A / A / A
Date de publication
Jean-Hervé Bradol
Jean-Hervé
Bradol

Medical doctor, specialized in tropical medicine, emergency medicine and epidemiology. In 1989 he went on mission with Médecins sans Frontières for the first time, and undertook long-term missions in Uganda, Somalia and Thailand. He returned to the Paris headquarters in 1994 as a programs director. Between 1996 and 1998, he served as the director of communications, and later as director of operations until May 2000 when he was elected president of the French section of Médecins sans Frontières. He was re-elected in May 2003 and in May 2006. From 2000 to 2008, he was a member of the International Council of MSF and a member of the Board of MSF USA. He is the co-editor of "Medical innovations in humanitarian situations" (MSF, 2009) and Humanitarian Aid, Genocide and Mass Killings: Médecins Sans Frontiéres, The Rwandan Experience, 1982–97 (Manchester University Press, 2017).

Francisco
Diaz

Former Head of Logistics for Médecins Sans Frontières in France

Portrait de Marc Le Pape
Marc
Le Pape

Marc Le Pape has been a researcher at the CNRS and then at the EHESS. He is currently a member of the scientific committee of the CRASH. Formerly with the CNRS, Marc Le Pape is currently a researcher at the l'Ehess (Centre d'études africaines). He has carried out research in Algeria, Côte d'Ivoire and Central Africa. His recent studies have focused on the Great Lakes region in Africa. He has co-directed several publications: Côte d'Ivoire, l'année terrible 1999-2000 (2003), Crises extrêmes (2006) et dans le cadre de MSF : Une guerre contre les civils. Réflexions sur les pratiques humanitaires au Congo-Brazzaville, 1998-2000 (2001) and Génocide et crimes de masse. L'expérience rwandaise de MSF 1982-1997 (2016). 

Jérome
Léglise

WASH Specialist at Médecins Sans Frontières, based in Paris

Medical Bibliography

BOOKS

M.N.B. MOMBA, C.L. OBI, P. THOMPSON, Improving Disinfection Efficiency on Small Drinking Water Treatment Plants, Water Research Commission 2008.

A survey involving 181 water treatment plants across 7 provinces of South Africa: Mpumalanga, Limpopo, North West, Free State, KwaZulu-Natal, Eastern Cape and Western Cape was undertaken to identify the challenges facing small water treatment plants (SWTPs) in South Africa . Information gathered included ownership and design capacity of the plants, water sources, and various methods of disinfection, equipment currently employed and performance of the treatment plants.

Rural Water Supply Network, 2009 Rural Water Supply Network, Myths of the Rural Water Supply Sector (2009) RSWN Perspectives No. 4.

This paper sets out the myths of the rural water supplies sector. As you read it, you may decide that some of these are not myths at all, but are glaringly obvious.

WHO 2010, Diarrhoea Morbidity Rate in Children Aged 0–4 Years, World Health Organization, http://www.who.int/ceh/indicators/0_4diarrhoeamorb.pdf (july 2010).

No abstract available


ARTICLES

BATSIRAI MAJURUA, M. MICHAEL MOKOENAA, PAUL JAGALSA, AND PAUL R. HUNTER, Health impact of small-community water supply reliability, International Journal of Hygiene and Environmental Health, Volume 214, Issue 2, March 2011, p. 162-166

There is still debate and uncertainty in the literature about the health benefits of community water supply interventions. This paper reports on a changing incidence of self-reported diarrhoea associated with the implementation of two community water supplies.

J. BARTRAM, B. GORDON, “The Global Challenge of Water Quality and Health”, Water Practice and Technology n° 3 (4) (2008).

Unsafe water, together with inadequate sanitation and hygiene, is the overwhelming contributor to the 4 billion illnesses and 1.8 million deaths caused by diarrhoea every year. 90% of this toll is borne by children under five. Every diarrhoeal episode reduces calorie and nutrient uptake and sets back a child’s growth and development. Millions also are exposed to unsafe levels of arsenic and fluoride, and the most vulnerable suffer from cancer and crippling skeleton damage as a result. Water can transmit disease when it is contaminated by pathogenic microbes and chemicals. Bacteria, viruses and parasites can enter drinking water in many ways, for example as a result of animals excreting into a catchment area, from seepage of contaminated water into “leaky” pipes in a distribution system, and from unhygienic handling of stored household water. Chemical contamination may come from natural or anthropomorphic sources. Water safety can be assured through a variety of interventions at the level of households, community, water supplier and regulator, often with an excellent cost-benefit ratio. For example, families can reduce diarrhoea incidence in households by about half using simple, inexpensive technologies. WHO estimates that 94% of diarrhoeal cases are preventable through modifications to the environment, including through interventions to increase the availability of clean water.

D.R. FEIKIN, A. AUDI, B. OLACK, G.M. BIGOGO, C. POLYAK, H. BURKE, J. WILLIAMSON, R.F. BREIMAN, “Evaluation of the Optimal Recall Period for Disease Symptoms in Home-based Morbidity Surveillance in Rural and Urban Kenya”, International Journal of Epidemioly n° 39 (2010), p. 450-458.

In African settings with poor access to health care, surveillance and surveys of disease burden are often done through home visits. The optimal recall period to capture data on symptoms and health utilization is unknown. We collected illness data among 53 000 people during fortnightly home visits in rural and urban Kenya. Incidence rates were modelled using Poisson regression for data collected from 1 July 2006 to 30 June 2007.

