espace humanitaire https://www.msf-crash.org/fr fr ONG : l'humanitaire en milieu hostile https://www.msf-crash.org/fr/le-crash-dans-les-medias/ong-lhumanitaire-en-milieu-hostile <div class="field field--name-field-source-media field--type-string field--label-hidden field__item">FRANCE CULTURE </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/index.php/fr/user/125" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">elba.msf</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun, 05/31/2021 - 17:27</span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2021-06-01T12:00:00Z" class="datetime">01/06/2021</time> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/migrations" hreflang="fr">migrations</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Le jeudi 27 mai 2021, Michaël Neuman participait à l'émission de &nbsp;France Culture "Cultures Monde" consacrée au sujet "<a href="https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/aide-internationale-la-nouvelle-donne-44-ong-lhumanitaire-en-milieu-hostile" target="_blank">ONG : l'humanitaire en milieu hostile</a>", aux côtés de&nbsp;Virginie Guiraudon, directrice de recherche CNRS au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po.&nbsp;</p> <blockquote> <p>On parle d’harcèlement des aidants et non des ONG. Les personnes en vulnérabilité juridique sont plus exposées, comme cela a pu être le cas pour Cédric Herrou, le procès des sept de Briançon ou des maraudeurs. Ce n’est pas le cas pour les grandes institutions, comme Médecins sans frontières, qui ont une forte exposition médiatique et politique, en plus de la surface financière nécessaire pour engager des frais.</p> </blockquote> <p>L'émission est à retrouver sur le site de <a href="https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/aide-internationale-la-nouvelle-donne-44-ong-lhumanitaire-en-milieu-hostile" target="_blank">France Culture</a>.&nbsp;</p> </div> <div class="height-computed field field--name-field-related-content field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Publications associées</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="8950" role="article" about="/index.php/fr/le-crash-dans-les-medias/qui-doit-sauver-les-migrants-en-mediterranee" class="node node--type-media-relay node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2020-08/MSF329854%28High%29.jpg?h=7584aeb8&amp;itok=Gx_3h3Am" width="450" height="300" alt="The Sea-Watch 4 in the port of Burriana" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Hannah Wallace Bowman/MSF</div> </article> </div> <a href="/index.php/fr/le-crash-dans-les-medias/qui-doit-sauver-les-migrants-en-mediterranee" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=8950&amp;2=reading_list" token="PhaNlyVOs7oGi79oaCeBYrxL2kYvUCNUEnSGn3gWpFQ"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Parution presse</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/index.php/fr/le-crash-dans-les-medias/qui-doit-sauver-les-migrants-en-mediterranee" hreflang="fr">Qui doit sauver les migrants en Méditerranée ?</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2020-08-13T12:00:00Z" class="datetime">13/08/2020</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Le mercredi 18 août, Michaël Neuman participait à l'émission de  France Culture "Le Temps du débat" consacrée à la question "Qui doit sauver les migrants en Méditerranée ?".</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/index.php/fr/le-crash-dans-les-medias/qui-doit-sauver-les-migrants-en-mediterranee" rel="tag" title="Qui doit sauver les migrants en Méditerranée ?" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Qui doit sauver les migrants en Méditerranée ?</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="5784" role="article" about="/fr/le-crash-dans-les-medias/migrants-ou-refugies-quelle-difference-podcast-avec-michael-neuman" class="node node--type-media-relay node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2018-10/MSF213948%28High%29.jpg?itok=4-fA3qeM" width="450" height="300" alt="Yassin, Syria, 23" title="Yassin, Syria, 23" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Andrew McConnell/Panos Pictures</div> </article> </div> <a href="/fr/le-crash-dans-les-medias/migrants-ou-refugies-quelle-difference-podcast-avec-michael-neuman" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=5784&amp;2=reading_list" token="kh39aVuj6Yo1ZU-mEjJ-O7jSzln8licPWkTZuZQzw80"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Parution presse</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/le-crash-dans-les-medias/migrants-ou-refugies-quelle-difference-podcast-avec-michael-neuman" hreflang="fr">Migrants ou réfugiés : quelle différence? Podcast avec Michaël Neuman</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2018-10-26T12:00:00Z" class="datetime">26/10/2018</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Migrants ou Réfugiés ? Le débat reste vif en Europe pour savoir comment qualifier les milliers de personnes qui arrivent quotidiennement sur les côtes méditerranéennes notamment. L’émission est l’occasion d’un débat sur l’état des secours en Méditerranée ainsi que sur l’accueil des migrants et des réfugiés en France. </p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/le-crash-dans-les-medias/migrants-ou-refugies-quelle-difference-podcast-avec-michael-neuman" rel="tag" title="Migrants ou réfugiés : quelle différence? Podcast avec Michaël Neuman" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Migrants ou réfugiés : quelle différence? Podcast avec Michaël Neuman</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="8025" role="article" about="/index.php/fr/blog/camps-refugies-deplaces/en-libye-les-oublies" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2020-03/IMG_6520.JPG?h=8c059d45&amp;itok=uyC2ABDJ" width="450" height="300" alt="Camp de rétention de Dar El Jebel" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël Neuman / MSF</div> </article> </div> <a href="/index.php/fr/blog/camps-refugies-deplaces/en-libye-les-oublies" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=8025&amp;2=reading_list" token="N_A27Jj9O6jITK5MuevA_Z7qDYhg0xeqJbh5t3u7Dcc"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/index.php/fr/blog/camps-refugies-deplaces/en-libye-les-oublies" hreflang="fr">En Libye, les oubliés</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2020-03-02T12:00:00Z" class="datetime">02/03/2020</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/index.php/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Michaël Neuman a passé une dizaine de jours en Libye, auprès des équipes de Médecins Sans Frontières qui travaillent notamment dans des centres de détention pour migrants. De son séjour, il ramène les impressions suivantes qui illustrent le caractère lugubre de la situation des personnes qui y sont retenues, pour des mois, des années, et celle plus difficile encore de toutes celles sujets aux enlèvements et aux tortures.</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/index.php/fr/blog/camps-refugies-deplaces/en-libye-les-oublies" rel="tag" title="En Libye, les oubliés" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur En Libye, les oubliés</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">ONG : l&#039;humanitaire en milieu hostile</span> Mon, 31 May 2021 15:27:52 +0000 elba.msf 10307 at https://www.msf-crash.org Ending the Code of Silence on Abductions of Aid Workers https://www.msf-crash.org/en/publications/humanitarian-actors-and-practices/ending-code-silence-abductions-aid-workers <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2019-11-22T12:00:00Z" class="datetime">22/11/2019</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/125" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">elba.msf</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2020-02-11T15:43:23+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 02/11/2020 - 16:43</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" property="schema:about" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/professionalisation" property="schema:about" hreflang="fr">professionalisation</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p><em>Cet article a été publié originellement en anglais dans <a href="https://www.manchesteropenhive.com/view/journals/jha/1/2/article-p38.xml" target="_blank">The Journal of Humanitarian Affairs</a> - mai 2019.</em></p> <p>Chaque année, des dizaines de travailleurs humanitaires nationaux et internationaux sont victimes d’enlèvements. A l’instar des gouvernements ou des entreprises privées, la plupart des organisations humanitaires gèrent ces événements dans le plus grand secret. Si par exemple MSF a confirmé publiquement l’enlèvement puis la libération de ses membres kidnappés en 2011 au Kenya et en 2014 en Syrie <span class="annotation">RTBF, « <a href="https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_les-employes-de-msf-enleves-en-syrie-dont-un-belge-ont-ete-liberes?id=8269986" target="_blank">Les employés de MSF enlevés en Syrie, dont un Belge, ont été libérés</a> », jeudi 15 mai 2014; MSF, « <a href="https://www.msf.ie/article/somalia-kidnapped-msf-staff-released-after-644-days" target="_blank">Somalia: Kidnapped MSF staff released after 644 days</a> », 18 juillet 2013</span>, l’association n’a pas mené de campagne d’opinion pour faciliter leur libération. Elle n’a fourni aucune explication officielle sur les circonstances et les auteurs du kidnapping, ni sur, les conditions de détention et les contreparties exigées par les ravisseurs.</p> <p>Refusant de répondre aux questions des journalistes sur les affaires passées ou en cours, les organisations humanitaires tendent également à maintenir leur propre personnel dans l’ignorance <span class="annotation">La communication interne régulière de MSF France sur l’activité de la cellule de crise chargée de libérer les quatre membres de l’association toujours détenus en République Démocratique du Congo où ils ont été enlevés en juillet 2013 constitue à cet égard une exception notable.</span>. &nbsp;A défaut de connaître personnellement des cadres impliqués dans la gestion des kidnappings, les travailleurs humanitaires doivent s’en tenir à la version publique de leur organisation (« <em>No Comment</em> ») et aux informations plus ou moins crédibles qui finissent par apparaître dans la presse, évoquant parfois les conditions de détention abominables des otages et le versement de contreparties à des réseaux criminels et politiques <span class="annotation">Cf. par exemple Margot Kiser, «<a href="https://neptunep2pgroup.com/how-somali-pirates-and-terrorists-made-bank-off-two-western-hostages/" target="_blank"> How Somali pirates and terrorists made bank off two Western hostages </a>», <em>Vocativ</em>, 08/06/13 10:24 ED; Rukmini Callimachi, « <a href="https://www.nytimes.com/2014/10/26/world/middleeast/horror-before-the-beheadings-what-isis-hostages-endured-in-syria.html?rref=world/middleeast&amp;module=Ribbon&amp;version=context&amp;region=Header&amp;action=click&amp;contentCollection=Middle+East&amp;pgtype=Multimedia&amp;_r=0" target="_blank">The Horror Before the Beheadings</a> »,&nbsp;<em>The New York Times</em>, 25 octobre 2014; « <a href="https://www.nytimes.com/2014/07/30/world/africa/ransoming-citizens-europe-becomes-al-qaedas-patron.html?_r=2&amp;referrer" target="_blank">Paying Ransoms, Europe Bankrolls Qaeda Terror</a> », 29 July 2014, <em>The New York Times</em></span>. Au final, les informations essentielles concernant les affaires d’enlèvement restent le monopole des réseaux politico-criminels qui les organisent, des cellules de crises qui les gèrent au sein des organisations humanitaires, des compagnies de sécurité privées qui les conseillent et des services de renseignement qui les observent.</p> <p>Or l’ignorance dans laquelle sont tenus le public et les travailleurs humanitaires à propos des enlèvements est loin d’être toujours justifiée. Dans bien des cas, le secret constitue un handicap pour la résolution des affaires en cours comme pour la prévention et la gestion des affaires futures.</p> <h3>Affaires en cours</h3> <h5>LE NECESSAIRE CONTROLE DE L’INFORMATION</h5> <p>Il va sans dire que la gestion des kidnappings en cours nécessite un certain degré de discrétion. Il s’agit notamment d’éviter la diffusion de renseignements qui pourraient être exploités par de faux intermédiaires prétendant être en contact avec les ravisseurs et leurs captifs. Un minimum de confidentialité est également nécessaire pour contrer les manœuvres de gouvernements opposés à toute négociation avec des organisations cataloguées comme « terroristes ». En outre, les campagnes de mobilisation ou de dénonciation publiques, locales ou internationales, n’ont pas nécessairement un impact positif sur l’issue d’un enlèvement. Publiciser une prise d’otage, c’est chercher à la transformer en enjeu politique et prendre le risque de faire monter les enchères.