendant la première année du conflit, la perception de cette nouvelle époque de l’humanitaire est bien différente. Elle réside avant tout dans la mise en œuvre d’une grande opération de secours&nbsp;d’urgence en situation de famine et de conflit dans le tiers-monde. L’association des églises scandinaves NordChurchAid résumait sobrement en 1972 son intervention et le contexte comme suit : « La guerre civile nigériane a imposé au monde, et plus particulièrement aux gouvernements et aux organismes de secours, une exigence d’assistance sans précédent dans son ampleur et ses complexités. A côté des problèmes politiques inhérents aux guerres civiles, les facteurs géographiques de la guerre ont vite compliqué les choses à mesure que la zone sous contrôle de la sécession était entièrement encerclée, à partir de la mi-mai 68 <span class="annotation">The NordChurchAid Airlift to Biafra 1968-1970, op. cit., p. 1. (Traduit par nos soins.)</span>. » Il reste qu’à quelques exceptions près, notamment celle du CICR, tenu par ses obligations conventionnelles de réserve, les acteurs humanitaires et les journalistes reprirent également à leur compte l’analogie avec le massacre des juifs à partir du printemps 1968, dès le début de la famine. Pour ceux-ci toutefois, à la différence des Français, l’évocation du génocide semble n’avoir pas eu d’autre fonction que de souligner l’extrême gravité de la situation. Elle ne dura pas au-delà de l’année et l’on n’y retrouve pas les vertus de protection que les intervenants humanitaires français attachent à la dénonciation.</p> <p>A la différence de la guerre du Vietnam, qui se déroulait au même moment mais s’inscrivait dans la division politique majeure du monde, la guerre du Biafra fut décrite selon des schémas juridico- moraux, loin des grandes mobilisations de l’anti-impérialisme. Elle suscita néanmoins de vives controverses publiques dans lesquelles la mise en récit humanitaire de l’événement, c’est-à-dire la coproduction par les intervenants d’une représentation fondée sur les stéréotypes du bourreau, de la victime et du secouriste-narrateur, joua un rôle de premier plan.</p> <h3><br /> <strong>Biafra</strong></h3> <p>En juillet 1967, une guerre d’indépendance éclatait au Nigéria. En 1964-65, sur fond de tensions régionales et sociales, des violences ethniques dirigées notamment contre les Ibos, originaires du Biafra, la province Sud Est du pays (14 millions d’habitants) avaient créé les conditions d’une tentative sanglante de coup d’Etat, conduite par des officiers Ibos en janvier 1966. Ils échouèrent et des massacres furent perpétrés contre des Ibos, majoritairement chrétiens, massacres à la suite desquels des milliers d’entre eux retournèrent vers le Biafra. Cette même année, la nouvelle compagnie pétrolière française Elf annonçait l’existence de gisements pétroliers prometteurs dans la région de Port-Harcourt, au Biafra, et l’enjeu des recettes pétrolières eut pour effet d’attiser le conflit. Le gouverneur militaire, le colonel Ojukwu, futur chef de la sécession, annonça que cet argent resterait au Biafra, à titre de compensation pour les rapatriés. Sous sa direction, le Biafra déclarait son indépendance le 26 mai 1967, déclenchant une guerre qui allait durer deux ans et demi, jusqu’en janvier 1970. Au cours des premiers mois, les forces sécessionnistes, résistèrent victorieusement aux offensives de l’armée fédérale et parvinrent à établir l’autorité biafraise sur une grande partie du territoire revendiqué. Dès le début du conflit, un dispositif d’assistance humanitaire, dans lequel les églises catholique et réformées tenaient une grande place, était mis en œuvre sous l’égide du CICR. Depuis la fin de la conquête militaire britannique, en 1905, les missionnaires irlandais avaient fait du pays Ibo une terre de conversion catholique. A partir de janvier 1968, les autorités biafraises frappaient leur propre monnaie, imprimaient leurs timbres, passeports, et autres attributs de souveraineté. Sur le plan militaire, elles enregistraient au même moment de sérieux revers et leurs pertes de terrain entraînaient les premiers déplacements de population, pour partie en territoire biafrais, pour une autre partie en territoire reconquis par les forces gouvernementales. Le CICR et les associations de solidarité fournissaient vivres et médicaments à partir d’un espace déclaré « neutre » selon les critères de la Croix-Rouge, l’île espagnole de Santa Isabel, au large de la Guinée équatoriale.</p> <p>Dès le mois de mars, devant l’apparition de la disette et en raison des difficultés d’acheminement de l’aide, les prêtres irlandais, soutenus par l’Eglise catholique, prirent la décision de faire venir des secours par les avions de ravitaillement militaire décollant de Lisbonne. Caritas international passa un accord avec le principal fournisseur d’armes de la sécession qui opérait depuis la capitale portugaise. Au contraire du CICR, qui s’était engagé auprès du chef de l’Etat nigérian à ne pas mélanger les canaux de livraison humanitaire et les armes, l’Eglise se sentait libre de ses actions. Le Conseil œcuménique des églises, soucieux de protéger ses membres nigérians, resta plus longtemps aligné sur le CICR qu’il fournissait en vivres. C’est sous la signature de Caritas que l’on retrouvera quelques semaines plus tard les plus graves accusations contre le gouvernement fédéral, mais aussi des critiques ouvertes adressées au CICR : « La Croix-Rouge s’est laissé embourber dans le juridisme pour ne prêter flanc aux critiques de personne. Nous [Caritas] nous ne nous laissons pas prendre à tous ces pièges. <span class="annotation">Père Byrne, responsable de Caritas à Sao Tome, dans Le Monde du 18-19 août 1968.