L. FEWTRELL, R.B. KAUFMANN, D. KAY, W. ENANORIA, L. HALLER, J.M. COLFORD, “Water, Sanitation, and Hygiene Interventions to Reduce Diarrhoea in Less Developed Countries: a Systematic Review and Meta-analysis”, The Lancet Infectious Diseases n° 5 (2005), p. 42-52.

Many studies have reported the results of interventions to reduce illness through improvements in drinking water, sanitation facilities, and hygiene practices in less developed countries. There has, however, been no formal systematic review and meta-analysis comparing the evidence of the relative effectiveness of these interventions. We developed a comprehensive search strategy designed to identify all peer-reviewed articles, in any language, that presented water, sanitation, or hygiene interventions.

F.J. FROST, M. ROBERTS, T.R. KUNDE, G. CRAUN, K. TOLLESTRUP, L. HARTER, T. MULLER, “How Clean Must our Drinking Water Be: the Importance of Protective Immunity”, Journal of Infectious Diseases n° 191 (2005), p. 809-814.

BackgroundCryptosporidium parvum is an important cause of epidemic diarrhea. Few studies have assessed whether serological evidence of prior infection in adults is related to a reduced occurrence of enteric illnessMethodsSerum samples and enteric illness event data were obtained in 2000 and 2001 from 326 people served by 1 of 2 unfiltered surface sources or 1 groundwater source.

S.W. GUNDRY, J.A. WRIGHT, R.M. CONROY, M. DU PREEZ, B. GENTHE, S. MOYO, C. MUTISI, N. POTGIETER, “Child Dysentery in the Limpopo Valley: a Cohort Study of Water, Sanitation and Hygiene Risk Factors”, Journal of Water and Health n° 7 (2009), p. 259-266.

The objective of this cohort study was to assess risk factors for child dysentery and watery diarrhoea. The study participants consisted of 254 children aged 12-24 months in rural South Africa and Zimbabwe in households where drinking water was collected from communal sources. The main outcome measure was the most severe diarrhoea episode: dysentery, watery diarrhoea or none.

D. HEMSON, “The Toughest of Chores: Policy and Practice in Children Collecting Water in South Africa” Policy Futures in Education n° 5 (2007), p. 315-326.

The child has an elevated position within national policy in South Africa. This concern for children has been translated in varying degrees into policy, particularly in relation to child labour. Internationally there is concern that forms of child work should not impede the development of the child, particularly in health and education. Research conducted in SA has concluded that children collecting water, often over long distances in rural communities, is one of the most common forms of child labour. The research pioneers the study of children collecting water and develops an appropriate research methodology.

P.R. HUNTER, “Household Water Treatment in Developing Countries: Comparing Different Intervention Types Using Meta-regression”, Environmental Science and Technology n° 43 (2009), p. 8991-8997.

Household water treatment (HWT) is being widely promoted as an appropriate intervention for reducing the burden of waterborne disease in poor communities in developing countries. A recent study has raised concerns about the effectiveness of HWT, in part because of concerns over the lack of blinding and in part because of considerable heterogeneity in the reported effectiveness of randomized controlled trials. This study set out to attempt to investigate the causes of this heterogeneity and so identify factors associated with good health gains.

P.R. HUNTER, K. POND, P. JAGALS, J. CAMERON, “An Assessment of the Costs and Benefits of Interventions Aimed at Improving Rural Community Water Supplies in Developed Countries”, Science of Total Environment n° 407 (2009), p. 3681-3685.

We report a cost benefit analyses (CBA) for water interventions in rural populations of developed country sub-regions. A Bayesian belief network was used to estimate the cost benefit ratio using Monte Carlo simulation. Where possible we used input data from recently published primary research or systematic reviews. Otherwise variables were derived from previous work in the peer-reviewed or grey literature. For these analyses we considered the situation of people with small and very small community supplies that may not be adequately managed.

P.R. HUNTER, D. ZMIROU-NAVIER, P. HARTEMANN, “Estimating the Impact on health of Poor Reliability of Drinking Water Interventions in Developing Countries”, Science of Total Environment n° 407 (2009), p. 2621-2624.

Recent evidence suggests that many improved drinking water supplies suffer from poor reliability. This study investigates what impact poor reliability may have on achieving health improvement targets.

E.J. LEE, K.J. SCHWAB, “Deficiencies in Drinking Water Distribution Systems in Developing Countries”, Journal of Water and Health n° 3 (2005), p. 109-127.

Rapidly growing populations and migration to urban areas in developing countries has resulted in a vital need for the establishment of centralized water systems to disseminate potable water to residents. Protected source water and modern, well-maintained drinking water treatment plants can provide water adequate for human consumption. However, ageing, stressed or poorly maintained distribution systems can cause the quality of piped drinking water to deteriorate below acceptable levels and pose serious health risks. This review will outline distribution system deficiencies in developing countries.

D. MÄUSEZAHL, A. CHRISTEN, G.D. PACHECO, F.A. TELLEZ, M. IRIARTE, M.E. ZAPATA, M. CEVALLOS, J. HATTENDORF, M.D. CATTANEO, B. ARNOLD, T.A. SMITH, J.M. COLFORD, “Solar Drinking Water Disinfection (SODIS) to Reduce Childhood Diarrhoea in Rural Bolivia: a Cluster-randomized, Controlled Trial”, PLoS Medicine n° 6 (8) (2009).