</p> <p>Inversement, en donnant plus de valeur marchande et politique aux captifs, les campagnes d’opinion sont parfois un moyen de protéger la vie des otages et de faire pression sur les pouvoirs susceptibles de faciliter leur libération. Des journalistes britanniques ont fait remarquer que l’absence d’information et de mobilisation publique en faveur des deux travailleurs humanitaires David Haines et Allan Henning enlevés en Syrie par l’Etat islamique en 2014 n’a pas empêché leur exécution. Au contraire, le silence de leur organisation et des médias a pu accréditer la thèse du mouvement djihadiste selon laquelle ils étaient des espions – tout en permettant au gouvernement britannique de poursuivre sa ligne intransigeante de non négociation sans être questionné <span class="annotation">Cf. “<a href="https://www.thedailybeast.com/the-media-blackout-on-hostages-helps-isis" target="_blank">The Media Blackout on Hostages Helps ISIS</a>”, <em>The Daily Beast</em>, 2014/09/02. Pour une critique plus générale du black-out sur les enlèvements, cf. Joel Simon, « <a href="https://archives.cjr.org/the_kicker/james_foley_steven_sotloff_media_blackout.php" target="_blank">Is it time to end media blackouts?</a>”, <em>Columbia Journalism Review</em>, Desk and Blogs, Posted on Wednesday Sep 3rd 2014</span>.</p> <p>Autrement dit, si le contrôle de l’information donnée au public et aux collègues est l’une des dimensions essentielles de la gestion des affaires de kidnapping, ce contrôle n’est pas toujours synonyme de black-out médiatique total.</p> <h5>LE DOGME DU « PAY, DON’T SAY »</h5> <p>La prédilection des organisations humanitaires pour la gestion silencieuse des affaires de kidnapping n’est pas sans lien avec le rôle grandissant des compagnies de sécurité privées dans le conseil et surtout la formation des responsables humanitaires en ce domaine <span class="annotation">Cf. Michaël Neuman &amp; Fabrice Weissman, “<a href="https://www.msf-crash.org/en/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques-0" target="_blank">Humanitarian Security in the Age of Risk Management</a>”, in Michael Neuman, Fabrice Weissman (ed.), <em>Saving Lives and Staying Alive, Humanitarian Security in the Age of Risk Management</em>, London, Hurst &amp; Co., 2016, pp. 1-17</span>. On ne compte plus en effet le nombre de jours de formations sur « la gestion de crise de kidnapping » données aux travailleurs humanitaires par d’anciens membres des services de renseignement ou des forces de sécurité reconvertis dans le conseil en sécurité.</p> <p>La politique préconisée de manière quasi-systématique par ces experts tient en une formule « <em>Pay, don’t say</em> ». Pour les compagnies de sécurité privée « <em>le kidnapping se réduit à une simple négociation commerciale</em> » <span class="annotation">Selon l’expression de Jeff Green, consultant pour la compagnie Griffin Underwriting interviewé par Dorothée Moisan in <em>Rançons. Enquête sur le business des otages</em>, Paris, Fayard, 2013, p. 94.&nbsp;</span>&nbsp;exigeant la plus stricte confidentialité. Selon Alain Juillet, ancien Directeur du renseignement de la DGSE et « Senior Advisor » au sein du cabinet Orrick Rambaud Martelet <span class="annotation"><em>Défis</em>, 2014, n°2, Business en milieu hostile. La protection des entreprises à l’international, Ministère de l’intérieur, p. 11</span>&nbsp;: « <em>L’expérience américaine et anglaise montre que le recours à des négociateurs privés simplifie l’opération en réduisant la négociation à l’obtention d’un accord sur le montant de la rançon qui est payé généralement par l’assureur. Lorsque le négociateur est l’Etat, les preneurs d’otage savent qu’ils pourront obtenir bien plus qu’une simple rançon en échange de la libération de l’otage (du matériel, des libérations de personnes, des déclarations, ...) Par ailleurs le retentissement médiatique sur ce type d’intervention [impliquant des Etats] expose d’autant plus les salariés qui deviennent ainsi des cibles privilégiées&nbsp;</em>»<span class="annotation">Dan Johnson, chef des operations de la compagnie de sécurité ASI Global Response spécialisée dans la gestion des enlèvements explique pour sa part : “<em>We believe that kidnap for ransom is entirely a financial negotiation and that we can bring about a resolution financially by coming to an agreed price with the kidnappers</em>”, in Brynna Leslie, “In Harm’s Way”, <em>Canadian Insurance Risk Manager</em>, été 2011</span>&nbsp;. De fait, résument des négociateurs du RAID et du GIGN « <em>les boites [internationales], sur-assurées, prennent l’habitude de la rançon. C’est toute une vision, tout un système. On ne fait pas de vagues, on paie</em> » <span class="annotation">Dorothée Moisan in <em>Rançons. Enquête sur le business des otages</em>, Paris, Fayard, 2013</span>.</p> <p>Conseillées par les mêmes sociétés de sécurité privées, les organisations humanitaires semblent ainsi avoir adopté la politique de « K &amp; R » (« Kidnapping and Ransom ») des grandes compagnies commerciales, reposant sur les principes suivants : règlement des enlèvements par le biais d’une transaction commerciale, police d’assurance pour rembourser la rançon, appel aux experts (généralement proposés par l’assureur), confidentialité totale sur le traitement et l’issue des affaires, négation systématique en public de toute transaction. Conçue pour les entreprises afin qu’elles puissent poursuivre leur « business as usual », cette politique apparaît aujourd’hui comme l’option par défaut de nombreuses organisations humanitaires, quelles que soient les situations.</p> <h5>« FAIRE DES VAGUES »</h5> <p>Or, l’expérience de Médecins Sans Frontières montre que « faire des vagues » est parfois le meilleur moyen d’obtenir la libération de nos collègues sains et saufs, souvent sans contrepartie matérielle. Il n’existe en matière d’enlèvements aucune théorie générale susceptible d’être appliquée à toute situation. Par exemple, si la mise en cause publique de parlementaires russes et daghestanais dans l’enlèvement du chef de mission MSF Suisse Arjan Erkel au Daghestan en 2002 a pu accélérer sa libération<span class="annotation">Cf. Duncan McLean, "<a href="https://www.msf-crash.org/en/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques/3-practices#the-shadow-theatre-of-kidnappings--an-account-of-arjan-erkel's-rescue" target="_blank">The Shadowy Theatre of Kidnappings. An Account of Arjan Erkel’s Rescue</a>”, in Michael Neuman, Fabrice Weissman (ed.), <em>Saving Lives and Staying Alive, Humanitarian Security in the Age of Risk Management</em>, London, Hurst &amp; Co., 2016, pp. 127-143</span>, les milices congolaises qui détiennent vraisemblablement les quatre membres de MSF enlevés en RDC le 11 juillet 2013 semblent se désintéresser de toute contrepartie et être totalement insensibles aux pressions publiques.</p> <p>De plus, l’histoire montre que la mission sociale des organisations humanitaires (notamment médicales), les services qu’elles rendent aux populations et aux combattants blessés, leur accès aux médias et leur audience, leur donnent d’autres moyens de pression et de négociation que ceux dont disposent les compagnies commerciales privées. Sur la quinzaine de kidnappings de longue durée gérés par MSF depuis les années 1990, seule une minorité s’est soldée par une transaction commerciale. Du Caucase à la Colombie, MSF a réussi à obtenir la libération de certains collègues par des pressions politiques<span class="annotation">Enlevé en Tchétchénie en janvier 2001 par un groupe de combattants islamistes, le chef de mission de la section hollandaise a été libéré au bout de 26 jours avec une lettre d’excuse publiée par ses ravisseurs sur le site kavkaz.org. Cherchant des soutiens sur la scène internationale, l’opposition armée avait profité de sa libération pour annoncer sa décision « <em>d’interdire tout enlèvement de travailleurs humanitaires</em> ». En Colombie, un volontaire MSF détenu pendant six mois par la guérilla de l'Armée révolutionnaire guévariste a été libéré sans condition le 30 janvier 2001 grâce à la médiation de pays tiers impliqués dans les négociations entre groupes armés colombiens et gouvernement. MSF, qui avait officialisé dans les médias l’enlèvement de son collaborateur, avait joué un rôle actif pour encourager les médiateurs à intervenir et convaincre la guérilla et ses alliés de l’intérêt à libérer le volontaire sans condition.</span>. D’autres ont réussi à s’échapper<span class="annotation">Par exemple, enlevé en juillet 1997 en Tchétchénie, Christophe André, administrateur pour MSF France, a échappé à ses ravisseurs le 20 octobre de la même année. Guy Deslile a fait le récit de sa détention et de son évasion sous forme d’un roman graphique dans <em>S’enfuir, récit d’un otage</em>, Dargaud, 2016.&nbsp;</span>.</p> <h3>Affaires passées</h3> <h5>L’OMERTA SUR LES AFFAIRES PASSEES</h5> <p>Le maintien systématique du secret une fois les otages libérés est tout aussi discutable. Selon la plupart des experts en sécurité<span class="annotation">Les experts auxquels nous faisons référence et dont nous résumons les arguments sont les spécialistes de la gestion de la sécurité rencontrés à l’occasion de discussion au sein de Médecins Sans Frontières sur la politique de l’association face aux enlèvements.</span>, les organisations humanitaires ne sauraient faire état publiquement des enlèvements dont elles ont été victimes sans encourager d’autres ravisseurs à s’en prendre à elles, notamment lorsque le kidnapping s’est soldé par une transaction commerciale. A défaut d’adopter une politique intransigeante et systématique de non-négociation<span class="annotation">&nbsp; Cette politique est dans le fait impraticable et inefficace. &nbsp;Même les gouvernements qui font profession de ne « jamais négocier avec des terroristes » – comme la Russie, les Etats-Unis ou Israël – sont incapables de l’appliquer systématiquement en raison du coût politique qu’elle implique (le sacrifice des otages) et de ses faibles chances de succès à long terme. Pour une revue bibliographique et une réflexion utilisant les modèles mathématiques de la théorie des jeux pour démontrer les faibles chances de succès d’une politique de non négociation, cf. Navin A. Bapat, &nbsp;« State Bargaining with Transnational Terrorist Groups », <em>International Studies Quarterly</em>, Vol. 50, No. 1 (Mar., 2006), pp. 213-229 et Harvey E. Lapan and Todd Sandler, &nbsp;“To Bargain or Not To Bargain: That Is The Question”, <em>The American Economic Review</em>, Vol. 78, No. 2, (May, 1988), pp. 16-21.</span>, les organisations humanitaires doivent cacher la réalité des transactions ayant conduit à la libération de leurs otages.</p> <p>Ce « pieux mensonge » serait d’autant plus nécessaire que dévoiler les transactions avec des organisations criminelles ou terroristes pourrait exposer les organisations humanitaires au désaveu des opinions publiques voire à des poursuites pénales de la part des Etats. Enfin, il n’y aurait aucun intérêt à faire des kidnappings un enjeu de controverses publiques. Pirates et autres syndicats du crime n’auraient que faire de leur image ou de pressions politiques. Quant aux groupes djihadistes tels al-Qaida, ils assumeraient ouvertement se financer par l’enlèvement contre rançon. Telles sont les raisons régulièrement invoquées dans les cercles humanitaires et sécuritaires, pour justifier de garder secrètes les affaires passées.</p> <p>Ces arguments ne sont pas entièrement dénués de fondement. Il serait de toute évidence imprudent de faire la publicité systématique des montants versés pour obtenir la libération d’un otage ou de dévoiler le rôle joué par tel ou tel intermédiaire ayant eu une influence déterminante sur les kidnappeurs par exemple. Reste qu’il suffit à un réseau criminel de savoir qu’une organisation est riche et qu’elle tient à la vie de ses employés pour qu’il la considère comme une cible potentielle. Par ailleurs, les Etats font preuve d’une certaine tolérance à l’égard du viol de leur propre législation criminalisant par exemple le versement de rançon. A l’issue de l’émoi créé par son intransigeance face au sort du journaliste James Foley, exécuté en Syrie par l’Etat islamique le 18 août 2014, l’administration américaine a revu sa politique et expliqué qu’elle ne poursuivrait pas une famille cherchant par tous les moyens à sauver la vie d’un de ses membres aux mains d’une organisation terroriste comme l’Etat islamique<span class="annotation"><a href="https://foreignpolicy.com/2015/06/22/hostage-review-will-make-it-easier-for-families-to-pay-ransoms/" target="_blank">Hostage Review Will Make It Easier for Families to Pay Ransoms</a></span>. Par conséquent, s’il est légitime de s’exprimer prudemment sur les affaires passées, rien ne justifie de garder le secret le plus total – d’autant plus que ce secret fait obstacle à l’amélioration des politiques de prévention et de gestion du risque de kidnapping.