A / A / A

groupes armés non-étatiques

Images from Bama
Article

La fabrique d’une « crise humanitaire ». Le cas du conflit entre Boko Haram et le gouvernement nigérian (2010-2018)

La contre-offensive menée par l’armée nigériane contre Boko Haram à partir de 2015 a entraîné une catastrophe sanitaire parmi les populations civiles déplacées. Cette catastrophe n’a été reconnue que difficilement, après qu’une alliance instable se soit progressivement forgée entre certains acteurs nationaux – politiques et militaires – et certains acteurs humanitaires internationaux pour formuler et s’accorder sur le diagnostic d’une « crise humanitaire » et essayer d’y remédier. Cela a ainsi permis de rendre visibles certaines dimensions du conflit tout en en invisibilisant d’autres, à commencer par la brutalité de la contre-insurrection de l’armée nigériane.

Ruines d'un hôpital à Alep en Syrie
Article

Comment les humanitaires travaillent face à Al-Qaïda et l’Etat islamique

Comment intervenir auprès des populations civiles au cœur de la guerre en Syrie ? Jean-Hervé Bradol, directeur d'études au Crash et ancien coordinateur de projet au nord de la Syrie en 2013, témoigne des négociations menées en Syrie dans les villes prises par des groupes affiliés à Al-Qaïda ou à l'organisation de l'État islamique. Cet article a paru sur le site Médiapart, le 1er février 2015.

Un groupe de Nigérians sur le bateau MSF Bourbon Argos, après une opération de sauvetage en mer Méditerranée
Parution presse

Y a-t-il encore une diplomatie des droits de l'Homme ?

Rony Brauman est l'invité de l'émission Du Grain à Moudre, sur France Culture, aux côtés de Bertrand Badie, Professeur de relations internationales à Sciences Po et chercheur au CERI, et Caroline Galactéros-Luchtenberg, Docteure en science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées.

Un signe d'interdiction des armes est collé sur la fenêtre d'une voiture
Article

La criminalisation de l’ennemi et son impact sur l’action humanitaire

Un médecin travaillant pour une organisation humanitaire pourrait-il être condamné à la réclusion criminelle à perpétuité aux Etats-Unis pour avoir communiqué son « expertise technique » à des personnes en lien avec une « organisation terroriste » ?