Solar drinking water disinfection (SODIS) is a low-cost, point-of-use water purification method that has been disseminated globally. Laboratory studies suggest that SODIS is highly efficacious in inactivating waterborne pathogens. Previous field studies provided limited evidence for its effectiveness in reducing diarrhoea. We conducted a cluster-randomized controlled trial in 22 rural communities in Bolivia to evaluate the effect of SODIS in reducing diarrhoea among children under the age of 5 years old.

M.A. MONTGOMERY, M. ELIMELECH, “Water and Sanitation in Developing Countries: Including Health in the Equation”, Environmental Science and Technology n° 41 (2007),
p. 17-24.

No abstract available

M. PETER-VARBANETS, C. ZURBRUGG, C. SWARTZ, W. PRONK, “Decentralised Systems for Potable Water and the Potential Technology”, Water Res. n° 43 (2009), p. 245-265.

Decentralized drinking-water systems are an important element in the process of reaching the Millennium Development Goals, as centralized systems are often deficient or non-existent in developing and transition countries (DC and TC). Most water-quality problems are due to hygiene factors and pathogens. A range of decentralized systems is available to counter these problems, including thermal and/or UV methods, physical removal and chemical treatment. This review focuses on decentralized systems that treat the potable water (drinking and cooking) of a single household (point-of-use systems) or a community (small-scale systems). For application in DC and TC, important boundary conditions for decentralized systems include low costs, ease of use, sustainability, low maintenance and independence of utilities (energy sources). Although some low-cost systems are available, their application is limited by time-consuming daily operation and maintenance. Other systems are too expensive for the poor populations of DC and TC and in most cases do not fulfill the system requirements described above. Point-of-use systems based on membranes are commercially available and are designed to operate on tap pressure or gravity.

L.C. RIETVELD, J. HAARHOFF, P. JAGALS, “A Tool for Technical Assessment of Rural Water Supply Systems in South Africa”, Physics and Chemistry of the Earth n° 34 (2009), p. 43-49.

Water and sanitation services provide a cost-effective solution for alleviating the impact of water-borne diseases. Actually, for water supply projects a top-down approach is followed, giving priority to deliver sufficient quantities of water, increasing its availability by investment in new systems. Little attention is paid to the functioning of these systems on the long-term, and its maintenance and operational constraints. In this paper, a methodology was developed to technically assess water supply systems based on four criteria, namely availability, capacity, continuity and condition.

M.D. SOBSEY, C.E. STAUBER, L.M. CASANOVA, J.M. BROWN, M.A. ELLIOTT, “Point of Use Household Drinking Water Filtration: a Practical, Effective Solution for Providing Sustained Access to Safe Drinking Water in the Developing World”, Environmental Science and Technology n° 42 (2008), p. 4261-4267.

The lack of safe water creates a tremendous burden of diarrheal disease and other debilitating, life-threatening illnesses for people in the developing world. Point-of-use (POU) water treatment technology has emerged as an approach that empowers people and communities without access to safe water to improve water quality by treating it in the home. Several POU technologies are available, but, except for boiling, none have achieved sustained, large-scale use. Sustained use is essential if household water treatment technology (HWT) is to provide continued protection, but it is difficult to achieve. The most effective, widely promoted and used POU HWTs are critically examined according to specified criteria for performance and sustainability. Ceramic and biosand household water filters are identified as most effective according to the evaluation criteria applied and as having the greatest potential to become widely used and sustainable for improving household water quality to reduce waterborne disease and death.

M.J. STRICKLAND, J.M. CRAWFORD, L. SHEN, J.R. WILKINS, “Time-dependent Recordkeeping Fatigue among Youth Completing Health Diaries of Unintentional Injuries”, Journal of Safety Research n° 37 (2006), p. 487-492.

Increasingly, investigators are asking youth to self-report daily activity patterns and health outcomes in diary studies. This study assesses recordkeeping fatigue with respect to data quality and event reporting among youth participating in a health diary study.

L. SWIFT, P.R. HUNTER, “What do Negative Associations between Potential Risk Factors and Illness in Analytical Epidemiological Studies really Mean?”, European Journal of Epidemiology n° 19 (2004), p. 219-223.

In epidemiological studies of infectious diseases it is not unusual to find that some potential risk factors are negatively associated with risk of illness. The mechanisms generating these associations are unclear in many cases, though one explanation is immunity due to prior exposure. We derive mathematical models for the proportion of a population who are infected with a disease and the proportion who are susceptible in any year of life when individuals are at risk of exposure through more than one route. It is shown that risk of illness declines with increasing age and that this risk declines most rapidly in those groups at increased exposure. In high exposure groups, the relative risk of illness, compared to a group with lower exposure, also declines with age, eventually becoming less than one. The threshold age at which the relative risk is less than 1, i.e., factor B becomes protective decreases with higher exposure rates. Epidemiological studies may substantially underestimate the importance of risk factors where exposure is consistent over many years.

S.N. ZAFAR, S.P. LUBY, C. MENDOZA, “Recall Errors in a Weekly Survey of Diarrhoea in Guatemala: Determining the Optimal Length of Recall”, Epidemiology and Infection n° 138 (2009), p. 264-269.

We measured the recall error, optimal recall length and factors associated with diarrhoea in a weekly survey. Data was taken from a year-long randomized controlled trial in which characteristics of diarrhoeal episodes were recorded weekly. We labelled the recall period as days 1-6; day 1 being the day before the visit. Recall error was the percentage difference between the number of episodes reported to begin on a particular day and the mean for days 1 and 2. Generalized estimating equations were used to determine associations. Recall error was 37% on day 3 and 51% on day 5. The error was less in younger children (by 10%), severe episodes (by 29%) and when blood was present in the stool (by 18%). Diarrhoea was underreported when the recall period extended beyond 2 days. Surveys that use longer recall periods risk underestimating diarrhoea incidence and selectively capturing more severe episodes.