</p> <h5>PLAIDOYER POUR UN MINIMUM DE TRANSPARENCE (ET NON UNE TRANSPARENCE TOTALE)</h5> <p>Directrice de l’association de soutien aux victimes de prises d’otage <a href="https://www.hostageinternational.org/hostage-uk/" target="_blank"><em>Hostage UK</em></a> et chercheuse en sécurité, Rachel Briggs considère que la lutte contre les réseaux pratiquant le kidnapping doit se fixer trois objectifs prioritaires : réduire les opportunités de kidnapping (en limitant notamment la présence de victimes potentielles dans les zones à risque) ; partager les informations et l’expertise accumulées par les personnes et les organisations confrontées au problème ; et augmenter le « coût » des sanctions sociales, politiques et pénales encourues par les ravisseurs<span class="annotation">Rachel Briggs, <em>The Kidnapping Business</em>, The Foreign Policy Center, London, 2001. “<em>Rather than simply looking at the issue of ransoms, we should have a constructive debate around the key objectives: taking precautions to reduce the opportunity for kidnapping; ensuring that information and expertise about good practice is accumulated; and increasing the risks for kidnappers</em>”, Rachel Briggs, p. 31. Ces recommandations partent du constat que les politiques &nbsp;cherchant à &nbsp;lutter contre le kidnapping en interdisant le versement de rançon se sont toutes soldées par des échecs. “<em>Experience elsewhere has shown that it is practically impossible to stop anyone paying a ransom, even where laws are introduced (…). Because money is fairly easy to transfer, even if one’s assets are frozen, such laws are often almost impossible to police. Instead of stopping the payment of ransoms, they can deter people from reporting the crime, or change the way that the transaction is carried out.</em>” p. 23.</span>.</p> <p>Ces orientations sont à notre sens parfaitement valables pour les organismes d’aide. Or toutes supposent un minimum de transparence interne et publique sur l’enlèvement de travailleurs humanitaires – et donc de briser la loi du silence sur les affaires passées.</p> <p>Il est impossible d’augmenter le coût politique des enlèvements d’humanitaires sans commencer par reconnaître publiquement leur existence. En pratique, le secret contribue à masquer les responsabilités politiques locales et internationales, contribuant ainsi à la reproduction d’un système qui détourne les ressources de l’aide au profit d’organisations criminelles, de leurs sponsors politiques, de compagnies de sécurité et d’assurance. S’il existe une arme de dissuasion, si fragile soit-elle, vis-à-vis des kidnappeurs, c’est précisément la publicité de leurs crimes et de leurs conséquences. Contrairement à ce qui est généralement affirmé, peu d’organisations politico-militaires – à commencer par les mouvements djihadistes qui se présentent en défenseurs de la morale – assument ouvertement de prospérer grâce au trafic d’êtres humains et de priver une population d’aide humanitaire dans le seul but de revendre quelques travailleurs humanitaires sur le marché aux otages. L’embarras de l’Etat islamique vis à vis de l’enlèvement des équipes MSF (attesté par ses efforts de justification auprès de la population locale et le fait qu’il n’a pas osé pas en faire état dans ses films de propagande) montre bien que les humanitaires ne sont pas totalement dépourvus de moyens de pressions y compris face à des groupes aussi radicaux et déterminés que l’EI.</p> <p>De même, il n’existe pas d’enlèvements « purement criminels » dont les auteurs seraient nécessairement hermétiques à toute pression sociale et politique. Pour agir, les réseaux criminels ont besoin de soutiens au sein de la société et parmi les autorités<span class="annotation">Plus généralement, comme le souligne l’historienne Kathleen J. Frydl en s’appuyant sur l’exemple des Etats-Unis dans les années 1930, il existe un lien étroit entre construction/contestation de l’Etat et pratiques du kidnapping: &nbsp;“<em>Kidnapping is an archetypal challenge to state authority: it is a crime against a person that, if unchecked, makes it clear that “people” (and not the state) rule. The ascent of the snatch racket marks a moment when opportunities for criminals outstripped both the capacity and perception of state power, and its diminution signals a significant reordering of that perspective and structure of state power</em>.” Kathleen J. Frydl, “Kidnapping and State Development in the United States”, <em>Studies in American Political Development</em>, 20 (Spring 2006), pp. 18-44.</span>. Leurs agissements peuvent devenir l’objet d’une contestation sociale et politique augmentant le coût de leurs méfaits. Comme le démontre le sociologue Mark Turner, "<em>politics is potentially a part of any kidnapping, whatever the motivation of the kidnappers and even if they desire to keep politics out</em>”<span class="annotation">Mark Turner, « Kidnapping and Politics », <em>International Journal of the Sociology of Law</em>, 1998, 26, pp. 145-160.</span>.</p> <p>Ainsi, évoquer publiquement les enlèvements dont elle a été victime ne désignerait pas automatiquement une organisation humanitaire comme une cible privilégiée mais potentiellement comme une cible « épineuse », à problèmes. Sans compter que briser la loi du silence des organisations humanitaires permettrait de mieux expliquer les choix opérationnels qui en découlent. Dans le cas de MSF, par exemple, évoquer les circonstances de l’enlèvement de ses volontaires par l’Etat islamique en 2014 aurait permis d’expliquer pourquoi l’organisation a refusé de travailler dans les territoires sous le contrôle du groupe – refus, interprété en l’absence d’explication, comme le signe de l’alignement politique de MSF sur les coalitions ayant déclaré la guerre à l’EI.</p> <p>Par ailleurs, les organisations humanitaires ne peuvent espérer tirer les leçons de leurs expériences et contrebalancer l’influence des compagnies de sécurité privées tout en continuant à pratiquer une politique du secret sur les affaires passées. Si elles veulent développer leur propre expertise et leur propre politique – au lieu d’importer les politiques « K &amp; R » des grandes compagnies commerciales guidées par la loi du profit – les organisations humanitaires doivent être capables de revenir sur leur expérience, d’en discuter, d’en extraire des connaissances pratiques et politiques. Or un tel effort est impossible sans un minimum de transparence interne <em>et </em>externe. En effet, tant que les organisations humanitaires se donneront pour objectif d’effacer toute trace des enlèvements dans le débat public, elles s’efforceront d’effacer toute trace des enlèvements dans leurs débats internes, par crainte des « fuites ».</p> <p>Enfin, cet effort de transparence est également indispensable pour informer les volontaires des dangers qu’ils encourent et limiter l’exposition dans les zones à haut risque. Censée protéger les organisations humanitaires de futurs kidnappeurs ainsi que des risques légaux et d’image, la loi du silence les expose précisément à ce dernier aléa : être condamnées par la justice et l’opinion pour n’avoir pas suffisamment informé leur personnel des dangers auxquels ils s’exposent, ni avoir pris toutes les mesures nécessaires pour limiter les risques – à commencer par documenter et tirer les leçons de leurs expériences. En entretenant le silence sur les affaires en cours ou passées, les organisations humanitaires rompent également le contrat de confiance avec leurs volontaires – voire, dans le cas de MSF, violent leur propre charte, selon laquelle ses volontaires sont censés « <em>mesurer les risques et périls des missions qu’ils accomplissent</em> ».</p> <p>Nous ne suggérons pas de remplacer la loi du secret absolu par celle de la transparence totale. Notre proposition est d’abandonner la politique, aussi dangereuse que facile à appliquer, prônant une stricte confidentialité en toutes circonstances, au profit d’une politique plus difficile à mettre en œuvre : apprécier pour chaque situation et pour chaque audience, le degré de publicité à accorder aux affaires en cours et aux affaires passées, en ayant en tête l’intérêt des personnes détenues et de celles qui s’exposent au risque de l’être.</p> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Fabrice Weissman, Pour en finir avec la loi du silence sur les kidnappings de travailleurs humanitaires, 22 novembre 2019, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/pour-en-finir-avec-la-loi-du-silence-sur-les">https://www.msf-crash.org/fr/publications/acteurs-et-pratiques-humanitaires/pour-en-finir-avec-la-loi-du-silence-sur-les</a> </p> </div> </div> <div class="height-computed field field--name-field-related-content field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Publications associées</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3746" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/les-faux-semblants-de-linsecurite-des-humanitaires" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSB13461-donka-ebola-treatment.JPG?h=32b09715&amp;itok=YdsNsLo4" width="450" height="300" alt="The logistical teams proceed to the reorganisation of the Donka Ebola treatment center site" title="Is aid work really more dangerous than ever? " typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Julien Rey</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/les-faux-semblants-de-linsecurite-des-humanitaires" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3746&amp;2=reading_list" token="bD83vmc4M9k3A_ElilLu1tYpLVZxckcNqSUmpXm9bUE"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/les-faux-semblants-de-linsecurite-des-humanitaires" hreflang="fr">Les faux-semblants de l’insécurité des humanitaires</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2016-04-15T12:00:00Z" class="datetime">15/04/2016</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/fabrice-weissman" hreflang="fr">Fabrice Weissman</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p> Si des enquêtes quantitatives sont effectuées afin de rendre compte de la violence faite aux travailleurs humanitaires, elles restent trop souvent globales. Alors qu'une recontextualisation des incidents, à base de récits circonstanciés permettrait une approche singulière.</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/les-faux-semblants-de-linsecurite-des-humanitaires" rel="tag" title="Les faux-semblants de l’insécurité des humanitaires" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Les faux-semblants de l’insécurité des humanitaires</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3745" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSF113152-emergency-room.JPG?h=0182dbee&amp;itok=DiBPCI4i" width="450" height="300" alt="Un panneau indique une salle d&#039;urgence" title="Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Niklas Bergstrand</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3745&amp;2=reading_list" token="zR8zxWx3JqRK-9Pt7ohD2nwgk5RWbPkiOUUoW9iXTag"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" hreflang="fr">Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2016-03-29T12:00:00Z" class="datetime">29/03/2016</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/fabrice-weissman" hreflang="fr">Fabrice Weissman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Le dernier livre en date du Crash "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques", co-dirigé par Michaël Neuman et Fabrice Weissman, sort le 31 mars chez CNRS Editions.</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" rel="tag" title="Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3737" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/aide-medicale-vraiment-dans-la-ligne-de-mire" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSB8506-msf-staff-killed-in-Boguila-hospital-compound.jpg?h=828c1f78&amp;itok=3s67DHkS" width="450" height="300" alt="Entrée de l&#039;Hôpital Boguila, avec des panneaux signalant l&#039;interdiction des armes à feu" title="Membres de MSF tués à l&#039;hôpital Boguila" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Samuel Hanryon</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/aide-medicale-vraiment-dans-la-ligne-de-mire" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3737&amp;2=reading_list" token="NyNB8T-mF17_tcr72H8Hx1l-_OLm_K73Fv-m2D-1EeM"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/aide-medicale-vraiment-dans-la-ligne-de-mire" hreflang="fr">Aide médicale : vraiment dans la ligne de mire?</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2014-11-21T12:00:00Z" class="datetime">21/11/2014</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Les organisations humanitaires sont-elles confrontées à des défis sécuritaires fondamentalement nouveaux ? L'histoire de l'assistance humanitaire montre que dès la fin du 19ème siècle, l'aide médicale a toujours été « dans la ligne de mire ».</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/aide-medicale-vraiment-dans-la-ligne-de-mire" rel="tag" title="Aide médicale : vraiment dans la ligne de mire?" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Aide médicale : vraiment dans la ligne de mire?</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=7681" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=7681&amp;2=reading_list" token="nMz47nso9E7rJEtMgZygu9Q9vK-X9g4ftSMliW-XjCA"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Pour en finir avec la loi du silence sur les kidnappings de travailleurs humanitaires</span> Fri, 22 Nov 2019 15:18:12 +0000 elba.msf 7681 at https://www.msf-crash.org Crise alimentaire : « Les chiffres des Nations unies sont discutables », estime Rony Brauman https://www.msf-crash.org/fr/le-crash-dans-les-medias/crise-alimentaire-les-chiffres-des-nations-unies-sont-discutables-estime <div class="field field--name-field-source-media field--type-string field--label-hidden field__item">Le Monde</div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/2" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Agnes</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu, 12/21/2017 - 14:24</span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2017-12-15T12:00:00Z" class="datetime">15/12/2017</time> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/nations-unies" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/insecurite-alimentaire" hreflang="fr">insécurité alimentaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/famine" hreflang="fr">famine</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/economie-humanitaire" hreflang="fr">économie humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Interviewé par <a href="http://www.lemonde.fr/afrique/" target="_blank">Le Monde Afrique</a>, Rony Brauman préconise de tenir compte des disparités sur le terrain pour mieux aider les populations.