</span>»</p> <p>En mai 1968, avec la chute de Port-Harcourt, la défaite semblait proche. Les indépendantistes ne contrôlaient plus qu’un réduit de quelques milliers de km<span>2</span><span> </span>où s’étaient regroupés plusieurs millions de personnes déracinées, bientôt décimées par la famine. Celle-ci, comme dans la quasi-totalité des situations de guerre, atteint avant tout les personnes déplacées, épargnant pour l’essentiel la partie de la population qui peut se maintenir sur ses lieux de résidence ordinaire.</p> <p>Alors qu’il avait laissé jusque-là les organisations humanitaires approvisionner le territoire insurgé, le général Gowon, chef de l’Etat nigérian, instaura un blocus partiel pour forcer son avantage dans les négociations engagées à ce moment en Ouganda sous l’égide de l’OUA. Il ne s’agissait pas d’asphyxier totalement la zone insurgée, puisqu’il acceptait le passage par le territoire fédéral, gage du maintien de la souveraineté sur l’ensemble du pays. Pour cette raison même et en dépit de la dégradation rapide de la situation alimentaire, le colonel Ojukwu refusa tout secours prenant cette voie. Quand la famine devint cataclysmique, les organisations chrétiennes reprirent leurs vols, clandestinement cette fois, à partir de l’île portugaise de Sao Tome et le CICR, passant outre son habituel légalisme, se résolut à les suivre.</p> <p>Jusqu’alors, la guerre était couverte par la presse de loin en loin. À cette période, la tonalité et la fréquence des témoignages et des articles de presse se transformèrent. Une transformation sous influence, car, fait remarquable pour l’époque, les dirigeants biafrais s’étaient adjoint, dès le mois de janvier 1968, les services d’une société de relations publiques, l’agence Markpress basée à Genève. Rémunérée par la France, selon Paddie Davies<span class="annotation">Interview de Paddie Davies, dans Conversations à propos de la guerre du Biafra, série documentaire de Joël Calmettes diffusée sur la chaine Histoire du 27 décembre 2003 au 2 janvier 2004 (7 x 25 minutes).</span>, responsable biafrais de la propagande, Markpress Biafran Overseas Press Division avait pour tâche d’affaiblir l’ennemi extérieur et d’entretenir la motivation intérieure. Relatant son rôle, trente ans plus tard, Paddie Davies explique que les trois étapes successives de leur communication furent le jihad, le génocide et la famine, soulignant que « c’est la première fois dans l’histoire de la guerre que la famine est utilisée comme arme de propagande », c’est-à-dire retournée contre ceux qui en faisaient une arme de guerre. De fait, la famine fut l’auxiliaire le plus précieux de la sécession, sans que ce thème entre en contradiction avec le jihad et le génocide, qui pouvaient en être respectivement la cause première et le résultat recherché.</p> <p>L’agence organisait des voyages de presse sur le terrain et publia durant toute la guerre une moyenne de deux communiqués par jour. Celui du 21 juin 1968 inaugura la période de communication active sur la famine comme stratégie d’anéantissement : « Pour beaucoup d’entre eux [les réfugiés], une terrible <span>″</span>solution finale<span>″ </span>— la mort par la faim — s’approche. » C’est à ce moment que le chiffre de 3000 enfants morts de faim par jour fit son apparition en Grande-Bretagne, largement repris par la presse, et que l’on commença à parler de « génocide » et d’ « extermination<span class="annotation">Maggie Black, A Cause for our Times, Oxfam the first 50 years, Oxfam publications, Oxford, 1992, p.121.</span>. » Jusqu’alors, selon Thierry Hentsch<span>&nbsp;</span><span class="annotation">Thierry Hentsch, Face au blocus. La Croix-Rouge internationale dans le Biafra en guerre (1967-1970), Institut des hautes études internationales, Genève, 1973, p. 94. Page 95, Hentsch relève que, « dans The Times Index, JulyAugust 1968, la colonne « Refugees and Famine Relief » est la plus longue de la rubrique « Nigéria » (plus d’une demi-page), alors que cette même sous-rubrique ne prend que dix lignes dans l’index de mai et juin. »</span>, le Biafra entendait se montrer comme une société résistant victorieusement à la guerre totale lancée contre lui. Au moment où la défaite militaire semblait inéluctable, il s’agissait de faire de la famine « le nouveau symbole du génocide. »</p> <p>Les principales organisations britanniques<span class="annotation">Outre Oxfam et la Croix-Rouge, il s’agit de Christian Aid, Save the Children et War on Want, regroupées au sein du Disasters Emergency Committee (DEC) formé au moment du tremblement de terre de Skopje de 1963 et destiné à lancer des appels conjoints dans la presse (surtout la BBC), partager les dons et coordonner l’aide britannique. Le DEC existe encore, composé des mêmes institutions.</span>, notamment Oxfam qui joua un rôle de premier plan, s’étaient mises sous l’autorité du CICR et attendaient la mise en place des canaux Croix-Rouge pour acheminer leur aide. Sous la pression de l’opinion, ils se décidèrent alors à passer par la voie portugaise. « L’opinion populaire, embrasée par la campagne de propagande biafraise, rendait l’armée fédérale et son soutien britannique responsables de la famine dans l’enclave. Il était difficile de croire que le dirigeant biafrais lui-même pouvait faire obstacle à l’arrivée massive des secours : comme le Guardian le soulignait, c’était son peuple qui souffrait de la faim. C’est dans cet état d’esprit que Kirkley [secrétaire général d’Oxfam] dans un éclat de publicité, se rendit à Lisbonne pour s’envoler vers le Biafra à bord d’un avion de ravitaillement d’armes […] afin de persuader Ojukwu de laisser entrer les secours. [<span>…</span>] Kirkley parvint à voir Ojukwu. Il participa à une réunion organisée par les négociateurs de la Croix-Rouge. Rien n’y fit. Pas de passage terrestre : aux yeux d’Ojukwu, tout ce qui venait du territoire fédéral, quelle qu’en soit l’origine, était empoisonné, littéralement ou métaphoriquement<span class="annotation">Maggie Black, op. cit., p. 122. (Traduit par nos soins.)