 

Technical Bibliography

BOOKS

Action contre la faim, Eau-Assainissement-Hygiène pour les populations à risques, Paris 2006.

Ce livre présente les méthodes et les techniques d’intervention essentielles à la réalisation de projets « Eau et Assainissement » : recherche d’eaux souterraines, forages, puits, captages de sources, réseaux de distribution gravitaire, traitement et distribution d’eau de surface, stockage d’eau de pluie, mais aussi infrastructures et mesures sanitaires, promotion de l’hygiène, développement des capacités locales et bien d’autres choses encore. Il valorise, au-delà de l’approche technique pure, une stratégie d’intervention raisonnée dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, valorisant l’impact, la pertinence, la cohérence et surtout la pérennité des projets à travers une gestion locale.

Ce manuel, dédié aux populations meurtries qui ont collaboré avec nous sur les terrains et à nos équipes, est la deuxième édition en français, abondamment revisitée, de l’ouvrage Alimentation en eau des populations menacées, d’Eric Drouart et Jean Michel Vouillamoz (1999).

BROWN V., MOREN A. ET PAQUET C., Évaluation rapide de l’état de santé d’une population déplacée ou réfugiée, Publication Médecins Sans Frontières, Paris 1996.

L’Évaluation rapide de l’état de santé d’une population déplacée ou réfugiée est le fruit de l’expérience vécue sur le terrain. Ce guide apporte au personnel médical un soutien dans l’organisation de la collecte et de l’analyse des informations sur la démographie, la mortalité, la morbidité, l’état nutritionnel et le statut vaccinal de la population concernée, ainsi que sur ses ressources en eau et en nourriture.

CAIRNCROSS S., FEACHEM R., Environmental Health Engineering in the Tropics, Chichester 1993.

The second edition of this book is as welcome now, when the developing world is trying to meet the goals of Safe Water 2000, as the first edition was when it was doing the same for the International Drinking Water Supply and Sanitation Decade. Lessons learnt during the Decade are clearly expounded: how to involve communities, how to develop sound policies and strategies for implementing water and sanitation programmes, and so on. The new chapter on surface water drainage is a welcome addition, and wastes reuse is given more prominence following the extensive international activity in this important area in the late 1980s. But the section on small-bore sewerage is altogether too short (less than a page), and no mention is made of shallow sewerage which is possibly the most important technical development of the Decade: better service at lower cost than on-site sanitation (depending on population density), and often the only solution in high density urban slums or low-income areas where access is poor. Nor does the section on waste stabilization ponds reflect the advances made since the first edition on our understanding of ponds and how best to design them. Despite these criticisms, the book is a highly readable exposition of the principal topics in this globally important area, and it will find a large audience of medical and engineering students as well as practitioners.

DAVIS J. ET LAMBERT R., Engineering in emergencies, Intermediate Technology Publications on behalf of Red R, Londres 1995.

This practical handbook provides the information needed to implement an effective engineering response in the aftermath of an emergency. This edition is available as a book and as a handy CD-ROM, designed to be light and easily protable for relief workers in the field.

DELMAS G. & COURVALLE M. (COORDINATEURS), Technicien sanitaire en situation précaire – Manuel destiné à la mise en place de programmes sanitaires en milieu défavorisé, en particulier dans les camps de personnes déplacées, 2de éd., MSF, Paris 1994.

L’action d’assainir s’inscrit dans le cadre général de la santé et en amont de nombre de maladies liées au manque d’hygiène, à la qualité de l’eau et à sa quantité, aux déchets, aux insectes et aux rongeurs vecteurs. Si ces maladies ne tuent pas directement, elles sont cependant responsables de la dégradation de l’état physique des individus.

MSF, Refugee Health – An Approach to Emergency Situations, Londres-Oxford 1997.

Relief workers face rapidly changing and complex environments, new disease patterns, enormous humanitarian needs and relatively limited resources. MSF has drawn on its extensive experience of working with refugees to produce this operational manual of the issues involved in refugee health programmes. This book is intended for professionals involved in public health assistance to refugees and displaced persons. It deals with a wide variety of specific refugee health issues at decisional level, and discusses the priorities of intervention during the different phases of a refugee crisis, from emergency to repatriation.

Organisation mondiale de la santé, Directives de qualité pour l’eau de boisson (3 vol.), 2008.

La qualité de l’eau de boisson suscite des inquiétudes pour la santé humaine dans des pays développés ou en développement partout dans le monde. Les risques pour la santé sont liés à la présence d’agents infectieux, de produits chimiques toxiques ou encore à des dangers de nature radiologique. L’expérience acquise dans ce domaine fait ressortir l’intérêt de démarches reposant sur une gestion préventive, englobant l’ensemble de l’approvisionnement, de la source d’eau au consommateur.

L’OMS a mis en place des normes internationales relatives à la qualité de l’eau sous la forme de directives qui servent de base à l’élaboration de réglementations et de normes dans les pays développés et en développement du monde entier.

UNHCR, Manuel des situations d’urgence, 2de éd., Genève 1999.

