A / A / A

Les représentations du VIH et leur impact sur le recours aux soins. Enquête au sein de la population masculine de Homa Bay au Kenya

Date de publication
Jean-Hervé Bradol
Jean-Hervé
Bradol

Médecin, diplômé de Médecine tropicale, de Médecine d'urgence et d'épidémiologie médicale. Il est parti pour la première fois en mission avec Médecins sans Frontières en 1989, entreprenant des missions longues en Ouganda, Somalie et Thaïlande. En 1994, il est entré au siège parisien comme responsable de programmes. Entre 1996 et 2000, il a été directeur de la communication, puis directeur des opérations. De mai 2000 à juin 2008, il a été président de la section française de Médecins sans Frontières. De 2000 à 2008, il a été membre du conseil d'administration de MSF USA et de MSF International. Il est l'auteur de plusieurs publications, dont "Innovations médicales en situations humanitaires" (L'Harmattan, 2009) et "Génocide et crimes de masse. L'expérience rwandaise de MSF 1982-1997" (CNRS Editions, 2016).

Xavier Plaisancie est médecin. Dans cette vidéo réalisée par la revue Alternatives Humanitaires, il présente sa thèse intitulée : « Les représentations du VIH et leur impact sur le recours aux soins. Enquête au sein de la population masculine de Homa Bay au Kenya », un travail de recherche pour lequel il a été accompagné par Jean-Hervé Bradol et Marc Le Pape du CRASH.

Voir la vidéo.

Le travail de Xavier Plaisancie permet de prendre conscience de l’écart entre les ambitions de la santé publique et les préoccupations des patients invitées à une nouvelle discipline sociale afin d’atteindre des objectifs sanitaires. Dans le cas du VIH, la réussite sanitaire, définie par les acteurs de la santé globale, impliquerait que 90 % des adultes se fassent dépister chaque année, que 90 % des séropositifs  acceptent de prendre un traitement et que, dans 90 % des cas, le traitement soit suivi avec sérieux au point que la charge virale devienne indétectable. Ainsi la maladie ne pourrait plus être transmise. Dans l’esprit de ses concepteurs et de ses promoteurs, l’adoption de ces comportements vertueux devrait conduite au contrôle de l’épidémie en 2020 et à l’éradication de la maladie sida en 2030. Bien que de multiples institutions (médicales, religieuses, scolaires, médiatiques) interviennent localement, au moyen de discours, de prescriptions et de conseils, l’enquête du Dr Plaisancie montre que, dans leur grand nombre, les hommes d’Homa Bay ne sont pas informés de cette politique qui les concerne pourtant au premier chef. Leurs ambitions sont autres (multiplier les partenaires pour certains des jeunes, se marier, avoir des enfants, subvenir à leurs besoins économiques…) et toutes aussi légitimes que de devenir de vertueux sujets d’une politique sanitaire. D’une manière plus générale, les résultats de cette enquête invitent à se poser la question : « Les objectifs de santé publique des Nations unies en matière de lutte contre le VIH sont-ils réalisables ? ».

Pour citer ce contenu :
Jean-Hervé Bradol, Les représentations du VIH et leur impact sur le recours aux soins. Enquête au sein de la population masculine de Homa Bay au Kenya, 12 décembre 2018, URL : https://www.msf-crash.org/fr/blog/medecine-et-sante-publique/les-representations-du-vih-et-leur-impact-sur-le-recours-aux-soins

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous pouvez nous retrouver sur Twitter ou directement sur notre site.

Contribuer

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question consiste à tester si vous êtes ou non un visiteur humain et à éviter les demandes automatisées de spam.