</span>. »</p> <p>Un peu plus tard, au mois de juillet, les images de la famine arrivaient en France, soulevant la même émotion. A partir de ce moment, <em>Le Monde </em>consacra une rubrique régulière à la guerre du Nigéria. Des collectes furent organisées, la Croix-Rouge française reçut 13 millions de francs, tandis que le gouvernement exprimait son soutien à la cause de l’indépendance biafraise : « Le sang versé et les souffrances qu’endurent depuis plus d’un an les populations du Biafra démontrent leur volonté de s’affirmer en tant que peuple [<span>…</span>]. Le conflit actuel doit être résolu sur la base du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes [<span>…</span>]<span class="annotation">Communiqué du Conseil des ministres du 31 juillet 1968, in Daniel Bach, « Le général de Gaulle et la guerre civile au Nigéria », Revue canadienne des études africaines, Volume 14, n°2, 1980 : 259-272.</span>. » Le 30 juillet 1968, la veille de ce communiqué, <em>le Figaro </em>publiait en première page un reportage de Jean-François Chauvel rapportant les accusations d’un prêtre établi au Biafra : « Pourquoi toute cette bureaucratie, de quel droit, en vertu de quelle autorité transcendante le Comité international se refuse-t-il à faire parvenir des vivres au Biafra sans avoir obtenu l’accord de Lagos ? Pourquoi ce choix politique ? Comment peut-on faire de la politique alors que les enfants meurent par milliers ? » Alors que le CICR attendait l’autorisation de Lagos pour intervenir au Biafra, le JointChurchAid, un organisme logistique créé en commun par les églises chrétiennes, opérait quotidiennement à partir de Sao Tome, selon les modalités imposées par les autorités sécessionnistes.</p> <p>A l’automne 1968, avec l’accord des autorités ivoiriennes et gabonaises, le gouvernement français mobilisait la Croix-Rouge<span class="annotation">Ibid.</span><span>&nbsp;</span>(dont la base fut installée à Libreville, au Gabon) et mettait en place, dans un même mouvement, un dispositif clandestin d’assistance militaire. Sous la direction de Hank Wharton, mercenaire et trafiquant avec qui Caritas avait passé un accord quelques mois plus tôt, des pilotes français, rhodésiens, sud-africains et portugais, convoyaient des armements depuis le Portugal jusqu’au réduit biafrais <em>via </em>Sao Tome où ils embarquaient équipes humanitaires, médicaments et vivres. Tous les intervenants, y compris le CICR, étaient pressés par les autorités biafraises de poursuivre les vols de nuit où se mêlaient secours et armes. En soumettant la conduite de leurs opérations aux injonctions des dirigeants biafrais, les organisations humanitaires avaient-elles conscience des conséquences politiques de leur décision ? Toujours est-il que, selon Tierry Hentsch, « forcé par les circonstances de satisfaire aux conditions biafraises plutôt qu’aux exigences fédérales, [le CICR] a donné raison, sans le vouloir, à la tendance dure du gouvernement sécessionniste, contribuant ainsi à consolider l’attitude des « faucons » dans l’appareil biafrais<span class="annotation">Thierry Hentsch, op. cit., p. 152.</span>. »</p> <p>L’aide militaire et alimentaire envoyée à ce moment permit à la sécession de briser le front nigérian et de reprendre l’initiative au moment où l’offensive fédérale semblait irrésistible. Outre son assistance directe, la France organisa un soutien diplomatique africain.</p> <p>Par ailleurs, une centaine de missionnaires irlandais étaient à l’œuvre au Biafra, ainsi que des dizaines de missionnaires protestants. Cette présence, utilisée comme levier de mobilisation en direction des chrétiens, explique le caractère massif de l’engagement de Caritas internationalis et du Conseil œcuménique des églises, organismes fédérateurs respectivement catholique et protestant. Dans le cadre du JointChurchAid, ils mirent progressivement en place un pont aérien allant à certains moments jusqu’à 450 vols par mois. Tout cela de nuit et au risque de la DCA fédérale.</p> <p>Parmi les plus acharnés défenseurs de la cause biafraise se trouvaient les prêtres irlandais. Dans leur dénonciation des crimes de l’armée fédérale, se rejouaient deux conflits cardinaux : celui de « la croix contre le croissant », mais aussi celui de l’Irlande contre l’Angleterre coloniale. L’organisation qu’ils avaient créée, <em>Irish Concern</em>, se référait à la grande famine irlandaise de 1846-47<span class="annotation">Conversations de l’auteur avec le Père Aengus Finucane, fondateur de Irish Concern, rencontré lors d’interventions communes dans des situations de famine en Ouganda (1980) et Ethiopie (1985).</span>, conséquence directe de la domination coloniale britannique sur l’Irlande et responsable de la mort de plus d’un million de personnes. Les Biafrais d’aujourd’hui étaient les Irlandais d’hier et devenaient l’instrument d’une revanche contre l’ennemi commun, Londres.