financements https://www.msf-crash.org/fr fr Quand la finance contamine l'Organisation mondiale de la santé https://www.msf-crash.org/fr/le-crash-dans-les-medias/quand-la-finance-contamine-lorganisation-mondiale-de-la-sante <div class="field field--name-field-source-media field--type-string field--label-hidden field__item">Telerama</div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/2" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Agnes</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 04/04/2017 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2017-04-04T12:00:00Z" class="datetime">04/04/2017</time> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/industrie-pharmaceutique" hreflang="fr">industrie pharmaceutique</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Rony Brauman commente pour Télérama le documentaire "<a href="https://www.youtube.com/watch?v=8gCa3VsjvxY" target="_blank">L'OMS, dans les griffes de lobbyistes?</a>"</p> <p><strong><a href="http://television.telerama.fr/television/quand-la-finance-contamine-l-organisation-mondiale-de-la-sante,155886.php" target="_blank">Lire l'interview</a></strong></p> <p>"Comment rester indépendant quand on est financé en majorité par des dons privés ? “L'OMS : dans les griffes des lobbyistes ?”, un doc diffusé ce 4 avril sur Arte, prend le pouls de l’OMS. L’occasion pour l’ex-président de Médecins sans frontières Rony Brauman de ressortir son stéthoscope."</p> <p>&nbsp;</p> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Quand la finance contamine l&#039;Organisation mondiale de la santé</span> Tue, 04 Apr 2017 00:00:00 +0000 Agnes 4149 at https://www.msf-crash.org Lettre ouverte aux dirigeants de MSF qui refusent les fonds de l’UE https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/lettre-ouverte-aux-dirigeants-de-msf-qui-refusent-les-fonds <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2016-08-23T12:00:00Z" class="datetime">23/08/2016</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 08/23/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/union-europeenne" hreflang="fr">Union Européenne</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/migrations" hreflang="fr">migrations</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/world-humanitarian-summit" hreflang="fr">world humanitarian summit</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Trois mois après l'accord UE-Turquie sur les migrants, MSF a décidé, le 17 juin dernier, de renoncer aux fonds de l'UE afin de protester contre sa politique migratoire. Cette décision a entraîné des débats internes au sein de MSF.<br /> Retrouvez la lettre ouverte de Rony Brauman adressée aux dirigeants de MSF qui refusent les fonds de l'Union Européenne, publiée sur le site justiceinfo.net le 22 juin 2016.</p> <p><a href="http://www.justiceinfo.net/fr/component/k2/27949-lettre-ouverte-aux-dirigeants-de-msf-brauman.html">Lire la lettre ouverte</a></p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3756&amp;2=comment&amp;3=comment" token="BKV6GqiofBlLh8s_FQsj5dlkYmaMnSmSTwNLH_0V1eA"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3756&amp;2=reading_list" token="wCSYC5t-hUSYnk_HHamEI4bJzGjr1kDT7AknOLqdMQo"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Lettre ouverte aux dirigeants de MSF qui refusent les fonds de l’UE , 23 août 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/lettre-ouverte-aux-dirigeants-de-msf-qui-refusent-les-fonds">https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/lettre-ouverte-aux-dirigeants-de-msf-qui-refusent-les-fonds</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3756" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Lettre ouverte aux dirigeants de MSF qui refusent les fonds de l’UE </span> Tue, 23 Aug 2016 00:00:00 +0000 babayaga 3756 at https://www.msf-crash.org Débat interne à MSF face à la politique migratoire de l’UE https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/debat-interne-msf-face-la-politique-migratoire-de-lue <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2016-07-05T12:00:00Z" class="datetime">05/07/2016</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 07/05/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/union-europeenne" hreflang="fr">Union Européenne</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/migrations" hreflang="fr">migrations</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/principes-humanitaires" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman &amp; Jérome Oberreit</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/index.php/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3294" role="article" about="/index.php/fr/jerome-oberreit" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Jérome</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Oberreit</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l’Université de Londres et de la California State University, Jérôme Oberreit est le Secrétaire général de Médecins Sans Frontières depuis septembre 2012. Il a rejoint MSF en 1994 et travaillé au Kenya, en Sierra Leone, en Somalie et en Territoire palestinien Occupé. En 2001, il commence à travailler au sein du Centre Opérationnel de MSF à Bruxelles (OCB), et devient directeur des opérations en 2006.</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/jerome-oberreit" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Trois mois après l'accord UE-Turquie sur les migrants, l'ONG Médecins sans frontières (MSF) a décidé, le 17 juin, de renoncer à tout financement de l'Union européenne et de ses États membres (qui représentent 50 à 60 millions d'euros chaque année) pour dénoncer leur politique migratoire « honteuse ». La décision de l'ONG n'a pourtant pas reçu le soutien unanime de tous ses membres mais a été, au contraire, au centre de débats intenses. Lors d'entretiens accordés à L'Orient-Le Jour, le secrétaire général de MSF, Jérôme Oberreit, et le directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoirs humanitaires (Crash) de MSF, Michaël Neuman, exposent, chacun de son côté, la nature complexe d'un dilemme tant moral que stratégique.</p> <p><strong>L'OLJ : Pourquoi MSF a-t-elle pris la décision de rejeter les fonds de l'UE suite à l'accord conclu avec la Turquie ?</strong></p> <p>J.O. : On se retrouve face à l'intensification d'une politique européenne qui cherche à repousser au-delà des frontières européennes les personnes qui ont potentiellement un droit tout à fait légitime à l'asile. Cette politique a également un effet domino qui est en train d'amener à des discussions d'accords au-delà de la Turquie, avec des pays qui eux-mêmes génèrent des réfugiés, comme l'Afghanistan ou la Somalie, dans le but d'empêcher les individus d'aller au-delà des frontières. Et le message qui ressort, c'est qu'on peut acheter la fermeture des frontières (...). On se demande alors si cette politique de dissuasion n'est pas en train de valider deux types de valeurs d'humanité : une pour les Européens et une autre qui ne donne pas le droit à la dignité et à l'assistance.</p> <p>M.N. : La décision de suspension des financements a été prise en réaction à l'instrumentalisation des financements humanitaires à des fins de contrôle migratoire, mais aussi pour une raison de principe, c'est-à-dire que MSF ne veut pas être associée à la politique européenne qui, depuis plusieurs années, consiste à fermer ses frontières et faire gérer les populations en mouvement par le voisinage (...). L'accord conclu avec la Turquie, qui n'est pas un accord mais une déclaration par voie de presse, poursuit cette politique d'inhospitalité et permet à l'Europe de fuir ses responsabilités. Il trace également la voie à un certain nombre d'autres États du Sud peu désireux d'accueillir des réfugiés. On l'a vu, par exemple, avec la décision du gouvernement kényan de fermer le camp de réfugiés somaliens de Dadaab. Par ailleurs, cet accord contribue à bloquer des dizaines de milliers de migrants sur le sol européen, et en particulier en Grèce.</p> <p><strong>Est-ce que la décision de MSF ne pourrait pas entraîner des conséquences et compromettre ses activités ?</strong></p> <p>J.O. : Cette décision a été prise en s'assurant que nos opérations n'allaient pas être impactées directement. Nous allons puiser dans nos fonds de réserve pour pouvoir combler le déficit que va provoquer cette décision. Nous allons chercher de nouvelles façons de récolter des fonds avec un appui de personnes qui non seulement veulent soutenir l'action directe de MSF, mais aussi les principes derrière cette décision.<br /> De façon plus large, évidemment que des fonds sont nécessaires, mais à un moment donné, il faut faire face à une réalité et dire à quel point l'association de nos projets avec une telle politique a un impact inacceptable. Et c'est le cas aujourd'hui.</p> <p>M.N. : La décision a été prise au terme de débats intenses au sein de l'organisation, dans la mesure où c'est la première fois sans doute dans l'histoire de MSF que des financements publics sont suspendus sur base de la moralité du donateur. Et là, il y a effectivement un problème, pour deux raisons : d'abord, l'instrumentalisation des financements européens n'est pas nouvelle. Elle est même au cœur de la création de l'Office d'aide humanitaire de la Commission européenne (Echo) qui a été mis en place à une époque où les ONG internationales étaient encouragées à travailler dans des camps de réfugiés dans une optique visant à maintenir les gens sur place. La deuxième réserve que j'exprime est que la moralité des donateurs est quelque chose de très compliqué. Aujourd'hui, on continue, par exemple, de recevoir de l'argent du Canada et de Suisse. Mais est-ce que l'on considère vraiment que le traitement que la Suisse réserve aux réfugiés et aux migrants est nettement plus humain que celui de la France ? Est-ce que l'on estime que l'argent canadien est plus propre dès lors que le Canada est un fournisseur d'armements à l'Arabie saoudite, dont on connaît le rôle dans le conflit au Yémen ?<br /> (....) Donc, certes, par son refus de financements européens, MSF s'est affirmée de manière très nette, en rupture avec une politique européenne extrêmement problématique. Pour certains, c'est un geste de résistance. À mon sens, il me semble que cet argent, on en avait aussi besoin, sinon on ne l'aurait pas demandé. Et je crains que finalement on ne finisse par revenir sur cette décision. Cela, l'avenir nous le dira. Mais rien ne doit nous empêcher de continuer à réfléchir à des stratégies pour tenter de bousculer un peu les rapports de force.</p> <p><strong>Depuis sa création, MSF a toujours suivi une politique d'impartialité. On voit pourtant qu'aujourd'hui, elle se positionne face à la politique des gouvernements européens. Quelle est donc pour MSF la frontière entre prise de position et impartialité ?</strong></p> <p>J.O. : Nous sommes des médecins. On n'est pas là pour faire de la politique, mais on se doit de pouvoir témoigner sur l'impact des politiques qui sont mises en place (...). Pour pouvoir faire notre travail en tant qu'humanitaires, nous devons permettre aux populations de chercher l'asile au-delà de leurs frontières. Évidemment que notre rejet de cette politique est entendu comme un positionnement, mais c'est un positionnement purement basé sur les besoins individuels des gens à qui nous cherchons à porter assistance.</p> <p>M.N. : Plutôt que l'impartialité, c'est la question de la neutralité qui se pose. La neutralité est un outil d'action destiné à nous protéger en temps de conflit. L'important est que notre action ne bénéficie pas davantage à un camp qu'à un autre. Je vous avoue qu'en France, je me pose assez peu la question de la neutralité. MSF, malgré son envergure aujourd'hui très internationale, est historiquement ancrée en Europe. Cette relation particulière crée des situations dans lesquelles il est plus naturel pour une organisation française de contester la manière avec laquelle la France prend en charge sur son territoire les réfugiés et les migrants. Cette prise de parole est d'ailleurs facilitée par le fait qu'on n'a pas grand-chose à craindre des Européens. Il peut apparaître plus facile, par exemple, de s'en prendre aux politiques européennes que, par exemple, à la prise en charge des réfugiés en Turquie ou au régime syrien.</p> <p><strong>Proposeriez-vous une autre politique européenne en matière d'asile ?</strong></p> <p>J.O. : MSF n'est pas là pour développer une politique migratoire, mais pour clairement dire que la politique actuelle n'est pas une politique migratoire. C'est une politique d'externalisation et quelque part de dissuasion.