A / A / A

Bourdin direct - Michaël Neuman réagit aux accusations d'Emmanuel Macron contre les ONG

RMC
Michaël Neuman
Michaël
Neuman

Directeur d'études au Crash depuis 2010, Michaël Neuman est diplômé d'Histoire contemporaine et de Relations Internationales (Université Paris-I). Il s'est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l'Ouest notamment) et postes au siège (à New York ainsi qu'à Paris en tant qu'adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d'analyses politiques sur les questions d'immigration. Il a été membre des conseils d'administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a codirigé "Agir à tout prix? Négociations humanitaires, l'expérience de MSF" (La Découverte, 2011) et "Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques" (CNRS Editions, 2016).

Médecins Sans Frontières, Amnesty International, La Cimade et Médecins du Monde demandent à être reçues par Emmanuel Macron après ses critiques contre l’ONG allemande Lifeline. Une déclaration qui marque une étape supplémentaire dans le cynisme et l’hypocrisie de la politique migratoire française selon ces associations qui déplorent aussi que l’on criminalise les bénévoles. 

Selon Michaël Neuman, personne ne peut être satisfait des conditions dans lesquelles les migrants sortent de Libye : il faut trouver des alternatives à la détention puis au passage en mer car le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et l’OFPRA sont aujourd’hui dans l’incapacité absolue d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixées.

200 personnes depuis la fin de l’année dernière ont été sorties de Libye par le HCR et l’OFPRA en passant par le Niger pour aller vers l’Europe. 200 personnes sur plusieurs dizaines de milliers qui sont reconnues par le même HCR comme demandeurs d’asile. Je ne parle pas des migrants en général, je parle de ceux qui sont en droit de réclamer une protection internationale.