</p> <p>L’agence de relations publiques payée par les services spéciaux français, <em>Markpress</em>, introduisit le thème du génocide. Sur le terrain, les journalistes étaient pris en charge et encadrés par l’<em>Overseas Press Service</em>, qui leur donnait à voir l’auto-organisation des Biafrais, la résistance des combattants et surtout l’agonie des civils. Pour leur permettre de gagner du temps, les autorités allèrent jusqu’à créer un « parc » d’affamés : des centaines de personnes mouraient de faim dans cet enclos, attendant les caméras. En cette période récemment marquée par de grands procès de criminels nazis (procès Eichmann en 1961, procès de Francfort en 1965), des médias établirent un parallèle entre l’extermination des juifs et le sort des Ibos<span class="annotation">Plusieurs manifestations culturelles ibos de ces dernières années ont pris pour thème l’origine juive du peuple ibo, 13ème tribu d’Israël. Cf. http://www.igbo-organization-newyork.org/</span>, « juifs » de l’Afrique, jusqu’à comparer le réduit biafrais au ghetto de Varsovie.</p> <p>Le gouvernement nigérian ne déserta pas le terrain de la communication. Il organisa des visites internationales des zones de combat et des territoires reconquis, où résidaient des millions d’Ibos, et fit valoir son point de vue. Il put montrer que les Ibos vivant sous sa juridiction étaient traités comme les autres Nigérians et convaincre des députés français qu’il n’avait aucune intention génocidaire. Au tournant 1968-1969, des tribunes de presse se répondaient les unes aux autres dans un débat lancé par le député Aymar Achille-Fould qui avait conduit une délégation du côté nigérian et qui réfutait l’existence d’un génocide. Une trentaine de médecins, journalistes et pilotes ayant travaillé au Biafra publièrent en février une lettre ouverte dans laquelle ils parlaient du « génocide actuel », de « camps de la mort » et accusaient les diverses délégations, française et internationales, de ne pas être allées sur les lieux : « Si, pendant la dernière guerre, on vous avait chargé d’enquêter sur un éventuel génocide des juifs commis par les nazis, seriez-vous allé dans les stations d’hiver de Bavière ou dans les camps de concentration ?<span class="annotation">Une trentaine de médecins, pilotes et journalistes dénoncent ‘le génocide au Biafra’ », Le Monde, 11 février 1969. La plupart des journaux français publièrent de larges extraits de cette lettre ouverte.</span><span>&nbsp;</span>» Plusieurs des futurs fondateurs de MSF en étaient signataires. Les images d’enfants décharnés, évoquant celles de l’ouverture des camps nazis, vinrent authentifier ces dénonciations. Les gaullistes ne furent pas en reste : ils lancèrent un appel à la reconnaissance du « droit du Biafra à l’indépendance » où l’on retrouvait notamment de nombreux anciens ministres qui, eux aussi, dénonçaient un génocide.</p> <p>En janvier 1970, après deux ans et demi de guerre, l’armée nigériane reprit le contrôle de la province. Le gouvernement nigérian, sitôt la reddition prononcée, décréta une amnistie générale et veilla à la protection des vies et des biens biafrais. Deux ans plus tard, une partie des médecins ayant travaillé pour la Croix-rouge française fondait Médecins Sans Frontières (MSF). La dénonciation du « génocide du Biafra », laissant dans l’ombre la stratégie de communication des dirigeants biafrais et des organisations chrétiennes, demeura longtemps, en matière de prise de position publique, la référence de MSF et des organismes nés dans la même mouvance au tournant des années 1970-80.</p> <h3><br /> <strong>Cambodge</strong></h3> <p>Quelques années plus tard, en 1979, une autre controverse éclatait, concernant cette fois la réalité et les enjeux d’une famine au Cambodge. MSF venait de connaître une scission, la plupart des fondateurs avaient quitté l’association. Cependant, leurs successeurs s’accordaient avec eux sur le caractère indispensable du « témoignage », c’est-à-dire sur le rôle primordial de la médiatisation dans l’action de MSF, opposant la parole libre et agissante de l’humanitaire moderne au silence complice, passif, de l’action caritative classique. Pour la nouvelle équipe, la dénonciation des fauteurs de famine au Cambodge fut l’occasion de démontrer sa volonté d’être, sur ce plan-là, dans la continuité des fondateurs. Comme le « Comité contre le génocide au Biafra », la « Marche pour la survie du Cambodge » fut un acte (re)fondateur de MSF. L’un et l’autre ont également en commun d’avoir été construits à partir d’un mélange de croyances, d’erreurs et de manipulations propagandistes.</p> <p>Janvier 1979 : au terme d’une offensive éclair, l’armée vietnamienne chassait les Khmers rouges du pouvoir et installait à Phnom Penh un gouvernement à sa dévotion. Le régime du « Kampuchea démocratique » fut renversé quasiment sans coup férir, mais les troupes khmers rouges allaient bientôt se réorganiser et opposer une résistance militaire à la progression de l’armée vietnamienne vers l’Ouest et le Nord du pays. Le crédit de sympathie dont avait bénéficié les khmers rouges dans certains courants tiers-mondistes de l’opinion s’était épuisé à mesure que les témoignages sur les atrocités commises par l’ « Angkar » étaient diffusés à partir des camps de réfugiés. C’est pourquoi les envahisseurs vietnamiens furent perçus comme des libérateurs, sur place et dans le monde (à l’exception notable des gouvernements des pays de l’ASEAN, qui y voyaient une expansion menaçante de la zone d’influence de Hanoï).<span class="annotation">L’Asean était à l’époque composée des pays suivants : Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie et Brunéi. Voir Nayan Chanda, Les Frères ennemis, la péninsule indochinoise après Saïgon , Paris, Presses du CNRS, 1987, p. 308 sq.</span></p> <p>Je travaillais alors en Thaïlande, en tant que volontaire de Médecins Sans Frontières, dans un camp de réfugiés établi en 1976 pour accueillir des Cambodgiens fuyant le régime de Pol Pot. J’ai pu immédiatement constater le soulagement avec lequel ils ont reçu la nouvelle de la mise en déroute des Khmers rouges. Au fil des mois de cette année 1979, cependant, j’ai vu l’inquiétude poindre à mesure que les nouvelles arrivaient du pays par des réseaux privés (familles, relations). On parlait d’exactions et de pillages commis par l’armée vietnamienne, on s’attendait à de nouvelles arrivées de réfugiés. Les informations, lacunaires, ne faisaient que rajouter à la confusion et à l’angoisse.