</p> <p>M.N. : Non, mais je pense que par contre, nos opérations de secours doivent indiquer une alternative. Il y a eu des moments où on a montré des gestes d'hospitalité pour contrer le cynisme et l'inhospitalité des politiques européennes. C'est le cas avec les secours en mer ou la construction d'un « camp humanitaire » dans la petite ville Grande-Synthe dans le nord de la France. Mais je n'ai pas l'ambition de trouver le message qui permette de modifier les rapports de force tels que le référendum britannique les a finalement définis.</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3747&amp;2=comment&amp;3=comment" token="aGzWnIxcFcFJVvPX7PkGDqXe7Fy3OuWq8xoSWUWkAYw"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3747&amp;2=reading_list" token="qmjFUMD_MTWK7_nSXNONiJPLU4jWgdETmRHOPuN771o"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Michaël Neuman, Jérome Oberreit, Débat interne à MSF face à la politique migratoire de l’UE, 5 juillet 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/debat-interne-msf-face-la-politique-migratoire-de-lue">https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/debat-interne-msf-face-la-politique-migratoire-de-lue</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3747" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Débat interne à MSF face à la politique migratoire de l’UE</span> Tue, 05 Jul 2016 00:00:00 +0000 babayaga 3747 at https://www.msf-crash.org Rejet des fonds européens par MSF : entre mémoire courte et morale opportuniste https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/rejet-des-fonds-europeens-par-msf-entre-memoire-courte-et <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2016-06-25T12:00:00Z" class="datetime">25/06/2016</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">sam, 06/25/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/migrations" hreflang="fr">migrations</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/union-europeenne" hreflang="fr">Union Européenne</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/ex-yougoslavie" hreflang="fr">Ex-Yougoslavie</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/principes-humanitaires" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/interventions-militaires" hreflang="fr">interventions militaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/maintien-de-la-paix" hreflang="fr">maintien de la paix</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/humanitaire-et-politique" hreflang="fr">humanitaire et politique</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Cet article a été publié dans la revue France Forum #62 (juillet 2016).</p> <p>Le 17 juin 2016, l'organisation non gouvernementale Médecins sans frontières (MSF) a annoncé qu'elle refuserait, dorénavant, les financements de l'Union européenne et de ses Etats membres « dont les politiques [migratoires] font du mal aux personnes ». L'organisation entend ainsi protester contre la fermeture des frontières européennes aux migrants et aux demandeurs d'asile. « Nous ne pouvons prendre de l'argent de la part de gouvernements qui instrumentalisent l'aide humanitaire. C'est aussi simple que ça », annonçait l'organisation sur son compte Twitter.</p> <p>Aussi simple que cela ? Rien n'est moins sûr, si l'on considère que l'instrumentalisation mutuelle est au cœur des relations entre Etats et ONG. L'Union européenne et ses Etats membres ont, en effet, joué un rôle de premier plan dans le développement de MSF et d'ONG engagées dans l'assistance aux victimes de conflits et de catastrophes naturelles. Cinq fois plus importantes aujourd'hui qu'à la fin de la guerre froide, l'aide d'urgence des pays européens et de l'OCDE représente près de 70 % des financements destinés à l'aide humanitaire internationale, qui ont atteint 24,5 millions de dollars en 2014.</p> <p>Ces fonds publics ont alimenté la croissance et la concentration du secteur humanitaire non gouvernemental. En 2012, l'Onu recensait plus de 3 200 ONG humanitaires, locales et internationales, partenaires. Mais elle constatait que les deux cinquièmes des dépenses humanitaires non gouvernementales étaient réalisés par cinq grandes confédérations d'ONG : World Vision International, Catholic Relief International, Oxfam International, Save the Children Alliance et Médecins sans Frontières.</p> <p>C'est précisément grâce aux financements européens que MSF a pu accéder au club des ONG millionnaires et occuper une position hégémonique dans le champ humanitaire médical. Cette position lui a permis de développer la collecte de dons privés et de réduire progressivement la part des fonds institutionnels à moins de 10 %. C'est ainsi que MSF peut, aujourd'hui, se passer des 62,8 millions donnés par l'Union européenne et ses Etats membres (qui représentent 5 % de son budget d'un montant de 1,3 milliard d'euros en 2015).</p> <p>Reste que la manne financière qui a nourri la croissance de MSF et des ONG humanitaires dans les années 1990 n'est pas moins dénuée de finalités politiques que les financements considérés, aujourd'hui, compromettants par MSF. Avec la fin de la guerre froide, les gouvernements occidentaux ont estimé que les conflits qui perduraient ou éclataient en Europe (ex-Yougoslavie, Caucase), en Asie (Afghanistan, Cambodge) et en Afrique (Somalie, Angola, Mozambique, Libéria, Sierra Leone) étaient autant de terrains favorables à la prolifération de menaces globales : migrations, flux de réfugiés, pandémies, crime transnational, terrorisme, entrave au commerce international, etc. Le confinement des crises à l'intérieur des frontières d'un pays, puis la transformation des sociétés en guerre en Etats stables sont, ainsi, devenus l'objectif des politiques d'assistance préconisées dès les années 1990 par la Banque mondiale, l'OCDE, l'Union européenne et de nombreux ministères de la Coopération comme le Department For International Development au Royaume-Uni ou l'United States Agency for International Development aux Etats-Unis.</p> <p>Jusqu'alors cantonnés aux camps de réfugiés à la périphérie des conflits, les acteurs humanitaires ont été encouragés à se déployer massivement au cœur des zones de guerre, aux côtés notamment des opérations de maintien de la paix de l'Onu. Considérées comme un vecteur privilégié de la politique de confinement et de transformation des sociétés en crise, les ONG ont été appelées par leurs bailleurs à travailler main dans la main avec l'Onu, puis avec les forces armées occidentales engagées dans des opérations militaires au Kosovo (1999), au Timor-Leste, en Sierra Leone (2000), en Afghanistan (2001) et en Irak (2003).</p> <p>Incitées à cette coopération par l'abondance de financements institutionnels, les ONG estimaient aussi contribuer à un objectif plus noble que le simple secours médico-sanitaire aux victimes : œuvrer pour la paix, la justice, la démocratie et le développement. Ce partenariat ONG-Etats-Onu n'était, certes, pas exempt de tension. Les ONG reprochaient notamment aux Etats d'empiéter sur leur territoire, de les négliger dans l'allocation des ressources, de ne pas consacrer suffisamment de moyens militaires aux activités de pacification ou de manquer de volontarisme dans les pays où leur intérêt national n'était pas directement menacé (comme en République démocratique du Congo ou au Tchad au début des années 2000, par exemple).</p> <p>MSF a participé à cette grande coalition libérale, avant de commencer à s'en dissocier dans les années 1990. Pour les dirigeants de l'association, les succès limités des opérations de maintien de la paix onusiennes et des invasions de l'Afghanistan et de l'Irak démontraient que les projets de pacification et de démocratisation étaient des entreprises autrement plus hasardeuses et coûteuses en vies humaines que leurs promoteurs ne l'admettaient. MSF s'est alors repliée sur une démarche humanitaire aux ambitions d'apparence plus limitées : faire en sorte que les conflits soient plus économes en vies humaines plutôt que chercher à les résoudre. A cette fin, l'ONG a mis en avant une position de neutralité, y compris à l'égard des troupes de l'Onu et des gouvernements occidentaux. Pour autant, elle a continué jusqu'à aujourd'hui à recevoir des fonds publics, excepté de la part d'Etats dont les conditions de financement sont jugées incompatibles avec l'exercice de sa mission. C'est ainsi qu'à partir de 2004, MSF renonça aux financements du gouvernement américain, qui exigeait de contrôler la communication publique et le personnel des ONG qu'il finançait et leur interdisait d'avoir recours à des médicaments génériques par exemple.</p> <p>Au final, MSF ne serait jamais devenu la première organisation humanitaire médicale mondiale sans les fonds des pays européens et des gouvernements occidentaux. Pour autant, cette dépendance aux gouvernements occidentaux n'a pas empêché l'ONG de revendiquer et d'obtenir la liberté nécessaire pour rompre avec les pratiques dominantes de son milieu, mener des actions de secours autonomes, tout en critiquant les politiques de ses bailleurs lorsqu'elle le jugeait nécessaire. Dans cette perspective, si la condamnation par MSF des politiques européennes en matière d'accueil des migrants et des demandeurs d'asile est parfaitement légitime, le refus d'avoir recours aux financements européens partout dans le monde au motif qu'ils font l'objet d'une instrumentalisation politique apparaît d'une naïveté confondante. Les relations entre Etats et ONG sont faites d'instrumentalisations réciproques et de la recherche d'un compromis acceptable s'il existe, au croisement de leurs objectifs et contraintes respectifs.</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3641&amp;2=comment&amp;3=comment" token="s7_MenquVp5_g7OH0hA176Lopi_lK6heDtxMRRML7rg"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3641&amp;2=reading_list" token="tA48zYE8iRXkIIBkgg8CNHpmzrMxYE5k00Za5RXJ1Qo"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Fabrice Weissman, Rejet des fonds européens par MSF : entre mémoire courte et morale opportuniste, 25 juin 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/rejet-des-fonds-europeens-par-msf-entre-memoire-courte-et">https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/rejet-des-fonds-europeens-par-msf-entre-memoire-courte-et</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3641" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Rejet des fonds européens par MSF : entre mémoire courte et morale opportuniste</span> Sat, 25 Jun 2016 00:00:00 +0000 babayaga 3641 at https://www.msf-crash.org Croissance et inquiétudes des organisations humanitaires https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/croissance-et-inquietudes-des-organisations-humanitaires <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2015-01-30T12:00:00Z" class="datetime">30/01/2015</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/64" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Corinne-03</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2015-01-30T01:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven, 01/30/2015 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" property="schema:about" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" property="schema:about" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/union-europeenne" property="schema:about" hreflang="fr">Union Européenne</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/nations-unies" property="schema:about" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/cicr" property="schema:about" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/relations-militaro-humanitaires" property="schema:about" hreflang="fr">relations militaro-humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Alors que le système de l’aide est en pleine expansion, les acteurs humanitaires déplorent une incapacité croissante à porter secours aux victimes des conflits armés, notamment du fait de l’insécurité. Ce discours pessimiste résiste mal à l’examen des faits.</p> <h2>Un secteur en pleine expansion</h2> <h3><em>L’explosion des financements</em></h3> <p>Selon l’organisation Development Initiatives, 17,9 milliards de dollars ont été mobilisés dans le monde en 2012 au profit de « l’aide humanitaire internationale »</p> <p><span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2013/07/GHA-Report-2013.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2013</a><span>, Development Initiatives, London, 2013, p. 5</span></span><span>&nbsp;</span>– définie comme l’aide d’urgence distribuée aux victimes de guerres et de catastrophes naturelles par les agences des Nations unies, les organisations non gouvernementales (ONG), le mouvement Croix Rouge et, le cas échéant, les gouvernements récipiendaires. L’essentiel des fonds (80%) a été consacré au financement de distributions alimentaires, de secours matériels et de services de base (santé, abris, eau et assainissement, etc.), le reste étant alloué à des activités de « protection », « reconstruction », « réduction des risques »<span class="annotation">Ibid idem, p. 51</span>.