Le HCR est souvent confronté à une soudaine situation d’urgence qui nécessite une réponse immédiate. Il peut s’agir, par exemple, d’un début de conflit obligeant des dizaines de milliers de personnes à quitter leur foyer ou d’un violent séisme qui déplace des centaines de milliers de personnes, et cela signifie que l’agence doit avoir la capacité de dépêcher sans délai de l’aide et des experts vers les zones affectées. Lors d’une situation d’urgence human-itaire, l’aide concrète apportée aux civils en fuite représente souvent un premier pas vers la protection et la réhabilitation à long terme.

VEDRINE H., JOSSELIN C., 1998, « La Réforme du dispositif français de coopération » Communication au Conseil des ministres du 4 février 1998, ministère des Affaires étrangères – Coopération et Francophonie.

Communication en Conseil des ministres sur la réforme de la politique de coopération : aide bilatérale sélective et concentrée sur une zone de solidarité prioritaire, renforcement de la coordination interministérielle avec la création d’un Comité interministériel de la coopération internationale (Cicid), regroupement des services du ministère des Affaires étrangères et du secrétariat d’État à la Coopération et à la Francophonie, création d’un Haut Conseil de la coopération internationale (HCCI).

VILAND M., MONTIEL A., DUCHEMIN J., LARIVIERE M., ZARRABI P., Eau et santé – Guide pratique pour les intervenants en milieu rural africain, Paris 2001.

Cet ouvrage est un manuel pédagogique à l’intention de tout opérateur intervenant au niveau de l’exécution et de la maintenance des aménagements destinés à fournir de l’eau potable aux populations des pays en développement : associations, collectivités locales, entreprises, hydrogéologues, agents de santé, animateurs, enseignants, techniciens, sociologues, spécialistes de la santé, etc. Il a pour objectif d’apporter les éléments utiles pour comprendre l’importance de la qualité de l’eau pour la santé des consommateurs ; pour évaluer les paramètres qui permettent de suivre les critères de qualités ; pour protéger la ressource en eau depuis son origine jusqu’à sa consommation ; pour amener le consommateur à utiliser une eau potable ; enfin, pour améliorer une eau défectueuse par des traitements appropriés. Étant donné la diversité des thèmes abordés, ce document a été préparé par un groupe de cinq spécialistes.


ARTICLES

BOUTRUCHE T., « Le Statut de l’eau dans le droit international humanitaire », Revue internationale de la Croix-Rouge, n° 840 (2000), p. 887-916.

Cet article porte sur la protection de l’eau en temps de conflit armé. L’auteur montre que les dispositions spécifiques relatives à l’eau sont très peu nombreuses en droit international humanitaire. L’eau est protégée par les dispositions qui interdisent de s’attaquer aux biens indispensables à la survie de la population civile et aux ouvrages et installations contenant des forces dangereuses. D’où le recours aux dispositions plus générales du droit international humanitaire. L’auteur se demande alors s’il faut édicter des dispositions spécifiques à l’eau ou rester dans le domaine des principes généraux. Il conclut que l’efficacité de la protection réside dans la capacité à concilier ces deux approches et à établir un équilibre.

MONTIEL A., « Eaux destinées à la consommation humaine. Risques sanitaires, contrôles et réglementation », Techniques de l’ingénieur, Paris 2009.

La réglementation concernant les eaux destinées à la consommation humaine intègre, d’une part, des obligations de résultats, mais aussi de nombreuses obligations de moyens. Elle a devancé en cela l’Organisation mondiale de la santé qui, en 2004, a introduit la notion de « Water Safety Plan », qui comporte également ces deux types d’obligations.

VANDEVELDE T., ROUSSEAU P., TRANCHANT E., « Partenariat entre les organisations non gouvernementales et les professionnels de l’eau lors des situations d’urgence et d’aide au développement : pour une approche commune, efficace et durable », Techniques Sciences Méthodes (TSM) n° 10 (2001), p. 128-140.

L’eau constitue un élément fondamental des politiques des pays développés, émergents, en transition, en développement et confrontés à des situations d’urgence qui doivent relever un double défi, tant pour la gestion quantitative et qualitative durable des ressources que pour l’accès universel des populations à l’eau potable et à l’assainissement.

ZEMMALI A., « La Protection de l’eau en période de conflit armé », Revue internationale de la Croix-Rouge n° 815 (1995), p. 601-615.

Source de vie et de bienfaits, symbole de fécondité et de pureté, l’eau est aussi porteuse de craintes, de risques et de dangers et elle est objet de convoitises et de conflits. Ses multiples fonctions, aussi nécessaires les unes que les autres, font d’elle une ressource vitale dont l’homme a toujours essayé de réglementer l’usage et la gestion. Mais contrairement au droit applicable en temps de paix, comme en témoignent les us et coutumes des sociétés les plus anciennes ou encore les instruments juridiques internes et internationaux des temps modernes, le droit des conflits armés n’a consacré à l’eau – expressément et tardivement – que certaines dispositions.


VIDEO

COHEN H. ET ENTER F. (RÉALISATION), L’Eau dans les programmes d’urgence, document vidéo, Médecins Sans Frontières, 1995.

Au moment de l’édification d’un camp sur un site, la recherche d’eau est prioritaire. Les eaux de surface sont les sources d’approvisionnement principales en urgence, mais elles sont généralement polluées et impropres à la consommation. Elles sont souvent à l’origine d’épidémies de choléra, de diarrhées et de dysenteries. Il faut donc mettre en place une chaîne d’approvisionnement en eau potable comprenant le pompage, le transport, le stock-age et la distribution. Des kits d’urgence permettent la mise en place du matériel indispensable pour chaque étape.

HOUSE S.J., REED R.A., Emergency Water Sources: Guidelines for selection and treatment, Water, Engineering and Development Center (WEDC), Loughborough 1997.