</p> <p>Quelques visiteurs, sympathisants occidentaux du régime de Hanoï, furent invités en avril pour de brefs séjours dans la capitale. Le journaliste Nayan Chanda rapporte leurs propos dans la <em>Far Eastern Economic Review</em>, hebdomadaire de référence pour toute la région : « Le Kampuchéa est décrit par les visiteurs comme un pays sortant d’un holocauste. Sur cette terre brûlée, les villes abandonnées sont jonchées de squelettes et de décombres de la guerre. Des centaines de milliers de gens fatigués et ahuris traversent le pays en tous sens à la recherche de leurs parents ou tentent d’arriver à leur village natal<span class="annotation">Cité par William Shawcross, « Le Poids de la pitié », Paris, Balland, 1985, p. 92.</span>. » Des rumeurs, faisant état de graves pénuries alimentaires, commencèrent à circuler à ce moment mais elles furent aussitôt démenties par le gouvernement vietnamien, sans convaincre les observateurs étrangers dans la région. Un nouveau voyage de militants communistes (le journaliste australien Wilfrid Burchett et deux médecins français, notamment) ramenèrent au mois de mai des témoignages des ravages causés par les khmers rouges et des images de Tuol Sleng, ce lycée de Phnom Penh transformé en centre de torture où plus de 14.000 personnes avaient été assassinées après avoir fait l’ « aveu » de leurs crimes.</p> <p>En juillet, une première demande d’aide alimentaire arriva aux Nations Unies. Signée du ministre des affaires étrangères Hun Sen, ex-officier khmer rouge, elle faisait état de la mort de trois millions de personnes sous le régime de Pol Pot et annonçait que, sur les quatre millions de survivants, la moitié était menacée par la famine. Cette lettre marquait le début d’une « diplomatie de la faim », avec l’ouverture progressive du pays aux organismes d’aide internationale.</p> <p>Plusieurs délégations se succédèrent dans le pays au cours de l’été (notamment Unicef, CICR, Oxfam, CCFD, MSF<span>…</span>) pour de brèves visites effectuées sous un contrôle de tous les instants et rapportant toutes les mêmes observations : infrastructures détruites, hôpitaux et orphelinats à l’abandon, malades et enfants seuls dans un état lamentable. Bien qu’aucune observation précise ne soit venue confirmer les termes de l’appel de Hun Sen, la multiplication des récits en provenance du Cambodge sur les destructions commises par les Khmers rouges suffisait à leur donner consistance : déplacements massifs de population, collectivisation forcée, destruction des infrastructures agricoles, toutes ces violences concouraient à rendre hautement probable une grave pénurie alimentaire à laquelle ne pouvait remédier l’aide internationale encore insuffisante. La probabilité d’une pénurie alimentaire catastrophique était encore renforcée par les combats qui opposaient, dans l’Est et le Nord du pays, les troupes vietnamiennes aux Khmers rouges en déroute. Le secrétaire général de MSF, Claude Malhuret, déclarait au retour de la mission envoyée par l’association : « La population du Cambodge est en danger de mort. Si l’on n’intervient pas à temps, c’est à l’élimination physique de ce qui reste d’une population déjà&nbsp;décimée par les Khmers rouges que nous assisterons dans les semaines, les mois qui viennent<span class="annotation">Le Figaro, 20 juillet 1979</span>. »</p> <p>Dans le contexte de la guerre froide cependant, le débat sur la situation du Cambodge se chargeait de considérations étrangères aux réalités locales. Si tout le monde reconnaissait désormais le désastre qu’avait été le régime khmer rouge, la nature du nouveau gouvernement continuait de diviser commentateurs et témoins selon la ligne de partage dominante du moment. Pour les uns, dont l’ONG britannique Oxfam devint le chef de file, il fallait que le nouveau gouvernement soit reconnu comme le représentant légal du Cambodge afin de faciliter le déblocage et l’acheminement de l’aide d’urgence via Phnom Penh et de hisser les secours au niveau requis par la situation. Le gouvernement, mis en place par les Vietnamiens, n’était en effet reconnu que par les alliés de l’Union soviétique et la représentation du Cambodge dans les instances internationales était encore assurée par les Khmers rouges. Cette situation était décrite, non sans raison, comme un facteur de blocage de l’aide, humainement catastrophique dans de telles circonstances. Pour d’autres, et notamment pour MSF, le gouvernement cambodgien, incapable d’empêcher le pillage du pays par ses protecteurs vietnamiens, ne faisait qu’aggraver la situation. Les témoignages de réfugiés, là où se trouvaient des équipes de MSF, allaient dans ce sens.</p> <p>La hantise de la famine devait se renforcer avec l’arrivée des réfugiés cambodgiens fuyant la guerre. En octobre 1979, après des mois d’errance sous la férule de soldats khmers rouges pourchassés par les troupes vietnamiennes et après avoir été longtemps bloqués par l’armée thaï, 30.000 Cambodgiens franchirent la frontière thaïlandaise. Leur état était catastrophique, des milliers d’entre eux périrent dans les jours suivant leur arrivée. Les scènes de désolation et d’agonie filmées dans le <em>no man’s land </em>où ils avaient été admis firent l’ouverture des journaux télévisés dans le monde. Elles évoquaient les images de la libération des camps nazis : « [<span>…</span>] à l’automne de 1979, lorsque le Cambodge devint un problème âprement débattu dans le monde occidental, l’analogie de l’holocauste fut évoquée pratiquement chaque jour.