</p> <p>Les deux tiers des financements recensés proviennent des gouvernements de l’OCDE, États-Unis et Union européenne en tête. En valeur constante, l’aide d’urgence des pays occidentaux a en effet quintuplé depuis la fin de la Guerre froide. Passée de moins de 3% à plus de 10% de l’aide publique au développement, elle dépasse désormais les 11 milliards de dollars par an <span class="annotation">Ibid idem, p. 26 et DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2003/07/2003-GHA-report.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2003</a>, Development Initiatives, London, 2003, p. 14.</span>. En 2012, 1,4 milliard de dollars ont également été mobilisés par les États du Golfe, la Turquie et les pays émergents, dont la contribution récente au financement de l’aide humanitaire internationale augmente depuis dix ans<span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2013/07/GHA-Report-2013.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2013</a>, Development Initiatives, London, 2013, p. 26</span>. Plus difficilement quantifiables, les dons récoltés auprès des particuliers, des entreprises ou des fondations ont également connu une croissance très importante depuis les années 1970-1980. Représentant un quart environ des fonds mobilisés pour l’aide humanitaire, les donations privées s’élevaient à 5 milliards de dollars au minimum en 2012<span class="annotation">Idem.</span>. A ce jour, la crise économique consécutive au krach de 2008 n’a pas eu d’impact sur la collecte de dons privés et publics, même si ces derniers marquent des signes d’essoufflement au niveau de l’Union européenne<span class="annotation">« €480m EU funding gap threatens vital humanitarian aid projects », <em>The Guardian</em>, Wednesday 19 March 2014.</span>.</p> <h3><em>Le développement des acteurs</em></h3> <p>L’accroissement des fonds humanitaires a bénéficié en premier lieu aux agences opérationnelles des Nations unies – telles que le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) ou le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Dépendant presqu’entièrement des contributions des États, ces agences ont reçu plus de 50% des financements publics internationaux</p> <p><span class="annotation">Idem, pp. 5, 30.</span>. En l’espace d’une vingtaine d’année, le budget « opérations d’urgence » du PAM a été multiplié par six, passant de 500 millions de dollars à la fin des années 1980 à plus de 3 milliards de dollars au début des années 2010 en valeur constante<span class="annotation">WFP Executive Board, <a href="http://executiveboard.wfp.org/board-documents">Annual Performance Report</a><a href="http://executiveboard.wfp.org/board-documents">.</a></span>. Ses effectifs ont presque décuplé, d’environ 1 500 employés permanents en 1995 à 13 000 en 2012. Au total, les agences des Nations unies employaient plus de 85 700 personnes sur les terrains de crise en 2010, soit deux fois plus qu’en 1997<span class="annotation">Taylor, G. et al, <a href="http://www.alnap.org/ourwork/sohs">The State of the Humanitarian </a>System 2012 Edition, ALNAP, 2012, p. 32.</span>.</p> <p>Les organisations non gouvernementales sont les autres grands bénéficiaires de la manne humanitaire internationale. Une part croissante des financements alloués aux agences des Nations unies leur est redistribuée sous forme de contrat de sous-traitance. En 2008, le HCR affirmait, par exemple, avoir réalisé 25% de ses dépenses opérationnelles par le biais de 636 ONG dont 162 ONG internationales<span class="annotation"><a href="http://www.unhcr.org/pages/49c3646c2f6.html">« </a><a href="http://www.unhcr.org/pages/49c3646c2f6.html">UNHCR - Non-Governmental </a>Organizations ».</span>. De plus, les ONG sont devenues les destinataires directes du quart des fonds publics humanitaires et reçoivent plus de 80% des dons récoltés auprès des particuliers d’après Development Initiatives<span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2013/07/GHA-Report-2013.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2013</a>, Development Initiatives, London, 2013, p. 30 &amp; 63.</span>.</p> <p>Le nombre et la taille des ONG se sont accrus en conséquence. En 2012, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) recensait plus de 3 200 ONG humanitaires, locales et internationales, dont 144 ONG internationales disposant d’un budget annuel supérieur à 10 millions de dollars<span class="annotation">OCHA, <a href="https://docs.unocha.org/sites/dms/Documents/WHDT_2013%20WEB.pdf">World Humanitarian Data and Trends</a>, New York, 2013, p. 11.</span>. Employant au moins 141 400 personnes sur le terrain en 2010, le secteur non gouvernemental est dominé par quelques grosses confédérations d’ONG basées en Europe et aux États-Unis. En 2009, cinq d’entre elles (Médecins Sans Frontières, Catholic Relief International, Oxfam International, Save the Children alliance et World Vision International) totalisaient 38% des dépenses réalisées par le secteur<span class="annotation">Taylor, G. et al, <a href="http://www.alnap.org/ourwork/sohs">The State of the Humanitarian System 2012 Edition</a>, ALNAP, 2012, p. 29.</span>. En moyenne le financement des ONG humanitaires est assuré à 43% par les États et les organisations multilatérales<span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2012/04/Private-funding-an-emerging-trend.pdf">Private Funding, An Emerging Trend in Humanitarian Donorship</a>, Development Initiatives, London, 2012, p. 6.</span>. Certaines ONG, comme Norwegian People Aid ou Danish Refugee Council, dépendent financièrement à plus de 98% des pouvoirs publics, d’autres à moins de 10% comme Médecins Sans Frontières, dont le budget atteignait 1,2 milliard de dollars en 2012.</p> <p>Comparé aux autres acteurs de l’aide humanitaire, le mouvement Croix-Rouge a moins profité de la croissance des fonds d’urgence. Le nombre de délégués déployés par le CICR a certes été multiplié par vingt entre 1950 et 1993, année où il dépasse pour la première fois de son histoire le millier<span class="annotation">Arnaud DANDOY et al. (2013) “Humanitarian workers in peril? Deconstructing the myth of the new and growing threat to humanitarian workers”, <em>Global Crime</em>, 2013, 14:4, 341-358.</span>. Depuis, il se maintient <em>grosso modo </em>à ce niveau, le CICR recensant 1 150 expatriés sur le terrain en 2012 et 10 000 employés nationaux. En proie à des difficultés financières depuis la fin des années 1990, le CICR a stabilisé ses dépenses opérationnelles autour de 1 milliard de dollars par an en valeur constante<span class="annotation">Rapports annuels du CICR. Cf. aussi, « <a href="http://www.rts.ch/info/monde/5190483-en-difficulte-financiere-le-cicr-pourrait-delocaliser-des-bureaux-genevois.html">En difficulté financière, le CICR pourrait délocaliser des bureaux </a>genevois », <em>RTS</em>, 7 septembre 2013 et « <a href="http://www.icrc.org/fre/resources/documents/interview/2011/finances-interview-2011-04-26.htm">Défis financiers : la réponse du CICR. Interview avec Yves Daccord, directeur général du </a>CICR », <em>ICRC.org</em>, 27 avril 2011.</span>.</p> <h3><em>L’expansion et l’amélioration technique des secours humanitaires</em></h3> <p>La croissance financière et institutionnelle du secteur de l’aide s’est accompagnée d’une expansion des opérations de secours, en particulier dans les zones de conflit où se concentrent les trois quarts des financements. En quinze ans, le nombre de personnes assistées par les agences de l’ONU et leurs ONG partenaires a presque doublé. Oscillant entre 30 et 40 millions de personnes dans les années 2000, il dépasse régulièrement les 60 millions de personnes à partir des années 2010 selon OCHA<span class="annotation">OCHA, <a href="https://docs.unocha.org/sites/dms/Documents/WHDT_2013%20WEB.pdf">World Humanitarian Data and Trends</a>, New York, 2013, p. 2.</span>. Qui plus est, l’aide humanitaire se déploie aujourd’hui à l’intérieur des zones de conflit, et plus seulement à leur périphérie, dans les camps de réfugiés, où se concentrait l’essentiel des secours pendant la Guerre froide.</p> <p>La valeur moyenne de l’assistance distribuée par personne déplacée ou réfugiée a quant à elle triplé, passant (en valeur constante) de moins de 100 dollars par personne et par an en 1990 à plus de 300 dollars en 2006<span class="annotation">Human Security Report Project, Human Security Report 2009/2010: The Causes of Peace and <a href="http://www.hsrgroup.org/docs/Publications/HSR20092010/20092010HumanSecurityReport-Part2-ShrinkingCostsOfWar.pdf">The Shrinking Costs of War</a><em>, </em>Uppsala University, 2010, p. 118.</span>. Très inégale selon les crises, la qualité technique des secours a néanmoins connu des améliorations significatives, en particulier dans le domaine de l’aide alimentaire (qualité nutritionnelle des denrées, capacités logistiques du PAM), du traitement de la malnutrition (développement et usage à large échelle d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi), de la lutte contre les épidémies et les maladies infectieuses, de la chirurgie et de la médecine d’urgence. En revanche, d’autres secteurs, tels que la fourniture d’abris ou l’approvisionnement en eau, reposent principalement sur des technologies datant des années 1980<span class="annotation">Cf. notamment Jean-Hervé BRADOL et al., <a href="http://www.msf-crash.org/publications/2011/07/04/801/leau-humanitaire-est-elle-potable-/">L’eau humanitaire est-elle potable </a>?, Cahiers du Crash, MSF, Paris, 2011.</span>.</p> <p>Selon l’université d’Uppsala, l’expansion des opérations humanitaires est l’une des raisons du déclin de la mortalité indirecte liée aux conflits (du fait de malnutrition ou de maladies)<span class="annotation">Human Security Report Project, Human Security Report 2009/2010: The Causes of Peace and <a href="http://www.hsrgroup.org/docs/Publications/HSR20092010/20092010HumanSecurityReport-Part2-ShrinkingCostsOfWar.pdf">The Shrinking Costs of War</a><em>, </em>Uppsala University, 2010, pp. 110-122.</span>. Les enquêtes de santé nationale menées à échéances régulières à travers le monde par l’administration américaine, l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent en effet une diminution des taux de mortalité chez les enfants de moins de</p> <p>cinq ans dans tous les pays ayant connu des guerres entre 1970 et 2008, sauf dans huit pays (Mozambique, RDC, Rwanda, Soudan, Ouganda, Zimbabwe, Vietnam, Russie).</p> <h2><br /> Les organisations humanitaires victimes de la brutalité des nouveaux conflits et de la politisation de l’action humanitaire ?</h2> <h3><em>Sentiments d’insécurité</em></h3> <p>Bien que les moyens financiers et humains des organisations humanitaires se soient accrus de manière considérable, de même que la qualité de l’assistance et le nombre de personnes secourues, la grande majorité des acteurs de l’aide fait état d’un « rétrécissement de l’espace humanitaire ». « Le principal problème aujourd’hui est celui de l’accès aux victimes : les autorités ou les factions s’opposent à l’action humanitaire, témoin gênant de leurs exactions, et l’insécurité rend l’intervention de plus en plus périlleuse » déplorait par exemple MSF dès 1992<span class="annotation">« Populations en danger. Les propositions de MSF », <em>Messages</em>, no 55, décembre 1992.</span>. Ce discours s’est durci au cours des années 2000, notamment après les attentats meurtriers contre le siège des Nations unies et celui du CICR à Bagdad en 2003, considérés comme emblématiques d’une augmentation sans précédent des attaques délibérées à l’encontre des travailleurs humanitaires.</p> <p>Avec la fin de la Guerre froide, les conflits seraient devenus plus violents expliquent la plupart des organismes d’aide, très influencés par le discours sur les « nouvelles guerres » popularisé par Mary Kaldor et Paul Collier dans les années 1990<span class="annotation">Sur ce discours et sa critique, cf. Roland MARCHAL, Christine MESSIANT<a href="http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2003-1-page-91.htm">, </a><a href="http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2003-1-page-91.htm">« Les guerres civiles à l'ère de la globalisation »</a>, <em>Critique internationale </em>1/ 2003 (no 18), p. 91-112.</span>. Privées du cadre idéologique et stratégique de l’affrontement Est-Ouest, les guerres n’obéiraient plus qu’à des logiques de ressentiment ethnique ou religieux et de prédation économique. Leur particularité serait de cibler en priorité les populations civiles et ceux qui leur viennent en aide. « La part des victimes civiles dans les conflits a grimpé de 5% au tournant du vingtième siècle à plus de 90% dans les guerres des années 1990 (…). Même les activités humanitaires qui autrefois étaient à l’abri des attaques sont désormais traitées comme des objectifs militaires légitimes » affirme par exemple l’UNICEF dans un rapport de 1996 abondamment cité sur l’impact des conflits armés sur les enfants<span class="annotation">Graça MACHEL, <em>Impact of armed conflict on children</em>, <em>Report of the expert of the Secretary -General, submitted pursuant to General Assembly resolution 48/157</em>, UNICEF, 1996.