</p> <p><a href="http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/15/rony-brauman-les-chiffres-des-nations-unies-sont-discutables_5230536_3212.html" target="_blank"><strong>Lire l'entretien</strong></a></p> <blockquote> <p>En février 2017, l’ONU avait braqué les projecteurs sur quatre pays – Nigeria, Somalie, Soudan du Sud et Yémen – pour alerter sur les risques de famines auxquelles elle jugeait 20 millions de personnes potentiellement exposées. Ces risques ne se sont heureusement pas matérialisés depuis. Ce qui incite le cofondateur de Médecins sans frontières (MSF) et directeur d’études de l’ONG à dénoncer la tentation alarmiste des organisations internationales, qui ne permet plus d’établir des priorités et nuit à l’action."</p> </blockquote> <p class="text-align-center"><a class="button" href="http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/15/rony-brauman-les-chiffres-des-nations-unies-sont-discutables_5230536_3212.html" target="_blank"><strong>Le Monde Afrique</strong></a></p> <p class="text-align-center">&nbsp;</p> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Crise alimentaire : « Les chiffres des Nations unies sont discutables », estime Rony Brauman</span> Thu, 21 Dec 2017 13:24:50 +0000 Agnes 4585 at https://www.msf-crash.org Secourir sans périr: quelle sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques ? https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-quelle-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2016-11-10T12:00:00Z" class="datetime">10/11/2016</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu, 11/10/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/tchetchenie" hreflang="fr">Tchétchénie</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman &amp; Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p><iframe frameborder="0" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x51h83w"></iframe></p> <p>Fabrice Weissman, directeur d'études à MSF-Crash, a présenté le livre "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques", co-dirigé avec Michaël Neuman (CNRS, 2016), lors de la dernière Assemblée Générale de Médecins Sans Frontières.</p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3763&amp;2=comment&amp;3=comment" token="gIUMjxLX18h7fgcZDLuGh-ADDehelFEP2hlUHIza5UQ"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3763&amp;2=reading_list" token="JfwsKqDp38cXmk1HD3Pii0Sdsh4j1s4vy6v47sg_afE"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Michaël Neuman, Fabrice Weissman, Secourir sans périr: quelle sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques ?, 10 novembre 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-quelle-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des">https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-quelle-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3763" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Secourir sans périr: quelle sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques ?</span> Thu, 10 Nov 2016 01:00:00 +0000 babayaga 3763 at https://www.msf-crash.org Décryptage - Les risques du métier https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/decryptage-les-risques-du-metier <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2016-07-26T12:00:00Z" class="datetime">26/07/2016</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 07/26/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman &amp; Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Depuis quelques années, des rapports alarmistes, basés sur des données chiffrées, décrivent un monde de plus en plus dangereux pour les humanitaires.<br /> Le livre « Secourir sans périr » analyse ce constat, et le confronte à l'expérience de MSF dans des zones particulièrement dangereuses. Explications en vidéo.</p> <p>&nbsp;</p> <p><iframe frameborder="0" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x4732k7"></iframe></p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3754&amp;2=comment&amp;3=comment" token="ZKV5YINhi6gEmIhrmfh5MnJQpf11x6Tzq6nWV4HgeWY"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3754&amp;2=reading_list" token="ej_rQo6KNsBFQ2dRY5dCd700Qpr4EP0sS2OBFStVaUs"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Michaël Neuman, Fabrice Weissman, Décryptage - Les risques du métier, 26 juillet 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/decryptage-les-risques-du-metier">https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/decryptage-les-risques-du-metier</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3754" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Décryptage - Les risques du métier</span> Tue, 26 Jul 2016 00:00:00 +0000 babayaga 3754 at https://www.msf-crash.org Secourir sans périr : quelle sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques ? https://www.msf-crash.org/fr/le-crash-dans-les-medias/secourir-sans-perir-quelle-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des <div class="field field--name-field-source-media field--type-string field--label-hidden field__item">IRIS</div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/2" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Agnes</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu, 06/30/2016 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2016-06-30T12:00:00Z" class="datetime">30/06/2016</time> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Fabrice Weissman répond aux questions de l'<a href="http://www.iris-france.org/" target="_blank">IRIS</a>, l'Institut de Relations internationales et Stratégiques, à l'occasion de la parution de son ouvrage "Secourir sans périr" (CNRS Editions, 2016) co-dirigé avec Michaël Neuman :</p> <p>- L'action humanitaire est-elle plus dangereuse que par le passé ?<br /> - Comment trouver un juste milieu entre inaction et prise de risque démesurée ?<br /> - La préoccupation sécuritaire a-t-elle modifié le travail humanitaire ?<br /> &nbsp;</p> <div class="videodetector"><iframe frameborder="0" src="https://player.vimeo.com/video/172764043?title=0&amp;byline=0&amp;portrait=0?portrait=0"></iframe><input class="remove-videodetector" type="button" value="Remove video" /></div> <p>&nbsp;</p> </div> <div class="height-computed field field--name-field-related-content field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Publications associées</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3745" role="article" about="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" class="node node--type-blog-post node--view-mode-teaser"> <div class="node__content"> <div class="group-teaser-image"> <div class="field field--name-field-teaser-media field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><article class="media media--type-image media--view-mode-teaser"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/teaser/public/2017-05/MSF113152-emergency-room.JPG?h=0182dbee&amp;itok=DiBPCI4i" width="450" height="300" alt="Un panneau indique une salle d&#039;urgence" title="Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques" typeof="foaf:Image" class="image-style-teaser" /> </div> <div class="field field--name-field-copyright field--type-string field--label-hidden field__item">Niklas Bergstrand</div> </article> </div> <a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" class="main-link"></a> </div> <div class="group-content"> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3745&amp;2=reading_list" token="zR8zxWx3JqRK-9Pt7ohD2nwgk5RWbPkiOUUoW9iXTag"></drupal-render-placeholder><div class="bundle-container"><div class="field--name-field-bundle">Article de blog</div></div><span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden"><h3><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" hreflang="fr">Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques</a></h3> </span> <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2016-03-29T12:00:00Z" class="datetime">29/03/2016</time> </div> <div class="field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/michael-neuman" hreflang="fr">Michaël Neuman</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/fabrice-weissman" hreflang="fr">Fabrice Weissman</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-summary field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Le dernier livre en date du Crash "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques", co-dirigé par Michaël Neuman et Fabrice Weissman, sort le 31 mars chez CNRS Editions.</p> </div> <div class="node__links"> <ul class="links inline"><li class="node-readmore"><a href="/fr/blog/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des" rel="tag" title="Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques" hreflang="fr">Lire la suite <span class="visually-hidden">sur Secourir sans Périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques</span></a></li></ul> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Secourir sans périr : quelle sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques ?</span> Thu, 30 Jun 2016 00:00:00 +0000 Agnes 4138 at https://www.msf-crash.org Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2016-03-29T12:00:00Z" class="datetime">29/03/2016</time> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/12" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">nicolas.l</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar, 03/29/2016 - 02:00</span> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Michaël Neuman, Fabrice Weissman, Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l&#039;ère de la gestion des risques, 29 mars 2016, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion">https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion</a> </p> </div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/statistiques" hreflang="fr">statistiques</a></div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=4096" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Michaël Neuman &amp; Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3257" role="article" about="/fr/michael-neuman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4167%20copie_0.jpg?itok=uJXHTXNJ" width="180" height="230" alt="Michaël Neuman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Michaël</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Neuman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/michael-neuman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p><em>L'intégralité du&nbsp;livre en arabe est&nbsp;<a href="https://www.msf-crash.org/sites/default/files/2020-02/CRASH%2C%202016%2C%20Saving%20Lives%20and%20Staying%20Alive_Arabic-final_0.pdf" target="_blank">téléchargeable au format PDF</a>.</em></p> <p>Quand Chantal Kaghoma, une infirmière employée par MSF, otage du groupe rebelle Forces démocratiques alliées (ADF) en République démocratique du Congo, recouvre la liberté après plus de treize mois de captivité en août 2014, elle témoigne : « J’avais perdu tout espoir quand je me suis retrouvée dans la prison avec tous les autres otages. Au fond de moi, je ne croyais plus à MSF, je me disais “bon, tout est fini, je fais une croix.” » Puis elle ajoute : « Au final, malgré le fait que je ne croyais plus à MSF, je me mettais quand même à prendre sa défense. » Aujourd’hui, trois de nos collègues sont toujours détenus par les rebelles ougandais des ADF et l’association poursuit inlassablement ses recherches pour identifier le lieu où ils se trouvent et permettre leur libération. Une équipe spécialement dédiée à cette mission travaille depuis plus de deux ans avec l’intime conviction qu’un dénouement est possible.</p> <p>Cet exemple est emblématique des principes qui guident MSF dans la gestion de la sécurité de son personnel international et national. Chantal, comme tout volontaire de MSF, est consciente des risques associés au déploiement de nos actions de secours dans des environnements fragiles (guerre, épidémie ou catastrophe naturelle) ; le risque zéro n’existe pas. Mais elle sait aussi que nos pratiques sont tournées vers la réduction des dangers. Nous les mesurons à l’aune des résultats attendus pour les populations que nous soignons, nous n’intervenons que si nous avons identifié clairement des autorités avec lesquelles négocier notre espace de travail et nous tentons de constituer des équipes adaptées (en nombre et qualifications) aux contextes dans lequel nous travaillons. Enfin, et c’est peut-être le plus important pour les collègues de Chantal encore retenus prisonniers, MSF fait tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir le plus rapidement possible la libération de son personnel.