A / A / A

publications
acteurs et pratiques humanitaires

Comment pensent et agissent les acteurs de l’aide humanitaire ?

Ces travaux s’intéressent au fonctionnement des institutions humanitaires, à leurs membres, à leur représentations, à leurs discours, à leurs manières de faire, à leurs habitudes, à leurs cultures…

Types
Gumuruk, Jonglei State
Article

A quoi sert le droit humanitaire ?

A entendre des porte-parole d’organismes humanitaires, les normes et principes qui fondent leur action sont battus en brèche depuis la fin de la Guerre froide, ce recul mettant en danger les équipes humanitaires et les opérations qu’elles conduisent. Il s’agit de s’interroger sur la pertinence de campagnes et de discours publics visant à réhabiliter le DIH, supposément mieux appliqué dans le passé et dont la promotion deviendrait, au vu des évolutions des conflits armés, un enjeu important de l’action humanitaire contemporaine. C’est donc à une réflexion sur la fonction politique du DIH, éclairée par son histoire, ainsi que par les attentes qu’on peut placer en lui, qu’est consacré cet article.

Condition of migrants in Paris
Article

Médecins Sans Frontières-France : les tensions liées aux projets « Migrations »

A l’été 2015, la section française de Médecins Sans Frontières a démarré des projets d’aide à destination des populations migrantes en Grèce et en France. Le lancement de ces opérations a été l’occasion de vives discussions au sein de l’association, tant en termes de positionnement public (comment justifier une intervention dans un pays riche et ne pas s’égarer en terrain ‘politique’ ?), que de révision de nos modes opératoires, sachant que les besoins premiers des migrants n’étaient pas d’abord médicaux. Certains rappelaient alors les pratiques militantes de l’association dans les années 1990 parfois considérées comme des dérives. En retraçant l’histoire de la Mission France, Michaël Neuman s’attache à comprendre, au sujet de la question migratoire, l’articulation complexe entre contraintes opérationnelles, positionnement politique et pratiques militantes.

Lifejackets are distributed to 129 people in a rubber boat by an MSF rib in international waters off the north coast of Libya, on June 8, 2017.
Tribune

Les ONG ne sont pas les complices des passeurs

Des organisations humanitaires de secours en mer se retrouvent qualifiées de complice des trafiquants. Une accusation aussi absurde qu’inacceptable. Non seulement les opérations de secours en mer sauvent des personnes de la noyade, mais elles œuvrent à leur évacuation en situation de danger immédiat en Libye, rappelle MSF.

Doctors carry a patient infected by ebola
Cahier

Médecins Sans Frontières et la qualité médicale

La question de la qualité médicale à Médecins Sans Frontières s'est posée dès la création de MSF et tout au long de son histoire. D'une part, les pratiques médicales évoluent et leur mise en question fait partie de l'activité professionnelle ordinaire ; d'autre part, la pratique de MSF, sur des terrains lointains dans un environnement particulier, exige une adaptation du travail médical. 

A young girl walks in the streets of Bama
Article

Guerre et humanitaire

Dans cet article, Rony Brauman examine l'environnement et les pratiques de l'humanitaire dans la guerre, afin de tenter d'en saisir et d'en analyser les enjeux politiques et éthiques. Partant de la création de la Croix-Rouge à la fin du XIXe siècle, il aborde ensuite directement l'époque contemporaine post-coloniale, en variant les échelles et en restituant des points de vue et enjeux contradictoires.

Couverture du livre Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques
Livre

Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques

Quand Chantal Kaghoma, une infirmière employée par MSF, otage du groupe rebelle Forces démocratiques alliées (ADF) en République démocratique du Congo, recouvre la liberté après plus de treize mois de captivité en août 2014, elle témoigne. 

La ville de Sagaing en Birmanie après le cyclone Nargis
Article

L’ingérence humanitaire ou le droit du plus fort

Le texte ci-dessous est la transcription d'une intervention donnée dans le cadre du colloque « L'Ingérence », organisé par la Fondation Res Publica le 19 janvier 2015. 

Cette conférence porte exclusivement sur des interventions armées menées contre la volonté de l'Etat du pays concerné, qu'elles aient été seulement promues sans voir le jour (Birmanie, Darfour) ou qu'elles aient eu lieu (Kosovo, Irak, Libye).