</span>.</p> <p>Par ailleurs, les acteurs de l’aide seraient également victimes de la « militarisation » et de la « politisation » de l’action humanitaire, en particulier depuis le 11 septembre 2001 et l’intervention des États Unis et de leurs alliés en Afghanistan et en Irak. L’usage d’arguments humanitaires pour justifier des opérations militaires, l’engagement des forces internationales dans des programmes d’assistance aux civils, de même que l’assujettissement des activités humanitaires de l’ONU aux priorités des opérations de maintien de la paix auraient brouillé la ligne de partage entre action politique, militaire et humanitaire. Jetant un doute sur la neutralité et l’indépendance des organismes d’aide, cette confusion expliquerait que les travailleurs humanitaires soient délibérément ciblés par les groupes armés combattant les forces internationales. Le principal défi des organisations humanitaires serait d’éviter toute forme d’instrumentalisation politique afin d’être perçues comme réellement neutres et indépendantes par tous les belligérants.</p> <h3><em>Une insécurité en hausse ?</em></h3> <p>Depuis le début des années 2000, plusieurs études ont cherché à mesurer l’augmentation des violences à l’encontre des travailleurs humanitaires. Toutes ont rencontré d’importants obstacles méthodologiques liés aux lacunes des systèmes d’enregistrement des incidents mis en place par les organismes d’aide, à l’imprécision des définitions de cas employées et au manque de données solides sur le nombre de travailleurs humanitaires exposés<span class="annotation">Cf. Koenraad VAN BRABANT<a href="http://www.eisf.eu/resources/item/?d=6786">, Incident Statistics in Aid Worker Safety and Security Managment : Using and Producing Them</a>, EISF Article Series, 2012</span>. Une première enquête quantitative réalisée en 2000 par la Johns Hopkins School of Hygiene and Public Health révèle une augmentation importante du nombre de morts violentes parmi les casques bleus et le personnel de 32 organismes d’aide entre 1985 et 1998<span class="annotation">M. SHEIK, « Deaths among humanitarian workers », <em>BMJ </em>321, no 7254 (15 juillet 2000): 166-168</span>. Elle enregistre un pic entre 1993 et 1996 associé au génocide au Rwanda et à la crise des Grands Lacs, le reste des morts se concentrant principalement en Somalie et en Afghanistan.</p> <p>Des enquêtes ultérieures réalisées par Humanitarian Outcomes (HO) pour le compte de ministères de la coopération européens et américains recensent trois fois plus d’attaques à l’encontre des travailleurs humanitaires en 2012 qu’en 1997<span class="annotation">Abby STODDARD et al., <a href="http://www.odi.org.uk/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/269.pdf">Providing Aid in Insecure Environments: Trends in Policy and Operations</a>, London, ODI-HPG, 2006; Abby STODDARD et al., <a href="http://www.odi.org.uk/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/4243.pdf">Providing Aid in Insecure Environments: Trends in violence against aid workers and the operational </a>response (2009 Update), HPG Policy Briefs 34, ODI-HPG, avril 2009. La base&nbsp;de donnée constituée pour les deux études a par la suite été mise à jour chaque année par Humanitarian Outcomes. Elle est consultable en ligne sur le site <a href="https://aidworkersecurity.org/">Aid Worker Security Database</a><a href="https://aidworkersecurity.org/">.</a></span>. 96 morts par an ont été enregistrés en moyenne entre 2007 et 2011, contre 38 entre 1997 et 2001<span>x</span>. Le nombre de personnes kidnappées a oscillé autour d’une vingtaine par an jusqu’au début des années 2000 avant de quintupler pour atteindre une centaine de personnes par an au tournant des années 2010, la durée de détention variant de dix à vingt jours pour la grande majorité des cas à plus de deux ans pour un petit nombre d’expatriés<span class="annotation">Humanitarian Outcomes, <a href="https://aidworkersecurity.org/sites/default/files/AidWorkerSecurityReport_2013_web.pdf">The Aid Worker Security Report 2013: The New Normal: Coping with the kidnapping threat</a>, Londres, HO, 2013.</span>. Les morts, blessés et kidnappés sont concentrés dans un nombre restreint de contextes. La Somalie, l’Afghanistan, le Pakistan et les deux Soudans réunissaient à eux seuls les trois quarts des incidents et victimes recensés en 2011 par HO<span class="annotation">Humanitarian Outcomes, <a href="http://www.humanitarianoutcomes.org/sites/default/files/resources/AidWorkerSecurityReport20126.pdf">Aid Worker Security Report 2012: Host states and their impact on security for humanitarian operations</a>, Londres, HO, 2012.</span>.</p> <p>Prenant en compte l’accroissement du nombre de travailleurs humanitaires exposés, les estimations de l’incidence des attaques laissent entrevoir une situation plus nuancée. Selon HO, le nombre de morts, blessés et kidnappés pour 100 000 travailleurs humanitaires et par an est resté relativement stable entre 1997 et 2012 (entre 50 et 60 victimes pour 100 000 et par an)<span class="annotation">Abby STODDARD et al., <a href="http://www.odi.org.uk/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/269.pdf">Providing Aid in Insecure Environments: Trends in Policy and Operations</a>, London,&nbsp;ODI-HPG, 2006 et Humanitarian Outcomes, <a href="https://aidworkersecurity.org/sites/default/files/AidWorkerSecurityReport_2013_web.pdf">The Aid Worker Security Report 2013: The New Normal: Coping with the kidnapping threat</a>, Londres, HO, 2013</span>. Cette stabilité tient à la diminution du taux d’homicide et à l’augmentation du taux d’enlèvement. Elle masque cependant une grande diversité de situations. Entre 2006 et 2011, les plus hauts taux d’homicides parmi les travailleurs humanitaires s’échelonnaient entre 3/100 000/an pour la République Démocratique du Congo (taux légèrement inférieur au taux d’homicide aux États-Unis), 9/100 000/an pour les deux Soudans, l’Afghanistan et le Pakistan (taux comparable à celui des Seychelles), 17/100 000/an pour la République Centrafricaine, 37/100 000/an pour le Sri Lanka et 58/100 000/an pour la Somalie<span class="annotation">D’après Humanitarian Outcomes, <a href="http://www.humanitarianoutcomes.org/sites/default/files/resources/AidWorkerSecurityReport20126.pdf">Aid Worker Security Report 2012: Host states and their impact on security for humanitarian operations</a>, Londres, HO, 2012, p. 4.</span>.</p> <h3><em>Des guerres de plus en plus violentes ?</em></h3> <p>La relative stabilité du taux d’attaque contre les travailleurs humanitaires est à mettre en parallèle avec la diminution globale de la létalité des conflits, qui contrairement à la croyance commune ne sont pas plus violents que par le passé. Selon la base de données développée par l’université d’Uppsala (la plus citée mais aussi la plus conservatrice), les guerres ayant pour enjeu le contrôle d’un territoire ou des institutions étatiques ont fait cinq fois moins de morts violentes dans les années 2000 que dans les années 1980, et neuf fois moins que dans les années 1950 en moyenne annuelle<span class="annotation">Human Security Report Project, <a href="http://www.hsrgroup.org/docs/Publications/HSR20092010/20092010HumanSecurityReport-Part2-ShrinkingCostsOfWar.pdf">Human Security Report 2009/2010: The Causes of Peace and The Shrinking Costs of War</a>, Uppsala University, 2010, p. 121.</span>. Les violences de masse à l’encontre de personnes désarmées seraient également en déclin, à l’exception de la période 1993-1997 marquées par une létalité exceptionnelle au Rwanda et dans les pays voisins.</p> <p>De même, l’affirmation selon laquelle 90% des victimes de morts violentes sont désormais des civils ne repose sur aucune base empirique<span class="annotation">Kelly M. GREENHILL, “Counting the Cost. The Politics of Numbers in Armed Conflict”, in Peter ANDREAS et al. (ed.), <em>Sex, Drugs, and Body Counts. The Politics of Numbers in Global Crime and Conflict</em>, Cornell University Press, Ithaca and London, 2010, pp. 128-132.</span>. Mis en circulation par l’UNICEF en 1996, ce chiffre provient de deux études datant de 1991 estimant le nombre de personnes tuées <em>ou déplacées </em>et le nombre de morts directes <em>et indirectes </em>au cours des guerres récentes. Censé illustrer la brutalité des « nouvelles guerres », le ratio de 90% est un mythe occultant <em>de facto </em>l’ampleur des destructions humaines et matérielles civiles occasionnées par les conquêtes coloniales, la Seconde guerre mondiale, les luttes de libération nationale ou la Guerre froide.</p> <p>Reste que si la létalité globale des conflits tend à diminuer, ces derniers connaissent des épisodes de violences extrêmes, sources d’une surmortalité aiguë par massacres et privations de biens essentiels à la survie. A l’heure où ces lignes sont écrites, tel est le cas en Syrie, dont les trois quarts du territoire sont touchés par la guerre et où le gouvernement utilise des moyens de destruction massifs incluant le bombardement aérien de zones densément peuplées et le blocus alimentaire de villes assiégées.</p> <p>&nbsp;</p> <h3><em>Une politisation dangereuse de l’action humanitaire ?</em></h3> <p>On peut douter que les dangers rencontrés par les acteurs de l’aide en Syrie (et ailleurs) découlent de la « confusion militaro-humanitaire ». Certes, la multiplication des interventions militaires occidentales et des opérations de maintien de la paix dans les conflits a modifié le paysage de l’aide internationale. Subordonnées aux organes politiques de l’ONU, les agences de secours onusiennes ont dû intégrer les dispositifs internationaux de gestion de crise et se mettre au service de « la paix et de la démocratie ». La grande majorité des ONG les ont rejointes, attirées par l’abondance de financements, mais aussi par l’idée de contribuer à l’objectif « qui seul peut se définir comme réellement humanitaire : hâter la fin d’une guerre » et « remplacer au plus vite un régime mortifère par un gouvernement civilisé », selon les termes employés par un humanitaire français pour justifier l’engagement des acteurs de l’aide aux côtés des États-Unis et de l’ONU en Afghanistan en 2001<span class="annotation">Michael BARRY, « L’humanitaire n’est jamais neutre », <em>Libération</em>, 6 novembre 2001.</span>. Seule une poignée d’organisations défendant une conception plus restrictive de l’action humanitaire, comme le CICR et MSF, ont choisi de se tenir à distance des contingents internationaux, les considérant comme une partie au conflit parmi d’autres.</p> <p>En choisissant le camp de la « paix libérale », les agences de l’ONU et leurs ONG partenaires se sont mises dans une situation délicate pour négocier l’accès aux populations sous le contrôle de groupes armés opposés aux Nations unies et aux forces occidentales. Reste que les premières attaques délibérées à l’encontre de travailleurs humanitaires après la chute des Talibans en Afghanistan ont d’abord ciblé le CICR (2003) et MSF (2004). Dénoncées à l’époque comme une conséquence de la « confusion militaro-humanitaire », ces attaques n’étaient pourtant pas le résultat d’un tragique malentendu sur les intentions de MSF et du CICR. Elles reflétaient la stratégie de déstabilisation alors poursuivie par les Talibans en déroute. Dès lors que ces derniers ont commencé à reprendre des territoires, ils ont vu dans les travailleurs humanitaires non plus un moyen de publiciser leur pouvoir de nuisance, mais une ressource pour « gagner les cœurs et les esprits » des populations qu’ils entendent gouverner au nom de l’Emirat Islamique d’Afghanistan. Ce changement de stratégie explique que le CICR et MSF soient aujourd’hui en mesure de déployer près de 3 000 travailleurs humanitaires (dont 210 expatriés) en Afghanistan, y compris dans les zones d’implantation des insurgés.</p> <p>Contrairement à une idée très répandue, l’instrumentalisation politique de l’action humanitaire n’est pas en soi une menace. Elle est au contraire une constante des opérations de secours, dont le déploiement repose sur la recherche d’un compromis acceptable entre les intérêts des belligérants et ceux des acteurs de l’aide, au croisement des objectifs et des contraintes des uns et des autres<span class="annotation">Claire MAGONE et al., <a href="http://www.msf-crash.org/livres/agir-a-tout-prix">Agir à tout prix ? Négociations humanitaires, l’expérience de Médecins Sans Frontières</a>, Paris, La Découverte, 2011.</span>. Dans cette perspective, ce n’est pas en recherchant une illusoire mise à distance de la politique que les organisations humanitaires pourront agir efficacement pour contenir la létalité des crises ; c’est en nouant des accords de circonstances avec toutes les forces politiques susceptibles de soutenir leur action.