</p> <p>Nous sommes intimement convaincus que l’efficacité et la pertinence de nos opérations de secours reposent pour l’essentiel sur les volontaires présents sur les terrains d’intervention auprès des populations. Pourtant, depuis la création de l’association en 1971, treize membres du personnel international, ainsi qu’un nombre bien plus important encore d’employés nationaux, ont trouvé la mort dans des circonstances violentes. Au cours des dernières années, la section française de MSF a été touchée par de nombreux incidents de sécurité, incluant enlèvements, braquages, assauts sur nos hôpitaux. Nous avons développé plusieurs outils destinés à la gestion de la sécurité : une base de données des incidents, créée par la section belge en 2009, a été progressivement mise en place ; des modules spécifiques sur la sécurité ont été organisés dans les différentes formations du personnel existantes ; nous avons remis à jour notre politique officielle relative à la prise de risques en mission, rappelant les principes partagés par tous les membres de MSF. Enfin, un manuel d’aide à la résolution des kidnappings a été créé. L’ensemble de ces tâches a été confié à un « référent sécurité », poste créé également en 2013 pour la première fois au sein de notre association.</p> <p>Cependant, nous ne sommes pas entièrement satisfaits de ces développements. Nous sommes notamment circonspects face à la croissance exponentielle des procédures et autres documents visant à encadrer l’action des volontaires agissant sur les terrains pour mener des actions de secours. Beaucoup de procédures et de formations laissent à penser que les volontaires seraient les premiers responsables des violences qu’ils subissent du fait de comportements inadaptés. Il serait nécessaire de les mettre sous la tutelle d’une autorité supérieure, en particulier des responsables du siège suivant à la lettre les recommandations d’experts de la sécurité. Je ne partage pas ce point de vue et souhaite que l’association soit en mesure de se tenir à distance de cette conception centralisée, déshumanisée, de l’action humanitaire.</p> <p>En disant cela, j’ai bien conscience que nous ne sommes pas toujours en mesure de répondre mieux que les autres à tous les défis que nous pose la sécurité de nos volontaires. Ainsi, nous sommes incapables de déployer du personnel international en Syrie et de travailler en Somalie ; nous avons vraisemblablement fait preuve d’une prudence excessive dans la réponse à l’épidémie d’Ebola. En revanche, nous avons été en mesure d’agir efficacement dans des contextes dangereux, à Gaza lors de l’opération militaire israélienne « bordure protectrice », en République centrafricaine, ou encore plus récemment à Aden, au Yémen, au cœur d’une ville ravagée par les combats.</p> <p>Nous ne pouvons pas faire l’économie de l’analyse de nos expériences passées et d’en tirer des enseignements pour faire évoluer nos pratiques. C’est pourquoi j’ai demandé au Crash de contribuer à la réflexion sur la sécurité de nos équipes et sur la place accordée à la gestion des risques sur nos missions. Ce livre en est le produit. J’en partage à la fois le constat et les perspectives. Le constat, d’abord, parce qu’il indique que la culture dominante de la gestion des risques n’est pas en mesure d’apporter des réponses convaincantes aux inquiétudes des acteurs de l’aide. Les perspectives ensuite, parce que je suis convaincu que la sécurité des équipes et des projets sera d’autant plus assurée que nous saurons faire confiance à ceux et celles qui ont la charge des missions, au plus près du terrain, et nous montrer capables de discuter ouvertement et collectivement chacune de nos expériences singulières.</p> <p class="text-align-right">Dr Mego Terzian, Paris, le 8 octobre 2015</p> <p>Ce livre est en accès libre sur notre site. <a href="http://www.cnrseditions.fr/sociologie-ethnologie-anthropologie/7263-secourir-sans-perir.html?search_query=neuman&amp;results=2" target="_blank">Vous pouvez également l'acheter.</a></p> </div> <div class="field field--name-field-chapters field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques-1" hreflang="fr">Introduction</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques/les-auteurs" hreflang="fr">Les auteurs</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques-0" hreflang="fr">Remerciements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques/la-securite" hreflang="fr">La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques/1-histoire" hreflang="fr">1. Histoire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques/2-theories" hreflang="fr">2. Théories</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/publications/secourir-sans-perir-la-securite-humanitaire-lere-de-la-gestion-des-risques/3-pratiques" hreflang="fr">3. Pratiques</a></div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=4096&amp;2=reading_list" token="cRMkgAoW2nuub2TjEI_3PMNxm_fO-YFdXvsQvvKRESs"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Secourir sans périr: la sécurité humanitaire à l&#039;ère de la gestion des risques</span> Tue, 29 Mar 2016 00:00:00 +0000 nicolas.l 4096 at https://www.msf-crash.org Croissance et inquiétudes des organisations humanitaires https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/croissance-et-inquietudes-des-organisations-humanitaires <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2015-01-30T12:00:00Z" class="datetime">30/01/2015</time> </div> </div> <span rel="schema:author" class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/64" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">Corinne-03</span></span> <span property="schema:dateCreated" content="2015-01-30T01:00:00+00:00" class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven, 01/30/2015 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/securite-du-personnel-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">sécurité du personnel humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/gestion-des-risques" property="schema:about" hreflang="fr">gestion des risques</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/financements" property="schema:about" hreflang="fr">financements</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/union-europeenne" property="schema:about" hreflang="fr">Union Européenne</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/nations-unies" property="schema:about" hreflang="fr">Nations unies</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/cicr" property="schema:about" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" property="schema:about" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/relations-militaro-humanitaires" property="schema:about" hreflang="fr">relations militaro-humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/effets-pervers-et-limites-de-laide" property="schema:about" hreflang="fr">effets pervers et limites de l&#039;aide</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>Alors que le système de l’aide est en pleine expansion, les acteurs humanitaires déplorent une incapacité croissante à porter secours aux victimes des conflits armés, notamment du fait de l’insécurité. Ce discours pessimiste résiste mal à l’examen des faits.</p> <h2>Un secteur en pleine expansion</h2> <h3><em>L’explosion des financements</em></h3> <p>Selon l’organisation Development Initiatives, 17,9 milliards de dollars ont été mobilisés dans le monde en 2012 au profit de « l’aide humanitaire internationale »</p> <p><span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2013/07/GHA-Report-2013.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2013</a><span>, Development Initiatives, London, 2013, p. 5</span></span><span>&nbsp;</span>– définie comme l’aide d’urgence distribuée aux victimes de guerres et de catastrophes naturelles par les agences des Nations unies, les organisations non gouvernementales (ONG), le mouvement Croix Rouge et, le cas échéant, les gouvernements récipiendaires. L’essentiel des fonds (80%) a été consacré au financement de distributions alimentaires, de secours matériels et de services de base (santé, abris, eau et assainissement, etc.), le reste étant alloué à des activités de « protection », « reconstruction », « réduction des risques »<span class="annotation">Ibid idem, p. 51</span>.</p> <p>Les deux tiers des financements recensés proviennent des gouvernements de l’OCDE, États-Unis et Union européenne en tête. En valeur constante, l’aide d’urgence des pays occidentaux a en effet quintuplé depuis la fin de la Guerre froide. Passée de moins de 3% à plus de 10% de l’aide publique au développement, elle dépasse désormais les 11 milliards de dollars par an <span class="annotation">Ibid idem, p. 26 et DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2003/07/2003-GHA-report.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2003</a>, Development Initiatives, London, 2003, p. 14.</span>. En 2012, 1,4 milliard de dollars ont également été mobilisés par les États du Golfe, la Turquie et les pays émergents, dont la contribution récente au financement de l’aide humanitaire internationale augmente depuis dix ans<span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2013/07/GHA-Report-2013.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2013</a>, Development Initiatives, London, 2013, p. 26</span>. Plus difficilement quantifiables, les dons récoltés auprès des particuliers, des entreprises ou des fondations ont également connu une croissance très importante depuis les années 1970-1980. Représentant un quart environ des fonds mobilisés pour l’aide humanitaire, les donations privées s’élevaient à 5 milliards de dollars au minimum en 2012<span class="annotation">Idem.</span>. A ce jour, la crise économique consécutive au krach de 2008 n’a pas eu d’impact sur la collecte de dons privés et publics, même si ces derniers marquent des signes d’essoufflement au niveau de l’Union européenne<span class="annotation">« €480m EU funding gap threatens vital humanitarian aid projects », <em>The Guardian</em>, Wednesday 19 March 2014.</span>.</p> <h3><em>Le développement des acteurs</em></h3> <p>L’accroissement des fonds humanitaires a bénéficié en premier lieu aux agences opérationnelles des Nations unies – telles que le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) ou le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Dépendant presqu’entièrement des contributions des États, ces agences ont reçu plus de 50% des financements publics internationaux</p> <p><span class="annotation">Idem, pp. 5, 30.</span>. En l’espace d’une vingtaine d’année, le budget « opérations d’urgence » du PAM a été multiplié par six, passant de 500 millions de dollars à la fin des années 1980 à plus de 3 milliards de dollars au début des années 2010 en valeur constante<span class="annotation">WFP Executive Board, <a href="http://executiveboard.wfp.org/board-documents">Annual Performance Report</a><a href="http://executiveboard.wfp.org/board-documents">.</a></span>. Ses effectifs ont presque décuplé, d’environ 1 500 employés permanents en 1995 à 13 000 en 2012. Au total, les agences des Nations unies employaient plus de 85 700 personnes sur les terrains de crise en 2010, soit deux fois plus qu’en 1997<span class="annotation">Taylor, G. et al, <a href="http://www.alnap.org/ourwork/sohs">The State of the Humanitarian </a>System 2012 Edition, ALNAP, 2012, p. 32.</span>.</p> <p>Les organisations non gouvernementales sont les autres grands bénéficiaires de la manne humanitaire internationale. Une part croissante des financements alloués aux agences des Nations unies leur est redistribuée sous forme de contrat de sous-traitance. En 2008, le HCR affirmait, par exemple, avoir réalisé 25% de ses dépenses opérationnelles par le biais de 636 ONG dont 162 ONG internationales<span class="annotation"><a href="http://www.unhcr.org/pages/49c3646c2f6.html">« </a><a href="http://www.unhcr.org/pages/49c3646c2f6.html">UNHCR - Non-Governmental </a>Organizations ».</span>. De plus, les ONG sont devenues les destinataires directes du quart des fonds publics humanitaires et reçoivent plus de 80% des dons récoltés auprès des particuliers d’après Development Initiatives<span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2013/07/GHA-Report-2013.pdf">Global Humanitarian Assistance Report 2013</a>, Development Initiatives, London, 2013, p. 30 &amp; 63.</span>.</p> <p>Le nombre et la taille des ONG se sont accrus en conséquence. En 2012, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) recensait plus de 3 200 ONG humanitaires, locales et internationales, dont 144 ONG internationales disposant d’un budget annuel supérieur à 10 millions de dollars<span class="annotation">OCHA, <a href="https://docs.unocha.org/sites/dms/Documents/WHDT_2013%20WEB.pdf">World Humanitarian Data and Trends</a>, New York, 2013, p. 11.</span>. Employant au moins 141 400 personnes sur le terrain en 2010, le secteur non gouvernemental est dominé par quelques grosses confédérations d’ONG basées en Europe et aux États-Unis. En 2009, cinq d’entre elles (Médecins Sans Frontières, Catholic Relief International, Oxfam International, Save the Children alliance et World Vision International) totalisaient 38% des dépenses réalisées par le secteur<span class="annotation">Taylor, G. et al, <a href="http://www.alnap.org/ourwork/sohs">The State of the Humanitarian System 2012 Edition</a>, ALNAP, 2012, p. 29.