<span class="annotation">William Shawcross, op. cit., p. 380.</span><span> </span>» Comme au Biafra, l’usage rhétorique du nazisme servait simultanément deux propos : ressource de positionnement moral pour les accusateurs en même temps que marque d’infamie pour les accusés, il se donnait comme indice d’extrême gravité de l’événement et comme sommation à agir. La prison de Tuol Sleng, transformée en musée, fut par exemple présentée sous le nom de « Auschwitz asiatique » et son conservateur envoyé un peu plus tard en Allemagne de l’Est pour visiter des vestiges de camps nazis et s’en inspirer pour l’organisation de ce lieu de mémoire. « La condamnation unanime de l’intervention vietnamienne et les sanctions qu’elle entraîna, écrit Nayan Chanda, faisaient de la légitimation du nouveau régime une priorité absolue de la politique étrangère vietnamienne. A cette fin, Hanoï préféra porter des accusations d’ordre moral et légal contre le Kampuchéa démocratique de Pol Pot, plutôt que de mettre en avant les vertus du gouvernement qu’il avait mis en place.<span class="annotation">Nayan Chanda, op. cit., p. 309.</span><span> </span>»</p> <p>La famine devenait une précieuse ressource politique et matérielle pour un régime fragile en même temps qu’un levier de mobilisation pour des ONG humanitaires en campagne. Mais s’il y avait unanimité sur l’assertion qu’il existait bien une famine, observateurs et acteurs s’opposaient sur l’interprétation de ses causes et par conséquent sur les actions pratiques à engager. Pour Oxfam, « le principal obstacle à l’aide était la réticence de l’establisment international pro- occidental et son antipathie à l’encontre du régime de Phnom Penh soutenu par les Vietnamiens.<span class="annotation">Maggie Black, op. cit., p. 221.</span><span> </span>» Soutenu par des ONG, l’Unicef et une partie de la presse, le gouvernement&nbsp;cambodgien lançait des appels pressants à la communauté internationale pour amplifier l’aide et l’acheminer par les canaux officiels via Phnom Penh.</p> <p>D’autres ONG, en particulier MSF, militaient pour une aide directe sous contrôle international parce qu’elles estimaient que l’urgence imposait de court-circuiter les canaux habituels afin de déployer un dispositif de distribution de vivres sur les lieux de la famine. J’étais à la frontière du Cambodge lorsque les réfugiés l’ont franchie en octobre 79 et la vue de ces milliers de mourants m’a convaincu de la réalité de cette urgence vitale au Cambodge. MSF a déployé un grand nombre de d’équipes médicales dans plusieurs camps bordant la frontière thaïlandaise, réalisant dans l’improvisation sa première intervention d’envergure. En trois mois, le nombre des réfugiés passait de 30.000 à 300.000 et la Thaïlande allait devenir le sanctuaire de la résistance militaire, Khmers rouges et nationalistes mêlés, à l’occupation vietnamienne.</p> <p>Des informations concordantes sur le contrôle serré des étrangers, la main-mise des autorités sur l’aide et les détournements de celle-ci par l’armée vietnamienne arrivaient du Cambodge par les réfugiés et quelques uns des rares étrangers qui y étaient admis. Pour les défenseurs du nouveau régime, ces obstacles s’expliquaient entièrement par l’état de guerre, la persistance de la menace khmère rouge et l’inexpérience d’une administration récemment mise en place dans un pays ruiné. Il ne faisait pas de doute, au contraire, pour ceux qui n’étaient pas acquis à la cause du gouvernement de Phnom Penh, que celui-ci s’employait à multiplier les obstacles pour raffermir son contrôle sur la population.</p> <p>C’est dans le but de forcer symboliquement ces barrages opposés par le pouvoir de Phnom Penh qu’au mois de décembre, MSF décidait d’organiser une « Marche pour la Survie du Cambodge » à la frontière de ce pays et publiait un appel dans les principaux quotidiens français : « Il faut entrer au Cambodge, convaincre l’occupant vietnamien de ne pas laisser mourir les rescapés du génocide khmer rouge. C’est pour cela que nous créons aujourd’hui le mouvement <span>″</span>Cambodge, marche pour la survie.<span>″ </span>[<span>…</span>] Il faut que tombent ces barrières qui nous empêchent de secourir ces êtres en danger de mort [<span>…</span>]. Pour que survive le peuple cambodgien<span class="annotation">Le Figaro, Le Matin de Paris, Libération, Le Monde des 20 et 21 décembre 1979.</span>. »</p> <p>En réalité, l’état de ces réfugiés ne représentait pas, loin de là, l’ensemble de la population cambodgienne. Si leur condition physique était si dégradée, c’est parce qu’ils avaient été utilisés comme main d’œuvre servile par les troupes khmères rouges lors de la longue traque de celles-ci par l’armée vietnamienne. Ils avaient survécu dans la forêt en se nourrissant de racines et de petits animaux. La majorité de la population, en dehors des zones de conflit, s’était repliée dans une économie de subsistance rendue possible par une terre suffisamment fertile et bien arrosée, en dépit de l’état désastreux du pays. L’ordinaire était frugal, les privations nombreuses, mais la population pouvait s’alimenter de façon décente.</p> <p>Nous avions, cependant, de bonnes raisons de croire à l’existence de cette famine. L’enchaînement catastrophique des guerres et des tyrannies pendant la décennie 70 ainsi que l’état de détresse physiologique des réfugiés parvenus en octobre à la frontière rendaient la catastrophe hautement plausible. Les cadres mentaux de la guerre froide en faisaient un évènement non seulement probable sur le plan pratique mais utile sur le plan politique. Pour le camp « antitotalitaire » où se situait MSF, elle illustrait l’échec de l’utopie communiste et son retournement contre les plus faibles.