</p> <h5>Précisions concernant les sources: voir le pdf</h5> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Fabrice Weissman, Croissance et inquiétudes des organisations humanitaires, 30 janvier 2015, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/croissance-et-inquietudes-des-organisations-humanitaires">https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/croissance-et-inquietudes-des-organisations-humanitaires</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3986" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3986&amp;2=reading_list" token="qlukCzxQLGCvMVJlKrGjs_UDW3Ljz0oTGjbCCb10AwA"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Croissance et inquiétudes des organisations humanitaires</span> Fri, 30 Jan 2015 01:00:00 +0000 Corinne-03 3986 at https://www.msf-crash.org Ebola : une réponse insuffisante à une épidémie sans précédent https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/ebola-une-reponse-insuffisante-une-epidemie-sans-precedent <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2014-11-07T12:00:00Z" class="datetime">07/11/2014</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven, 11/07/2014 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/coordination-de-laide" hreflang="fr">coordination de l&#039;aide</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/ebola" hreflang="fr">Ebola</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/epidemies" hreflang="fr">épidémies</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/nations-unies" hreflang="fr">Nations unies</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p><br /> <br /> <strong>Cet entretien a été publié sur le site <a href="http://www.grotius.fr/rony-brauman-communaute-internationale-nest-pas-preparee-gerer-crise-ampleur/" target="_blank">Grotius.fr</a>, le 5 novembre 2014.<br /> <br /> <br /> Entretien avec Rony Brauman sur la réponse à l'épidémie d'Ebola. </strong></p> <p><strong>Geneviève Sababadichetty : Rony Brauman, ce n'est pas la première fois que cette maladie mortelle se déclare en Afrique (ainsi qu'ailleurs), mais elle a toujours été « contenue »... Comment MSF, qui est au cœur de la crise en Guinée et était sur place au moment où les premiers cas d'Ebola ont été constatés, explique-t-elle la perte de contrôle du virus et son expansion ?</strong></p> <p>Rony Brauman : Cette épidémie est différente des précédentes dans la mesure où celles-ci se déclaraient dans des régions rurales, sous forme de foyers isolés. Et les cas n'étaient pas très nombreux. Cette fois, elle a éclaté aux confins de trois régions frontalières, entre la Sierre Leone, le Libéria et la Guinée, au sein d'une population très mobile qui se moque un peu des frontières...D'emblée l'épidémie s'est étendue à travers ces personnes en mouvement et a rapidement gagné les capitales.</p> <p>Le virus en lui-même n'a pas muté mais c'est l'allure qu'elle a prise qui a surpris. Son apparition en milieu urbain est une nouveauté, en plus du fait qu'elle était jusqu'alors inconnue dans cette région. Les épidémies précédentes se situaient en Afrique centrale. Ajoutez à cela que la maladie se présente sous forme d'un syndrome grippal, sans signe typique, et l'on comprend que les premiers cas soient passés inaperçus entre décembre et mars derniers. Une fois la maladie identifiée, la réaction a été insuffisante du fait de la faiblesse des structures sanitaires locales et la dénégation des gouvernements. MSF a été accusée par le président guinéen d'exagérer le phénomène à des fins publicitaires. Les autorités sanitaires, comme l'OMS pensaient que l'épidémie s'épuiserait d'elle -même, comme lors des épisodes précédents.</p> <p><strong>GS : En septembre, MSF Australie a refusé 1,7 million d'euros du gouvernement australien, en expliquant que MSF n'était pas « un sous-contractant des États en matière d'épidémie », alors que par ailleurs les ONG appellent au don massif. Êtes-vous d'accord avec cette prise de position ?</strong></p> <p>RB : MSF Australie a refusé ce don parce qu'elle voulait que l'Etat australien implique ses propres équipes sur le terrain et que cette aide financière leur apparaissait comme une sorte de substitut. Je trouve cette position inappropriée et déplacée. MSF n'a pas à dicter ses décisions à un gouvernement. Car effectivement, les besoins financiers sont énormes et il faut se préparer à une intervention qui va durer encore des mois.</p> <p>L'argument selon lequel les ONG ne sont pas là pour se substituer aux Etats ne tient pas. C'est un poncif... Ou plutôt une manière de disqualifier son propre travail. Je ne vois pas pourquoi dans une catastrophe naturelle comme l'est une épidémie les gouvernants ne pourraient pas à la fois nous financer et décider d'envoyer ou pas des équipes sur place... Comment expliquer que MSF appelle aux dons d'un côté et refuse celui-ci de l'autre ? C'est incohérent.</p> <p><strong>GS : On peut cependant se demander effectivement si une catastrophe de cet ordre est encore du domaine des ONG, en l'occurrence MSF principalement... Les États se « reposent-ils » sur vous ?</strong></p> <p>RB : Je ne pense pas, non. Dans ce cas précis, les gouvernements et l'OMS ont tardé à réagir pour un mélange de raisons qu'il est bon d'avoir à l'esprit même si l'on a pas encore tout à fait le recul qu'il faudrait pour ça. Le caractère nouveau de cette épidémie et parallèlement l'existence simultanée de crises très sérieuses (Mali, RCA, Proche-Orient notamment) mobilisent une bonne partie de l'attention des dirigeants.</p> <p>En ce qui concerne l'OMS, en particulier, ce qui a joué c'est le réflexe de voir en cette crise la répétition d'un phénomène déjà connu et de peu d'importance par rapport aux autres grandes maladies tueuses. D'autant plus que cette organisation a été très largement atteinte par la crise financière et économique de ces dernières années avec la suppression de centaines de postes, ce qui a affaibli sa capacité de réaction y compris dans le domaine des maladies virales et émergentes. Aujourd'hui l'OMS décrit son rôle comme celui une agence de conseil technique et non plus comme l'autorité directrice qu'elle devait être lors de sa fondation.</p> <p>Mais il ne faut pas oublier que les acteurs principaux sont le bureau Afrique de l'OMS et les Etats concernés, avant l'Australie, la Grande Bretagne ou la France... A entendre les ONG, y compris MSF, les seuls qui seuls qui échappent à la critique sont précisément ceux qui sont les premiers impliqués, comme s'il y avait une sorte de tabou à en parler. Or la corruption et l'incurie au Libéria ou en Guinée, comme à l'OMS Afrique, qui sont connues de tous, sont des facteurs aggravants dans l'expansion de cette épidémie...Manque cruel de personnel médical, non paiement de ce dernier, manque d'approvisionnement dans les centres de santé...Il y a tout de même des responsabilités étagées !</p> <p>Tout cela me parait important pour comprendre, ne pas se contenter d'apostropher les « usual suspects », à savoirl'ONU, les compagnies pharmaceutiques et les Etats occidentaux...</p> <p><strong>GS : Le directeur des opérations de MSF, Brice De Le Vigne, affirmait il y peu : « Il faut une chaîne de commandement. C'est plus l'absence de leadership et d'organisation que le financement qui pose problème. » Comment s'organise l'aide depuis que chacun a pris la mesure de cette catastrophe sanitaire ?</strong></p> <p>RB : L'épidémie est sur trois pays dont 2 sont anglophones et l'un francophone. Il est très difficile de se coordonner dans ces conditions. Seuls les gouvernements et les Nations-Unies peuvent mettre en place une coordination de cette ampleur. A ma connaissance, elle n'a pas vu le jour encore. Donc personne n'a une vue d'ensemble à la fois du déploiement des secours et de l'allure globale de l'épidémie bien que l'on connaisse mieux l'allure globale de l'épidémie que celle du déploiement des secours. 
La coordination devrait logiquement être assurée par l'OMS.</p> <p>Pour l'instant celle-ci n'assume ce rôle que partiellement en faisant des rapports de situation réguliers ...L'expansion de l'épidémie, là où ça flambe...Là où ça apparaît...En revanche, il ya des lacunes dans la remontée de l'information. On ne sait pas précisément ce qui se passe dans l'arrière pays libérien ou sierra léonais, qu'il s'agisse de la progression de l'épidémie ou du déploiement sur le terrain. On annonce la mise en place de centres de soins mais que se passe t-il passe entre l'annonce de ces projets et leur mise en place réelle ? Il peut se passer beaucoup de temps entre les deux. A partir de quand prend-on acte d'un projet ? Lorsqu'il est mis en route ou à partir du moment ou lorsqu'il est opérationnel ? Il faut aller sur place, constater ce qu'il en est exactement, vérifier si un patient se présentant avec de la fièvre et des vomissements est correctement diagnostiqué et isolé le cas échéant.</p> <p>Personne n'est en mesure de le faire aujourd'hui. De plus, vu l'impossibilité pour les organismes existants, nationaux comme étrangers, de faire face correctement à cette situation, il est indispensable d'encourager et de soutenir matériellement les initiatives de prise en charge par la population.</p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3734&amp;2=comment&amp;3=comment" token="tGpYd_6hMhZlMSx778AzslQcln8ehW8wArYfzqNoEOg"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3734&amp;2=reading_list" token="zJb2U--2NkR9KzAcnpO9_a_M-uQK7T-jB8WQsFeVcb0"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Ebola : une réponse insuffisante à une épidémie sans précédent, 7 novembre 2014, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/ebola-une-reponse-insuffisante-une-epidemie-sans-precedent">https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/ebola-une-reponse-insuffisante-une-epidemie-sans-precedent</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3734" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Ebola : une réponse insuffisante à une épidémie sans précédent</span> Fri, 07 Nov 2014 01:00:00 +0000 babayaga 3734 at https://www.msf-crash.org "Syrie: soutenons les opérations humanitaires transfrontalières" https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/syrie-soutenons-les-operations-humanitaires-transfrontalieres <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 02/05/2013 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2013-02-05T12:00:00Z" class="datetime">05/02/2013</time> </div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/cicr" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/nations-unies" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Marie-Pierre Allié &amp; Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3273" role="article" about="/fr/marie-pierre-allie" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Marie-Pierre</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Allié</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Ancienne présidente de la section française de Médecins Sans Frontières (2007-2013)</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/marie-pierre-allie" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Cette tribune est parue sur <a href="http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/01/29/syrie-soutenons-les-operations-humanitaires-transfrontaliere_1823949_3232.html" target="_blank">le site du Monde</a> le 29 janvier 2013</p> <p>Les bailleurs de fonds doivent se rencontrer le 30 janvier à Koweït City pour réunir 1,5 milliard de dollars au titre de l'aide humanitaire pour les victimes du conflit syrien. Jusqu'à présent, l'essentiel de l'aide internationale est distribuée depuis Damas par le <a href="http://www.icrc.org/fre/index.jsp" target="_blank">Comité international de la Croix-Rouge</a>, les agences des Nations unies et huit ONG internationales. Tous ces acteurs interviennent en partenariat avec le <a href="http://www.ifrc.org/fr/introduction/ou-intervenons-nous/middle-east-and-north-africa/croissant-rouge-arabe-syrien/" target="_blank">Croissant-Rouge syrien</a>, seul organisme habilité par le gouvernement à distribuer in fine l'assistance. Eprouvant déjà de grandes difficultés à se déployer en zones gouvernementales, ces secouristes parviennent très rarement à obtenir les cessez-le-feu nécessaires pour traverser les lignes de front et approvisionner les populations vivant en zone rebelle.</p> <p>Depuis juin 2012, l'opposition armée syrienne a étendu et consolidé son emprise sur de larges parties du territoire. S'il est impossible de connaître la proportion exacte de Syriens vivant dans des régions échappant au contrôle du gouvernement, la forte implantation de l'opposition dans les villes ainsi que dans les campagnes densément peuplées de Damas, d'Alep et d'Idlib laisse à penser qu'au minimum un Syrien sur trois (soit 7 millions de personnes) vit sous l'autorité de l'opposition armée. Pour autant, ce sont les zones sous contrôle gouvernemental qui reçoivent la quasi-totalité des secours internationaux, ceux-ci n'irriguant que de façon marginale les territoires rebelles.