</span>. En moyenne le financement des ONG humanitaires est assuré à 43% par les États et les organisations multilatérales<span class="annotation">DI/GHA, <a href="http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2012/04/Private-funding-an-emerging-trend.pdf">Private Funding, An Emerging Trend in Humanitarian Donorship</a>, Development Initiatives, London, 2012, p. 6.</span>. Certaines ONG, comme Norwegian People Aid ou Danish Refugee Council, dépendent financièrement à plus de 98% des pouvoirs publics, d’autres à moins de 10% comme Médecins Sans Frontières, dont le budget atteignait 1,2 milliard de dollars en 2012.</p> <p>Comparé aux autres acteurs de l’aide humanitaire, le mouvement Croix-Rouge a moins profité de la croissance des fonds d’urgence. Le nombre de délégués déployés par le CICR a certes été multiplié par vingt entre 1950 et 1993, année où il dépasse pour la première fois de son histoire le millier<span class="annotation">Arnaud DANDOY et al. (2013) “Humanitarian workers in peril? Deconstructing the myth of the new and growing threat to humanitarian workers”, <em>Global Crime</em>, 2013, 14:4, 341-358.</span>. Depuis, il se maintient <em>grosso modo </em>à ce niveau, le CICR recensant 1 150 expatriés sur le terrain en 2012 et 10 000 employés nationaux. En proie à des difficultés financières depuis la fin des années 1990, le CICR a stabilisé ses dépenses opérationnelles autour de 1 milliard de dollars par an en valeur constante<span class="annotation">Rapports annuels du CICR. Cf. aussi, « <a href="http://www.rts.ch/info/monde/5190483-en-difficulte-financiere-le-cicr-pourrait-delocaliser-des-bureaux-genevois.html">En difficulté financière, le CICR pourrait délocaliser des bureaux </a>genevois », <em>RTS</em>, 7 septembre 2013 et « <a href="http://www.icrc.org/fre/resources/documents/interview/2011/finances-interview-2011-04-26.htm">Défis financiers : la réponse du CICR. Interview avec Yves Daccord, directeur général du </a>CICR », <em>ICRC.org</em>, 27 avril 2011.</span>.</p> <h3><em>L’expansion et l’amélioration technique des secours humanitaires</em></h3> <p>La croissance financière et institutionnelle du secteur de l’aide s’est accompagnée d’une expansion des opérations de secours, en particulier dans les zones de conflit où se concentrent les trois quarts des financements. En quinze ans, le nombre de personnes assistées par les agences de l’ONU et leurs ONG partenaires a presque doublé. Oscillant entre 30 et 40 millions de personnes dans les années 2000, il dépasse régulièrement les 60 millions de personnes à partir des années 2010 selon OCHA<span class="annotation">OCHA, <a href="https://docs.unocha.org/sites/dms/Documents/WHDT_2013%20WEB.pdf">World Humanitarian Data and Trends</a>, New York, 2013, p. 2.</span>. Qui plus est, l’aide humanitaire se déploie aujourd’hui à l’intérieur des zones de conflit, et plus seulement à leur périphérie, dans les camps de réfugiés, où se concentrait l’essentiel des secours pendant la Guerre froide.</p> <p>La valeur moyenne de l’assistance distribuée par personne déplacée ou réfugiée a quant à elle triplé, passant (en valeur constante) de moins de 100 dollars par personne et par an en 1990 à plus de 300 dollars en 2006<span class="annotation">Human Security Report Project, Human Security Report 2009/2010: The Causes of Peace and <a href="http://www.hsrgroup.org/docs/Publications/HSR20092010/20092010HumanSecurityReport-Part2-ShrinkingCostsOfWar.pdf">The Shrinking Costs of War</a><em>, </em>Uppsala University, 2010, p. 118.</span>. Très inégale selon les crises, la qualité technique des secours a néanmoins connu des améliorations significatives, en particulier dans le domaine de l’aide alimentaire (qualité nutritionnelle des denrées, capacités logistiques du PAM), du traitement de la malnutrition (développement et usage à large échelle d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi), de la lutte contre les épidémies et les maladies infectieuses, de la chirurgie et de la médecine d’urgence. En revanche, d’autres secteurs, tels que la fourniture d’abris ou l’approvisionnement en eau, reposent principalement sur des technologies datant des années 1980<span class="annotation">Cf. notamment Jean-Hervé BRADOL et al., <a href="http://www.msf-crash.org/publications/2011/07/04/801/leau-humanitaire-est-elle-potable-/">L’eau humanitaire est-elle potable </a>?, Cahiers du Crash, MSF, Paris, 2011.</span>.</p> <p>Selon l’université d’Uppsala, l’expansion des opérations humanitaires est l’une des raisons du déclin de la mortalité indirecte liée aux conflits (du fait de malnutrition ou de maladies)<span class="annotation">Human Security Report Project, Human Security Report 2009/2010: The Causes of Peace and <a href="http://www.hsrgroup.org/docs/Publications/HSR20092010/20092010HumanSecurityReport-Part2-ShrinkingCostsOfWar.pdf">The Shrinking Costs of War</a><em>, </em>Uppsala University, 2010, pp. 110-122.</span>. Les enquêtes de santé nationale menées à échéances régulières à travers le monde par l’administration américaine, l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent en effet une diminution des taux de mortalité chez les enfants de moins de</p> <p>cinq ans dans tous les pays ayant connu des guerres entre 1970 et 2008, sauf dans huit pays (Mozambique, RDC, Rwanda, Soudan, Ouganda, Zimbabwe, Vietnam, Russie).</p> <h2><br /> Les organisations humanitaires victimes de la brutalité des nouveaux conflits et de la politisation de l’action humanitaire ?</h2> <h3><em>Sentiments d’insécurité</em></h3> <p>Bien que les moyens financiers et humains des organisations humanitaires se soient accrus de manière considérable, de même que la qualité de l’assistance et le nombre de personnes secourues, la grande majorité des acteurs de l’aide fait état d’un « rétrécissement de l’espace humanitaire ». « Le principal problème aujourd’hui est celui de l’accès aux victimes : les autorités ou les factions s’opposent à l’action humanitaire, témoin gênant de leurs exactions, et l’insécurité rend l’intervention de plus en plus périlleuse » déplorait par exemple MSF dès 1992<span class="annotation">« Populations en danger. Les propositions de MSF », <em>Messages</em>, no 55, décembre 1992.</span>. Ce discours s’est durci au cours des années 2000, notamment après les attentats meurtriers contre le siège des Nations unies et celui du CICR à Bagdad en 2003, considérés comme emblématiques d’une augmentation sans précédent des attaques délibérées à l’encontre des travailleurs humanitaires.</p> <p>Avec la fin de la Guerre froide, les conflits seraient devenus plus violents expliquent la plupart des organismes d’aide, très influencés par le discours sur les « nouvelles guerres » popularisé par Mary Kaldor et Paul Collier dans les années 1990<span class="annotation">Sur ce discours et sa critique, cf. Roland MARCHAL, Christine MESSIANT<a href="http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2003-1-page-91.htm">, </a><a href="http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2003-1-page-91.htm">« Les guerres civiles à l'ère de la globalisation »</a>, <em>Critique internationale </em>1/ 2003 (no 18), p. 91-112.</span>. Privées du cadre idéologique et stratégique de l’affrontement Est-Ouest, les guerres n’obéiraient plus qu’à des logiques de ressentiment ethnique ou religieux et de prédation économique. Leur particularité serait de cibler en priorité les populations civiles et ceux qui leur viennent en aide. « La part des victimes civiles dans les conflits a grimpé de 5% au tournant du vingtième siècle à plus de 90% dans les guerres des années 1990 (…). Même les activités humanitaires qui autrefois étaient à l’abri des attaques sont désormais traitées comme des objectifs militaires légitimes » affirme par exemple l’UNICEF dans un rapport de 1996 abondamment cité sur l’impact des conflits armés sur les enfants<span class="annotation">Graça MACHEL, <em>Impact of armed conflict on children</em>, <em>Report of the expert of the Secretary -General, submitted pursuant to General Assembly resolution 48/157</em>, UNICEF, 1996.</span>.</p> <p>Par ailleurs, les acteurs de l’aide seraient également victimes de la « militarisation » et de la « politisation » de l’action humanitaire, en particulier depuis le 11 septembre 2001 et l’intervention des États Unis et de leurs alliés en Afghanistan et en Irak. L’usage d’arguments humanitaires pour justifier des opérations militaires, l’engagement des forces internationales dans des programmes d’assistance aux civils, de même que l’assujettissement des activités humanitaires de l’ONU aux priorités des opérations de maintien de la paix auraient brouillé la ligne de partage entre action politique, militaire et humanitaire. Jetant un doute sur la neutralité et l’indépendance des organismes d’aide, cette confusion expliquerait que les travailleurs humanitaires soient délibérément ciblés par les groupes armés combattant les forces internationales. Le principal défi des organisations humanitaires serait d’éviter toute forme d’instrumentalisation politique afin d’être perçues comme réellement neutres et indépendantes par tous les belligérants.</p> <h3><em>Une insécurité en hausse ?</em></h3> <p>Depuis le début des années 2000, plusieurs études ont cherché à mesurer l’augmentation des violences à l’encontre des travailleurs humanitaires. Toutes ont rencontré d’importants obstacles méthodologiques liés aux lacunes des systèmes d’enregistrement des incidents mis en place par les organismes d’aide, à l’imprécision des définitions de cas employées et au manque de données solides sur le nombre de travailleurs humanitaires exposés<span class="annotation">Cf. Koenraad VAN BRABANT<a href="http://www.eisf.eu/resources/item/?d=6786">, Incident Statistics in Aid Worker Safety and Security Managment : Using and Producing Them</a>, EISF Article Series, 2012</span>. Une première enquête quantitative réalisée en 2000 par la Johns Hopkins School of Hygiene and Public Health révèle une augmentation importante du nombre de morts violentes parmi les casques bleus et le personnel de 32 organismes d’aide entre 1985 et 1998<span class="annotation">M. SHEIK, « Deaths among humanitarian workers », <em>BMJ </em>321, no 7254 (15 juillet 2000): 166-168</span>. Elle enregistre un pic entre 1993 et 1996 associé au génocide au Rwanda et à la crise des Grands Lacs, le reste des morts se concentrant principalement en Somalie et en Afghanistan.</p> <p>Des enquêtes ultérieures réalisées par Humanitarian Outcomes (HO) pour le compte de ministères de la coopération européens et américains recensent trois fois plus d’attaques à l’encontre des travailleurs humanitaires en 2012 qu’en 1997<span class="annotation">Abby STODDARD et al., <a href="http://www.odi.org.uk/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/269.pdf">Providing Aid in Insecure Environments: Trends in Policy and Operations</a>, London, ODI-HPG, 2006; Abby STODDARD et al., <a href="http://www.odi.org.uk/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/4243.pdf">Providing Aid in Insecure Environments: Trends in violence against aid workers and the operational </a>response (2009 Update), HPG Policy Briefs 34, ODI-HPG, avril 2009. La base&nbsp;de donnée constituée pour les deux études a par la suite été mise à jour chaque année par Humanitarian Outcomes. Elle est consultable en ligne sur le site <a href="https://aidworkersecurity.org/">Aid Worker Security Database</a><a href="https://aidworkersecurity.org/">.</a></span>. 96 morts par an ont été enregistrés en moyenne entre 2007 et 2011, contre 38 entre 1997 et 2001<span>x</span>. Le nombre de personnes kidnappées a oscillé autour d’une vingtaine par an jusqu’au début des années 2000 avant de quintupler pour atteindre une centaine de personnes par an au tournant des années 2010, la durée de détention variant de dix à vingt jours pour la grande majorité des cas à plus de deux ans pour un petit nombre d’expatriés<span class="annotation">Humanitarian Outcomes, <a href="https://aidworkersecurity.org/sites/default/files/AidWorkerSecurityReport_2013_web.pdf">The Aid Worker Security Report 2013: The New Normal: Coping with the kidnapping threat</a>, Londres, HO, 2013.</span>. Les morts, blessés et kidnappés sont concentrés dans un nombre restreint de contextes. La Somalie, l’Afghanistan, le Pakistan et les deux Soudans réunissaient à eux seuls les trois quarts des incidents et victimes recensés en 2011 par HO<span class="annotation">Humanitarian Outcomes, <a href="http://www.humanitarianoutcomes.org/sites/default/files/resources/AidWorkerSecurityReport20126.pdf">Aid Worker Security Report 2012: Host states and their impact on security for humanitarian operations</a>, Londres, HO, 2012.</span>.