</p> <p>La « Marche pour la survie » lui ayant fermé durablement les portes du Cambodge, MSF n’a jamais pu vérifier directement le bien-fondé de ses affirmations. Des années plus tard, la lecture du « <em>Poids de la pitié </em>», l’enquête de William Shawcross publiée en France en 1985, permit à ses&nbsp;responsables de comprendre que cette « Marche », par ailleurs fortement contestée dans les rangs de l’association, était sans fondement. Oxfam fut la première ONG d’importance à être admise au Cambodge. Ses dirigeants avaient appris dès l’automne 1979, de leur expert nutritionniste, qu’on ne mourait pas de faim au Cambodge, mais une grande campagne de collecte de fonds était déjà lancée. Ils jugèrent qu’il n’était plus possible de revenir sur les déclarations et les récits alarmistes sur lesquels ils avaient construit cette campagne<span class="annotation">Cf. Maggie Black, op. cit., p. 227. L’armée vietnamienne se retira du Cambodge en 1989, la fin de la guerre froide favorisant un règlement politique qui se concrétisa avec l’accord de Paris de 1991 et la mise en place d’une autorité provisoire des Nations unies (Apronuc) chargée de démilitariser les factions, d’organiser le retour des réfugiés et d’organiser des élections libres qui eurent lieu en mai 1993. En 1999, le Cambodge était admis au sein de l’Asean. Le régime de Hun Sen est toujours en place.</span>.</p> <p>La controverse sur les enjeux de la guerre du Biafra a pris fin avec la défaite de la sécession mais elle est restée dans la mémoire des organisations françaises concernées comme une rupture fondatrice, moment de renaissance de l’action humanitaire moderne. La position de l’acteur humanitaire comme témoin à charge, la fonction de dénonciation comme obligation morale et la mobilisation de l’opinion publique comme ultime recours face aux crimes de masse se sont imposées par la suite comme de nouveaux fondements de l’action humanitaire. La campagne menée par MSF sur la famine supposée du Cambodge fut dans une large mesure surdéterminée par la volonté des nouveaux dirigeants de l’association de se réapproprier cette conception et d’inscrire le « témoignage » comme une composante irrécusable de l’action de terrain<span class="annotation">La charte de MSF interdisait « toute immixion et toute ingérence » dans les affaires intérieures des pays où travaillait l’association.</span><span>&nbsp;</span>La charte de MSF interdisait « toute immixion et toute ingérence » dans les affaires intérieures des pays où travaillait l’association..</p> <p>Le rapprochement entre ces deux événements ne tient pas seulement à la proximité des acteurs humanitaires qui y furent impliqués, mais aussi à leur commune référence aux totalitarismes nazi et communiste comme figures du mal qu’il combattaient. Au cours des années 1980, période d’essor accéléré du mouvement humanitaire, le thème de la « mémoire » des crimes nazis s’est considérablement renforcé dans l’espace public. Cette nouvelle « conscience de la Shoah<span class="annotation">Philippe Mesnard, Consciences de la Shoah, critique des représentations et des discours, Editions Kimé, Paris, 2000.</span><span> </span>», réinterprétée sous la forme d’une critique de la souveraineté nationale au nom de la protection des victimes, prit une place croissante dans l’expression des acteurs humanitaires français tout au long des années 1980-90, comme l’attestent le succès public du thème de l’ingérence humanitaire, l’abondance des références à Auschwitz et au secret de la « solution finale » dans la communication des ONG françaises<span class="annotation">Cf. Philippe Mesnard, La victime écran, La représentation humanitaire en question, Editions Textuel, Paris, 2002.</span>. La rhétorique mémorielle, partageant le monde en bourreaux, héros et victimes, offrait au témoignage humanitaire une mise en récit dans laquelle le dénonciateur occupait la place enviable du résistant, à la fois sauveteur et justicier.</p> <h3><br /> <strong>Le tournant</strong></h3> <p>La famine d’Ethiopie de 1984-85 marqua un tournant dans la conception du « témoignage » au sein de MSF. L’ensemble des acteurs de l’aide se trouva, dès le début de l’année 1985, confrontée à une politique dite de « réinstallation », c’est-à-dire de transferts forcés de population dans la région méridionale de l’Ethiopie, et de « villagisation », c’est-à-dire de destruction des villages et de regroupement dans de nouvelles agglomérations voisines placées sous le contrôle du Parti. Les organisations humanitaires internationales tenaient à leur insu un rôle spécifique dans le dispositif de « réinstallation<span class="annotation">Cf. François Jean, Du bon usage de la famine, document publié par MSF en 1986.</span>. » Inspirant confiance à la population des régions sinistrées, les ONG contribuaient à l’attirer dans les camps de secours à partir desquels la milice du Parti&nbsp;opérait des rafles pour fournir ses quotas de « volontaires » pour le « resettlement. » De plus, une partie de la flotte de camions des organismes d’aide, destinée à l’acheminement des secours, était utilisée pour le transport de milliers de personnes déplacées de force. Face aux questions et critiques que lui adressait la presse, le gouvernement éthiopien invoquait notamment le soutien apporté par les ONG à sa « réforme agraire » et dont il voyait, non sans raison, la preuve dans l’absence de protestation de leur part. Cette politique de collectivisation accélérée entraîna la mort de plus de cent mille personnes dans les camps de transit et les régions de réinstallation<span class="annotation">Jason W. Clay and Bonnie K. Holcomb, Politics and the Ethiopian Famine 1984-1985, Cambridge (USA), 1986. Une première version (« occasional paper ») de ce document fut envoyée en été 1985 aux ONG actives en Ethiopie.