MSF, L’Or bleu, document vidéo, Etat d’urgence production, 1990.

L’eau recouvre 70 % de la planète, mais seulement 3 % de cette eau est douce, autrement dit utile à l’homme. Inégalement répartie à la surface du globe, cette eau manque aujourd’hui à plus d’un milliard d’êtres humains. Pour Médecins Sans Frontières, elle prévaut à toute intervention médicale. Elle est vitale. MSF a donc fait de l’approvisionnement en eau des populations menacées une de ses priorités et dispose à cet effet de kits d’intervention standardisés. Ce film retrace diverses situations rencontrées, notamment au Pakistan, en Thaïlande, au Soudan, en Somalie, au Salvador et au Guatemala, dans des camps de réfugiés mais aussi dans des bidonvilles.


INTERNET SOURCES

http://wedc.lboro.ac.uk/

http://www.oxfam.org

http://www.acf.org

OMS : http://who.int/topics/water/fr/

http://www.suez-environnement.com

http://www.worldwatercouncil.org

 

Social Sciences Bibliography

All articles are available on the web.


URBAN SITUATIONS

ANDRAE G., « De-scaling without Democratic Substance. Water Provisioning in Peripheral Kano, Nigeria », Bulletin de l’Apad 31-32 [en ligne], Paris 2009. http://apad.revues.org/4051

The case of water provisioning in Tudun Murtala, a peripheral low income area in Kano, Nigeria, is used to highlight an expanding form of decentralisation in infrastructure provision in African cities and the democratic problems associated with it. I look at the decentralisation ‘by default’ that is connected with the type of liberalisation that takes the form of informalisation of supplies. The concurrent separation of supply from state regulation means that the regulation of relations between suppliers and users escapes from public control at the municipal and local government level into traditional hands at the community level. For users, this entails a revived dependence on neo-traditional politics, rather than the development of the parliamentary system, as a mode of influencing the conditions of access to water provisioning.

JAGLIN S., « Vingt ans de réformes dans les services d’eau urbains d’Afrique subsaharienne : une géographie de la diversité », Cybergeo: European Journal of Geography, 2004. http://cybergeo.revues.org/1419

Depuis plus de vingt ans, les réformes ont modifié la relation entre services d’eau et espaces urbanisés. Nombre de ces changements sont cependant masqués ou déformés par un débat centré sur les « privatisations », qui passe à côté des grands enjeux de desserte dans les villes en développement. La convention libérale, pour influente qu’elle soit, n’a de fait qu’un pouvoir explicatif limité des recompositions à l’œuvre. À partir d’exemples subsahariens, le propos est ici d’en souligner deux caractéristiques importantes. D’abord, l’inégale diffusion de la privatisation et de la libéralisation des services d’eau est productrice de nouvelles disparités. Ensuite, dans les aires des monopoles juridiques délégués, l’intensité variable des efforts de libéralisation et de standardisation des services, d’une part, de différenciation des prestations, d’autre part, est créatrice de fortes disparités intra-urbaines.

KJELLÉN M., MCGRANAHAN G., « Informal Water Vendors and The Urban Poor », Human Settlements Discussion Paper Series, International Institute for Environment and Development, Londres 2006.

URL : http://www.iied.org/pubs/pdf/full/10529IIED.pdf

This paper looks at how water-vending systems operate and how effective they are in meeting the needs of the poor. It raises questions about what can be done to increase the effectiveness of water-vending systems, and whether getting vendors to provide better water services to the urban poor can make a positive contribution to international water goals.

The paper concentrates on the small-scale and informal vendors, most of whom work independently, with very little capital. Despite these limitations, the paper covers an extremely diverse range of vendors, some of whom are simply one part of a large supply chain, while others control a natural water source and sell the water directly to the final consumer

PLANCQ-TOURNADRE M., « Services d’eau et d’électricité au Cap, ou comment la sortie de l’apartheid fabrique des débranchés », Flux n° 56/57, avril-septembre 2004.
http://olegk.free.fr/flux/homefl1.html

La politique sud-africaine post-apartheid, inspirée par le Reconstruction and Development Program (RDP) de l’African National Congress (ANC), s’est voulue une politique de « rattrapage », de redistribution en faveur des victimes du régime politique précédent. L’Afrique du Sud post-apartheid s’est ainsi lancée, dès 1994, dans une vaste campagne de « branchement » des ruraux aux services marchands en réseaux tandis qu’en milieu urbain cette redistribution devait passer par la généralisation de l’accès au logement et, par là même, par la généralisation de l’accès aux services (eau et assainissement). L’accès aux services est donc pensé en milieu urbain par la seule articulation logement-services, puisque l’un des objectifs des pouvoirs publics était la disparition des logements informels, qu’ils soient situés dans les arrière-cours des maisons locatives (communément désignés par le terme backyard shacks) ou dans les camps de squatters. Or, cette campagne, qui repose sur d’énormes investissements, se traduit paradoxalement par la multiplication des « débranchés ». Face au mythe de la généralisation du service par l’universalisation du branchement, la réalité est moins simple et rappelle aux pouvoirs publics, depuis le lancement des programmes de logements, en 1996, l’importance de l’accessibilité financière des ménages pauvres à ces services. En effet, dans un contexte de pauvreté massive et de généralisation des modes de gestion marchande des services publics, le branchement se traduit nécessairement par le risque du débranchement pour impayés. Les ménages pauvres, autrefois tout simplement non branchés, sont de plus en plus nombreux à être aujourd’hui débranchés : à travers l’ensemble du pays, on compte plus de trois millions de ménages ayant souffert d’un débranchement pour l’eau et plus de trois millions de ménages ayant souffert d’un débranchement pour l’électricité.