</p> <p>Dans ces zones, l'assistance aux civils est mise en œuvre par les Syriens eux mêmes avec le soutien de la diaspora, de pays amis et de réseaux de solidarité politico-religieux. Difficilement quantifiable, cette aide est manifestement insuffisante, notamment en matière d'abris, de couvertures et d'énergie pour les centaines de milliers de personnes déplacées et celles qui les hébergent. Les réseaux syriens sont dépassés par l'ampleur des pénuries alimentaires, notamment la farine de blé et le lait maternisé. Ciblés par l'armée loyaliste, les services de santé parallèles peinent à répondre aux besoins des nombreux blessés et des malades souffrant d'affections chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires, insuffisances rénales, cancers, etc.), principales causes de mortalité avant guerre.</p> <p>Seules quelques ONG internationales, dont Médecins Sans Frontières, assistent les civils en zone rebelle à partir des pays voisins. Depuis 2011, MSF approvisionne en médicaments et matériel médical des groupes de médecins syriens soignant des blessés clandestinement, dans des hôpitaux improvisés. Son action s'est renforcée au cours des six derniers mois, avec l'ouverture de trois hôpitaux dans le nord-ouest du pays dans lesquels ont été réalisées à ce jour 900 interventions chirurgicales. Mais cette assistance reste très limitée au regard des besoins, tout comme l'action des autres ONG internationales.</p> <p>Le premier obstacle à l'accroissement des secours internationaux en zone rebelle est l'insécurité entretenue par l'armée loyaliste. Particulièrement intenses à proximité des lignes de front, les bombardements des infrastructures civiles (hôpitaux, marchés, boulangeries, stations-service...) par les forces gouvernementales sont néanmoins plus sporadiques à l'arrière et presque inexistants dans un certain nombre de régions frontalières. L'expérience des ONG déjà présentes prouve qu'il est possible d'accroître l'aide internationale en dépit d'un risque résiduel élevé, mais acceptable au regard des besoins.</p> <p>Le deuxième obstacle tient aux difficultés de collaboration entre les acteurs humanitaires internationaux et les réseaux d'assistance syriens. Comme souvent dans les situations de conflit, il n'est pas rare que plusieurs autorités de fait revendiquent le statut de coordinateur des secours pour une région donnée. Incapable d'évaluer a priori leur influence et leurs performances opérationnelles, les acteurs humanitaires se montrent méfiants à l'égard de ces coordinateurs locaux, généralement associés à des réseaux militaires, politiques, religieux, familiaux, claniques, économiques concurrents. Craignant d'être impliqués dans des luttes internes qui pourraient menacer leur sécurité et l'impartialité de leurs opérations, les ONG tendent ainsi à contourner les autorités et les associations d'entraide syriennes. Ce faisant, elles se posent en concurrents des principaux prestataires de secours syriens, peu enclins de ce fait à leur faciliter la tâche.</p> <p>Enfin, la semi-clandestinité dans laquelle se déploient les opérations humanitaires transfrontalières est un frein à leur développement. Si les pays frontaliers tolèrent la présence des ONG engagées en Syrie, ils ne sont pas prêts à leur accorder les facilités logistiques et administratives associées à une reconnaissance officielle. Ralentissant l'action, cette semi-clandestinité contrevient de plus aux règles de financement des bailleurs de fonds, qui rechignent à soutenir les ONG engagées dans des opérations transfrontalières. Cette situation est d'autant plus paradoxale que l'Union européenne, les Etats-Unis, la Turquie et près de 130 pays reconnaissent l'opposition armée comme représentant légitime du peuple syrien et lui accordent à ce titre.</p> <p>L'aide humanitaire en temps de guerre exige souplesse et réactivité de la part de ses acteurs comme de ses donateurs institutionnels, faute de quoi elle est condamnée à un rôle de témoin passif des souffrances qu'elle vise à alléger. Les participants à la conférence de Koweït City doivent reconnaître la légitimité d'opérations humanitaires transfrontalières vers la Syrie et leur accorder le soutien financier, administratif et logistique qu'elles requièrent.</p> <p><a href="http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/01/29/syrie-soutenons-les-operations-humanitaires-transfrontaliere_1823949_3232.html" target="_blank"><strong>LIRE LA TRIBUNE SUR LE SITE DU MONDE</strong></a></p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/publications/guerre-et-humanitaire/syrie-soutenons-les-operations-humanitaires-transfrontalieres" rel="tag" title="&quot;Syrie: soutenons les opérations humanitaires transfrontalières&quot;" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur &quot;Syrie: soutenons les opérations humanitaires transfrontalières&quot;</span></a></li></ul> </div> <div class="height-computed field field--name-field-related-content field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Publications associées</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3762" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/la-diplomatie-humanitaire-cache-misere-de-la-violence-extreme" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSF166549-joanne-liu-at-UNSC-meeting.jpg?h=2b331e0b&amp;itok=ThPhgchF" width="450" height="300" alt="Réunion du conseil de sécurité aux Nations Unies" title="diplomatie humanitaire" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Paulo Filgueiras</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/la-diplomatie-humanitaire-cache-misere-de-la-violence-extreme" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3762&amp;2=reading_list" token="AMPB10ATA4fBEvqH2afXLjQPGL_J4rR3gVqmE6QgqUQ"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/la-diplomatie-humanitaire-cache-misere-de-la-violence-extreme" hreflang="fr">La diplomatie humanitaire, cache-misère de la violence extrême</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2016-09-27T12:00:00Z" class="datetime">27/09/2016</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/fabrice-weissman" hreflang="fr">Fabrice Weissman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Entretien avec Michaël Neuman et Fabrice Weissman, directeurs d'études au Crash, sur la diplomatie humanitaire et les bombardements d'hôpitaux, particulièrement en Syrie.</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/la-diplomatie-humanitaire-cache-misere-de-la-violence-extreme" rel="tag" title="La diplomatie humanitaire, cache-misère de la violence extrême" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur La diplomatie humanitaire, cache-misère de la violence extrême</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3699" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/syrie-laide-est-chere-peu-efficace-et-tres-frustrante" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSF117034-hospital-ruins-in-syria.jpg?h=867d0412&amp;itok=p5HwsV4w" width="450" height="300" alt="Ruines d&#039;un hôpital syrien" title="L’aide est chère, peu efficace et très frustrante" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Inconnu</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/syrie-laide-est-chere-peu-efficace-et-tres-frustrante" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3699&amp;2=reading_list" token="bb7eQjgL20zISzpM5R-E-332apnqXdB4Ry_0nfP1dOA"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/syrie-laide-est-chere-peu-efficace-et-tres-frustrante" hreflang="fr">Syrie : « L’aide est chère, peu efficace et très frustrante »</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2012-09-24T12:00:00Z" class="datetime">24/09/2012</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/jean-herve-bradol" hreflang="fr">Jean-Hervé Bradol</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Jean-Hervé Bradol vient d'effectuer une mission d'exploration dans le nord de la Syrie. Il répond aux questions du journal La Croix.<br />  </p> <p> </p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/syrie-laide-est-chere-peu-efficace-et-tres-frustrante" rel="tag" title="Syrie : « L’aide est chère, peu efficace et très frustrante »" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Syrie : « L’aide est chère, peu efficace et très frustrante »</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3718" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/en-syrie-cest-le-prix-nobel-du-cynisme" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSF139265-msf-hospital-idlib-region-syria.jpg?itok=rIu2o7n1" width="450" height="300" alt="Un patient reçoit une injection" title="Hôpital de la région Idlib" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Robin Meldrum</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/en-syrie-cest-le-prix-nobel-du-cynisme" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3718&amp;2=reading_list" token="LctEW41herV_MAYOvxwMICnCtDPu7VgEwS1LbG8SbBc"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/en-syrie-cest-le-prix-nobel-du-cynisme" hreflang="fr">&quot;En Syrie, c’est le prix Nobel du cynisme&quot;</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2013-10-30T12:00:00Z" class="datetime">30/10/2013</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/jean-herve-bradol" hreflang="fr">Jean-Hervé Bradol</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Le Dr Jean-Hervé Bradol, directeur d'étude au Crash, a passé deux mois dans le nord de la Syrie comme Coordinateur de projet pour MSF.</p> <p>Dans deux interviews, accordées au journal <em>Le Monde</em> et à la radio Europe 1, il décrit et analyse la situation qu'il y a rencontrée.</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/en-syrie-cest-le-prix-nobel-du-cynisme" rel="tag" title="&quot;En Syrie, c’est le prix Nobel du cynisme&quot;" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur &quot;En Syrie, c’est le prix Nobel du cynisme&quot;</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Marie-Pierre Allié, Fabrice Weissman, &quot;Syrie: soutenons les opérations humanitaires transfrontalières&quot;, 5 février 2013, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/syrie-soutenons-les-operations-humanitaires-transfrontalieres">https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/syrie-soutenons-les-operations-humanitaires-transfrontalieres</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3706" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">&quot;Syrie: soutenons les opérations humanitaires transfrontalières&quot;</span> Tue, 05 Feb 2013 01:00:00 +0000 babayaga 3706 at https://www.msf-crash.org Malnutrition au Sahel : « Les grandes avancées dans le domaine de la santé n’ont jamais été obtenues aux conditions initiales du marché » https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/malnutrition-au-sahel-les-grandes-avancees-dans-le-domaine-de-la <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2012-07-11T12:00:00Z" class="datetime">11/07/2012</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mer, 07/11/2012 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/malnutrition" hreflang="fr">malnutrition</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/sahel" hreflang="fr">Sahel</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Jean-Hervé Bradol</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3222" role="article" about="/fr/jean-herve-bradol" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4265.jpg?itok=AmXSIDIp" width="180" height="230" alt="Jean-Hervé Bradol" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Jean-Hervé</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Bradol</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de Médecine tropicale, de Médecine d'urgence et d'épidémiologie médicale. Il est parti pour la première fois en mission avec Médecins sans Frontières en 1989, entreprenant des missions longues en Ouganda, Somalie et Thaïlande. En 1994, il est entré au siège parisien comme responsable de programmes. Entre 1996 et 2000, il a été directeur de la communication, puis directeur des opérations. De mai 2000 à juin 2008, il a été président de la section française de Médecins sans Frontières. De 2000 à 2008, il a été membre du conseil d'administration de MSF USA et de MSF International. Il est l'auteur de plusieurs publications, dont "Innovations médicales en situations humanitaires" (L'Harmattan, 2009) et "Génocide et crimes de masse. L'expérience rwandaise de MSF 1982-1997" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/jean-herve-bradol" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p><br /> <strong>Les populations du Sahel sont-elles condamnées à subir chaque année le fléau de la malnutrition ? Tandis que les messages d'alerte se répètent et que les ONG s'apprêtent à mener de nouvelles opérations d'envergure dans cette partie du monde, la réponse en urgence semble constituer le mode d'intervention privilégié par les Etats et les bailleurs de fonds. De la Mauritanie à la Somalie, en passant par le Mali et le Tchad, des enfants risquent encore de mourir en grand nombre cette année. Pourra-t-on y remédier un jour ? Entretien avec le Dr Jean-Hervé Bradol.