</span>.</p> <p>Sur la plupart des terrains – guerres civiles et camps de réfugiés -- où opérait MSF au cours de ces années, la confrontation avec des régimes communistes était prédominante. Pour les responsables de l’association, dont j’étais alors le Président, la défense des droits de l’homme et des principes humanitaires passait par la défense de la démocratie et la critique du totalitarisme<span class="annotation">En 1985, la « Fondation Liberté sans frontières », créée par MSF, organisait un colloque intitulé « Le tiersmondisme en question » au cours duquel les régimes dits progressistes du tiers-monde et les soutiens que ceux-ci trouvaient dans le monde de l’aide internationale furement violemment critiqués. Cf Rony Brauman (dir.), Le tiersmondisme en question, Ed. Olivier Orban, Paris, 1986.</span>. Nous considérions avec une défiance particulière les gouvernements se réclamant de la « libération des peuples. » Dans des conditions où l’aide devenait l’instrument d’une stratégie de « dékoulakisation<span class="annotation">Le terme était utilisé par les cadres du régime.</span><span> </span>», les acteurs humanitaires se faisaient « idiots utiles », complices malgré eux des exactions commises par le pouvoir éthiopien qu’ils ne pouvaient plus dénoncer depuis une position de tiers extérieurs. Notre responsabilité à tous était directement engagée dans la commission de crimes contre l’humanité et c’est sur ce thème que MSF fit campagne, déclenchant une vive controverse qui l’opposa au gouvernement d’Addis et à de nombreuses ONG oeuvrant en Ethiopie. La position de MSF, qui fut expulsée en décembre 1985, procédait donc d’abord une réflexion critique sur notre fonction et nos responsabilités propres d’acteurs de secours dans un contexte donné, plus que d’une volonté de dénoncer des crimes dont par ailleurs nous n’étions pas nécessairement les témoins oculaires.</p> <p>Cette conception, qui tenait plus de l’analyse que de l’attestation, suscita de nombreux conflits avec plusieurs sections nationales de MSF qui estimaient qu’elle politisait à l’excès le discours humanitaire. Au fil de disputes qui obligèrent les protagonistes à préciser leurs positions respectives, ce processus de substitution de l’analyse à l’attestation a été progressivement inscrit par les responsables successifs de l’association comme un critère primordial de prise de parole, critère reliant dans une démarche commune des positions publiques diverses quant au fond et éloignées dans leurs formes. Le départ volontaire de MSF des camps rwandais du Zaïre et de Tanzanie, en novembre 1994, la mise en cause des institutions humanitaires dans la traque des réfugiés rwandais pendant la guerre du Zaïre en 1997-98, de même que le retrait de Corée du Nord en 1998, moments essentiels des prises de positions publiques de MSF, ne furent pas motivés par la seule volonté de protester contre des violences de masse. La raison commune en était la conviction que, dans ces circonstances, l’aide humanitaire servait en premier lieu un pouvoir criminel et que, une fois épuisées les possibilités de redresser la situation, le retrait devenait préférable à l’action.</p> <p>L’idée selon laquelle la dénonciation des violations des droits de l’homme, dans les pays où sont présents les membres de l’association, fait « partie intégrante de la mission de MSF »<span class="annotation">Selon l’expression consacrée reprise dans de nombreux documents internes.</span><span> </span>a perdu de son emprise avec la disparition des enjeux idéologiques de la guerre froide. A plusieurs reprises, les membres de l’association assistèrent à des tueries de civils, comme à Kigali et Butare (Rwanda) pendant le génocide de 1994, à Srebrenica (Bosnie) et à Kibeho (Rwanda) en 1995. Témoins oculaires, ils rendirent compte publiquement, dans la presse, devant des missions parlementaires ou devant le tribunal pénal international pour le Rwanda, de ce qu’ils avaient vu. Mais hors ces circonstances particulières, les interventions publiques ne relèvent plus de la catégorie de la dénonciation. Elles ne sont plus une finalité, MSF ayant cessé de se considérer comme une « sentinelle des droits de l’homme »<span class="annotation">Formule volontiers employée dans les années 1980, notamment lors de la réception, en 1988, du prix des droits de l’homme du Conseil de l’Europe décerné à MSF.</span>. Les enjeux des prises de parole se sont transformés, associés à d’autres pratiques et repris dans un autre ensemble de discours, loin du « témoignage » tel qu’il fut formulé lors des conflits du Biafra et du Cambodge.</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Les liaisons dangereuses du témoignage humanitaire et des propagandes politiques, 1 octobre 2006, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/les-liaisons-dangereuses-du-temoignage-humanitaire">https://www.msf-crash.org/index.php/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/les-liaisons-dangereuses-du-temoignage-humanitaire</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/index.php/fr/contribuer?to=3845" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3845&amp;2=reading_list" token="62VmhI3QqXyLk6dkU5Txo_Jg-qWU8gs1k6WOtmJZ_DU"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Les liaisons dangereuses du témoignage humanitaire et des propagandes politiques</span> Sun, 01 Oct 2006 00:00:00 +0000 Kesaven-02 3845 at https://www.msf-crash.org