« Eau : le temps et le bilan », Flux n° 52-53, septembre 2003.

[Articles sur la qualité de l’eau, l’évolution des techniques, les relations public-privé, les indicateurs de performance et la gestion des services d’eau et d’assainissement, les sommets mondiaux sur l’eau, la société des eaux de Macao.]

http://olegk.free.fr/flux/homefl1.html


RURAL SITUATIONS

« Dossier spécial : L’Eau », Afrique contemporaine n° 205, 2003.

http://www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2003-1.htm

[Articles sur l’enjeu de l’eau en Afrique, le contrôle de l’eau au Moyen-Orient, le Lesotho Highlands Water Project, l’eau et l’assainissement, le prix de l’eau pour les pauvres, la politique de l’eau en Afrique du Sud, la tarification de l’eau au Maroc, les aménagements hydroagricoles en Afrique, l’hydraulique pastorale au Sahel, bibliographie sélective.]

« Dossier : Les Territoires de l’eau », Développement durable & territoire n° 6, 2006.

http://developpementdurable.revues.org/1429

[Articles sur la politique de l’eau en Afrique du Sud, la gouvernance de l’eau potable au Bénin, la gestion de l’eau en milieu aride (Tunisie), les politiques de l’eau au Québec, l’accès à l’eau dans les territoires urbains en Afrique, la pollution de l’eau par l’agriculture.]

LALLIER CH., « Le besoin d’aider ou le désir de l’autre », Autrepart n° 42, 2007.

http://www.cairn.info/revue-autrepart-2007-2.htm

L’aide au développement ne peut se justifier par la seule bonne volonté de son action. Le maire de Nioro-du-Sahel rappelait ainsi au responsable d’une ONG venue électrifier sa ville : « Tu ne peux pas vouloir le bonheur de quelqu’un plus que lui-même ! » Une mise en garde qui rappelle combien une opération de solidarité peut susciter de malentendus et de contradictions. Par l’observation filmée des relations sociales, l’anthropologie visuelle permet de décrire la complexité des rapports qui se jouent entre les différents acteurs d’une mission d’aide au développement. À partir de ses trois documentaires réalisés en Afrique sub-saharienne [Nioro-du-Sahel, une ville sous tension ; Chambre d’hôtes dans le Sahel ; L’argent de l’eau], l’auteur examine les figures ambivalentes de l’aide au développement, qui paraît si indispensable et si juste.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., ELHADJI DAGOBI A., « La gestion communautaire sert-elle l’intérêt public ? Le cas de l’hydraulique villageoise au Niger », Politique africaine n° 80, 2000.

http://www.politique-africaine.com/numeros/080_SOM.HTM

Au Niger, les comités de gestion des pompes villageoises entendaient écarter la chefferie, permettre la transparence et le contrôle de la communauté. Si ces objectifs n’ont été que peu atteints, on observe cependant de nombreuses innovations locales en matière de gestion, aboutissant à une quasi-privatisation de nombreuses pompes. Ainsi, on constate que la conception d’un bien d’usage public peut se combiner avec des formes informelles de gestion éloignées des illusions communautaires.

PERRET S., FAROLFI S., HASSAN R., Water Governance for Sustainable development. Approaches and Lessons from Developing and Transitional Countries, Paris 2006.

http://www.quae.com/fr/livre/?GCOI=27380100805820

L’ouvrage examine comment les institutions, la gouvernance et les politiques de l’eau ont évolué, depuis un pilotage centralisé par l’offre et une approche quantitative vers une gestion de la demande, décentralisée et plus participative. Ces évolutions impliquent aussi des principes de recouvrement des coûts, la répartition de la ressource entre secteurs concurrents et la privatisation. Les études de cas montrent que les nouvelles politiques et les nouveaux cadres légaux ont été difficiles à mettre en œuvre et ne répondent pas toujours aux attentes initiales.

PETIT O., « La surexploitation des eaux souterraines : enjeux et gouvernance », Natures Sciences Sociétés, volume 12, n° 2, avril-juin 2004.

http://www.nss-journal.org/index.php?option=com_toc&url=/articles/nss/abs/2004/02/contents/contents.html

Le devenir des eaux souterraines constitue l’un des axes majeurs de la réflexion sur la gestion durable de la ressource en eau. Olivier Petit porte ici un regard d’économiste sur la question. Après avoir mis en perspective toute l’acuité du problème de la surexploitation locale de certains aquifères par l’irrigation et tout le flou qui entoure la définition de ce terme, l’auteur montre que la réponse des politiques de l’eau est longtemps restée insatisfaisante par incapacité à transcender deux visions totalement antagonistes. La première suggère que l’instauration de droits de propriété privée et l’établissement d’un marché de l’eau est l’unique manière d’éviter les conflits d’usage. La seconde affirme que seul l’État est capable de garantir une gestion raisonnée et une répartition équitable de l’eau. En s’appuyant sur des fondements théoriques variés, Olivier Petit propose ici une troisième voie, la « gouvernance de l’eau », fondée sur la combinaison entre une coordination des actions individuelles régulée par un marché, des actions collectives d’intérêt public impulsées par l’État et, enfin, des actions collectives à caractère communautaire protégeant les intérêts de l’ensemble des usagers.