</strong></p> <p><strong>Comment analyses-tu les messages d'alerte qu'on entend encore aujourd'hui à propos du Sahel ?</strong></p> <p>Ils sont à la source d'une double confusion. D'une part, ils donnent l'impression d'un phénomène aigu, temporaire, auquel il faudrait répondre en urgence alors que la catastrophe est en réalité permanente. D'autre part, ces messages amalgament « ceux qui ont faim » et « ceux qui meurent de faim ». Or, ceux qui vont mourir du fait d'une alimentation carencée associée à des infections répétées, seront surtout des nourrissons. Pourquoi la distinction est-elle importante ? Il ne s'agit pas d'opposer une catégorie de victimes à une autre mais, en matière de répartition de l'aide, le déséquilibre est trop grand pour ne pas être noté. D'un point de vue de santé publique, il serait cohérent de donner la nourriture en priorité à ceux qui en ont un besoin immédiat pour survivre. Or, le budget alloué aux besoins spécifiques des nourrissons, représente environ 7 % de l'aide alimentaire d'urgence distribuée en 2011.<br /> Aujourd'hui, selon les protocoles médicaux en vigueur un nourrisson doit attendre d'arriver au stade ultime de la dénutrition aiguë pour se voir prescrire un aliment thérapeutique. Si conservatrice soit-elle, cette recommandation demeure très peu appliquée. Alors que des traitements simples et efficaces existent depuis bientôt une quinzaine d'années, seul 1 enfant sur 20 atteints de dénutrition aiguë sévère sont traités.<br /> Quand l'émaciation est moins sévère ou quand la dénutrition est chronique et entraîne un retard de croissance à la fois de la taille et du poids, l'enfant ne reçoit aucun complément alimentaire adapté à la réhabilitation nutritionnelle. La mère se voit prodiguer des conseils pour mieux nourrir son enfant bien que très souvent l'interrogatoire confirme l'absence, au sein de la famille, du pouvoir d'achat suffisant pour se procurer les aliments indispensables. Si la famille dispose des ressources nécessaires, elle ne trouve pas les compléments alimentaires adaptés dans le commerce. Quand on se fait l'avocat du praticien qui souhaite pouvoir prescrire un complément alimentaire de qualité dès que l'enfant présente les premiers signes de dénutrition et non seulement un aliment thérapeutique quand il est sur le point de mourir, on se heurte à deux types d'obstacles : culturels et économiques.</p> <p><strong>Quelles sont ces obstacles culturels que tu évoques ?</strong></p> <p>J'entends par obstacles culturels les idées qui sont mises en avant par les élites qui décident des politiques publiques pour justifier leurs choix. Les actions définies comme prioritaires sont le plus souvent : augmenter les productions agricoles, mieux les conserver et mieux les distribuer sur les marchés ; introduire des micronutriments dans les productions industrielles (par exemple l'iode dans le sel de cuisine) ; améliorer l'instruction scolaire des jeunes filles ; promouvoir le planning familial et l'allaitement maternel ; prodiguer des conseils nutritionnels aux familles... Il est compréhensible que la prévention soit au cœur des politiques de santé publique. Mais l'expression « mieux vaut prévenir que guérir » n'a jamais signifié de « renoncer à guérir quand on n'a pu prévenir ». Le rationnement et l'abstention thérapeutique pourraient se comprendre si les traitements étaient à base de matières premières rares et extrêmement coûteuses. Quelle société est aujourd'hui trop pauvre pour donner du lait, du sucre, de l'huile et quelques dizaines de micronutriments bon marché à ses enfants ?</p> <p><strong>Quelles sont les facteurs économiques principaux qui bloquent aujourd'hui les avancées ?</strong></p> <p>Aujourd'hui, le prix au kilo des aliments spécialisés se situe entre deux et trois euros. Pour moitié, ce prix de vente est celui des matières premières (lait, sucre, huile). Ni les familles concernées ni les institutions de santé publique n'ont le budget pour une consommation de ces produits à l'échelle où cela pourrait avoir un effet déterminant sur la santé publique.<br /> A ce sujet, il est important de se souvenir que depuis le début des années 1970, aucune des grandes initiatives mondiales pour améliorer l'état de santé des populations des pays en développement (les programmes élargis de vaccination, le planning familial, la liste des médicaments essentiels, l'introduction de nouveaux traitements contre les infections tels les antirétroviraux...) n'était réalisable aux conditions initiales du marché. A chaque fois, une filière économique particulière a été mise en place. Pour mener ces actions à grande échelle, les prix ont été divisés par vingt (les vaccins), par cinquante (les contraceptifs) ou par cent (les antirétroviraux).</p> <p><strong>Qui a contribué à cette baisse des prix ?</strong></p> <p>Les États par la subvention de la consommation de ces produits et les filières économiques privées en concédant des prix bien inférieurs à ceux exigés peu de temps avant. Dans le domaine de l'accès aux médicaments, la création de nouvelles sources publiques de financements, l'acceptation, par les grands entreprises pharmaceutiques d'un système de prix différenciés selon le revenu des pays, l'utilisation de médicaments génériques et l'assouplissement des règles de propriété intellectuelle applicables au commerce du médicament ont permis un bond en avant de la lutte contre les maladies infectieuses. Mais ces avancées n'auraient pu se produire aussi vite sans la forte mobilisation sociale et politique, des associations de lutte contre le sida, en faveur de l'accès des patients aux antirétroviraux.</p> <p><strong>Ces obstacles que tu évoques sont-ils surmontables ?</strong></p> <p>Il y a deux cents ans, la dénutrition était une cause majeure de mortalité dans tous les pays. Elle le demeure aujourd'hui dans une trentaine de pays. Cela signifie que les 163 autres membres des Nations unies ont résolu le problème. Dans les pays qui sont parvenus à se débarrasser de ce fléau, on se procure les aliments spécialisés dans l'alimentation du nourrisson soit dans le commerce soit auprès de l'aide médico-sociale pour les familles qui n'ont pas les moyens de les acheter. Rappelons que la moitié des enfants américains reçoit une aide sous la forme de coupons alimentaires.<br /> Dans certaines régions du Sahel où plus de la moitié de la population survit avec des ressources inférieures au seuil de pauvreté, on demande à l'aide médico-sociale un effort au-delà de ces moyens. Cela semble impossible sans aide extérieure. La mutualisation des dépenses à l'échelle mondiale apparaît donc comme un élément de la réponse. Pour changer d'échelle dans la lutte contre la dénutrition infanto-juvénile, la Banque mondiale estime autour d'une douzaine de milliards de dollars la somme nécessaire chaque année. Soit environ 0,5 % de la valeur des exportations mondiales de produits agricoles et agroalimentaires (selon l'OMC, en 2010). Mais l'appel à la globalisation du financement de la lutte contre la dénutrition ne doit pas pour autant faire oublier que les pays affectés pourraient mieux utiliser les ressources déjà existantes.<br /> Une des explications de la faiblesse politique des mouvements sociaux en faveur du droit à l'accès à la nourriture et des organismes d'aide est que leur position est minée par une contradiction forte entre d'une part l'utilisation excessive qu'ils font de l'image des enfants souffrant de dénutrition et d'autre part l'absence de formulation d'une réponse politique en relation directe avec le problème soulevé. Dépasser cette contradiction signifierait de demander que ces enfants soient nourris immédiatement et non se contenter d'attendre une hypothétique effet de politiques préventives censées en finir avec la dénutrition.<br /> Il n'existe pas de solution finale aux conséquences médicales et sanitaires des inégalités alimentaires. Elles ne disparaissent pas mais renouvellent leurs formes. L'épidémie d'obésité qui se développe devrait achever de convaincre de cette réalité. Rien ne suggère que les politiques préventives rendront un jour possible de faire l'économie de la prise en charge curative d'un segment de la population dont le poids est considéré comme insuffisant ou en excès. Aujourd'hui, l'OMS estime que si 1 milliard d'individus continuent à souffrir de la faim, 1,5 milliards de personnes sont désormais affectées d'un surpoids ou d'une obésité.</p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3696&amp;2=comment&amp;3=comment" token="p52UQruypEndysj_v-GwVlh_sqnQyMoNXs0WN5OMjgk"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3696&amp;2=reading_list" token="RdaFcAF-g42QPCtugKVQkMd9pqRSGJSspB0uYLQWqyg"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Jean-Hervé Bradol, Malnutrition au Sahel : « Les grandes avancées dans le domaine de la santé n’ont jamais été obtenues aux conditions initiales du marché » , 11 juillet 2012, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/malnutrition-au-sahel-les-grandes-avancees-dans-le-domaine-de-la">https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/malnutrition-au-sahel-les-grandes-avancees-dans-le-domaine-de-la</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3696" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Malnutrition au Sahel : « Les grandes avancées dans le domaine de la santé n’ont jamais été obtenues aux conditions initiales du marché » </span> Wed, 11 Jul 2012 00:00:00 +0000 babayaga 3696 at https://www.msf-crash.org Surenchère compassionnelle et sécuritaire au Pakistan https://www.msf-crash.org/fr/blog/catastrophes-naturelles/surenchere-compassionnelle-et-securitaire-au-pakistan <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2010-08-30T12:00:00Z" class="datetime">30/08/2010</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun, 08/30/2010 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/inondations" hreflang="fr">inondations</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/tsunami" hreflang="fr">tsunami</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/medias" hreflang="fr">médias</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/nations-unies" hreflang="fr">Nations unies</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Comparés aux survivants du Tsunami ou du tremblement de terre à Haïti, les rescapés des moussons torrentielles qui se sont abattues sur le Pakistan font moins recette. Trois semaines après le début de la catastrophe, le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU recense moins de 30 millions de dons privés contre plus de 180 millions à la même époque pour Haïti. En France, les organisations humanitaires ayant lancé un appel aux dons ont récolté des sommes très modestes - moins de 30 000 Euros pour Action contre la faim et environ 90 000 Euros pour la Croix rouge française.</p> <p>Journalistes et humanitaires s'interrogent sur les raisons de ce désintérêt et avancent une série d'explications : les médias n'en font pas assez, les vacances estivales sont peu propices aux mobilisations collectives, la répétition des catastrophes naturelles créé un phénomène de lassitude, les opérations de secours sont peu spectaculaires et la catastrophe beaucoup moins létale que les précédentes. Enfin, « pays-musulman-gangréné-par-le-terrorisme-et-la-corruption » (selon le cliché médiatique consacré), le Pakistan aurait « mauvaise réputation ».</p> <p>De fait, si elle n'explique pas tout, la répétition de stéréotypes racistes et islamophobes dans les débats publics sur le Pakistan ne peut qu'inviter les donateurs privés à l'indifférence. Régulièrement réduite aux figures repoussoirs du « barbu » et de la « femme voilée », la population pakistanaise suscite d'autant moins d'empathie que son gouvernement ne serait pas étranger aux revers militaires de l'OTAN en Afghanistan. Certains commentateurs vont jusqu'à justifier l'absence de solidarité avec les victimes des inondations : « l'intégrisme islamiste et le nationalisme agressif du régime sont très largement partagés dans la population. C'est ce consensus amoral que le peuple pakistanais paye aujourd'hui », soutenait récemment le journaliste <a href="http://www.causeur.fr/pakistan-pourquoi-ca-ne-donne-rien,7149" target="_blank">Marc Cohen</a>.