</p> <p>Prenant en compte l’accroissement du nombre de travailleurs humanitaires exposés, les estimations de l’incidence des attaques laissent entrevoir une situation plus nuancée. Selon HO, le nombre de morts, blessés et kidnappés pour 100 000 travailleurs humanitaires et par an est resté relativement stable entre 1997 et 2012 (entre 50 et 60 victimes pour 100 000 et par an)<span class="annotation">Abby STODDARD et al., <a href="http://www.odi.org.uk/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/269.pdf">Providing Aid in Insecure Environments: Trends in Policy and Operations</a>, London,&nbsp;ODI-HPG, 2006 et Humanitarian Outcomes, <a href="https://aidworkersecurity.org/sites/default/files/AidWorkerSecurityReport_2013_web.pdf">The Aid Worker Security Report 2013: The New Normal: Coping with the kidnapping threat</a>, Londres, HO, 2013</span>. Cette stabilité tient à la diminution du taux d’homicide et à l’augmentation du taux d’enlèvement. Elle masque cependant une grande diversité de situations. Entre 2006 et 2011, les plus hauts taux d’homicides parmi les travailleurs humanitaires s’échelonnaient entre 3/100 000/an pour la République Démocratique du Congo (taux légèrement inférieur au taux d’homicide aux États-Unis), 9/100 000/an pour les deux Soudans, l’Afghanistan et le Pakistan (taux comparable à celui des Seychelles), 17/100 000/an pour la République Centrafricaine, 37/100 000/an pour le Sri Lanka et 58/100 000/an pour la Somalie<span class="annotation">D’après Humanitarian Outcomes, <a href="http://www.humanitarianoutcomes.org/sites/default/files/resources/AidWorkerSecurityReport20126.pdf">Aid Worker Security Report 2012: Host states and their impact on security for humanitarian operations</a>, Londres, HO, 2012, p. 4.</span>.</p> <h3><em>Des guerres de plus en plus violentes ?</em></h3> <p>La relative stabilité du taux d’attaque contre les travailleurs humanitaires est à mettre en parallèle avec la diminution globale de la létalité des conflits, qui contrairement à la croyance commune ne sont pas plus violents que par le passé. Selon la base de données développée par l’université d’Uppsala (la plus citée mais aussi la plus conservatrice), les guerres ayant pour enjeu le contrôle d’un territoire ou des institutions étatiques ont fait cinq fois moins de morts violentes dans les années 2000 que dans les années 1980, et neuf fois moins que dans les années 1950 en moyenne annuelle<span class="annotation">Human Security Report Project, <a href="http://www.hsrgroup.org/docs/Publications/HSR20092010/20092010HumanSecurityReport-Part2-ShrinkingCostsOfWar.pdf">Human Security Report 2009/2010: The Causes of Peace and The Shrinking Costs of War</a>, Uppsala University, 2010, p. 121.</span>. Les violences de masse à l’encontre de personnes désarmées seraient également en déclin, à l’exception de la période 1993-1997 marquées par une létalité exceptionnelle au Rwanda et dans les pays voisins.</p> <p>De même, l’affirmation selon laquelle 90% des victimes de morts violentes sont désormais des civils ne repose sur aucune base empirique<span class="annotation">Kelly M. GREENHILL, “Counting the Cost. The Politics of Numbers in Armed Conflict”, in Peter ANDREAS et al. (ed.), <em>Sex, Drugs, and Body Counts. The Politics of Numbers in Global Crime and Conflict</em>, Cornell University Press, Ithaca and London, 2010, pp. 128-132.</span>. Mis en circulation par l’UNICEF en 1996, ce chiffre provient de deux études datant de 1991 estimant le nombre de personnes tuées <em>ou déplacées </em>et le nombre de morts directes <em>et indirectes </em>au cours des guerres récentes. Censé illustrer la brutalité des « nouvelles guerres », le ratio de 90% est un mythe occultant <em>de facto </em>l’ampleur des destructions humaines et matérielles civiles occasionnées par les conquêtes coloniales, la Seconde guerre mondiale, les luttes de libération nationale ou la Guerre froide.</p> <p>Reste que si la létalité globale des conflits tend à diminuer, ces derniers connaissent des épisodes de violences extrêmes, sources d’une surmortalité aiguë par massacres et privations de biens essentiels à la survie. A l’heure où ces lignes sont écrites, tel est le cas en Syrie, dont les trois quarts du territoire sont touchés par la guerre et où le gouvernement utilise des moyens de destruction massifs incluant le bombardement aérien de zones densément peuplées et le blocus alimentaire de villes assiégées.</p> <p>&nbsp;</p> <h3><em>Une politisation dangereuse de l’action humanitaire ?</em></h3> <p>On peut douter que les dangers rencontrés par les acteurs de l’aide en Syrie (et ailleurs) découlent de la « confusion militaro-humanitaire ». Certes, la multiplication des interventions militaires occidentales et des opérations de maintien de la paix dans les conflits a modifié le paysage de l’aide internationale. Subordonnées aux organes politiques de l’ONU, les agences de secours onusiennes ont dû intégrer les dispositifs internationaux de gestion de crise et se mettre au service de « la paix et de la démocratie ». La grande majorité des ONG les ont rejointes, attirées par l’abondance de financements, mais aussi par l’idée de contribuer à l’objectif « qui seul peut se définir comme réellement humanitaire : hâter la fin d’une guerre » et « remplacer au plus vite un régime mortifère par un gouvernement civilisé », selon les termes employés par un humanitaire français pour justifier l’engagement des acteurs de l’aide aux côtés des États-Unis et de l’ONU en Afghanistan en 2001<span class="annotation">Michael BARRY, « L’humanitaire n’est jamais neutre », <em>Libération</em>, 6 novembre 2001.</span>. Seule une poignée d’organisations défendant une conception plus restrictive de l’action humanitaire, comme le CICR et MSF, ont choisi de se tenir à distance des contingents internationaux, les considérant comme une partie au conflit parmi d’autres.</p> <p>En choisissant le camp de la « paix libérale », les agences de l’ONU et leurs ONG partenaires se sont mises dans une situation délicate pour négocier l’accès aux populations sous le contrôle de groupes armés opposés aux Nations unies et aux forces occidentales. Reste que les premières attaques délibérées à l’encontre de travailleurs humanitaires après la chute des Talibans en Afghanistan ont d’abord ciblé le CICR (2003) et MSF (2004). Dénoncées à l’époque comme une conséquence de la « confusion militaro-humanitaire », ces attaques n’étaient pourtant pas le résultat d’un tragique malentendu sur les intentions de MSF et du CICR. Elles reflétaient la stratégie de déstabilisation alors poursuivie par les Talibans en déroute. Dès lors que ces derniers ont commencé à reprendre des territoires, ils ont vu dans les travailleurs humanitaires non plus un moyen de publiciser leur pouvoir de nuisance, mais une ressource pour « gagner les cœurs et les esprits » des populations qu’ils entendent gouverner au nom de l’Emirat Islamique d’Afghanistan. Ce changement de stratégie explique que le CICR et MSF soient aujourd’hui en mesure de déployer près de 3 000 travailleurs humanitaires (dont 210 expatriés) en Afghanistan, y compris dans les zones d’implantation des insurgés.</p> <p>Contrairement à une idée très répandue, l’instrumentalisation politique de l’action humanitaire n’est pas en soi une menace. Elle est au contraire une constante des opérations de secours, dont le déploiement repose sur la recherche d’un compromis acceptable entre les intérêts des belligérants et ceux des acteurs de l’aide, au croisement des objectifs et des contraintes des uns et des autres<span class="annotation">Claire MAGONE et al., <a href="http://www.msf-crash.org/livres/agir-a-tout-prix">Agir à tout prix ? Négociations humanitaires, l’expérience de Médecins Sans Frontières</a>, Paris, La Découverte, 2011.</span>. Dans cette perspective, ce n’est pas en recherchant une illusoire mise à distance de la politique que les organisations humanitaires pourront agir efficacement pour contenir la létalité des crises ; c’est en nouant des accords de circonstances avec toutes les forces politiques susceptibles de soutenir leur action.</p> <h5>Précisions concernant les sources: voir le pdf</h5> </div> <div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Fabrice Weissman, Croissance et inquiétudes des organisations humanitaires, 30 janvier 2015, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/croissance-et-inquietudes-des-organisations-humanitaires">https://www.msf-crash.org/fr/publications/guerre-et-humanitaire/croissance-et-inquietudes-des-organisations-humanitaires</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3986" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3986&amp;2=reading_list" token="qlukCzxQLGCvMVJlKrGjs_UDW3Ljz0oTGjbCCb10AwA"></drupal-render-placeholder><span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Croissance et inquiétudes des organisations humanitaires</span> Fri, 30 Jan 2015 01:00:00 +0000 Corinne-03 3986 at https://www.msf-crash.org « Humaniser la guerre » https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/humaniser-la-guerre <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2013-09-27T12:00:00Z" class="datetime">27/09/2013</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven, 09/27/2013 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/histoire-de-lhumanitaire" hreflang="fr">histoire de l&#039;humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/dih" hreflang="fr">DIH</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/droit-dingerence" hreflang="fr">droit d&#039;ingérence</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/negotiations-humanitaires" hreflang="fr">négotiations humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/responsabilite-de-proteger" hreflang="fr">responsabilité de protéger</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/medias" hreflang="fr">médias</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Rony Brauman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3221" role="article" about="/fr/rony-brauman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4256.jpg?itok=nCrBsaSM" width="180" height="230" alt="Rony Brauman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Rony</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Brauman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Médecin, diplômé de médecine tropicale et épidémiologie. Engagé dans l'action humanitaire depuis 1977, il a effectué de nombreuses missions, principalement dans le contexte de déplacements de populations et de conflits armés. Président de Médecins Sans Frontières de 1982 à 1994, il enseigne au Humanitarian and Conflict Response Institute (HCRI) et il est chroniqueur à Alternatives Economiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont "Guerre humanitaires ? Mensonges et Intox" (Textuel, 2018),"La Médecine Humanitaire" (PUF, 2010), "Penser dans l'urgence" (Editions du Seuil, 2006) et "Utopies Sanitaires" (Editions Le Pommier, 2000).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/rony-brauman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p><span><strong>Entre morale du devoir et morale des conséquences, le droit humanitaire d'urgence, pourtant reconnu internationalement, est bien difficile à appliquer.</strong></span></p> <p>par Marielle Chevallier<br /> Textes et documents pour la classe, N°1060, septembre 2013</p> <p><strong>TDC Comment l'idée d'une aide sur le théâtre des conflits est-elle née ? </strong><br /> &nbsp;</p> <p><strong>Rony Brauman</strong>. L'idée du secours aux blessés et de la prise en charge des morts sur le champ de bataille est presque aussi ancienne que les conflits eux-mêmes. Mais ce secours commence à être pensé philosophiquement au XVIIIe siècle, avec Jean-Jacques Rousseau et Emer de Vattel, qui posent comme principe que la guerre est une affaire d'États, que les hommes qui se battent le font au nom des États ; quand ils ne peuvent plus combattre, devenant neutres, ils doivent être soustraits à la logique de la confrontation. Cette notion de neutralité des victimes, puis par extension de neutralité des secours, est au fondement de l'action humanitaire dans la guerre. Jusqu'au XIXe siècle, des traités ad hoc permettaient de mettre en place des structures de soins et d'honorer les morts. Après la création de la Croix-Rouge et la première Convention de Genève l'année suivante (1864), ces traités laissent place à une convention diplomatique reconnaissant pour la première fois explicitement un droit international « humanitaire », c'est-à-dire un droit de l'humanité prise comme un tout, au nom du principe du « droit des gens » et des « exigences de la conscience publique ».</p> <p>Selon ce droit, l'aide humanitaire sur les champs de bataille est reconnue et protégée par des conventions, de même que la neutralité des blessés, que protège un emblème universellement reconnu, celui de la croix rouge. Son champ d'application s'est ensuite élargi aux prisonniers, aux malades, aux populations civiles. Le paradoxe est qu'à la même période, fin du XIXe, du fait du progrès technique, de l'industrialisation et de l'impérialisme, se produisait une généralisation et une totalisation des conflits. Rappelons-nous que les premiers camps de concentration de civils datent des guerres coloniales (guerre des Boers). Or le droit humanitaire, qui entend humaniser la guerre, se réfère aux « conflits indécis et tempérés » du XIXe siècle, dans un espace indemne de présence civile. Ainsi dès l'origine, les principes posés sont dépassés par le développement de nouvelles formes de conflits.