A / A / A

Niger 2005, Une catastrophe si naturelle

Xavier
Crombé

Xavier Crombé a été directeur d’études au Crash de 2005 à 2008. Il travaille actuellement à la publication d’un ouvrage sur les enjeux de la violence dans les espaces de soin avec l’Unité de Recherche sur les Enjeux et les Pratiques Humanitaires (UREPH) de la section suisse de MSF. Il enseigne également les questions humanitaires et migratoires à Sciences Po Paris.

Jean-Hervé
Jézéquel

Directeur adjoint pour l'Afrique de l'Ouest, International Crisis Group

Jean-Hervé Jézéquel a d'abord travaillé en tant que consultant pour Crisis Group en Guinée en 2003, avant de devenir analyste senior pour la région du Sahel en mars 2013. Il a également travaillé pour Médecins Sans Frontières en tant que coordinateur terrain au Libéria et chercheur.

Vingt ans après les grands concerts de charité en faveur du Sahel, acteurs politiques nigériens, bailleurs de fonds, agences de développement et organisations humanitaires se sont affrontés sur la réalité et sur l'ampleur de la crise affectant le Niger au cours de l'année 2005. L'identification de ses causes comme la nature des réponses à y apporter ont également fait l'objet de désaccords profonds. En réalisant l'opération d'urgence nutritionnelle la plus importante de son histoire, Médecins Sans Frontières s'est trouvée au cœur de ces controverses.

Réalisé à l'initiative de MSF, cet ouvrage collectif réunit chercheurs, consultants et praticiens de l'action humanitaire qui proposent différentes lectures de la crise nigérienne et de ses enjeux. Les auteurs examinent et interrogent notamment le clivage entre développeurs et urgentistes mis en avant par les intervenants comme par les observateurs au cours de l'été 2005. Ils débattent également sur la nature et la pérennité des changements intervenus dans le sillage de la crise. Ils appellent ainsi à une réflexion renouvelée sur les arbitrages implicites et les idées reçues qui conditionnent aujourd'hui les relations d'assistance et de secours à l'Afrique. Une conviction commune se dégage : celle que la mort de dizaines de milliers d'enfants chaque année, au même titre que la paupérisation et la marginalisation d'un nombre croissant de Nigériens ne sont pas des phénomènes naturels. Encore moins une fatalité.


ACHETER SUR AMAZON.FR   BUY ON AMAZON.FR