Ruf Th., Publications, http://www.documentation.ird.fr/hor/RUF,THIERRY/tout

Ruf Th., À propos de l’Avenir de l’eau d’Erik Orsenna. La caricature des eaux, janvier 2009.

http://www.agter.asso.fr/article321_fr.html

Une critique du livre d’Erik Orsenna, L’Avenir de l’eau. Petit précis de mondialisation II, Paris 2008.


ANTHROPOLOGY AND HISTORY

BLUNDO G., « La gouvernance, entre technique de gouvernement et outil d’exploration empirique », Bulletin de l’Apad n° 23-24, 2002.

http://apad.revues.org/129

Décrire et analyser la « gouvernance au quotidien » traduit la prise en compte de processus d’éclatement des centres de pouvoir et d’émergence de configurations originales qui ne peuvent plus être questionnées en s’appuyant sur les dichotomies traditionnelles comme « État-société civile », « privé-public » ou « exclusion-inclusion », ni interprétées à l’aune de formules creuses comme « la déliquescence de l’État » ou « l’avancée de la société civile ». S’ouvre alors un vaste chantier empirique, où la gouvernance peut nous servir comme fil conducteur à l’établissement d’un certain nombre de questions concrètes.

GOUBERT J.-P., « L’eau et l’expertise sanitaire dans la France du XIXe siècle : le rôle de l’Académie de médecine et des congrès internationaux d’hygiène », Sciences sociales et santé, vol. 3, n° 2, 1985, p. 75-102.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/sosan_0294-0337_1985_num_3_2_1006

Contrairement à une opinion fort répandue, le corps médical n’a pas joué dans la France du XIXe siècle un rôle décisif dans l’amélioration du niveau sanitaire général. Même après 1890, il ne fit qu’emboîter le pas lorsque les dirigeants, prenant appui sur les travaux pastoriens et sur les techniques mises au point durant la première moitié du XIXe siècle, décidèrent de pratiquer une politique cohérente d’hygiène collective et donc d’intéresser le corps social tout entier à l’amenée et l’évacuation des eaux publiques. Ingénieurs, techniciens et savants – le plus souvent non médecins – jouèrent auprès du gouvernement un rôle d’experts ès santé publique et contribuèrent à édifier l’« œuvre hygiénique » de la IIIe République. Dans un pays en pleine mutation, où était pratiquement absente une organisation interprofessionnelle de la santé publique, le corps médical français – à quelques exceptions près – perdit ainsi l’occasion, à la différence de pays voisins, de traiter collectivement « l’amont de la maladie ».

GOUBERT J.-P., « L’eau, la crise et le remède dans l’Ancien et le Nouveau Monde (1840-1900), Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, volume 44 n° 5, p. 1 075-1 089, 1989.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1989_num_44_5_283643

La préoccupation pour l’eau est l’une des subdivisions de la religion du progrès. Le culte a ses prêtres (médecins, architectes, ingénieurs), ses temples et ses autels (aqueducs, usines d’épuration, baignoires) et ses fidèles. Tout y interfère : les mentalités, la recherche fondamentale, la technique, le pouvoir. Prendre en considération l’ensemble des grands pays industrialisés qui bordent l’Atlantique amène à compliquer encore la question. Car, comme les territoires, malgré l’unité fondamentale de leur situation socio-économique, les chronologies nationales de la politique de l’eau sont diverses. La science de l’eau, la technique, les politiques sanitaires, l’hygiénisme ambiant possèdent tous leurs évolutions propres, qui ne se recouvrent qu’imparfaitement. Mieux, elles interfèrent d’un pays à l’autre. Si bien que la question implique de suivre des allers et retours continuels non seulement entre des temps de l’histoire qui s’imbriquent les uns dans les autres, mais entre des unités géographiques dotées chacune de caractéristiques et d’une histoire qui leur sont propres et qui multiplient échanges et contacts. Les deux dimensions d’un va-et-vient permanent engendrent un processus qui a sa logique. Depuis les progrès de l’analyse de l’eau jusqu’à l’assainissement, en passant par l’évolution, dans la théorie et la pratique, des modes de connaissance et peut-être de la « connaissance de soi » qu’ensemble ils manifestent, on voudrait en suggérer la complexité.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris 1995.

Depuis 1960, année de leur indépendance, les pays d’Afrique ont connu plus de trente ans de « développement ». Cependant, les résultats n’ont pas été à la hauteur des espérances et le mot « développement » a besoin lui-même d’approches fondées sur l’analyse et le doute. Comment, aujourd’hui, décrire et comprendre les relations multiples qui existent entre les institutions de développement (publiques ou privées) et les populations locales auxquelles elles s’adressent ?

« L’investigation des ressources dont disposent les « acteurs d’en bas », ceux qui sont l’objet des sollicitations et sollicitudes des institutions de développement, n’est en aucun cas un oubli des contraintes. Ainsi, la diffusion d’un message sanitaire ne peut être représentée par un modèle linéaire « télégraphiste » de communication où un « émetteur » (actif) envoie un « message » à un « récepteur » (passif), ce message étant plus ou moins brouillé par des « bruits parasites » (interférences qu’il s’agirait d’éliminer). Le récepteur ne reçoit pas passivement le sens, il le reconstruit, en fonction de contextes, de contraintes et de stratégies multiples. Autour d’un message s’opèrent des interactions et des négociations incessantes. L’acteur social « de base », aussi démuni ou dominé soit-il, n’est jamais un « récipiendaire » qui n’aurait le choix qu’entre la soumission ou la révolte. »