</p> <p>Face à ce qu'elles décrivent pudiquement comme un « déficit d'image » du Pakistan, ONG et agences des Nations unies sont tentées de dramatiser à outrance la situation espérant ainsi « réveiller les consciences » des donateurs. C'est la voie dans laquelle s'est engagée l'Organisation des Nations unies, dont le Secrétaire-général prédit une « seconde vague de mortalité » si les caisses de l'ONU et celles des ONG ne sont pas renflouées.</p> <p>Ces prédictions sont très discutables. Malgré la faible mobilisation internationale initiale, la réponse de l'armée, du ministère de la santé, des administrations, de la société et des organisations locales pakistanaises a été vigoureuse et relativement efficace compte-tenu des circonstances. Des efforts importants ont été déployés par les pouvoirs publics et la société pour évacuer les personnes menacées par les eaux, leur fournir un hébergement d'urgence et des vivres, rétablir les communications terrestres, relancer les services publics (santé, électricité, etc.), surveiller et répondre aux épidémies. Les limites de l'aide gouvernementale - réelles, vue l'ampleur de la catastrophe, et à l'origine de nombreuses protestations - sont en partie palliées par les ONG étrangères et surtout pakistanaises, parmi lesquelles des organisations confessionnelles musulmanes dont les ambitions politiques ou prosélytes sont pour la plupart de nature comparables à celles de leurs homologues chrétiennes. Trois semaines après le début des inondations, la situation est toujours critique, en particulier dans les zones doublement affectées par la guerre et les inondations, toujours interdites d'accès aux organisations internationales. Mais l'un des principaux obstacles au déploiement de l'assistance est la destruction de 70% des ponts et routes dans les zones affectées - défi que ni les ONG ni l'ONU n'ont à l'évidence les moyens de relever, quel que soit leur niveau de financement.</p> <p>Or, la relative efficacité des secours d'urgence prodigués avec une aide pour l'heure limitée de l'Occident suscite à son tour l'inquiétude des Nations unies et des médias occidentaux ! A l'instar d'autres éditorialistes de la presse française, <a href="http://www.liberation.fr/monde/0101652825-emotion" target="_blank">Laurent Joffrin</a>&nbsp;trouve « gênant » que « l'aide en provenance des organisations musulmanes l'emporte de loin sur celle qui émane d'autres ONG. » L'envoyé spécial des Nations unies au Pakistan,&nbsp;<a href="http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/08/11/jean-maurice-ripert-le-pire-desastre-naturel-au-pakistan_1397788_3216.html" target="_blank">Jean-Maurice Ripert</a>&nbsp;met en garde contre les effets politiques d'un faible déploiement de l'aide internationale dont « les militants [islamistes] » pourraient profiter «pour marquer des points». Autrement dit, si pour certains la morale nous dispense d'assister «les barbus» et les «femmes voilées», l'intérêt nous dicte de surmonter nos réticences afin de faire barrage à la «menace islamiste» !</p> <p>Comme dans toute catastrophe naturelle, l'assistance aux victimes pakistanaises constitue un enjeu politique. A l'instar de l'armée et des partis politiques pakistanais, l'ONU et les bailleurs de fonds ne font pas mystère de leur intention d'utiliser l'aide aux sinistrés pour engranger des bénéfices stratégiques : «Si nous faisons ce qu'il faut, non seulement ce sera bien pour les gens dont nous sauverons la vie, mais aussi pour l'image des Etats-Unis au Pakistan», expliquait récemment le représentant spécial de Barack Obama pour l' «Af-Pak», Richard Holbrooke. Soulignons cependant que distribuer une bâche plastique, de l'eau potable et de la farine ne saurait en soi conduire à la conversion massive de la population pakistanaise au jihadisme salafiste ou à la démocratie de marché. L'échec de l'OTAN en Afghanistan rappelle si besoin les limites de l'enrôlement du système de l'aide dans la guerre psychologique.</p> <p>Cette course pour «gagner les cœurs et les esprits» des victimes pakistanaises n'a pas que des effets négatifs, à en juger par le professionnalisme de nombreux acteurs de secours gouvernementaux et non-gouvernementaux et par la promesse d'une aide généreuse des Etats et des organisations internationales. Mais cette extrême politisation de l'assistance est également porteuse d'un double risque : celui d'une discrimination entre les victimes en fonction de leur allégeance politique ; et celui d'une concurrence violente entre acteurs politiques pour la distribution et le contrôle des secours. C'est pourquoi il est important que se déploie également une aide humanitaire impartiale disposant d'une réelle autonomie vis-à-vis des acteurs politiques et notamment des bailleurs de fonds. Le soutien des donateurs privés est à cet égard fondamental. Mais les acteurs humanitaires ne sauraient l'obtenir à coup de surenchères médiatiques prédisant une «seconde vague de mortalité» ou agitant la «menace islamiste», sans renoncer à leur raison d'être : secourir selon les besoins, non selon les fantasmes.</p> <p><strong><a href="http://humanitaire.blogs.liberation.fr/msf/2010/08/pakistan-une-surench%C3%A8re-douteuse.html" target="_blank"><span>RETROUVER CET ARTICLE SUR LE BLOG ISSUES DE SECOURS</span></a></strong></p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3657&amp;2=comment&amp;3=comment" token="3z0hhM8sGeIZcN9XNq41MIvdiLr8_AptTUjB7xNqhLU"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3657&amp;2=reading_list" token="cUPBMOvX1tkkMswzuq8Ro1dti2E0gfaSVPrwanE0Y50"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Fabrice Weissman, Surenchère compassionnelle et sécuritaire au Pakistan, 30 août 2010, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/catastrophes-naturelles/surenchere-compassionnelle-et-securitaire-au-pakistan">https://www.msf-crash.org/fr/blog/catastrophes-naturelles/surenchere-compassionnelle-et-securitaire-au-pakistan</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3657" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Surenchère compassionnelle et sécuritaire au Pakistan</span> Mon, 30 Aug 2010 00:00:00 +0000 babayaga 3657 at https://www.msf-crash.org Reconstruction : priorité aux choix des Haïtiens https://www.msf-crash.org/fr/publications/catastrophes-naturelles/reconstruction-priorite-aux-choix-des-haitiens <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2010-03-16T12:00:00Z" class="datetime">16/03/2010</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/65" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Jason-04</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2010-03-16T01:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 03/16/2010 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/reconstruction" property="schema:about" hreflang="fr">reconstruction</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/tsunami" property="schema:about" hreflang="fr">tsunami</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/seisme" property="schema:about" hreflang="fr">séisme</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/epidemies" property="schema:about" hreflang="fr">épidémies</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/union-europeenne" property="schema:about" hreflang="fr">Union Européenne</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/logistique" property="schema:about" hreflang="fr">logistique</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" property="schema:about" hreflang="fr">financements</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/index.php/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/index.php/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>L'ampleur du séisme qui a détruit Port-au-Prince surpasse tous les autres événements du même ordre car il a été, en proportion de la population du pays, bien plus destructeur encore que le tsunami de 2004. L'aide à la reconstruction devra être conçue, financée et suivie dans un effort soutenu, en rapport avec l'énormité de ce bouleversement. Mais arrêtons-nous un instant sur la période d'urgence, pas encore révolue au moment où ces lignes sont écrites, et qui se distingue par un trait majeur, à savoir le nombre de blessés, de ce que nous avions constaté lors du tsunami. Celui-ci n'en avait provoqué qu'un nombre réduit, pour l'essentiel absorbable par les structures médicales locales restées intactes. Si la détresse de ceux qui avaient tout perdu était&nbsp;immense, il n'y avait pas d'urgence vitale à laquelle aurait dû répondre l'aide internationale<span class="annotation"><a>Voir “Vérités et bons sentiments”, Alternatives Internationales n° 21, février 2005.</a></span>. La&nbsp;controverse sur la question des dons, déclenchée à la suite de la décision de Médecins Sans Frontières de ne plus accepter d'argent pour les victimes du tsunami, s'est développée dans ce contexte. Il est frappant de constater qu'en dépit du nombre de cadavres jonchant les rues de Port-au-Prince, les alertes aux épidémies qu'avaient lancées et répétées l'OMS, relayée par des ONG et des gouvernements au moment du tsunami, comme pour justifier l'état d'urgence qu'ils avaient déclaré, n'ont pas été entendues cette fois-ci. La croyance selon laquelle les cadavres seraient à l'origine de grandes flambées épidémiques est infondée, rappelons-le. Mais la promiscuité prolongée et l'insuffisance d'eau peuvent susciter l'apparition de foyers épidémiques circonscrits qu'il importe de prévenir.</p> <p>Libérés de ces mythes, les secours ont donc pu s'organiser pour faire face aux véritables urgences, à savoir les soins aux blessés, les abris ainsi que les distributions de vivres et d'eau potable. Une urgence probablement sans précédent : jamais dans l'histoire, en dehors peut-être des grands bombardements de la fin de la seconde guerre mondiale, un tel nombre de blessés n'avait été constaté, ni un tel nombre de personnes quasiment privé de tout possibilité de subvenir à leurs besoins en quelques minutes. Qui plus est, dans une île. Cette situation explique l'extrême confusion dans laquelle se sont déployés les secours et justifie que le seul pays capable de mettre en place un dispositif logistique approprié, les États-Unis, se soit installé en position de leader. On peut regretter que l'Union européenne, qui avait envisagé en 2005 la mise en place d'un état- major de crise afin de mettre en oeuvre les moyens logistiques d'urgence à grande échelle dont seules disposent les armées, ait laissé ce projet dans les cartons même si, en l'occurrence et pour des raisons d'efficacité, la localisation de la catastrophe conférait une priorité de fait au voisin étatsunien.</p> <p>Il faut rappeler que les Haïtiens, loin de se réduire à des victimes passives et à des hordes de pillards, ont été les premiers acteurs de secours comme c'est toujours le cas en situation de catastrophe, où qu'elle survienne. La réalité est tout autre en ce qui concerne le gouvernement, dont la défaillance ne s'explique pas seulement par le choc dont lui aussi a été victime. La misère, c'est-à-dire le fossé abyssal qui sépare la masse des plus démunis et la poignée des plus riches, était la marque de ce pays, bien plus que son rang dans le classement du PIB par habitant. Là réside sa responsabilité qui ne doit évidemment rien au séisme du 12 janvier et qui laisse pour le moins sceptique quant à ses capacités de conduire la reconstruction du pays. Ajoutons que la perte d'une bonne partie des archives publiques ne facilitera pas la tâche des futurs gouvernants. Pour autant, les appels à une mise sous tutelle internationale, quelle qu'en soit la forme, ne convainquent pas plus, tant l'on constate que les peuples la rejettent quelle qu'en soient les justifications. L'assistance financière internationale, indispensable, devra s'inscrire dans la souveraineté haïtienne, sous peine d'être perçue comme une prise de pouvoir étrangère et d'amplifier les problèmes qu'elle entend aider à résoudre.</p> <p><a href="https://www.alternatives-economiques.fr/rony-brauman/reconstruction-priorite-aux-choix-haitiens/00071224" target="_blank"><strong>LIRE CET ARTICLE SUR LE SITE D'ALTERNATIVES ECONOMIQUES</strong></a></p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, Reconstruction : priorité aux choix des Haïtiens, 16 mars 2010, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/publications/catastrophes-naturelles/reconstruction-priorite-aux-choix-des-haitiens">https://www.msf-crash.org/fr/publications/catastrophes-naturelles/reconstruction-priorite-aux-choix-des-haitiens</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3959" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3959&amp;2=reading_list" token="KmnrYzH7ki4HLsZSOr_9sdnifpJBP6ADsNy0wpdV6eQ"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Reconstruction : priorité aux choix des Haïtiens</span> Tue, 16 Mar 2010 01:00:00 +0000 Jason-04 3959 at https://www.msf-crash.org