</p> <p><strong>TDC Qu'est-ce que la création des ONG a modifié dans la conception de l'action humanitaire ? </strong><br /> &nbsp;</p> <p><strong>R. B. </strong>Sous le vocable ONG (qui date de la création de l'Onu) se regroupent toutes sortes d'entités associatives très différentes. La variété de leurs domaines d'action ne permet pas de leur assigner un rôle univoque. Médecins sans frontières (MSF), créée en décembre 1971, fut l'une des toutes premières à vouloir agir selon les principes de la Croix-Rouge dans la guerre, et d'ailleurs dans d'autres situations de catastrophes. Mais MSF entendait agir exclusivement dans le domaine médical, alors que l'assistance humanitaire était jusqu'alors généraliste, et revendiquait - du moins pour une partie de ses fondateurs - une liberté de parole interdite à la Croix-Rouge, tenue par ses statuts à un devoir de discrétion.<br /> La création de MSF doit beaucoup l'existence de la médecine d'urgence qui s'est développée durant la Seconde Guerre mondiale et les guerres de décolonisation. Ensuite d'autres organisations se sont créées par professions. La descendance est donc riche, à la fois sur le plan médical mais aussi sur le plan de la structuration de l'aide humanitaire, bien au-delà des situations de conflit.</p> <p><strong>TDC Le droit international humanitaire (DIH) a-t-il pour but d'humaniser la guerre ? Implique-t-il un droit d'ingérence ?</strong><br /> &nbsp;</p> <p><strong>R. B. </strong>Oui, le DIH entend humaniser la guerre et c'est ce qui lui a valu d'emblée de très vives critiques. Les pacifistes lui reprochaient de chercher à rendre les guerres acceptables, tandis que nombre de militaires affirmaient que son application empêcherait la victoire rapide du plus fort, qu'il aurait en réalité pour effet de prolonger les conflits, donc d'amplifier les souffrances. Qu'entend-on par humanisation de la guerre ? Il s'agit d'abord de créer en son sein des espaces de négociation pour l'envoi de secouristes, l'acheminement de nourriture, le traitement correct des prisonniers et des populations civiles, mais aussi d'interdire les méthodes de guerre qui ne distinguent pas les civils des combattants.<br /> Les acteurs humanitaires agissant selon les principes des Conventions de Genève se voient reconnaître un rôle par les belligérants. C'est cet espace de négociation que le DIH soutient. Mais le DIH ne permet en aucun cas d'intervenir dans un conflit sur un mode violent pour faire cesser des actes de barbarie, réels ou supposés. L'ingérence armée à but humanitaire relève d'une tradition impériale que l'on appelait autrefois la « mission civilisatrice ». elle n'a rien à voir avec le DIH.</p> <p><strong>TDC Comment concilier « responsabilité de protéger » et non-ingérence ? </strong><br /> &nbsp;</p> <p><strong>R. B.</strong> La « Responsabilité de protéger », telle que l'Onu l'a adoptée en 2005, est la réponse de cette organisation aux critiques qui lui ont été faites lors de conflits qui ont particulièrement choqué les opinions publiques occidentales, le génocide des Rwandais tutsis en 1994 ainsi que la guerre d'ex-Yougoslavie (1992-1995). Cet instrument vise à endiguer, par la force le cas échéant et c'est là tout le problème, certains crimes particulièrement graves (crimes de guerre, crimes contre l'humanité, purification ethnique et génocide). On peut considérer comme un progrès le fait que les atteintes graves aux droits de l'homme relèvent désormais de la sécurité internationale et puissent entraîner une intervention armée. Mais à cela, on peut objecter d'une part que c'était déjà possible avant 2005, le Conseil de sécurité étant libre d'apprécier l'existence d'une menace à la paix et à la sécurité internationale et d'activer le chapitre VII de la charte qui permet l'emploi de la force armée ; et l'on peut ajouter que, dans ces conditions, cet instrument n'a pas d'autre fonction que de réhabiliter la notion de « guerre juste » sous une forme moderne, c'est-à-dire la guerre pour les droits de l'homme. Cette vision est à mon sens très contestable car elle se fonde sur des bases très vagues, très fragiles, et confère à la violence armée des vertus auxquelles je ne crois pas.<br /> Les partisans de la Responsabilité de protéger font valoir que la souveraineté moderne implique, pour les Etats, un devoir de protection de leurs populations, et que l'on ne saurait invoquer la souveraineté pour massacrer ses opposants à l'abri de toute critique. On ne peut que se reconnaître dans un tel propos, tant il est vrai que le principe de non-ingérence est souvent invoqué pour les pires raisons, mais on ne peut en déduire pour autant que la guerre, fût-elle pour une bonne cause, est une bonne réponse à ces situations.</p> <p><strong>TDC Existe-t-il des guerres légitimes ? </strong><br /> &nbsp;</p> <p><strong>R. B. </strong>La première des violences légitimes est celle qui concerne sa propre défense. À part cette situation, la guerre est la pire des façons de régler des conflits et c'est pourquoi s'engager dans un processus de légitimation théorique, au-delà du principe de légitime défense, me semble contestable et dangereux. Les vertus qu'on prête à la violence - sidération, catharsis - ne sont pas totalement inexistantes mais tellement minces par rapport à ses conséquences désastreuses que je me refuse à toute justification théorique.</p> <p><strong>TDC Que vous inspire le rôle des médias dans la couverture des conflits, la désignation de l'ennemi et « l'éveil de l'opinion mondiale » (cf. Darfour, Libye, Mali, etc.) ?</strong><br /> &nbsp;</p> <p><strong>R. B.</strong> Dans l'ensemble, les médias assurent leur rôle d'information sur les situations de conflit. Mais il arrive qu'ils s'emballent- ce fut le cas lors du tsunami en Indonésie ou de la guerre au Darfour - et passent du registre de l'information à celui de la communication militante. Au Darfour, on a choisi un camp, et pour mieux construire la division bien/mal, l'autre camp a été accusé de génocide, conformément à la propagande des néo-conservateurs américains. Cela a eu pour effet de radicaliser les enjeux, de placer les réfugiés dans une situation de victimes idéales qu'eux-mêmes ont intériorisée en accentuant leur soutien aux groupes combattants, en faisant pression pour une solution militaire au conflit et en refusant toute négociation. Aujourd'hui où sont ceux qui dénonçaient un génocide au Darfour ? Y-a-t-il eu génocide ? Dans un article paru dans Le Monde, Tzvetan Todorov soulignait la fascination des médias pour la figure du guerrier en Libye et en Syrie. Quiconque se proposant en négociateur potentiel était en effet disqualifié comme « Münichois ». Tel est le paradoxe de cet esprit de combattant humanitaire : il en vient à valoriser la guerre.</p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3714&amp;2=comment&amp;3=comment" token="GjR2Kdk_UXc29wortRLy5KtloZziuzCEKQt8zqKSqMA"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3714&amp;2=reading_list" token="QZEeBUc4MF754dZR4ZoMBh0V1OJwPwWQU0SRuxlsE7M"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Rony Brauman, , « Humaniser la guerre », 27 septembre 2013, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/humaniser-la-guerre">https://www.msf-crash.org/fr/blog/guerre-et-humanitaire/humaniser-la-guerre</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3714" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">« Humaniser la guerre »</span> Fri, 27 Sep 2013 00:00:00 +0000 babayaga 3714 at https://www.msf-crash.org Perspectives pour l’avenir de l’action humanitaire https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/perspectives-pour-lavenir-de-laction-humanitaire <div class="field field--name-field-publish-date field--type-datetime field--label-inline clearfix"> <div class="field__label">Date de publication</div> <div class="field__item"><time datetime="2013-04-03T12:00:00Z" class="datetime">03/04/2013</time> </div> </div> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span lang="" about="/fr/user/1" typeof="schema:Person" property="schema:name" datatype="">babayaga</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mer, 04/03/2013 - 02:00</span> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/cicr" hreflang="fr">CICR</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/principes-humanitaires" hreflang="fr">principes humanitaires</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/acces-humanitaire" hreflang="fr">accès humanitaire</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/tags/espace-humanitaire" hreflang="fr">espace humanitaire</a></div> </div> <details class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper"> <summary role="button" aria-expanded="false" aria-pressed="false">Fabrice Weissman</summary><div class="details-wrapper"> <div class="field--type-entity-person js-form-wrapper form-wrapper field field--name-field-authors field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <article data-history-node-id="3235" role="article" about="/fr/fabrice-weissman" class="node node--type-person node--view-mode-embed"> <div class="node__content"> <div class="group-person-profil"> <div class="group-person-image-profil"> <div class="field field--name-field-image field--type-image field--label-hidden field__item"> <img src="/sites/default/files/styles/profile_image/public/2017-04/DSCF4204.jpg?itok=sX0PzbdD" width="180" height="230" alt="Fabrice Weissman" typeof="foaf:Image" class="image-style-profile-image" /> </div> </div> <div class="group-person-content"> <div class="group-person-firstname-lastname"> <div class="field field--name-field-firstname field--type-string field--label-hidden field__item">Fabrice</div> <div class="field field--name-field-lastname field--type-string field--label-hidden field__item">Weissman</div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><p>Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Fabrice Weissman a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne (Soudan, Erythrée, Ethiopie, Liberia, Sierra Leone, Guinée, etc), au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l'action humanitaire dont "A l'ombre des guerres justes. L'ordre international cannibale et l'action humanitaire" (Paris, Flammarion, 2003), "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de Médecins sans Frontières" (Paris, La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (Paris, Editions du CNRS, 2016).</p> </div> <div class="same-author-link"><a href="/fr/fabrice-weissman" class="button">Du même auteur</a> </div> </div> </div> </article> </div> </div> </div> </details> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-body field--type-text-long field--label-hidden field__item"><p>A l'occasion du 150ème anniversaire du CICR (1863-2013) et de la récente publication du numéro de la Revue sur "L'avenir de l'action humanitaire", le Harvard Program on Humanitarian Policy and Conflict Research (HPCR) et la Revue internationale de la Croix-Rouge ont co-animé un séminaire Web sur le thème "Perspectives pour l'avenir de l'action humanitaire".</p> <p><strong>Panélistes :</strong></p> <p><strong>Peter Maurer</strong>, Président du CICR<br /> <strong>Fabrice Weissman,</strong> Directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoirs humanitaires, Fondation Médecins sans Frontières<br /> <strong>Jehangir Malik</strong>, Directeur d'Islamic Relief au Royaume Uni<br /> <strong>Erika Feller,</strong> assistante du Haut Commissaire pour la protection, UNHCR, Genève</p> <p><a href="http://www.icrc.org/fre/resources/documents/event/2013/03-13-future-humanitarian-action-web-seminar.htm">Le Harvard Program on Humanitarian Policy and Conflict Research (HPCR) et la Revue internationale de la Croix-Rouge vous invitent à (ré)écouter le webinar du 13 mars portant sur des questions clés relatives à l'avenir de l'action humanitaire.</a></p> <p>&nbsp;</p> </div> <section class="field field--name-comment field--type-comment field--label-above comment-wrapper"> <h2 class="title comment-form__title">Ajouter un commentaire</h2> <drupal-render-placeholder callback="comment.lazy_builders:renderForm" arguments="0=node&amp;1=3708&amp;2=comment&amp;3=comment" token="2VP02CxTh7XcImRGOCeDya-brteVDGWU10vVp3AlpMY"></drupal-render-placeholder> </section> <drupal-render-placeholder callback="flag.link_builder:build" arguments="0=node&amp;1=3708&amp;2=reading_list" token="a6_UacqbfVSU9VawsJq-jgtNz7eEhH4Fh6LUw5jTOIg"></drupal-render-placeholder><div class="citation-container"> <div class="field--name-field-citation"> <p> <span>Pour citer ce contenu :</span> <br> Fabrice Weissman, Perspectives pour l’avenir de l’action humanitaire, 3 avril 2013, URL : <a href="https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/perspectives-pour-lavenir-de-laction-humanitaire">https://www.msf-crash.org/fr/blog/acteurs-et-pratiques-humanitaires/perspectives-pour-lavenir-de-laction-humanitaire</a> </p> </div> </div> <div class="contribution-container"> <div class="field--name-field-contribution"> <p> <span>Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article,</span> vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site. </p> <a href="/fr/contribuer?to=3708" class="button">Contribuer</a> </div> </div> <span class="field field--name-title field--type-string field--label-above">Perspectives pour l’avenir de l’action humanitaire</span> Wed, 03 Apr 2013 00:00:00 +0000 babayaga 3708 at https://www.msf-crash.org